Navigation mit Access Keys

Wochenbericht 12.-18. Januar 2018

Contenuto principale

 

De la prédominance d’une situation favorable jusqu’à une situation critique sur une grande partie du territoire – une semaine très contrastée

La semaine était très contrastée: D’abord des conditions idéales pour les randonnées avec une situation avalancheuse le plus souvent favorable, et à la fin un vent soufflant en tempête, beaucoup de neige fraîche et fort danger d’avalanche en de nombreux endroits.

 
Immagine 1 di 18
Avalanche de glissement survenue vraisemblablement dans la nuit du jeudi au vendredi sur une pente exposée au sud à environ 2300 m. On peut voir à droite les paravalanches de la Poncione di Löita del Pizzo, au-dessus d’Airolo/TI (photo: E. Barelli, 12.01.2018).
Immagine 2 di 18
Givre de surface en grande quantité sur le Büelenhorn (2808 m, Bergün, GR), avec une vue en direction des montagnes du centre des Grisons. C’est magnifique, mais attention si le givre est recouvert de neige, comme c’était le cas cette semaine (photo: SLF/T. Stucki, 14.01.2018).
Immagine 3 di 18
La tempête ‚Evi‘ a frappé Wildhaus (SG; photo: P. Diener 17.01.2018).
Immagine 4 di 18
En dessous du télésiège Muttleren dans le domaine skiable de Mürren-Schilthorn (2330 m, Lauterbrunnen, BE), une avalanche de glissement s’est déclenchée le vendredi soir sur une pente exposée au sud-ouest en dehors des pistes de ski. Son épaisseur de rupture était d’environ 1,5 m (photo: P. Bühler, 12.01.2018).
Immagine 5 di 18
Avalanche de glissement sur une pente exposée au sud-est à environ 2300 m dans le domaine skiable de Thyon (Vex, VS): Même si une fissure de glissement traversait toute la pente, une partie seulement s’est décrochée sous forme d’avalanche. Le reste se décrochera-t-il aussi (et quand)? (photo: D. Chételat, 14.01.2018)
Immagine 6 di 18
Rien que de la neige? Non. Dans le domaine skiable de Belalp (versant est à environ 2300 m, Naters, VS), une fissure de glissement à peine visible s’ouvrait dans le manteau neigeux d’une épaisseur d’environ deux mètres, ... (photo: P. Schwitter, 14.01.2018).
Immagine 7 di 18
... et trois jours plus tard, une grande ‚gueule de baleine‘ s’était formée. Etant donné que les avalanches de glissement peuvent se décrocher à n’importe quel moment, il ne faut jamais s’attarder inutilement dans le voisinage de telles fissures de glissement (Naters, VS; photo , P. Schwitter, 14.01.2018).
Immagine 8 di 18
Les fissures et plis dans le manteau neigeux témoignent de l’activité de neige glissante sur le flanc est du Louwenehorn (2477m, Saanen, BE; U. Grundisch, 14.01.2018).
Immagine 9 di 18
Les sillons et trous à la surface de la neige témoignent de l’intensité de la pluie au cours de la première semaine de janvier (entre Leuggelstock et le lac Oberblegisee, 1420 m, Glaris Sud, GL; photo: A. Schmidt, 15.01.2018).
Immagine 10 di 18
Une fois débarrassée du givre, la station de mesure du vent peut maintenant à nouveau fournir des données correctes concernant la vitesse et la direction du vent, la température de l’air et l’humidité relative de l’air (photo: V. Bettler, 15.01.2018).
Immagine 11 di 18
Même si la hauteur de neige à la mi-janvier dépassait la moyenne pluriannuelle également dans le nord du Tessin, les paravalanches au Poncione di Löita del Pizzo (2450 m, Airolo, TI) n’atteignaient pas encore leurs limites de capacité de retenue. En bas à droite de l’image, on reconnaît une avalanche de glissement fraîche (photo: E. Barelli, 12.01.2018).
Immagine 12 di 18
Même observée à distance, l’activité d’avalanches de glissement sautait aux yeux sur les mêmes pentes orientées au sud-est au-dessus d’Airolo (TI) (photo: L. Silvanti, 13.01.2018).
Immagine 13 di 18
Dans les Grisons également, comme ici au Schollberg (Luzein, GR), de dangereuses grandes avalanches de glissement s’étaient déclenchées (photo: C. Locher, 12.01.2018).
Immagine 14 di 18
Terrain d’expérimentation du SLF dans la vallée de la Sionne. On peut voir les dépôts d’avalanches de la première semaine de janvier. La vidéo présentée dans le rapport hebdomadaire montre une avalanche dans le couloir de droite (photo: SLF/P. Huguenin, 13.01.2018).
Immagine 15 di 18
Spectacle de givre, mis en scène par le brouillard et les températures négatives, lorsque des gouttes d’eau en surfusion gèlent dans la direction opposée à celle du vent (Dilitschchopf, 1330 m, Gänsbrunnen, SO; photo: V. Berret, 13.01.2018).
Immagine 16 di 18
Après les chutes de neige des dix derniers jours, de nombreuses stations IMIS de mesure du vent étaient recouvertes d’une grande épaisseur de givre, comme ici la station du Schwarzhorn (3103 m, Inden/Loèche-les-Bains, VS; photo: V. Bettler, 15.01.2018).
Immagine 17 di 18
Les preuves de l’importante activité avalancheuse de la semaine écoulée apparaissent au grand jour: avalanche spontanée de plaque de neige au Hübschhorn (3192 m, Simplon, VS). Le fait que la largeur de rupture a été si bien visible depuis l’Hospice du Simplon indique une grande épaisseur de rupture (photo: SLF/C. Pielmeier, 14.01.2018).
Immagine 18 di 18
Une grande avalanche s’était également déclenchée la semaine précédente à l’Engelberger Rotstock. Elle était descendue jusqu’au Bösenboden situé 1300 m plus bas (photo: C. Suter, 13.01.2018).
 

Du vendredi 12 au lundi 15 janvier: Prédominance d’une situation avalancheuse favorable

Alors que sur le Plateau central et le vendredi également à moyenne altitude, il y avait une couverture de brouillard élevé assez tenace, le temps était très ensoleillé en montagne avec des températures de l’air à 2000 m aux alentours de -4 °C et un vent quasi nul. Ce n’est que le lundi que l’approche de la dépression cyclonale „Evi“ a donné lieu à une augmentation de la nébulosité dans l’ouest et à une intensification continue du vent de secteur ouest.

La situation avalancheuse s’est détendue très rapidement. Alors que le mardi 9 janvier de nombreuses grandes avalanches s’étaient encore déclenchées spontanément tout particulièrement dans le Haut-Valais (voir rapport hebdomadaire précédent), on n’a pratiquement plus signalé de déclenchements d’avalanches à partir du vendredi. Même le week-end, lorsqu’énormément de randonneurs profitaient des conditions favorables, une seule avalanche de neige sèche déclenchée par des personnes a été signalée (cf. photo 1). Les tests de stabilité confirmaient également la situation avalancheuse favorable sur une grande partie du territoire. Les régions intra-alpines faisaient exception à cette règle, car aux endroits plus faiblement enneigés, il était parfois encore possible de provoquer des ruptures dans la neige ancienne (cf. figure 2) avec des niveaux de charge moyens. Même si les avalanches de neige sèche étaient très rares, il y a néanmoins encore eu quelques avalanches de glissement d’ampleur moyenne (cf. photo 3).

 


 
 
 

Le beau temps avait cependant aussi un effet secondaire très important: En raison du rayonnement intense du manteau neigeux, les couches meubles proches de la surface subissaient une métamorphose constructive sur les pentes à l’ombre. De plus, un important givre de surface se formait en de nombreux endroits (cf. photo 4 et figure 5). Il fallait s’attendre à ce que cette surface défavorable constitue une couche fragile déterminante pour les prochaines chutes de neige.

 
 
 

Du mardi 16 au jeudi 18 janvier: Les tempêtes hivernales „Evi“ et „Friederike“ apportent beaucoup de neige fraîche et, sur une grande partie du territoire, des conditions avalancheuses critiques

Dans la nuit du lundi au mardi, il y a eu des chutes de neige. Dans le nord, la limite des chutes de neige se situait d’abord à près de 1500 m, mais le mercredi, elle est descendue à basse altitude, avant de remonter le jeudi à nouveau aux alentours de 1500 m dans le nord (cf. figure 6). Le vent était souvent fort à tempétueux de secteur ouest. Ce n’était que dans le centre et le sud du Tessin que la tempête n’a guère été ressentie: le vent était généralement modéré et il n’y a eu que de faibles chutes de neige. Entre lundi soir et jeudi après-midi, les quantités suivantes de neige étaient tombées au-dessus de 1500 m (cf. également la figure 7):

• Partie la plus occidentale et nord du Bas-Valais, Lötschental, Alpes glaronnaises: de 80 à 120 cm

• Reste de la crête nord des Alpes sans la vallée du Hasli, Valais, nord-ouest du Tessin, nord des Grisons, nord de la Basse-Engadine: de 40 à 80 cm

• Reste du versant nord des Alpes, reste du nord du Tessin, centre des Grisons, reste de la Basse-Engadine, Jura: de 20 à 40 cm

• Haute-Engadine: de 10 à 20 cm; dans l’extrême sud, temps sec

 
 
 

Beaucoup de neige fraîche, un vent fort et une surface défavorable de neige ancienne ont donné lieu, sur une grande partie du territoire, à une nette augmentation du danger d’avalanche. Dès le mercredi, un degré de danger 4 (fort) était annoncé pour certaines parties du Bas-Valais, puis le jeudi également pour de grandes parties du versant nord des Alpes et pour l’ensemble du Valais. Abstraction faite du Bas-Valais, où des avalanches pouvaient descendre jusque dans les vallées, cela concernait surtout les zones alpines de sports de neige. Des avalanches spontanées de taille moyenne étaient attendues, et le jeudi également de grandes avalanches dans certaines parties du Bas-Valais.

On n’a pu vérifier que partiellement dans quelles régions les prévisions étaient correctes, étant donné qu’en raison de la tempête les domaines skiables avaient souvent été fermés. De plus, les conditions de visibilité étaient fortement limitées, ce qui ne permettait souvent pas d’observation. Les premières avalanches qui s’étaient déclenchées spontanément en Valais dès le mardi indiquaient toutefois que la neige fraîche et la neige soufflée pouvaient se décrocher très facilement, et que les avalanches pouvaient atteindre une ampleur moyenne (cf. photo 8). Plusieurs avalanches spontanées relativement grandes ont par ailleurs été détectées le mercredi et le jeudi par les radars. C’était par exemple le cas dans les couloirs d’avalanches touchant la route vers Zermatt (VS). Une avalanche spontanée a cependant aussi été détectée au niveau du site d’expérimentation du SLF dans la vallée de la Sionne (VS). Cette avalanche avait atteint une vitesse de plus de 200 km/h et était qualifiée par les chercheurs comme étant une des plus grandes avalanches poudreuses enregistrées ces dernières années dans la vallée de la Sionne (voir vidéo). Au Grand Chavalard (Fully, VS) et dans la vallée de Zermatt (VS), on a également observé des avalanches poudreuses relativement grandes le mercredi après-midi.

 
 
 

Accidents d’avalanche et avalanches ayant provoqué des dégâts

Le jeudi, un accident d’avalanche dans lequel deux personnes ont été ensevelies s’est produit près d’Ovronnaz, VS. Une des victimes est décédé. On ne dispose pas encore d’informations plus précises concernant cet accident.

A Zermatt, une avalanche spontanée de plaque de neige a enseveli une piste de ski le mardi. Personne n’a été touché.