Navigation mit Access Keys

Enfoui dans le profil

Menu principal

  

Après s'être remis de quelques problèmes de santé, Matthias Jaggi a pu se mettre à l'oeuvre. Par moins 50°C, il doit parfaitement planifier son travail. Matthias rend compte de ses premières tentatives sur le terrain et des préparatifs en laboratoire.

 
Photo 1 de 10
Mon poste de travail se trouve à environ 500 m de la station de recherche, dans la zone "propre", non perturbée.
Photo 2 de 10
Dans le profil, je mesure couche après couche la structure spécifique de la neige.
Photo 3 de 10
Le profil est préparé de façon à ce que le bloc de neige puisse être scié.
Photo 4 de 10
Le bloc découpé dans le profil est emballé en sandwich entre deux plaques de glace dans une bâche étanche à la vapeur d'eau.
Photo 5 de 10
Malgré le ruban adhésif extra-fort, impossible de travailler avec des gants - et évidemment, impossible d'éviter d'avoir les mains glacées.
Photo 6 de 10
Les caisses à métamorphose sont prêtes à être transportées par luge au laboratoire. Chacune pèse environ 40 kg.
Photo 7 de 10
Nous avons emporté des briques de lait vides de Davos pour emballer les tubes d'échantillons de neige. Je ne sais pas au juste si ces briques me donnent le cafard ou au contraire si elles le guérissent.
Photo 8 de 10
Der Zugang zum "Labor" führt über eine Rampe zu einem massiven Holztor. Oft ist Triebschnee das Hauptproblem, kann aber mit einer Schaufel gelöst werden.
Photo 9 de 10
Glaciale, sombre et inhospitalier, voici mon laboratoire et entrepôt souterrain. Au plafond pendent de gigantesques cristaux de neige.
Photo 10 de 10
La caravane arrive au Dôme C. Elle apporte du matériel et 150 000 000 litres de carburant.
 

Mes débuts au Dôme C n'ont malheureusement pas été aussi réussis que je l'avais espéré. Les deux jours d'arrêt maladie se sont transformés en huit jours d'assignation à résidence. Ma saturation d'oxygène dans le sang était très faible, le pouls au repos très élevé et au moindre effort, je sifflais par tous les trous.

Au moins deux fois par jour, j'ai reçu de l'oxygène supplémentaire, ou de l'oxygène mélangé à des médicaments. Je ne peux pas dire exactement ce que contenait ce mélange préparé par le médecin italien, car mon italien ne va guère plus loin que "Buongiorno" et "pasta", mais je me sens beaucoup, beaucoup mieux maintenant.

Des défis particuliers sur le terrain

Avec un retard de presque deux semaines, j'ai commencé mon travail. Après le premier jour sur le terrain ou plutôt dans le trou de neige, j'ai déjà fait une "journée de bureau" afin de mieux planifier les processus. Dans la plus grande chambre froide du monde, mon travail est un peu différent de la chambre froide de l'Institut à Davos. Parce que je travaille dans une zone dite "propre", je dois transporter tout mon matériel avec un traîneau et non pas avec la motoneige comme d'habitude. Quand dois-je emporter quel appareil pour que les batteries ne soient pas vides (à cause du froid) quand j'en ai besoin? Que dois-je faire si mes lunettes de soleil sont mouillées par la transpiration, mais je ne dois pas les enlever? Toutes ces petites complications méritent réflexion.

Déterminer la microstructure de la neige et les isotopes de l'eau

L'objectif principal de notre expérience serait de déterminer l'influence de la métamorphose de la neige sur la distribution des isotopes d'eau stable 18O dans les couches de neige proches de la surface. En résumé: nous déterminons la concentration isotopique 18O et la microstructure de neige "correspondante" dans le profil de neige. Moins en hiver, mais plus encore aux températures élevées de l'été, la microstructure de la neige change, c'est-à-dire que les cristaux de neige changent. Tout le monde le sait - la nouvelle neige ne reste pas fraîche quand il fait trop chaud. Lors de la métamorphose de la neige, les isotopes 18O sont également réorganisés, et nous voulons comprendre exactement ce processus.

Je détermine donc la distribution 18O et la microstructure au début de l'été antarctique et à la fin. Cependant, comme les processus dans la nature sont souvent très complexes et dépendent de nombreux facteurs et non d'un seul, nous retirons les blocs de neige du profil et nous les emballons dans des caisses fabriquées par nous-mêmes. Nous laissons alors la métamorphose de la neige se dérouler dans des conditions simplifiées en parallèle en laboratoire.

Pour déterminer la concentration isotopique, je remplis des tubes en plastique de neige du profil tous les 3 cm. Ces tubes seront ensuite analysés. C'est assez simple. Pour déterminer la microstructure, il existe des méthodes différentes et parfois complémentaires. Les caractéristiques que nous enregistrons sont par exemple la granulométrie, la densité, la surface spécifique de la structure, les forces de rupture entre éléments de construction, etc. Pour cela, nous nous frayons donc un chemin de haut en bas à travers le profil et nous caractérisons le manteau neigeux.

Un laboratoire mystique

Il m' a fallu quatre jours pour profiler et emballer les blocs de neige. Honnêtement, j'avais prévu un  seul jour pour cette tâche. Tout ici a besoin de plus de temps. Mais maintenant, les blocs de neige sont prêts dans le laboratoire froid à -49 °C et l'expérience peut commencer dès que possible. Le labo n'est probablement pas exactement comme vous l'imaginez. C'est une sorte de grotte souterraine où des carottes de glace ont été forées autrefois. Aujourd'hui, il sert de garage pour les véhicules pendant l'hiver antarctique, et de salle de stockage d'échantillons en été - et aussi de laboratoire pour notre expérience. Il n' y a que de la lumière indirecte provenant de la porte. Au plafond pendent d'énormes cristaux de glace. L'ambiance est un peu mystique. Pour ma propre sécurité, je me connecte à la station de recherche par radio avant d'entrer dans le laboratoire.

Noël

Le cadeau de Noël à la gare fut l'arrivée de la "caravane", c'est-à-dire d'un cortège de véhicules à chenilles massifs, de conteneurs et surtout de carburant, qui fournissent à la station les équipements nécessaires. Les matières premières sont transportées par bateau de la Tasmanie à la station de recherche française Dumont d'Urville et de là vers Dôme C. C'est environ 700 km de distance dans le blanc éternel, donc l'arrivée est un événement plutôt joyeux. L'arrivée du matériel garantit que la station est prête à fonctionner en hiver.

  

POUR EN SAVOIR PLUS