Navigation mit Access Keys

L’enseignement des apprentissages

Menu principal

  

Lors du Forum für Wissen 2019, ce ne sont pas les résultats de recherches qui ont été au premier plan, mais « les enseignements des évènements extrêmes » et les échanges entre les spécialistes.

 

« Nous voulons tirer les enseignements de nos apprentissages », confirme Christoph Hegg, vice-directeur du WSL, lors de son discours d’accueil, « afin d’être encore mieux préparés aux prochains évènements extrêmes ». La gestion des dangers naturels a atteint un standard élevé en Suisse, et bénéficie d’un large consensus. La Confédération, les cantons et les communes travaillent en étroite collaboration avec la recherche et la politique. Deux tiers des 220 participants sont membres de la fonction publique, et ce sont donc eux qui décident si une route doit être fermée, une avalanche soumise à un minage ou une paroi rocheuse sécurisée. Le dernier tiers travaille dans la recherche ou dans des bureaux d’études. Les ingénieurs, en tant que praticiens, jouent un rôle incitatif en apportant des retours aux scientifiques.

Si le Forum a démontré une seule chose, c’est bien que les évènements extrêmes ne sont pas simples à maîtriser, mais peuvent toujours être considérés comme une occasion d’apprendre quelque chose et de mettre en place des innovations et une nouvelle législation. Les inondations de 1868, qui ont fortement touché le Tessin et la vallée du Rhin avec 51 victimes, sont qualifiées de « crues qui ont marqué la Suisse » : après cet évènement extrême, le Conseil fédéral a mis en place une commission d’experts. En 1876, la loi sur les forêts a été votée, suivie une année plus tard par la loi sur l’aménagement des cours d’eau.

Les évènements extrêmes, des catalyseurs

Que ce soient pour les crues, les laves torrentielles ou les chutes de pierres, les optimisations constructives ont été suivies de mesures de planification puis d’organisation. Ceci a été parfaitement illustré par les hivers avalancheux de 1951, 1968 et 1999. Au cours des XIXe et XXe siècles, on peut donner les exemples de nombreuses rectifications de cours d’eau, de détournements de rivières, comme la Linth vers le lac de Walen, de constructions de barrages en escaliers et d’autres ouvrages. La gestion intégrale des risques (GIR), qui a pris son essor après les crues de 1987, constitue une nouvelle étape pour maîtriser les dangers naturels. Les bassins versants sont depuis renaturalisés et optimisés structurellement. À Bondo, après l’éboulement de 2017, le bassin de rétention a été agrandi, les maisons qui se trouvaient dans la zone de danger n’ont pas été reconstruites et de nouveaux dispositifs d’alerte ont été installés.

Les modélisations ne sont pas essentielles seulement pour élaborer des cartes de dangers, mais aussi pour analyser les phénomènes naturels dangereux, aussi bien passés que futurs. On peut donner l’exemple de la reconstruction et de la modélisation a posteriori des crues de 1876, qui démontrent que les mesures de protection mises en place depuis dans le Tessin sont efficaces et qu’aujourd’hui, les surfaces inondées lors d’un évènement similaire seraient moindres. « Dans le contexte du réchauffement climatique, il est important de penser l'impensable », déclare Jürg Schweizer, directeur de la SLF, dans son discours de clôture, « et d'élaborer des scénarios pour les chaînes possibles de dangers naturels ». Même si les « évènements extrêmes agissent comme des catalyseurs d’idées », le Forum a également démontré que l’on n’a jamais fini d’apprendre. Ceci est montré par réaction du hêtre à la chaleur de l'été dernier. Les derniers résultats des recherches du WSL montrent qu'à long terme non seulement l'épicéa, mais aussi le hêtre se retirera du plateau suisse.

 

Table ronde

Un proverbe indique que les dommages subis permettent de progresser. L’être humain devrait donc tirer des enseignements des évènements naturels extrêmes, conclut Birgit Ottmer, WSL, qui assurait l’animation de la table ronde. « À Bondo, nous avons été surpris en août 2017 par la première lave torrentielle, par la suite nous en avons tiré les conséquences », a témoigné Anna Giacometti, présidente de la commune de Bregalia. La population était reconnaissante pour le dispositif d’alerte et le bassin de rétention des éboulements installés des années auparavant, et a donc travaillé en étroite collaboration avec les spécialistes impliqués. Par ailleurs, Josef Eberli, de l’Office fédéral de l’environnement OFEV, cite des exemples de mesures de protection qui ont pu être mises en place même sans phénomène catastrophique. Pourtant, pour la prévention ou l’assurance contre les tremblements de terre, « la Suisse ne progressera pas sans un séisme important » regrette-t-il, « car les êtres humains n’arrivent pas à tenir compte de ce qu’ils ne peuvent pas se représenter ».
Il est souvent difficile de communiquer autour des risques, car de nombreuses personnes pensent que les dommages dus aux dangers naturels peuvent être totalement évités : « la sécurité totale n’existe pas », insiste Stefan Engler, conseiller aux États du canton des Grisons. Il s’engage donc pour que la politique soutienne la prévention des dangers et également la recherche, afin que les risques résiduels des évènements naturels soient maintenus aussi faibles que possible. Stefan Margreth du SLF a conseillé de ne pas mettre en place dans l’urgence des mesures constructives en cas d’évènements extrêmes. Et pour finir, Nils Hählen de la Division Dangers naturels du canton de Berne a plaidé pour des échanges entre tous les services concernés en cas d’évènements naturels extrêmes, afin d’apprendre les uns des autres. La population devrait être également impliquée dans de tels dialogues. La participation des personnes concernées est un facteur important de succès pour la maîtrise des évènements naturels. Par: Reinhard Lässig

 
Photo 1 de 30
Forum für Wissen 2019 «Apprendre des événements extrêmes», 24 mai 2019 à Davos. Photo: Rémi Lay; SLF
Photo 2 de 30
Le Forum pour la Connaissance 2019 a eu lieu au Centre de Congrès de Davos. Photos : Rebecca Buchmüller, SLF
Photo 3 de 30
Environ 220 personnes se sont inscrites.
Photo 4 de 30
Echange technique...
Photo 5 de 30
...et des discussions animées.
Photo 6 de 30
Forum de la connaissance 2019 "Apprendre des événements extrêmes", 24 mai 2019.
Photo 7 de 30
"A quel point sommes-nous bons?", Christoph Hegg, directeur adjoint du WSL, lors de son discours de bienvenue.
Photo 8 de 30
Michael Bründl, animateur, chef de groupe dynamique des avalanches et gestion des risques SLF, Michael Bründl.
Photo 9 de 30
"Une bonne compréhension des processus est une condition de base pour la modélisation ", déclare Jürg Schweizer, directeur de la FSL.
Photo 10 de 30
Les deux tiers des participants travaillent dans le secteur public.
Photo 11 de 30
"Chaque événement extrême est différent, c'est pourquoi les prévisions sont si difficiles", Heini Wernli, Institut de l'atmosphère et du climat, ETH Zurich. Photo: Martin Heggli, SLF
Photo 12 de 30
"Stefan Brönimann, climatologie à l'Université de Berne.
Photo 13 de 30
"La neige d'hier peut-elle être le drain de demain ?" Norina Andres, base de données WSL.
Photo 14 de 30
"Nous atteignons les limites de notre expérience, il est donc important de comprendre les événements extrêmes afin de développer des mesures pour une gestion appropriée", Andreas Rigling Walddynamik WSL.
Photo 15 de 30
Un tiers des participants travaillent dans les bureaux d'études et dans la recherche.
Photo 16 de 30
"Comment se comportent les gisements de glissements de terrain ? Andreas Wilhelm, Amt für Wald und Naturgefahren Kt Grubünden (Office des forêts et des risques naturels des Grisons). Photo: Martin Heggli, SLF
Photo 17 de 30
"La gestion intégrale des risques marque une nouvelle approche globale des dangers naturels", Josef Eberli, OFEV, prévention des dangers.
Photo 18 de 30
Petite pause.
Photo 19 de 30
"En Islande, les structures avalancheuses deviennent des scènes de théâtre en été", Stefan Margreth, mesures de protection SLF, qui est également intervenu comme orateur.
Photo 20 de 30
"L'attachement émotionnel est le principal problème de la communication des risques", Nils Hählen, Unité des risques naturels, Kt. Berne.
Photo 21 de 30
"Après Bondo, nous avons eu moins de nuitées, mais plus de visiteurs. Elle attire les gens. Ce n'est pas seulement négatif, cela peut aussi être une expression de solidarité", Anna Giacometti, présidente de la municipalité de Bregaglia.
Photo 22 de 30
"Il faut des événements pour montrer aux politiciens quelles mesures sont nécessaires", a déclaré Stefan Engler, Conseil des États, le Kanton Graubünden, en conversation avec la modératrice Birgit Ottmer, WSL.
Photo 23 de 30
Les conférences et le podium sont terminés.
Photo 24 de 30
Parti comme des gâteaux chauds: Analyse de la situation d'avalanche en janvier 2018.
Photo 25 de 30
Discussions finales à l'apéro.
Photo 26 de 30
Discussions finales à l'apéro.
Photo 27 de 30
Anna Giacometti dans une interview avec RTR, Radiotelevisiun Svizra Rumantscha.
Photo 28 de 30
WSL/SLF offer a wide range of publications.
Photo 29 de 30
RAMMS simulation landslide Piz Cengalo.
Photo 30 de 30
Le Forum pour la connaissance 2019 à Davos, c'est de l'histoire ancienne.
 

POUR EN SAVOIR PLUS