Navigation mit Access Keys

SLF Page principaleÉcosystèmes montagnards

Écosystèmes montagnards

Menu principal

 

Les écosystèmes montagnards abritent de nombreuses espèces animales et végétales, préviennent avalanches et chutes de pierres, protègent le sol de l’érosion et séduisent les touristes. Nous étudions ces milieux pour déterminer dans quelle mesure ils réagissent aux changements climatiques ou aux nouvelles formes d’utilisation du territoire.

 

Les Alpes constituent environ 60 % de la Suisse. Les écosystèmes alpins n’abritent pas seulement de nombreuses espèces animales et végétales, ils assurent également de multiples prestations, en contribuant notamment à nous protéger des avalanches et des chutes de pierres, ou à prévenir l’érosion des sols et le glissement de la neige. Et surtout, elle font partie de paysages dont l'harmonie est un facteur déterminant pour le tourisme en montagne.

Dans les forêts de montagne, un des écosystèmes montagnards les plus importants en termes de surface, nous étudions comment optmiser aujourd’hui et à l’avenir la protection qu'elles fournissent contre des dangers naturels, et comment la limite alpine des arbres progresse vers des altitudes plus élevées. Nos résultats viennent alimenter les bases décisionnelles pour l’entretien des forêts et les programmes de simulation des dangers naturels. Nous étudions également les habitats situés au-dessus de la limite alpine des arbres. Ce qui nous y intéresse particulièrement, c’est comment la diversité de la flore évolue avec les changements climatiques, et ce que cela signifie pour les écosystèmes montagnards.

 

Thèmes

[Translate to Französisch:] Das Bild zeigt den Blick von oben auf Andermatt  und den darüberliegenden Bannwald. Alle Berghänge sind schneebedeckt, nur direkt über dem Dorf kontrastiert der dunkle Schutzwald mit dem weissen Hintergrund.

Forêts protectrices

Nous étudions comment les forêts nous protègent au mieux des dangers naturels.

Ein Blick in das Dischmatal bei Davos. Im Vordergrund einige einzelstehende niedrige Bäume. Am gegenüberliegenden Hang hat es weiter unten noch geschlossene Waldflächen, während der obere Bereich baumfrei ist.

Forêt de montagne et limite alpine des arbres

Nous étudions dans quelles conditions la limite alpine des arbres se déplace.

Chörbschhorn près de Davos. Photo : Veronika Stöckli

Écologie des plantes et biodiversité

Nous étudions les interactions entre les changements climatiques, la neige et la végétation montagnarde.

Das Bild zeigt einen Hang bei Oberiberg (SZ). Der obere Hangbereich ist bewaldet, im unteren Teil liegen Nutzwiesen. Unter dem Wald lassen sich an mehreren Stellen braune Rutschungen erkennen,  die nach unten breiter werden und teils bis zum besiedelten Hangfuss hinunterreichen. Die Rutschungen stammen von dem Unwetter am 20. Juni 2007.

Stabilité des sols

Nous étudions l’influence des plantes et des champignons mycorhiziens sur la stabilité des sols.

 

Actuel

Une étude récente indique que les jeunes pessières sont plus sensibles aux perturbations naturelles que celles qui existaient avant 1880.

Schmetterlinge wie dieser Streifen-Bläuling (_Polyommatus damon_) können sich durch Abwanderung in höhere Lagen an das veränderte Klima in den Alpen anpassen. (Foto: Yannick Chittaro)

Des chercheurs ont calculé le bilan de masse de glaciers en Haute-Asie : leur fonte annuelle n’est compensée qu’à 60 % par la neige.

Sur Twitter, Facebook, Instagram et YouTube, retrouvez l'actualité de nos recherches sur la neige, les dangers naturels et l'environnement.

Journée internationale des femmes et des filles de science : Nous avons demandé à des chercheuses du WSL pourquoi elles ont choisi leur profession.

 

Publications