Navigation mit Access Keys

Pelleter la neige pour la science

Menu principal

  

Creuser un profil de neige dans l'Antarctique peut être difficile. Et les longues journées dehors dans le froid drainent l'énergie de Matthias. Il est allé se refaire des forces dans la cuisine de la station, où il a testé ses compétences en boulangerie sous la direction du chef cuisinier. Il a également eu une nouvelle coupe de cheveux, le "Antarctic Standard Hairstyle".

 
Photo 1 de 10
Dimanche matin, une équipe de cuisine italo-suisse s'est spontanément formée. Nous avons d'abord cuit des beignets de carnaval, puis nous avons juste aidé le chef cuisinier à rôtir la viande et préparer le déjeuner.
Photo 2 de 10
Voici ce que voit une marmotte au fond de son trou - en l'occurrence, c'est moi au fond de mon profil. A gauche, j'ai mesuré la densité de chaque couche de neige (avec une précision de 3 cm).
Photo 3 de 10
Comme les spécialistes de la chimie de la neige me l'ont expliqué, tous les tubes d'échantillonnage doivent être insérés à la bonne hauteur dans le profil. Ensuite, tous les tubes sont retirés, refermés avec leur couvercle et étiquetés correctement. Ainsi, nous pourrons déterminer la répartition de l'isotope d'oxygène 18O avec une résolution de 3 cm.
Photo 4 de 10
Le prélèvement d'échantillons destinés à l'analyse par tomographie demande beaucoup de doigté. Les échantillons sont découpés à la bonne taille pour être emballés dans des briques de lait vides que nous avons apportées de Davos.
Photo 5 de 10
Le givre de surface se forme d'abord sur les arêtes, ici sur des blocs de neige extraits pour creuser le profil. Le givre de surface est constitué de fines aiguilles qui se rassemblent en une espèce de petite balle.
Photo 6 de 10
Chez le coiffeur "On fait ce qu'on peut", je me suis fait faire une coupe antarctique standard. Le seul paramètre pour cette coupe est que la longueur est comprise entre 0 et 21 mm.
Photo 7 de 10
Enregistrement du profil de neige dans le proche infrarouge. L'image n'est pas encore traitée, mais les différentes couches du profil sont clairement visibles. Les couches les plus foncées sont très granuleuses, peu denses et plutôt cassantes. Les couches les plus légères sont très compactes et à grain fin.
Photo 8 de 10
Une dameuse de piste spécialement équipée pour le transport de passagers nous permet de nous rendre sur les sites expérimentaux en dehors du périmètre de la station. Selon les conditions de visibilité, il peut s'agir d'une aventure assez mouvementée.
Photo 9 de 10
La réfraction de la lumière sur les cristaux de neige provoque ce type de phénomènes magiques.
Photo 10 de 10
Givre de surface vu de près.
 

Les longues journées de travail cette semaine dehors dans le froid ont fini d'épuiser mes ressources. Au début de la semaine, j'ai participé aux travaux d'entretien annuels et de mesure des poteaux en bambou de la station météo située à 25 km au sud de la station. Ces travaux ne faisaient pas fondamentalement partie de mon projet, mais c'était un changement bienvenu dans mon train-train.

En ce qui concerne les poteaux en bambou, c'est la partie qui dépasse de la neige qu'on mesure, de sorte que l'accumulation de neige est enregistrée sur toute l'année. Cependant, cela ne correspond pas nécessairement à la quantité de neige tombée, car la neige disparaît à nouveau à cause de la sublimation et du vent. Il arrive qu'on trébuche sur les plus vieux poteaux, qui sont encore à peine visibles. Chaque année, de nouveaux trous sont forés, qui dépassent alors d'un peu moins de 2,5 m. C'est une méthode de mesure extrêmement simple. Malgré la très mauvaise visibilité en raison du brouillard, nous avons trouvé le point "25 km au sud" presque exactement grâce au GPS. Le trajet en dameuse m'a bien secoué, et c'est probablement un avant-goût de la traversée entre l'Antarctique et la Tasmanie, que je vais bientôt devoir affronter.

Pelleter jusqu'à l'épuisement

Pour mon projet, creuser un profil de neige de deux mètres était à l'ordre du jour cette semaine. De même que nous voulons connaître la microstructure et la distribution des isotopes au début et à la fin de la saison, nous avons aussi prévu d'enregistrer un résultat intermédiaire. Le creusement d'un profil de neige polaire à deux mètres de profondeur peut offrir quelques surprises en matière de technique de pelletage. Dans le profil, il y a d'anciennes dunes de neige, dures comme du béton. Il vaux mieux rencontrer cette couche dans un état d'esprit plutôt agressif. Je suis heureux que ma pelle d'avalanche ne se soit pas cassée.

J'ai préparé le profil la veille, pour pouvoir ensuite effectuer les mesures le lendemain avec le calme nécessaire. Il m'a fallu deux jours pour creuser le profil. Le premier jour il y avait encore beaucoup de vent, mais dans le trou on est assez bien protégé, sauf contre les chutes de neige, et on peut se mettre à l'aise. Andrea, l'un des spécialistes en chimie de la neige qui avait terminé son projet et attendait le vol de retour, était mon "apprenti". On gagne beaucoup de temps si une personne prélève les échantillons de neige pendant qu'une deuxième personne note les valeurs.

Bons programmes radio maison

Le deuxième jour, j'étais seul dans le profil et j'ai préparé les échantillons destinés à la tomographie par ordinateur au SLF. Le temps était parfait: calme, ciel bleu et agréablement chaud. J'en étais très heureux. Quand on grelotte de tous ses membres, on est tout simplement moins patient pour préparer les échantillons aussi bien que possible. De plus, j'ai eu un assez bon divertissement à la radio - "Radio Concordia LIVE". Deux fois d'affilée, l'alimentation électrique de la station est tombée complètement en panne et on pouvait vraiment sentir la tension.

Travail de nuit

Le soir du deuxième jour, j'ai remarqué que du givre de surface s'était formé. Ceci fait l'objet d'un petit projet supplémentaire dans lequel je devrais suivre le changement de la surface spécifique de la neige pendant la maturation. Cependant, cela signifie mesurer la surface spécifique toutes les trois heures pendant au moins une journée. Si l'on tient compte du temps nécessaire pour changer de vêtements, la mise en place des instruments de mesure et la marche d'approche de 15 minutes, j'aurais dû me contenter d'un rythme de sommeil de deux heures. J'étais épuisé après ces journées de terrain, mais les conditions propices à la formation de givre de surface sont rarement réunies. En outre, je suis pleinement conscient qu'un séjour en Antarctique entraîne des coûts élevés. J'ai donc décidé de commencer le projet.

Pour la première mesure, mon cher réveil m'a réveillé à minuit. Bien sûr, il faisait encore beau et jour à l'extérieur - mais quand j'ai ouvert la porte de la gare, un vent si tempêtueux m'a accueilli que je me suis vite douté de ce qui s'était passé. Pour avoir bonne conscience, j'ai trotté jusqu'à mon site expérimental, mais le givre de surface avait évidemment été complètement balayé par le vent. Il ne me restait donc rien d'autre à faire qu'à retourner me coucher.

Beignets de carnaval et limoncello

Dimanche matin, j'étais de corvée de vaisselle. Ensuite, j'ai spontanément eu envie de donner un coup de main dans la cuisine. Avec quelques volontaires italiens et sous la direction du chef, nous avons pétri avec enthousiasme la pâte pour les beignets de carnaval, puis nous les avons étalés et frits. Nous avons beaucoup ri. Pour nous remercier, le chef cuisinier a offert une tournée de limoncello - une liqueur au citron -, et j'ai appris que dans un tel cas, il est impossible de refuser.

  

POUR EN SAVOIR PLUS