Navigation mit Access Keys

Wochenbericht 08. - 14. März 2019

Contenuto principale

 

Avec la neige fraîche et le vent tempétueux, situation avalancheuse temporairement critique

Dans l’ouest et dans le nord, le temps était souvent nuageux. Les chutes de neige se sont succédé, la neige fraîche étant la plus abondante dans l’ouest et le nord du Bas-Valais. La neige fraîche et la neige soufflée constituaient le danger principal (cf. série de photos, photo 1). On n’a pas observé d‘avalanches partant des couches relativement profondes de neige ancienne. De même, des avalanches de glissement n’ont été signalées que très localement. Avec la montée de la limite des chutes de neige au cours du week-end, quelques avalanches de neige mouillée se sont décrochées en dessous de 2000 m environ, surtout dans l’ouest. Dans le sud, le ciel était souvent dégagé et la situation avalancheuse était généralement bonne.

 

 

 
Immagine 1 di 14
Au Bel Oiseau (2630 m, Finhaut, VS), une rupture probablement spontanée d’une corniche – visible en haut sur le bord droit de la photo – a provoqué une avalanche de plaque de neige d’une taille impressionnante. Heureusement qu’au moment du décrochement, personne ne se trouvait dans le voisinage (photo: J.-L. Lugon, 12.03.2019).
Immagine 2 di 14
La neige fraîche et le vent de la période précédente couverte par le rapport hebdomadaire ont provoqué cette avalanche de plaque de neige vraisemblablement spontanée sur la façade sud des Alpes au-dessus de la route du col du Gothard (Airolo, TI) (photo: G. Voide, 08.03.2019).
Immagine 3 di 14
Le vent à l’ouvrage: Imposants panaches de neige soufflée au Mont Bonvin. De tels panaches de neige permettent de voir de loin que de la neige est transportée formant vraisemblablement des accumulations de neige soufflée (2900 m, Crans-Montana, VS) (photo: V. Bettler, 08.03.2019).
Immagine 4 di 14
Les cristaux de neige en gobelets résultent de la métamorphose constructive du manteau neigeux. Ils ont été observés au Piz Daint (2967 m, Val Müstair, GR). Les couches qui contiennent des cristaux en gobelets sont instables, parce que les grands cristaux ne présentent que peu de points de contact et que la couche renferme de grands espaces vides. C’est la raison pour laquelle les couches enneigées à grains grossiers constituent souvent des couches fragiles typiques (photo: B. Oney, 09.03.2019).
Immagine 5 di 14
Conditions magnifiques dans la descente du Piz de Mucia (2967 m, Mesocco, GR). Même s’il n’y a pas de signaux de danger et que le manteau neigeux donne une bonne impression, il convient de réduire les risques dans les parties plus raides des pentes, par exemple en franchissant la zone individuellement. Une coulée de neige meuble s’est produite dans la pente très raide à gauche sur la photo (photo: L. Silvanti, 09.03.2019).
Immagine 6 di 14
Descendre une pente individuellement permet non seulement de réduire les risques, mais offre également la possibilité de prendre des photos impressionnantes de ses compagnons. Ici, au Pizzo d’Era (2617 m, Blenio, TI) (photo: M. Gilgien, 09.03.2019).
Immagine 7 di 14
Au Fanellhorn (3123 m, Vals, GR), les randonneurs ont profité au cours du week-end de bonnes conditions de poudreuse sur les pentes à l’ombre d’une déclivité modérée (photo: U. Berni, 09.03.2019).
Immagine 8 di 14
Sur le flanc est de la Carraye (2131 m, Trient, VS), la chaleur et la pluie en dessous de 2000 m environ ont donné lieu à des avalanches de neige mouillée. Celles-ci sont descendues jusqu’aux alentours de 1400 m juste au-dessus du fond de la vallée (photo: J.-L. Lugon, 11.03.2019).
Immagine 9 di 14
Tempête de neige comme en plein hiver à Sedrun (1400 m, GR) (photo: N. Levy, 11.03.2019).
Immagine 10 di 14
Lorsque le soleil „traverse“ la montagne: Le fameux Martinsloch près des Tschingelhörner (2849 m, Glaris Sud, GL) (photo: A. Schmidt, 12.03.2019).
Immagine 11 di 14
Le dimanche et le lundi, le vent était fort à tempétueux, surtout en altitude. Les formations de givre sur la croix sommitale du Spitzhorli (2737 m, Brig-Glis, VS) trahissent clairement la direction du vent. Elles grandissent en effet contre le vent qui soufflait donc depuis la „gauche“ (photo: S. Lugon-Moulin, 12.03.2019).
Immagine 12 di 14
Le mardi ensoleillé après les chutes de neige des jours précédents a fait sortir les skieurs. De nouvelles traces isolées ont été laissées dans la descente depuis le sommet du Weissfluh (2830 m, Davos, GR). L’avalanche visible dans le couloir raide a vraisemblablement été déclenchée artificiellement pour sécuriser l’itinéraire de descente (photo: F. Baumgartner, 12.03.2019).
Immagine 13 di 14
Les grains de grésil à la Gamsalp (1700 m, Wildhaus, SG) ressemblent à des billes de polystyrène (photo: P. Diener, 13.03.2019).
Immagine 14 di 14
Cette avalanche de plaque de neige a été observée sur le chemin menant à la Hohture (2409 m, Ried-Brig; VS). Il s’agissait d’un décrochement spontané de la neige soufflée fraîche (photo: S. Lugon-Moulin, 13.03.2019).
 

Météo

Du vendredi 8 au lundi 11 mars: Neige fraîche dans le nord; temps parfois ensoleillé, mais souvent tempétueux dans le sud

Du vendredi au lundi, le temps était assez ensoleillé dans le sud et généralement nuageux dans le nord. Le vendredi et le samedi, il n’y avait pas encore de précipitations significatives. La limite des chutes de neige se situait à 1300 m et, le samedi, elle est montée à environ 2200 m dans l’ouest et aux alentours de 1800 m dans les autres parties du pays. À partir du samedi soir, les précipitations se sont intensifiées. Ce n’est que le dimanche soir que la limite des chutes de neige est descendue rapidement depuis environ 2000 m jusqu’à basse altitude. Le lundi, il y a eu des chutes de neige jusqu’à basse altitude sur une grande partie du territoire. Elles ont pris fin dans la nuit du lundi au mardi 12 mars. Les quantités totales de neige fraîche étaient considérables, surtout dans l’ouest du Bas-Valais et sur la crête nord des Alpes (cf. figure 1).

 

Etant donné que la neige était tombée sous forme d’averses et en raison du vent temporairement tempétueux de secteur ouest, les quantités de neige fraîche variaient fortement d’une région à l’autre. Dans le nord et en altitude, le vent était en effet fort à tempétueux, tout particulièrement le samedi, le dimanche et le lundi. Ailleurs, il était modéré à fort.

 

Mardi 12 mars: La plus belle journée de la semaine

Le mardi était assez ensoleillé sur une grande partie du territoire. La température avait à nouveau un peu augmenté et se situait à la mi-journée à 2000 m entre -2 °C dans l’ouest et -6 °C dans l’est. Temporairement, le vent était seulement faible à modéré de secteur ouest.

 

Mercredi 13 et jeudi 14 mars: Neige fraîche dans le nord; temps partiellement ensoleillé uniquement dans le sud

Dans la nuit du mardi au mercredi, il a neigé surtout dans l’ouest. La journée du mercredi, le temps dans le nord était variable avec des averses de neige. La limite des chutes de neige était descendue depuis 1200 m jusqu’à 600 m. Le jeudi, les chutes de neige se sont à nouveau intensifiées en cours de journée. La limite des chutes de neige était montée à 1200 m. Le vent de secteur ouest s’était renforcé et soufflait en tempête en cours de journée. Seul l’extrême sud bénéficiait de deux journées assez ensoleillées.

Les quantités de neige tombée entre le mardi soir et la clôture de la rédaction le jeudi soir sont indiquées dans la figure 2.

 

Situation avalancheuse

Neige fraîche et neige soufflée

La neige fraîche et le vent tempétueux ont dominé cette période examinée par le rapport hebdomadaire. Le vent de secteur ouest soufflait temporairement en tempête, surtout le dimanche, le lundi et le jeudi. Il transportait intensément surtout la neige fraîche (cf. photo 3).

 

Jusqu’au samedi 9 mars, les accumulations fraîches de neige soufflée étaient encore plutôt petites, car il n’y avait que très peu de neige pouvant être transportée par le vent. En raison des températures douces et des surfaces relativement bonnes de neige ancienne, ces accumulations de neige soufflée étaient en outre souvent bien liées aux couches sous-jacentes et ne pouvaient se décrocher qu’à certains endroits. Le danger d’avalanche était évalué au degré limité sur une grande partie du territoire. Un danger marqué d’avalanche prévalait surtout dans l’ouest et le sud, où les couches de neige fraîche de la période précédente couverte par le rapport hebdomadaire étaient parfois encore fragiles (cf. série de photos). À partir du dimanche 10 mars, le problème lié à la neige fraîche et à la neige soufflée s’est amplifié dans le nord. Le danger était évalué au degré marqué, d’abord dans l’ouest, puis plus tard dans une grande partie du nord et du Valais. Les bons résultats des déclenchements d’avalanches au moyen d’explosifs pour la sécurisation des domaines skiables, le mardi 12 mars, montraient que les couches de neige fraîche et de neige soufflée étaient fragiles dans une grande partie des régions touchées par les précipitations les plus importantes (cf. vidéo 1).

 

 

 

En dehors des régions de la crête nord des Alpes touchées par les précipitations les plus abondantes, les couches de neige fraîche et de neige soufflée étaient nettement moins épaisses, mais à certains endroits, elles étaient néanmoins susceptibles de se décrocher. Cela a été confirmé par quelques déclenchements d’avalanches par des personnes (cf. photo 4).

 

 

 

Après une légère diminution du danger, le mercredi 13 mars, il a à nouveau augmenté le jeudi en raison des nouvelles chutes de neige et du vent tempétueux, mais dans un premier temps dans les limites du degré de danger ‚marqué‘ (degré 3). Dans le sud, où il était tombé nettement moins de neige ou pratiquement pas de neige cette semaine, la situation était beaucoup plus favorable et le danger était généralement limité (cf. photo 5).

 

 

 

Avalanches de neige mouillée et avalanches de glissement

Cette semaine, le service des avalanches n’a plus reçu que quelques signalements d’avalanches de glissement (cf. photo 6)

 

Avec la limite élevée des chutes de neige au cours du week-end du 10 mars, quelques avalanches de neige mouillée se sont décrochées en dessous de 2000 m environ. Elles ont surtout été observées dans l’ouest, où les chutes de pluie étaient les plus abondantes (cf. photo 7).

 

 

 

Neige ancienne

Aucun déclenchement d’avalanche dans des couches relativement profondes du manteau de neige ancienne n’a été signalé. Des informations provenant des Grisons indiquaient cependant que, sur les pentes exposées au nord et plutôt faiblement enneigées au-dessus de 2000 m environ, le manteau neigeux avait souvent subi une métamorphose constructive à grains anguleux et était très meuble. Cette situation était défavorable, surtout dans la perspective des chutes de neige annoncées.

 

Situation neigeuse

A la fin de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, il y avait sur les plans horizontaux à 2000 m de 120 à 200 cm de neige dans une grande partie du nord. La neige était moins abondante dans le sud du Valais, dans le centre et le sud du Tessin ainsi que dans les parties méridionales des Grisons. Dans ces régions, les hauteurs de neige à 2000 m variaient entre 50 et 120 cm.

Si l’on compare les hauteurs de neige actuelles aux moyennes pluriannuelles, on constate qu’elles se sont largement normalisées par rapport aux données de janvier. En dessous de 2000 m, les hauteurs de neige étaient encore légèrement supérieures aux valeurs moyennes, surtout sur l’ouest et l’est du versant nord des Alpes ainsi que dans le nord et le centre des Grisons (cf. figure 8/1). Au-dessus de 2000 m, les hauteurs de neige étaient souvent légèrement supérieures aux moyennes, tandis que dans le Tessin, elles étaient légèrement inférieures à ces valeurs (cf. figure 8/2).

 

 

 

 
Immagine 1 di 2
Figure 8/1: Hauteurs de neige comparées aux moyennes pluriannuelles, exprimées en %. La carte reprend toutes les stations situées entre 1000 et 2000 m. Cela concerne généralement des champs de mesure avec de nombreuses années de relevés.
Immagine 2 di 2
Figure 8/2: Hauteurs de neige comparées aux moyennes pluriannuelles, exprimées en %. La carte reprend toutes les stations situées au-dessus de 2000 m. Cela concerne généralement des stations de mesure automatiques avec au maximum une vingtaine d’années de relevés.
 

Accidents d’avalanche

Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, quatre accidents d’avalanche impliquant des personnes ont été signalés. Trois personnes ont été blessées. Depuis peu, tous les accidents d’avalanche signalés sont repris sur une carte et dans un tableau sur le site www.slf.ch. Le tableau peut être affiché selon différents critères de tri, par exemple par date.

Un autre accident d’avalanche s’est produit directement au sud de la frontière suisse au Grieshorn (2968 m, Bedretto, TI/Italie); il n’est dès lors pas repris dans le tableau des accidents d’avalanche. Cette avalanche s’est déclenchée sur une pente orientée au sud-est à environ 2900 m et a emporté quatre personnes (cf. photo 9). Deux d’entre elles ont été entièrement ensevelies et les autres étaient partiellement ensevelies. Une des personnes était blessée.