Navigation mit Access Keys

Tests de chutes de pierres au col de la Flüela, pour la première fois avec des filets de protection

Menu principal

 

14.10.2019  | Claudia Hoffmann |  News SLF

 

Les chercheurs du SLF effectuent des essais sur le terrain avec un partenaire industriel pour optimiser l’efficacité des filets de protection contre les chutes de pierres.

 

Un bloc de rocher de 2,5 tonnes dévale le versant et s’écrase à pleine vitesse dans un filet de protection: des chercheurs du SLF ont testé ce scénario, en collaboration avec la société Geobrugg, sur un versant près de Chant Sura au col de la Flüela. Pour ceci ils ont utilisé, comme lors d’essais antérieurs, des blocs de béton de différentes formes et tailles qu’ils ont fait basculer d’une plate-forme. Pour les tests actuels, des filets ont été installés au pied du versant pour mesurer les forces d’impact et le freinage des blocs.

 

Les essais se sont déroulés dans le cadre d’un projet Innosuisse pour la promotion de la collaboration entre des institutions de recherche et des entreprises. Les partenaires du projet sont le SLF et la société Geobrugg, laquelle désire tester sur le terrain des améliorations de ses filets de protection existants. Pour ceci, les filets sont équipés de capteurs qui mesurent les forces d’impact. Les blocs contiennent également des capteurs de rotation et d’accélération, tandis que des caméras ultrarapides fournissent des informations sur les caractéristiques du mouvement lors de l’impact. « L’objectif consiste à acquérir de nouvelles données afin d’améliorer la construction des filets, ainsi que notre programme de simulation de chutes de pierres » indique Andrin Caviezel, responsable du projet au SLF. Ces nouveaux tests de sollicitation dans des conditions réelles constituent un complément précieux aux tests de chute normés du constructeur.

La forme du rocher joue un rôle

Les essais antérieurs, encore effectués sans filets, ont déjà fourni des résultats intéressants. « Nos données indiquent que la forme des blocs est un facteur qu’il ne faut pas sous-estimer lors de l’évaluation du danger » précise Andrin Caviezel. Ainsi, les blocs s’approchant de la forme d’une roue ont une portée bien plus importante que ceux plus ou moins cubiques. Par contre, leur vitesse et hauteur de rebond sont sensiblement les mêmes. Grâce à ces mesures, les variations d’interaction des pierres avec un sol mou ou dur peuvent être mieux représentées qu’auparavant dans le programme de simulation des chutes de pierres RAMMS::ROCKFALL.

RAMMS::ROCKFALL est utilisé par des bureaux d’étude du monde entier pour l’évaluation des dangers et pour le dimensionnement des ouvrages de protection. Jusqu’ici, il permettait de simuler la portée des blocs sur le terrain concerné. L’objectif à long terme est d’intégrer également l’interaction des blocs avec les filets et autres ouvrages de protection dans le modèle, ce à quoi contribuent les essais actuels.