Navigation mit Access Keys

Carte de la distribution du pergélisol

Menu principal

 

Le pergélisol est un phénomène thermique non visible ayant une influence essentielle sur la stabilité des terrains constructibles ou des parois rocheuses. Lors de la réalisation de projets de construction ou bien pour l’évaluation d’éventuels dangers naturels, les connaissances sur la répartition du pergélisol sont donc utiles.

 
 

La nouvelle carte du pergélisol et de la glace contenue dans le sol du SLF (PGIM - permafrost and ground ice map) aide à l’évaluation de l’extension locale et régionale du pergélisol. Dans le cadre de cette réalisation, une nouvelle méthode de cartographie a été choisie pour permettre la distinction entre pergélisol riche en glace et pergélisol pauvre en glace. Le pergélisol riche en glace englobe les roches meubles gelées en permanence et dont la teneur en glace excède les espaces interstitiels présents dans le sol. Ce sont par exemple des glaciers rocheux, ou encore des éboulis qui contiennent parfois des couches de glace de plusieurs mètres d’épaisseur. Le reste du pergélisol est classé pauvre en glace sur la carte, principalement dans les parois rocheuses ou dans des roches meubles plutôt sèches.

Zone 1 : pergélisol pauvre en glace

Ce sont principalement l’altitude et l’exposition qui déterminent la température annuelle moyenne du pergélisol pauvre en glace, ce qui permet d’évaluer celle-ci, conjointement à l’extension locale. Ces informations se trouvent dans la zone 1 de la PGIM, sur laquelle les températures du sol négatives sont représentées en nuances de bleu, tandis que les températures comprises entre 0 °C et +1 °C de la zone de transition sont teintées en jaune.

Zone 2 : pergélisol riche en glace 

Le pergélisol riche en glace se forme souvent par sédimentation de glace, par exemple neige d’avalanches ou restes de glaciers anciens recouverts par des dépôts de rochers ou d’éboulis. On le rencontre donc surtout là où de tels processus peuvent se produire, c’est-à-dire aux pieds des versants. Le pergélisol à haute teneur en glace nécessite une énergie importante pour se réchauffer et pour fondre, en raison de la capacité calorifique importante de la glace. C’est pourquoi, contrairement au pergélisol pauvre en glace, il peut subsister dans des régions d’altitude nettement plus basse, et donc plus chaudes. La teneur en glace joue donc un rôle pour la présence ou non d’un pergélisol en un lieu donné. Le pergélisol riche en glace peut ainsi exister dans des conditions climatiques très diverses.

La déformation des sols à haute teneur en glace (p. ex. glaciers rocheux) influence en outre la répartition d’un pergélisol riche en glace. Sa cartographie est donc bien plus difficile que celle du pergélisol pauvre en glace. La zone 2 de la PGIM comprend toutes les zones de terrain dans lesquelles un pergélisol riche en glace est possible (surfaces roses). Elle peut cependant comprendre également des zones exemptes de pergélisol. Par ailleurs, le pergélisol riche en glace n’a été cartographié qu’en dehors de la zone 1. Cela signifie que la carte n’indique sa présence qu’à des altitudes inférieures à celles du pergélisol pauvre en glace, là où la température du pergélisol riche en glace se situe généralement dans une plage proche de 0 °C. Le pergélisol riche en glace peut cependant être également présent au sein de la zone 1, où il n’est pas identifié séparément.

Attention: la carte de distribution du pergélisol developpée par SLF est une carte indicative. Des évaluations détaillées de la distribution du pergélisol doivent être faites sur place dans le terrain.