Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 09-15 février 2018

Menu principal

 

Temps hivernal avec augmentation du danger d’avalanche

Au début de la période examinée par le rapport hebdomadaire, la situation avalancheuse était le plus souvent bonne. Si tant est que des avalanches ont été déclenchées, elles se décrochaient dans des couches superficielles de neige ou comme avalanches de glissement au niveau du sol. Le vent et la neige fraîche, tombée majoritairement par basses températures, ont ensuite donné lieu à une augmentation du danger d’avalanche, tout particulièrement dans le nord. Les avalanches demeuraient toutefois généralement petites. Après deux journées hivernales et ensoleillées, une nouvelle période de précipitations a commencé à partir du nord-ouest avec un réchauffement sensible du temps.

 

 

 
Photo 1 de 13
Dans la pente exposée au sud sud-ouest de l’Alpiglemäre (environ 2020 m, Guggisberg, BE), un randonneur a provoqué un déclenchement à distance. La très petite avalanche de plaque de neige s’était décrochée dans la neige soufflée proche de la crête et elle s’est rapidement arrêtée en raison de la faible déclivité de la pente (photo: S. Boetzel, 13.2.2018). Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, les avalanches d’ampleur très petite et petite, parfois spontanées ou déclenchées à distance, étaient typiques après les chutes de neige de dimanche à lundi.
Photo 2 de 13
Dégel malgré les basses températures! Dans le microclimat de la fissure de glissement au sud-est du Rotstock (environ 2200 m, Glaris Sud, GL) des stalactites de glace se sont formés (photo: A. Schmidt 09.02.2018).
Photo 3 de 13
Essai de charge d’un pont en bois près de Äbi à Partnun (1654 m, Luzein, GR); photo: T. Wälti, 14.12.2018).
Photo 4 de 13
Intense activité de ski sur le versant nord du col du Bel Oiseau (2559 m, Salvan, VS) et une petite avalanche de plaque de neige près de la trace de montée. Heureusement, personne n’a été touché (photo: J.-L. Lugon, 12.02.2018).
Photo 5 de 13
Conditions neigeuses de rêve dans la vallée du Trient… (Finhaut, VS; photo: J.-L. Lugon, 12.02.2018)
Photo 6 de 13
… Mais 240 km plus loin vers l’est dans la région de Pischa (2200 m, Davos, GR), les randonneurs trouvaient aussi de la neige poudreuse en abondance (photo: SLF/B. Zweifel, 13.12.2018).
Photo 7 de 13
Ce qui ressemble à première vue à une crevasse de glacier est en réalité une rupture de glissement sur le versant est des Luées de Balayé (environ 2200 m, Finhaut, VS) avec une profondeur impressionnante (photo: J.-L. Lugon, 12.02.2018).
Photo 8 de 13
Lors de leur montée sur le versant est très raide de La Rionde (environ 2000 m, Ormont Dessous, VD), trois randonneurs ont déclenché une avalanche de plaque de neige qui les a emportés. Heureusement, seulement une personne a été partiellement ensevelie, mais elle a pu se dégager elle-même (photo: N. Simon, 13.02.2018).
Photo 9 de 13
Ces avalanches spontanées de plaque de neige à l’est du Chummer Schwarzhorn (2758 m) et de la Tiejer Flue (2781 m, Davos, GR) témoignent parfaitement de la taille plutôt faible atteinte par la plupart des avalanches au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire dans les régions avec moins de neige fraîche (photo: service de sauvetage du Jakobshorn, 13.02.2018).
Photo 10 de 13
Les avalanches déclenchées artificiellement cette semaine n’ont également atteint qu’une ampleur très petite à moyenne. Il s’agit ici d’une petite avalanche de plaque de neige déclenchée au moyen d’explosifs sur le versant sud-est du Hockenhorngrat (environ 3100 m, Wiler, VS) dans le domaine skiable de Lauchernalp (photo: P. Schwitter, 12.02.2018).
Photo 11 de 13
Sur le versant sud-est du Schofwisspitz (1989 m, Wildhaus-Alt St. Johann, SG), il y avait le jeudi encore suffisamment de poudreuse intacte (photo: T. Wälti, 14.01.2018).
Photo 12 de 13
Dans la pente extrêmement raide de l’Ofenhorn (3236 m, Binn, VS) exposée à l’ouest, on pouvait voir le mardi 13 février la profonde rupture d’une avalanche de plaque de neige plus ancienne. Le cône de l’avalanche était recouvert de neige et n’était plus reconnaissable (photo: SLF/T. Faul).
Photo 13 de 13
Un profil de neige qui mérite bien son nom! Après un rude travail de pelletage sur le champ d’expérimentation du Weissfluhjoch (2536 m, Davos, GR), il fallait classifier 266 cm de neige (photo: F. Techel, 14.02.2018).
 

Météo, manteau neigeux et danger d’avalanche

 

Vendredi 9 et samedi 10 février: Temps ensoleillé, d’abord dans le nord, puis en haute montagne et dans le sud. Persistance d’une situation avalancheuse le plus souvent bonne.

Météo

Sur le versant sud des Alpes, la journée du vendredi était le plus souvent très nuageuse et il est tombé un peu de neige mousseuse, tout particulièrement dans le centre et le sud du Tessin. Dans le nord, en revanche, le soleil brillait en montagne. La limite supérieure du brouillard élevé se situait entre 1400 et 1700 mètres. Le vent était le plus souvent faible de secteur sud. Avec une température à la mi-journée de -6 °C à 2000 m, il régnait un froid hivernal (cf. figure 1).

 

Dans la nuit du vendredi au samedi, le ciel s'est couvert dans le nord et le temps était d'abord très nuageux. Ici aussi, il est souvent tombé une neige mousseuse. Par la suite, l'air s'est asséché à partir du haut sous l'influence d'une crête anticyclonique et la limite supérieure des nuages est parfois descendue en dessous de 3000 m. Sur le versant sud des Alpes, le temps était également généralement ensoleillé. Le vent de secteur nord était le plus souvent faible, mais il était modéré plus particulièrement sur la crête principale des Alpes. La température à la mi-journée à 2000 m se situait entre -9 °C dans le nord et -5 °C dans le sud (cf. figure 1).

Manteau neigeux et situation avalancheuse

En raison des basses températures, qui prévalaient déjà au cours de la semaine précédente, les couches superficielles de neige étaient soumises à une métamorphose constructive. Celle-ci donnait lieu à la formation de couches meubles à grains anguleux. La neige plus fraîche demeurait meuble. De plus, du givre se formait souvent à la surface neigeuse (cf. photo 2 et figure 3) - tout particulièrement aussi aux altitudes proches de la limite supérieure des nuages. La neige mousseuse se déposait par ailleurs à l'état meuble.

 

Ces couches superficielles meubles procuraient certes beaucoup de plaisir lors des descentes, mais, en tant que substrat pour la neige fraîche et la neige soufflée, elle était de mauvais augure. Il fallait en effet s’attendre à ce que ces couches forment ultérieurement une couche fragile.

La situation avalancheuse était cependant encore le plus souvent bonne (cf. Évolution du danger en bas de cette page). A l’échelle de l’ensemble des Alpes suisses, la constitution du manteau neigeux présentait un niveau de qualité qu’elle n’avait plus atteint depuis 17 ans à cette période de l’année. Des personnes ne pouvaient plus que localement déclencher des avalanches dans les couches superficielles. Dans certaines régions du centre des Grisons, de l’Engadine, des vallées du sud des Grisons et du Tessin, la base du manteau neigeux était un peu plus fragile que dans les autres régions. Mais ici aussi, cette couche fragile était recouverte de neige bien consolidée, de sorte qu’un déclenchement d’avalanche n’était plus guère possible.

Sur les pentes raides et lisses surtout aux expositions est, sud et ouest (cf. photo 4) en dessous de 2400 m environ, ainsi que localement sur les pentes exposées au nord en dessous de 2000 m environ, des avalanches de glissement n’étaient pas à exclure (cf. photo 9).

 

Dimanche 11 et lundi 12 février: Neige fraîche, surtout dans le nord. Augmentation du danger d’avalanche.

Météo

Le dimanche en début de matinée, il y a eu des précipitations sous forme d’averses. Le vent de secteur ouest s’était sensiblement intensifié. En journée, il était modéré à fort en altitude, tout particulièrement sur le versant nord des Alpes, et faible à modéré dans les autres régions. Sur le versant sud des Alpes, le temps était assez ensoleillé. Avec une température à la mi-journée à 2000 m entre -2 °C dans le nord et -5 °C dans le sud, il faisait temporairement nettement plus doux dans le nord que les jours précédents (cf. figure 1). La limite des chutes de neige se situait alors entre 1200 et 1500 m sur le versant nord des Alpes, et à plus basse altitude ailleurs. Dans la nuit du dimanche au lundi, les précipitations se sont intensifiées avec une limite des chutes de neige descendant à nouveau jusqu’à basse altitude. L’après-midi, les chutes de neige n’étaient plus que faibles et des éclaircies sont apparues. Sur le versant sud des Alpes, le temps était assez ensoleillé. Sur la crête principale des Alpes depuis la région du Simplon jusqu’en Engadine et plus au sud ainsi que partout en altitude, le vent était modéré et localement fort; ailleurs, il était généralement faible.

Manteau neigeux et situation avalancheuse 

Les précipitations ont cessé dans la nuit du lundi au mardi. Il est tombé de 20 à 40 cm de neige au-dessus de 1000 m sur une grande partie du versant nord des Alpes et du Bas-Valais, et jusqu’à 60 cm depuis l’est de l’Oberland bernois jusque dans les Alpes glaronnaises. Dans les Préalpes, le long d’une étroite bande au sud de la zone touchée par les précipitations les plus abondantes près du nord des Grisons ainsi que dans le Jura, l’apport de neige était de 10 à 20 cm. Plus au sud, il était plus faible et sur le versant sud des Alpes, le temps était resté généralement sec (cf. figure 5).

 

Sous l’influence de l’intensification du vent de secteur ouest à nord-ouest, la neige superficielle meuble et la neige soufflée se déposaient sur cette surface meuble. Les températures temporairement douces le dimanche ont donné lieu à la formation d’une mince plaque de neige susceptible de se décrocher très facilement (cf. photo 6).

 

Cette surface a ensuite été recouverte de quantités parfois considérables de neige fraîche (cf. figure 5). En raison des températures basses de plein hiver, la neige fraîche était généralement meuble, mais sous l'influence du vent, elle était néanmoins parfois légèrement liée. A cause de la présence de la couche fragile (c'est-à-dire de la surface neigeuse antérieure), le risque de décrochement de la couche de neige soufflée transformée en plaque qui s'était formée le dimanche et de la neige fraîche tombée le lundi et le mardi recouvrant cette neige soufflée était élevé. Mais les ruptures ne se propageaient pas bien, parce que la "plaque de neige" n'était que faiblement liée. Cette situation se reflétait dans la taille des avalanches: Les avalanches enregistrées le lundi étaient dans 75% des cas des glissements (taille 1) et de petites avalanches (taille 2), et dans 25% des cas des avalanches moyennes (taille 3). Un grand nombre d'entre elles se sont décrochées dans les secteurs E et S, où la neige soufflée s'était généralement déposée. Les avalanches n'ont pas seulement été déclenchées artificiellement, mais elles se sont aussi décrochées spontanément.

Par conséquent, le danger d'avalanche a encore augmenté modérément le dimanche, mais ensuite nettement jusqu'au mardi.

 

Mardi 13 et mercredi 14 février: Temps ensoleillé, mais froid; belle neige poudreuse

Météo

Le mardi était ensoleillé. Le mercredi, la nébulosité était variable dans le nord, tandis que le temps était généralement ensoleillé dans le sud. Avec une température à la mi-journée à 2000 m d’environ -10 °C, il faisait froid (cf. figure 1). Pendant la nuit du lundi au mardi, le vent du nord était modéré à fort sur la crête principale des Alpes depuis la région du Simplon jusque dans la région de la Bernina ainsi qu’au sud de ces régions. En cours de journée, il s’est orienté au sud et était parfois modéré en altitude jusqu’au mercredi; ailleurs, il était faible.

Manteau neigeux et situation avalancheuse

Jusqu’au mardi, le danger d’avalanche atteignait le degré 3 (marqué) sur le versant nord des Alpes et le degré 2 (limité) dans le sud du Haut-Valais, dans le Tessin ainsi que dans le centre et le sud des Grisons (cf. Evolution du danger en bas de page). Dans une étroite bande intermédiaire, depuis le Bas-Valais en direction du nord des Grisons en passant par le nord du Valais, le danger d’avalanche était également évalué au degré 3 (marqué) dans le bulletin, la situation était cependant moins délicate que sur le versant nord des Alpes. Le risque de décrochement était élevé – et l’on a parfois aussi observé des avalanches spontanées. L’ampleur des avalanches était cependant faible et variait généralement entre les tailles 1 (glissement) et 2 (petite avalanche). Le nombre d’avalanches signalées indiquait plutôt une faible activité avalancheuse. A posteriori, cette région aurait également pu être évaluée avec un degré de danger 2 (limité).

 

Jeudi 15 février: Précipitations et montée rapide de la limite des chutes de neige

Dans la nuit du mercredi au jeudi, il y a eu des précipitations à partir de l’ouest. La limite des chutes de neige se situait d’abord à basse altitude, mais elle est montée rapidement. L’après-midi, elle se situait aux alentours de 2000 m dans l’ouest, à environ 1600 m dans l’est et à 1000 m dans le sud. Au moment de la clôture de la rédaction le jeudi après-midi, l’apport de neige au-dessus de 2200 m environ était le plus important avec de 15 à 30 cm sur la crête nord des Alpes depuis Les Diablerets jusqu’à la Reuss, en Valais sans l’ouest du Bas-Valais et dans le nord-ouest du Tessin. Dans l’ouest du Bas-Valais, sur le reste du versant nord des Alpes ainsi que sur le reste du centre de la crête principale des Alpes, on enregistrait de 5 à 15 cm de neige fraîche. Dans les autres régions, l’apport de neige était plus faible. Le vent de secteur ouest était modéré à fort dans le nord, et faible à modéré sur le versant sud des Alpes.

 

Accidents d’avalanche

Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, il n'a pas eu d'accidents mortels d'avalanche.

Le mardi 13 février, trois randonneurs ont déclenché une avalanche de plaque de neige lors de leur montée sur la pente très raide orientée à l'est de La Rionde (environ 2000 m, Ormont Dessous, VD) et ils ont été touchés par l'avalanche. Heureusement, seulement une personne a été partiellement ensevelie, mais elle a pu se dégager elle-même (cf. photos 8/13 dans la série de photos).

Le mercredi 14 février, des membres d'un groupe de quatre personnes ont déclenché une petite avalanche au-dessus de Davos (GR). Deux personnes ont été touchées, mais elles s'en sont tirées indemnes.

Vers le haut

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire