Navigation mit Access Keys

Émotions fortes lors des derniers travaux

Menu principal

  

En raison de l'hiver antarctique qui approche, la station est progressivement fermée. Le hangar à échantillons est transformé en garage et Matthias doit trouver un nouvel endroit pour terminer ses expériences. Il travaille sous haute pression car son départ est imminent.

 
Photo 1 de 12
Le Dôme C devient plus calme au fur et à mesure que tout le monde s'en va. Le 31 janvier, 18 personnes partiront pour une escale à la station de recherche australienne de Casey.
Photo 2 de 12
Tout au fond des archives de carottes de glace, il reste quelques mètres carrés où j'ai déplacé mon expérience pour gagner quelques jours de plus.
Photo 3 de 12
Le hangar dans lequel j'entreposais mes caisses a été transformé en garage.
Photo 4 de 12
Rien ne manquait pour lnterview, pas même la clôture pour éloigner les badauds.
Photo 5 de 12
Le futur directeur de l'institut de recherche polaire IPEV donne une interview pour le Parlement européen.
Photo 6 de 12
Les cristaux fascinants du givre de surface ressemblent à des sapins miniatures. Le vent les emporte encore et encore, mais ils se reforment en moins d'une journée.
Photo 7 de 12
Une dameuse déblaie la neige autour des bâtiments de la station. Si j'avais trouvé une paire de skis, j'aurais volontiers fait deux ou trois virages.
Photo 8 de 12
Des échantillons sont prélevés dans les blocs de neige pour la tomographie par ordinateur. Sur toute la hauteur du bloc, je prends un échantillon tous les 3 cm pour déterminer les isotopes. Après deux blocs, je fais une pause pour me réchauffer.
Photo 9 de 12
Nous marquons l'emplacement de la paroi du profil avec la scie pour le dernier profil de neige. La scie permet de découper un mur profilé bien net.
Photo 10 de 12
J'ai reçu une aide efficace pour creuser le dernier profil.
Photo 11 de 12
Je découpe la bâche avec un couteau pour prélever des échantillons dans les blocs de neige.
Photo 12 de 12
Vue d'ensemble de la station de recherche.
 

Il fait de plus en plus froid. Hier, le thermomètre indiquait moins 46°C et la température ressentie était de moins 56°C. Brrr, c'est plutôt froid. Je suis content que mon travail de terrain soit terminé. Avec la baisse des températures, la fin de la saison estivale approche. Actuellement, la station n'est plus en mode "Fonctionnement", mais "Stockage hivernal". Tout le monde commence à s'agiter.

D'une part, il y a les chercheurs qui veulent exploiter chaque minute pour leurs expériences et les dernières optimisations des instruments de mesure. D'autre part, il y a l'équipage de maintenancequi veut profiter des demi-journées chaudes restantes pour fermer la station. Certaines tentes extérieures, certains ateliers et le parc de véhicules doivent être préparés pour l'hiver. De plus, la deuxième caravane est arrivée hier et nous a apporté des dizaines de mètres cubes de carburant et de nourriture. Tout le monde doit donner un coup de main pour stocker ces trésors. On dirait une fourmilière. Certains sont excités, d'autres pensent déjà à rentrer chez eux.

Toujours prêt pour le départ

Le responsable de la station ressent lui aussi la pression de l'hiver à nos portes. Il a certainement noté "Se débarrasser des gens" sur sa liste des choses urgentes à faire. En efffet, une mauvaise météo en fin de saison et des vols annulés peuvent devenir un vrai problème et personne ne veut passer l'hiver ici contre son gré. C'est pourquoi chaque épisode de beau temps est mis à profit pour rapatrier le personnel vers la côte. Mais cela signifie aussi être toujours prêt à partir. C'est devenu une blague à répétition de demander "Et toi, quand est-ce que tu voles?",  car les horaires des vols changent au moins deux fois par jour.

Retour en arrière: à ma grande surprise, la grotte de glace souterraine où se trouvent les caisses pour mon expérience a été transformée en dépôt de véhicules au début de la semaine dernière. C'est pourquoi j'ai dû arrêter mon expérience. Le seul endroit où il fait encore suffisamment froid était l'extension de la grotte, qui est aussi l'archive des carottes de glace. Les boîtes de polystyrène expansé empilées forment un couloir étroit et long plus loin dans le sous-sol. Au bout du couloir, il n'y avait que quelques mètres carrés d'espace - étroit, sombre et froid. J'ai donc pu gagner quelques jours de plus pour mon expérience avant de devoir échantillonner les blocs de neige. J'avais un peu le trac lorsque j'ai planté le couteau le dernier jour possible - pas question de tout gâcher, sinon l'expérience tombe à l'eau. Autant que je sache, tout s'est très bien passé.

Pour compléter l'expérience, un autre profil de neige a également été inclus. Afin de comparer les changements dans la microstructure et la distribution isotopique entre les blocs de neige et les profils à l'extérieur, le dernier profil était très proche du premier. Cette procédure minimise l'influence de la variabilité locale du manteau neigeux. Dans l'évaluation, on suppose que le premier et le dernier profil présentaient les mêmes conditions initiales, c'est-à-dire une microstructure et une distribution isotopique égales. Si cette hypothèse n'était pas retenue, il ne serait pas non plus possible de déterminer clairement quelles différences sont survenues en raison de l'emplacement et quelles différences sont survenues en raison des changements de température.

Le grand frisson des derniers travaux

La préparation de tous les échantillons de neige et l'emballage des échantillons d'isotopes du profil et des quatre blocs de neige ont pris beaucoup de temps jusqu'à tard dans la nuit. Mais je devais finir ce travail, sinon je n'aurais pas pu tout charger à temps sur la caravane prête à repartir. Après tout, il n'est pas interdit de se faire un peu peur.

Les caisses avec les échantillons de neige sont équipées d'enregistreurs de température pour le transport Antarctique - Suisse. La température de transport promise est de -20°C. Cependant, si les caisses devaient être oubliées quelque part à un point de transbordement et rester au soleil pendant quelques heures, nous pourrons le constater à partir des relevés de température. Alors au moins, nous n'avons pas à nous inquiéter de découvrir des des structures de neige étranges et inexplicables.

Au cours des deux dernières semaines, la station a reçu beaucoup de publicité. Par exemple, une interview a eu lieu entre le Parlement européen et le futur directeur de l'IPEV. Chaudement emmitouflé, ce dernier s'était placé dans la lumière du soir, devant les deux tours, pour répondre à toutes les questions. Les panoramiques spectaculaires sur l'horizon antarctique ont certainement augmenté la valeur émotionnelle des régions polaires pour les politiciens et, espérons-le, faciliteront le financement de nouveaux projets à l'avenir. En outre, plusieurs conférences Skype se sont déroulées entre des classes scolaires italiennes et le médecin chirurgien, le cuisinier et quelques chercheurs passionnés.

Maintenant mon travail ici est terminé. Le 1er février, j'entreprendrai mon voyage du retour, qui me conduira à la base polaire Dumont-d'Urville sur la côte Antarctique.

  

POUR EN SAVOIR PLUS