Navigation mit Access Keys

Wochenbericht 12. - 17. April 2019

Contenuto principale

 

Prédominance d’une bonne situation avalancheuse

Après que, pendant la dernière période examinée par le rapport hebdomadaire, il est encore tombé beaucoup de neige et que de nombreuses avalanches y compris de très grandes ampleur se sont produites, cette période était très calme des points de vue neigeux et avalancheux. Avec un peu de soleil, temporairement de faibles chutes de neige, un vent généralement faible et des températures comparativement fraîches, la situation avalancheuse était le plus souvent bonne. Il n’y a eu que quelques avalanches et on ne déplore aucun accident d’avalanche impliquant des personnes.

 
Immagine 1 di 14
La nature a découvert la roue bien avant l‘homme... A proximité de la cabane Gelten (Lauenen, BE), à environ 2050 m d’altitude, la neige humide a façonné cette œuvre d’art (photo: U. Grundisch, 13.04.2019).
Immagine 2 di 14
Le vendredi 12 avril, la limite du brouillard était située à environ 2400 m dans l’Oberland bernois. Au-dessus du brouillard se dresse majestueusement le trio formé par l’Eiger (à gauche, 3970 m), le Mönch (au centre, 4107 m) et la Jungfrau (à droite, 4158 m; photo: E. Sommer).
Immagine 3 di 14
Même sans poudreuse, le plaisir peut être au rendez-vous... Malgré le ciel souvent nuageux, il y avait à toutes les expositions une croûte portante le samedi 13 avril à la Zenjiflue (Arosa, GR) qui culmine à 2685 m (photo: SLF/C. Lucas).
Immagine 4 di 14
Également dans le massif du Gothard, ici au Gemsstock (2962 m, Andermatt, UR), le manteau neigeux présentait le samedi 13 avril une croûte portante partiellement recouverte de givre sur les pentes exposées au nord (photo: P. Degonda).
Immagine 5 di 14
En Suisse romande, la météo du dimanche 14 avril était un peu plus agréable que prévu. Combinées à une bonne situation avalancheuse, ces conditions ont réjoui de nombreux randonneurs. Vue sur l’arête nord-ouest Wyssnollen (3590 m) au centre de la région d’Aletsch (photo: C. Morgenthaler).
Immagine 6 di 14
Alors que le printemps s’installait dans les vallées, les adeptes des sports d’hiver pouvaient encore profiter de super conditions aux altitudes relativement élevées: Sur le glacier Pers sur la façade nord du Piz Palü (3900 m, Pontresina, GR), le lundi 15 avril, on avait parfois encore de la neige jusqu’à la taille (photo: M. Benz).
Immagine 7 di 14
Paysage de dunes dans les Grisons. Aux endroits avec encore un peu de neige, le vent a dessiné de magnifiques tableaux. Ces nervures observées entre l’Isentällispitz (2985 m) et le Gorihorn (2904 m) au-dessus de la vallée de la Flüela indiquent que le vent soufflait latéralement. La surface neigeuse ressemble dès lors à une mer gelée (photo: S. Fröhlich, 15.04.2019).
Immagine 8 di 14
“Snowfarming” en pleine nature: Un cône d’avalanche d’il y a quelque temps déjà sur les contreforts sud du Brienzergrat à environ 700 m. La végétation emportée par l’avalanche protège la neige superficielle de l’ensoleillement direct et ralentit donc la fonte (photo: U. Mosimann, 15.04.2019).
Immagine 9 di 14
Lorsque, lors du relevé d’un profil de neige, on dégage soigneusement à la pelle une mince paroi de neige, on peut reconnaître à l’œil nu des différences importantes dans les couches de neige. Dans le cas présent, sur le versant sud-ouest de la Pointe de la Plaine Morte (Crans-Montana, VS) qui culmine à 2926 m, la lamelle de glace laisse passer nettement plus de lumière dans la partie inférieure du profil que les autres couches de neige. Voir également la figure 8 (photo: V. Bettler, 15.04.2019).
Immagine 10 di 14
L’ampleur des avalanches du début du mois était parfois considérable: Cette avalanche de neige mouillée s’est déclenchée le 5 avril sur la façade nord du Spitzigrat (Göschenen, UR) et est descendue jusque dans le fond de la vallée de Göschenen (photo: C. Mattli, 13.04.2019).
Immagine 11 di 14
La neige d’avalanche est généralement très comprimée et fond dès lors plus lentement que le manteau neigeux avoisinant. Cet effet était visible le samedi 13 avril à Guttannen (BE): Plusieurs langues de la grande avalanche "Spreitlouwi" sont descendues plus bas en traversant champs et chemins... (photo: © Grimselfoto, Daniel Bürki, Guttannen)
Immagine 12 di 14
... et elles ont littéralement creusé des passages dans le manteau neigeux, laissant sur leur trajectoire nettement moins de neige qu’aux alentours (photo: © Grimselfoto, Daniel Bürki, Guttannen, 13.04.2019).
Immagine 13 di 14
Au cours des journées douces qui ont suivi, la neige a disparu plus rapidement dans ces couloirs d’avalanche que dans leur voisinage, ce qui a permis de prendre cette vue surprenante (photo: © Grimselfoto, Daniel Bürki, Guttannen, 13.04.2019).
Immagine 14 di 14
[Translate to Französisch:] Avec les températures plus chaudes, l'eau liquide pénètre de plus en plus profondément dans la manteau neigeux. Au col de l'Umbrail (Val Müstair, GR), l'un des points les plus à l'est de la Suisse, cette eau a rencontré des couches de neige plus grossièrement granuleuses, en particulier dans la zone frontalière forestière, ce qui a favorisé le déclenchement d'avalanches de neige humide en plaques (photo: P. Caviezel, 17.04.2019).
 

Météo

Le vendredi 12 et le samedi 13 avril étaient assez ensoleillés dans l’ouest et le sud (cf. photo 1), et généralement nuageux dans l’est. L’isotherme zéro degré oscillait aux alentours de 2000 m (cf. figure 2).

 
 

Avec le passage d’une goutte froide, le temps était devenu nettement plus froid le dimanche. Il a neigé temporairement plus particulièrement dans le nord et l’est, la limite des chutes de neige descendant momentanément jusqu’à basse altitude. Les quantités de neige demeuraient toutefois relativement faibles. Ce n’était qu’en Engadine qu’il était tombé jusqu’à 20 cm de neige fraîche (cf. figure 3).

 

Du lundi 15 au mercredi 17 avril, le temps était à nouveau partiellement ensoleillé et partiellement nuageux. Le lundi, l’isotherme zéro degré était remontée lentement à environ 2000 m et, le mercredi après-midi, elle atteignait 2400 m.

Conditions avalancheuses

Avalanches de neige sèche

 

Des avalanches généralement petites ne pouvaient se décrocher que très localement en surface. Cela concernait plus particulièrement les régions dans lesquelles il était tombé un peu de neige le samedi et le dimanche (cf. photo 4).

 

Avalanches de neige mouillée et de glissement

 

Avec le temps frais et seulement temporairement ensoleillé, le danger d’avalanche de neige mouillée et d’avalanches de glissement n’était soumis qu’à une légère augmentation en cours de journée. A quelques exceptions près (cf. photo 5), l’activité avalancheuse était faible. Quelques avalanches sporadiques de taille petite et moyenne ont été signalées (cf. photo 6).

 

 

 
 

Situation neigeuse et avalancheuse avant Pâques 2019

 

Peu de temps avant Pâques, le mercredi 17 avril, il y avait encore comparativement beaucoup de neige en de nombreux endroits des Alpes suisses (cf. également photo 7):

  • Sur les pentes exposées au nord, la limite de la neige se situait entre 1000 m sur l’est du versant nord des Alpes et 1600 à 1800 m dans le sud du Haut-Valais et dans le val Müstair. Sur les pentes exposées au sud, elle se situait à chaque fois environ 400 m plus haut.
  • À 2000 m, il y avait plus de 200 cm de neige sur une grande partie du centre et de l’est du versant nord des Alpes. Dans les autres régions, la hauteur de neige était comprise entre 100 et 200 cm. Ce n’était que dans le sud du Valais que les hauteurs étaient plus faibles avec de 50 à 100 cm de neige. En de nombreux endroits, ces valeurs sont légèrement supérieures aux valeurs moyennes. En Engadine, elles correspondent à environ 1,5 fois les hauteurs de neige habituellement mesurées en cette période de l’année.
  • A 2500 m, il y avait encore plus de 200 cm de neige dans toutes les régions.
 

 

Le manteau neigeux présentait une bonne constitution. Lors de tests de stabilité, des ruptures ne pouvaient être provoquées que localement dans le manteau neigeux (cf. figure 8).

 

 

Sur la façade nord, le manteau neigeux était encore largement sec au-dessus de 2000 m; sur les pentes exposées à l’est et à l’ouest, il était humidifié jusqu’aux alentours de 2400 m. Sur les pentes exposées au sud, le manteau neigeux était isotherme et humide depuis déjà plusieurs semaines jusqu’à plus de 3000 m.

 

Accidents d’avalanche

 

Il n’y a eu aucun accident impliquant des personnes.

Le vendredi 12 avril, une très grande avalanche s’est déclenchée sur le versant nord du Petit Combin (VS) à environ 3600 m. Elle avait vraisemblablement été provoquée par une rupture de sérac. Tout le manteau neigeux s’était décroché jusque sur la glace du glacier. Un vol de contrôle a été effectué par Air Glaciers afin de s’assurer qu’aucune personne ne se trouvait dans la zone de l’avalanche.

 

In alto