Navigation mit Access Keys

Ligne de la Bernina : la barrière à vent est efficace

Menu principal

 

20.01.2022  |  Sara Niedermann  |  News SLF

 

Le Bernina-Express parcourt un magnifique itinéraire de Coire à Tirano en Italie, mais sur cette ligne de montagne, lors des hivers très enneigés, les congères perturbent régulièrement l’exploitation. Pour pallier cette situation, le SLF l’a analysée à la demande du Chemin de fer rhétique et a proposé des mesures de protection. Celles-ci portent déjà leurs fruits et vont maintenant être optimisées. 

 

La station « Ospizio Bernina », située au bord du Lago Bianco, est le point culminant de la ligne ferroviaire de la Bernina, à 2253 mètres d’altitude. Les fortes intempéries, chutes de neige intenses et vents violents, sont ici plutôt la règle que l’exception, et maintenir l’ouverture quotidienne de cette liaison exposée est un grand défi pour le Chemin de fer rhétique (RhB). Ce ne sont pas seulement les hauteurs de neige qui posent problème, mais surtout leur répartition. Le long du Lago Bianco en particulier, le vent transporte beaucoup de neige sur les rails. Pour déblayer ces masses importantes, on utilise d’imposantes machines comme les turbines et les chasse-neige, mais il faut souvent aussi effectuer un énorme travail manuel.

 

Premières mesures mises en œuvre avec succès

Pour améliorer la situation, le RhB a demandé au SLF d’analyser la répartition de la neige aux endroits problématiques et de proposer des actions. Pour ce faire, les chercheurs du SLF ont pris des photos par drones et les ont utilisées pour établir des cartes de hauteurs de neige. L’étape suivante a consisté à évaluer l’impact des mesures possibles en collaboration avec le RhB et le Service des forêts et dangers naturels du canton des Grisons.

L’un de ces endroits délicats est le portail nord de la « Galleria Lunga », souvent bloqué par des congères. Afin d’améliorer la situation, la décision a été prise d’installer une barrière à vent en bois de quarante mètres de long et de quatre mètres de haut à l’automne 2020. De telles barrières ralentissent le vent, et entraînent un dépôt de neige ciblé sur le côté sous le vent et une réduction des quantités de neige soufflées sur les rails.

Résultats et suite des opérations

L’hiver dernier, la barrière à vent a montré son efficacité. Plusieurs milliers de mètres cubes de neige se sont accumulés du côté sous le vent de la barrière, en atteignant parfois une hauteur de quatre mètres. « Sans ce dispositif, cette neige se serait déposée dans la zone des rails et du portail », se réjouit Stefan Margreth, responsable du groupe Mesures de protection au SLF.

Les chercheurs espèrent une efficacité supplémentaire grâce à l’utilisation de six vire-vent en bois, qui ont été construits à l’automne 2021. Ceux-ci ont un effet différent de celui des barrières anti-congères. Ils ne retiennent pas la neige, mais modifient sa répartition en influençant le champ de vent local et en empêchant ainsi la formation de grandes accumulations de neige et de congères qui s’étendent jusqu’aux rails.

Au cours des prochains hivers, le SLF vérifiera l’impact des mesures mises en œuvre en se rendant sur place pour tracer des cartes de hauteur de neige et proposera, si nécessaire, des optimisations.

 
Photo 1 de 2
D’autres mesures ont été planifiées lors de l’été 2021. La barrière à vent a été fabriquée en bois. Photo SLF
Photo 2 de 2
Pour compléter la barrière à vent (devant à gauche), six vire-vent en bois, visibles sur cette photo, ont été réalisés à l’automne 2021. Leur efficacité sera vérifiée par le SLF au cours de l’hiver 2021/22. Photo : RhB
 

POUR EN SAVOIR PLUS