Navigation mit Access Keys

Potentiel inexploité: détection des avalanches à l’aide de câbles à fibre optique

Menu principal

 

29.11.2022  |  Lisa Bose, Sara Niedermann  |  News SLF

 

La plupart des avalanches se produisent sans témoins. Or, il serait important, notamment pour la sécurité routière, de savoir où et quand exactement elles se déclenchent, afin que les autorités puissent dégager et rouvrir rapidement le tronçon concerné. Les prévisionnistes d’avalanches pourraient également profiter de telles données pour affiner leurs bulletins. De même, les chercheurs sont intéressés par le moment précis des phénomènes pour améliorer leurs modèles de prévision.

 

Sur le terrain, le rôle d’observateur pourrait être joué par des câbles de télécommunication à fibre optique existants. Ils réagissent en effet aux vibrations du sol par des déformations minimes. Un appareil envoyant et mesurant des impulsions laser dans ces câbles permet ainsi de les utiliser comme capteurs sismiques. «La technologie n’est pas nouvelle, mais nous venons de la mettre en œuvre pour la première fois pour détecter des avalanches», explique Alec van Herwijnen, chercheur au WSL Institut pour l’étude de la neige et des avalanches SLF.

L’hiver dernier, les chercheurs ont pu utiliser un réseau de fibres optiques existant entre Susch et le col de la Flüela pour effectuer des tests. Les données ont été analysées par l’équipe de Pascal Edme du groupe de sismologie et de physique des ondes de l’ETH de Zurich, laquelle a identifié plusieurs avalanches qui se sont produites au-dessus ou à côté d’un câble le long du col.

 

Des caméras pour vérifier les signaux

Pour vérifier si les vibrations enregistrées proviennent réellement d’avalanches, les chercheurs ont installé trois caméras sur les 9 kilomètres du parcours. Une période avec de grandes avalanches de neige sèche et une période avec de nombreuses avalanches de neige mouillée ont été suivies. «Ce que nous avons vu sur les images coïncidait avec les signaux que nous avons reçus sur le câble», confirme Alec van Herwijnen. Les avalanches qui se produisent à plusieurs kilomètres de distance ne peuvent toutefois pratiquement pas être enregistrées. «Il faudrait que ce soit de très grandes avalanches. Par contre, nous avons pu clairement identifier grâce à nos données l’éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga Haʻapai dans le Pacifique à la mi-janvier», note Alec van Herwijnen avec humour.

 

Une grande portée, avec de grandes quantités de données

La mise en pratique n’est toutefois pas simple. Certes, le système a une grande portée et pourrait en principe surveiller des routes de col entières. Mais le problème est que chaque vibration du sol produit un signal qui doit être identifié. «L’analyse d’énormes quantités de données pour un suivi généralisé nécessite de nouvelles méthodes comme l’apprentissage automatique», explique Alec van Herwijnen. Il est convaincu du potentiel de la veille par fibre optique et des progrès de la recherche dans ce domaine au cours des prochaines années.

Cet article est paru dans le Davoser Zeitung le 29/11/2022 et sous une forme légèrement abrégée dans le magazine WSL DIAGONAL 2022/2. Ce magazine est gratuit et il est possible de s’y abonner ou de le télécharger en format PDF sur slf.ch.

 

POUR EN SAVOIR PLUS