Navigation mit Access Keys

Mention plus efficace des situations avalancheuses

Menu principal

 

19.12.2019  | Benjamin Zweifel, Claudia Hoffmann | News SLF

 

À partir de cet hiver, la situation avalancheuse la plus importante sera mise en évidence dans le bulletin.

 

Dans le bulletin, les situations avalancheuses prépondérantes sont indiquées dans la description des dangers. Tandis que le danger d’avalanche répond à la question « Quelle est l’ampleur du danger », la situation avalancheuse donne un indice sur « Quel est le problème ? ». En 2017, les services de prévision d’avalanches européens « EAWS (European Avalanche Warning Services) » ont défini les cinq situations avalancheuses suivantes :

 

Jusqu’à présent, cependant, il n’existait pas de critères clairs quant au moment où une situation avalancheuse donnée devait être mentionnée dans le bulletin. Ainsi, plusieurs situations ont été souvent mentionnées sur une longue période de temps. Par conséquent, l’objectif réel a été perdu de vue, à savoir mentionner les situations avalancheuses pour se concentrer sur l’essentiel. Le SLF s’efforce d’utiliser les termes de manière plus efficace et a élaboré de nouveaux critères clairs à cet effet.

 

Voici les nouveautés:

  • Concentration sur la situation avalancheuse la plus importante :

Jusqu’à présent, le bulletin d’avalanche mentionnait souvent plusieurs situations avalancheuses simultanément. Désormais, le titre (voir figure) ne mentionne généralement plus que la situation avalancheuse la plus importante. S’il y a d’autres situations avalancheuses, celles-ci sont toujours décrites dans le texte, mais ne sont pas mentionnées dans le titre. Ce n’est que si plusieurs situations ont plus ou moins la même importance qu’elles peuvent être toutes mentionnées dans le titre.

  • Restriction de la mention de la situation avalancheuse « neige ancienne » :

La situation avalancheuse « neige ancienne » n’est plus mentionnée que lorsqu’il existe des couches fragiles marquées dans l’ancien manteau neigeux, au sein desquelles un amateur de sports de neige peut également créer une rupture et ainsi déclencher une avalanche. Lorsque la rupture s’effectue dans la neige ancienne, les avalanches peuvent devenir particulièrement grandes et donc particulièrement dangereuses. Dans les situations où des couches plus fragiles sont présentes dans la neige ancienne, mais où l’initiation et la propagation des ruptures sont peu probables, la situation avalancheuse « neige ancienne » n’est plus mentionnée.

  • Nouvelle mention « Situation avalancheuse typique vague » :

S’il n’y a pas de neige fraîche, si la neige soufflée date de plus de trois jours environ et peut difficilement être déclenchée, et s’il n’y a pas de couches fragiles prononcées – une situation qui a été jusqu’à présent décrite comme un problème de neige ancienne – on utilise désormais la formule « situation avalancheuse typique vague ».

  • Différenciation entre la neige fraîche et la neige soufflée :

Les situations avalancheuses « neige fraîche » et « neige soufflée » seront plus clairement distinguées : en cas de chute de neige importante, seule « neige fraîche » est désormais utilisée au lieu de « neige fraîche et neige soufflée » comme précédemment.

Certes, la neige tombe rarement sans vent, de sorte que la plupart du temps, il y a aussi de la neige soufflée. Mais le danger principal provient de la surcharge due à la neige fraîche. Une autre caractéristique générale de la situation « neige fraîche » est que les endroits dangereux sont très répandus. Par contre, les endroits dangereux pour la situation avalancheuse « neige soufflée » sont plus locaux et généralement plus faciles à identifier. La situation avalancheuse « neige soufflée » n’est désormais mentionnée que lorsque le danger est principalement dû au transport de la neige.

Important : les changements ne concernent que la mention des situations avalancheuses dans le bulletin. Les définitions des situations avalancheuses elles-mêmes restent inchangées.

 

 

EN SAVOIR PLUS