Navigation mit Access Keys

Un programme de recherche s’intéresse à l’influence du changement climatique sur les mouvements de masse en montagne

Menu principal

  

Dans le cadre d’un vaste programme de recherche, le WSL, auquel appartient le SLF, étudie comment le changement climatique affecte les mouvements de masse dans les Alpes tels que les chutes de pierres, les éboulements, les avalanches et les laves torrentielles, et les stratégies d’adaptation qui seront nécessaires en Suisse.

 

Le WSL renforcera également ses recherches sur le changement climatique et les extrêmes à partir de 2021 avec un nouveau centre de recherche sur son site de Davos. Aux nouvelles.

 

Le réchauffement climatique est particulièrement sensible en montagne : les glaciers sont en régression, la fonte du pergélisol s’accentue, le manteau neigeux évolue et les précipitations extrêmes deviennent plus fréquentes. À son tour, cela a un impact sur les dangers naturels : chutes de pierres, éboulements, laves torrentielles ou glissements de terrain. Ceux-ci pourraient non seulement se multiplier, mais aussi voir leurs caractéristiques se modifier – citons le comportement d’écoulement des avalanches qui pourrait être influencé par l’augmentation des températures. En outre, les incendies, les chablis ou les insectes sont des perturbations qui affectent la forêt, laquelle constitue en de nombreux endroits une protection importante contre les dangers naturels. Pourtant, jusqu’à présent, peu de recherches ont été menées sur l’évolution de ces dangers avec le changement climatique et sur les effets que cela aura dans le pays.

Pour faire avancer les choses, l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL a lancé le programme « Climate Change Impacts on Alpine Mass Movements » (CCAMM). Dans ce projet, des chercheurs du WSL de diverses disciplines et des partenaires étudient comment le changement climatique affecte les mouvements de masse dans les Alpes en Suisse. Ils modélisent ainsi l’évolution des risques et élaborent des stratégies d’adaptation. « Avec le programme de recherche CCAMM, nous acquérons des connaissances importantes et développons des approches pour protéger la société », déclare son responsable Michael Bründl, qui dirige le groupe « Dynamique des avalanches et gestion des risques » au WSL Institut pour l’étude de la neige et des avalanches SLF

 

Déterminer le potentiel de danger

Le programme comprend trois lots de travail. Le premier vise à savoir si le potentiel de danger évolue, et de quelle manière. Les roches susceptibles de se détacher en montagne en raison de la fonte du pergélisol peuvent-elles s’effondrer et mettre en danger les voies de communication ou les localités ? Comment les changements du manteau neigeux influencent-ils les déclenchements d’avalanches ? Des prévisions climatiques détaillées développées spécifiquement pour le programme CCAMM sur la base des scénarios CH2018 étayent la modélisation du potentiel de danger.

Le deuxième lot de travail traite de la dynamique des mouvements de masse : comment les caractéristiques et le comportement des avalanches ou des laves torrentielles évoluent-ils ? L’accent est mis, entre autres, sur l’enchaînement de divers dangers naturels, par exemple lorsqu’un éboulement libère l’eau de la neige ou de la glace et provoque une lave torrentielle. En outre, les chercheurs étudient comment le changement climatique affecte les forêts de protection et la façon de les aménager pour qu’elles continuent d’assurer leur fonction.

 

Armés pour l’avenir

Les résultats des deux premiers lots de travail alimenteront un troisième portant sur les risques et l’adaptation. « Nous aimerions savoir comment la société peut faire face à l’évolution des dangers et quelles sont les conditions politiques et institutionnelles nécessaires pour y parvenir », déclare Michael Bründl. Entre autres, dans le cadre d’un sous-projet mené en collaboration avec les Chemins de fer fédéraux suisses (CFF), les chercheurs élaboreront divers scénarios pour modéliser l’évolution des risques pour l’ensemble du réseau. Ces données serviront de base au développement de stratégies d’adaptation et de prévention des risques naturels par les CFF.

 

Le programme de recherche CCAMM a été lancé en 2018 et sa première phase se déroulera jusqu’en 2021. Le contenu de la deuxième phase (2021-2024) est en cours de planification. Les résultats des sous-projets seront publiés en continu puis synthétisés dans un rapport final. Ils seront accessibles non seulement aux chercheurs, mais aussi aux bureaux d’études, aux autorités, aux décideurs ainsi qu’au grand public.

 

Le programme CCAMM

CCAMM signifie « Climate Change Impacts on Alpine Mass Movements ». Il s’agit d’un programme de recherche interdisciplinaire du WSL, auquel le SLF appartient également. Les trois lots « Disposition des dangers », « Dynamique des mouvements de masse » et « Risque et adaptation » comprennent un total de 13 projets (tasks), auxquels travaillent actuellement 14 doctorants, deux postdoctorants et 21 chercheurs du WSL, de l’ETH Zurich, de l’EPF Lausanne et de la TU Munich. Les recherches du CCAMM sont menées sur 31 sites en Suisse et sur un site en Allemagne (Zugspitze). La vallée de Zermatt (VS), fortement touchée par les mouvements de masse et les processus en cascade, constitue avec Davos (GR) l’un des deux principaux sites de recherche du programme CCAMM.

 

POUR EN SAVOIR PLUS