Navigation mit Access Keys

Wochenbericht 17.-23. Februar 2017

Contenuto principale

 

Neige soufflée fraîche en altitude, diminution du problème lié à la neige ancienne et pluie à haute altitude

Avec la neige fraîche et le vent de secteur ouest temporairement fort, le danger d’avalanche a augmenté momentanément dans l’est. La neige soufflée fraîche constituait le problème principal (cf. photo 1). Après un week-end dominé par une situation avalancheuse favorable et de bonnes conditions de randonnées sur une grande partie du territoire, il a plu jusqu’à haute altitude (cf. figure 2) dans le nord au cours de la seconde moitié de la semaine examinée par le rapport hebdomadaire. Ces conditions ont donné lieu à des déclenchements de nombreuses coulées de neige humide. Dans les régions intra-alpines, le problème lié à la neige ancienne était toujours présent, mais le risque de décrochement d’avalanches dans les couches profondes du manteau neigeux diminuait.

 

 

 
Immagine 1 di 13
Photo 1: Avalanche fraîche de plaque de neige qui s’est décrochée dans la neige soufflée proche de la surface. L’avalanche avait été déclenchée par un seul adepte des sports de neige sur une pente exposée au nord à environ 2100 m au Risetenstock (2289 m, Isenthal, UR). Elle avait enseveli un chien qui a pu se dégager lui-même (photo: S. Würsch, 20.02.2017).
Immagine 2 di 13
Die Hänge um den Lukmanierpass zeigten sich Anfang dieser Berichtsperiode noch immer teils aper, wie hier ein Blick auf die Westflanke des Scopi (3190 m, Medel/Lucmagn, GR) veranschaulichte. Gründe dafür waren einerseits der wenige Schnee, andererseits die am Pass oft starken Winde (Foto: SLF/M. Phillips, 17.02.2017).
Immagine 3 di 13
Ein Blick ins Val Trupchun (S-chanf, GR) zeigte noch sehr winterliche Verhältnisse am Beginn dieser Berichtsperiode. Im Bild ersichtlich sind Lawinenablagerungen im Gebiet um die Alp Trupchun. Die Lawinen sind in sehr steilem südwest exponiertem Gelände spontan angerissen (Foto: D. Godly, 17.02.2017).
Immagine 4 di 13
Im Gebiet um den Furkapass wurden Gleitschneelawinen beobachtet, wie ein Foto von einem Südosthang auf ca. 2030 m zeigte (Realp, UR; Foto: C. Glanzer, 17.02.2017).
Immagine 5 di 13
Diese durch drei Wintersportler ausgelöste Lawine in einem Osthang auf ca. 2040 m an der hinteren Rosswies verdeutlichte, dass die durch Neuschnee und Wind verursachten Triebschneeansammlungen, durchaus störanfällig waren. Verschüttet wurde niemand (Grabs, SG; Foto: P. Kuendig, 18.02.2017).
Immagine 6 di 13
Auch im Gebiet um den Vorderen Eggstock (2448 m, Glarus Süd, GL) dokumentierten Tourengeher, diese hinter einem Geländerücken abgegangene Lawine. Sie wurde im Neuschnee bzw. frischen Triebschnee auf ca. 1900 m an einem Nordwesthang ausgelöst. Verschüttet wurde niemand (Foto: M. Hauser, 19.02.2017).
Immagine 7 di 13
Ältere Lawinenablagerungen waren am Wochenende trotz des Schneefalls noch deutlich sichtbar, wie hier im hinteren Chüealptal (Davos, GR; Foto: SLF/E. Hafner, 19.02.2017).
Immagine 8 di 13
Winterlandschaft. Der Schneefall vom Freitag, 17.02. brachte gute Tourenbedingungen im Gebiet um den Chäserrugg (2260 m, Wildhaus-Alt St. Johann, SG; Foto: P. Diener, 19.02.2017).
Immagine 9 di 13
Die Verfrachtung des lockeren Neuschnees, bildete in der Furggel beim Vorder Blistock (2405 m, Glarus Süd, GL) Wächten auf der Leeseite, welche zwar klein aber störanfällig waren (Foto: A. Schmidt, 20.02.2017).
Immagine 10 di 13
Auch im Val Bedretto fiel am Dienstag, 21.02. etwas Schnee. Hier ein Foto aus dem Gebiet um den Pizzo Grandinaga (2700 m, Nordwesthang, Bedretto, TI), wo Gebirgsspezialisten der Schweizer Armee unterwegs waren (Foto: T. Niffeler, 21.02.2017).
Immagine 11 di 13
Dieser Rutsch ist am Mittwoch, 22.02. von Wintersportlern fernausgelöst worden (2500 m, Osthang, Klosters-Serneus, GR; Foto: SLF/B. Zweifel).
Immagine 12 di 13
Le fort vent d'ouest a formé les nuages soufflés (Altocumulus lenticularis) sur le Mont Blanc (4808 m, Vallée de Chamonix-Mont-Blanc, France; photo: J.-L. Lugon, 22.02.2017).
Immagine 13 di 13
An der Aiguilles du Tour (3540 m, Trient, VS) verfrachtete der zeitweise stürmische Westwind den wenigen Neuschnee und vermutlich auch lockeren Altschnee. Dies führte zur Bildung von frischen Triebschneeansammlungen (Foto: S. Lugon-Moulin, 23.02.2017).
 

Météo

Vendredi 17 février: Chutes de neige dans le nord

Le vendredi matin, des nuages ont rapidement envahi le ciel et il y a eu des chutes de neige au-dessus de 1200 m environ (cf. photo 3).

 

Dans le sud, toute la journée était assez ensoleillée. Même si dans l’ouest les premières éclaircies sont apparues l’après-midi, dans l’est, en revanche, les chutes de neige ont persisté jusque dans la nuit de vendredi à samedi (cf. figure 4). Pendant ces chutes de neige, un vent modéré de secteur ouest à nord-ouest soufflait dans l’est.

 

Du samedi 18 au lundi 20 février: Temps généralement ensoleillé

Le samedi matin, il y avait encore des nuages résiduels dans l’est, surtout en dessous de 1800 m environ. Ailleurs, le temps était ensoleillé. La journée de dimanche était magnifique avec une météo radieuse et d’excellentes conditions neigeuses (cf. photo 5).

 

Dans la nuit du dimanche au lundi, une faible perturbation a effleuré l’est de la Suisse. Elle a apporté localement quelques flocons de neige. La journée était généralement ensoleillée, à part la présence de nuages résiduels le matin dans l’est.
De samedi à lundi, les températures à la mi-journée à 2000 m étaient légèrement inférieures à 0 °C (cf. figure 2). De plus des vents soufflaient de secteur ouest. Ils étaient souvent modérés mais aussi temporairement forts dans l’est et en altitude et généralement faibles à modérés dans l’ouest et dans le Bas-Valais.

Mardi 21 février: Pluie dans le nord, localement jusqu’à 2400 m

Dans le nord, il y avait des précipitations touchant principalement le centre et l’est du versant nord des Alpes ainsi que les Grisons. La limite des chutes de neige se situait le plus souvent entre 1500 et 2200 m. Localement, on a même observé de la pluie jusqu’à plus de 2400 m d’altitude. Dans la nuit du mardi au mercredi, quelques flocons sont encore tombés dans les Grisons. Entre lundi soir et mercredi matin, de 5 à 15 cm de neige sont tombés au-dessus de 2500 m environ sur le centre et l’est du versant nord des Alpes, dans le nord des Grisons et dans la vallée de Samnaun. Dans les autres régions, l’apport de neige n’était que de quelques centimètres, et dans l’extrême sud, le temps était resté sec. Les températures à la mi-journée étaient de +2 °C à +4 °C à 2000 m et un vent modéré à fort de secteur ouest soufflait en altitude. Ailleurs, le vent était généralement faible à modéré.

Mercredi 22 et jeudi 23 février: Temps généralement ensoleillé avec un vent de secteur ouest de plus en plus tempétueux

Les mercredi et jeudi étaient généralement ensoleillés. Les températures ont encore augmenté pour se situer à la mi-journée à 2000 m à +6 °C dans l’ouest et dans le sud et à + 4 °C dans l’est. Le vent de secteur ouest était modéré à fort le mercredi sur le versant nord des Alpes et en Valais, et faible à modéré ailleurs. Pendant la nuit du mercredi au jeudi, il s’est nettement intensifié devenant temporairement tempétueux dans le nord. En cours de journée, il a de nouveau diminué légèrement pour devenir modéré à fort dans l’ouest et faible à modéré ailleurs.

 

Situation avalancheuse

Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, les problèmes typiques d’avalanche étaient surtout liés à la neige soufflée, à la neige ancienne et à la neige mouillée.

Neige soufflée

Au début de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, la neige fraîche et le vent modéré de secteur ouest à nord-ouest ont donné lieu à la formation d’accumulations de neige soufflée relativement grandes et susceptibles de se décrocher, surtout dans l’est (cf. photo 6). C’était dès lors aussi dans cette partie du pays, qu’un danger marqué d’avalanche était annoncé temporairement le samedi 18 février en raison de la neige soufflée (voir également Évolution du danger). Dans les autres régions, les accumulations fraîches de neige soufflée étaient seulement petites.

 

La neige soufflée était par ailleurs restée à l’ordre du jour pendant le reste de la période examinée (cf. photo 1 et galerie de photos). Pour diverses raisons, il n’y a pratiquement pas eu de formation d’accumulations de neige soufflée relativement grandes. D’une part, les faibles précipitations du mardi n’ont plus apporté que peu de neige fraîche supplémentaire susceptible d’être transportée par le vent. D’autre part, pendant toute la période examinée par le rapport hebdomadaire, le vent soufflait de secteur ouest, de sorte que la quantité de neige ancienne pouvant être déplacée par le vent était de plus en plus épuisée. Enfin, il faut encore mentionner la douceur du temps et la pluie pendant la seconde moitié de la période examinée. Ces derniers éléments ont entraîné une consolidation de la surface neigeuse en dessous de 2400 m environ. Cette neige humide et dense n’était pratiquement plus transportée par le vent. Au cours de la seconde moitié de la période examinée, la formation de neige soufflée se limitait dès lors surtout aux altitudes élevées et à la haute montagne.

Neige ancienne

Le problème lié à la neige ancienne, qui dominait la situation avalancheuse dans le sud du Valais et dans de grandes parties des Grisons depuis début janvier, a persisté également au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire (cf. figure 7).

 

Par rapport aux semaines antérieures, le nombre de déclenchements d’avalanches dans la neige ancienne et le signalement de signaux d’alarme dans les régions concernées avaient nettement diminué. Pourtant, on pouvait supposer que plus particulièrement le week-end ensoleillé des 18/19 février, un très grand nombre de personnes se trouvaient en dehors des pistes. C’est la raison pour laquelle le danger d’avalanche dans les régions avec un problème marqué lié à la neige ancienne avait également été ramené au danger 'limité' (degré 2).
Une raison possible de cette diminution du problème lié à la neige ancienne est la modification des propriétés de la plaque de neige, c’est-à-dire des couches de neige se trouvant au-dessus de la couche fragile. A cause de la métamorphose constructive des cristaux de neige dans cette plaque, les ruptures à l’intérieur du manteau neigeux ne peuvent plus se propager que de manière limitée. Dans certaines régions, il est probable qu’une certaine consolidation a également eu lieu dans la couche fragile proprement dite, rendant celle-ci moins propice aux décrochements. Localement, des avalanches se sont toutefois encore décrochées dans la neige ancienne fragile (cf. photos 8 et 9).

 

Neige mouillée

Le mardi 21 février, il a plu jusqu’à 2400 m d’altitude dans certaines régions du nord. Cette pluie a provoqué quelques coulées de neige humide ainsi que de petites avalanches (cf. photo 10). On n’a pas observé d’avalanches d’ampleur relativement grande, sans doute aussi parce qu’il n’y avait pas assez de neige.

 

Situation neigeuse

Dans les Alpes suisses, il y avait toujours exceptionnellement peu de neige, également pendant cette période examinée par le rapport hebdomadaire. En comparaison avec les moyennes pluriannuelles, la plupart des stations de mesure manuelle n’atteignaient que 30 à 60 % de la hauteur de neige habituelle en cette saison (voir également la carte des hauteurs de neige en comparaison avec les moyennes pluriannuelles). La plupart des stations n’enregistraient toutefois pas de minimum absolu de hauteur de neige pour la saison. A la station de mesure du Weissfluhjoch (2540 m, Davos, GR), où des mesures sont effectuées depuis 1934, il n’y a toutefois que 3 hivers avec moins de neige au 23 février que cette année. Actuellement, la hauteur de neige est de 122 cm. Elle était plus faible uniquement en 1939 (102 cm), 1949 (89 cm) et 1972 (93 cm); la fois précédente était donc il y a 45 ans.

 

Accidents d’avalanche

Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, il s’est produit un accident mortel d’avalanche. Une personne a été emportée par une avalanche le mercredi 22 février sur le flanc sud du Balmhorn (Loèche-les-Bains, VS) à environ 3580 m; elle était déjà morte lorsqu’elle a été dégagée.

In alto