Navigation mit Access Keys

Rapport Hebdomadaire 16 au 23 décembre 2021

Menu principal

 

Neige ancienne fragile dans les régions intra-alpines

Ciel bleu en haut et gris en bas – et cela dix jours d’affilée. A la faveur d’un temps calme, le danger d’avalanches a constamment diminué. Sur le versant nord des Alpes, le danger résidait principalement encore dans les avalanches de glissement, tandis que dans les régions intra-alpines du Valais et des Grisons, la situation avalancheuse était dominée par un manteau fragile de neige ancienne. C’est surtout dans ces régions que plusieurs avalanches, parfois de grande ampleur, ont été déclenchées par des personnes. Un accident d’avalanche a causé la mort d’une personne.

 
Photo 1 de 11
Cette avalanche a été déclenchée à distance lors de la descente du Ratoser Stein (Furna, GR) à une altitude de 2435 m en terrain modérément raide. La rupture s’est produite dans la neige ancienne proche du sol et s’est propagée le long de la crête sur environ 400 m (photo: U. Adank, 16.12.2021).
Photo 2 de 11
Cette avalanche d’une largeur de plusieurs centaines de mètres s’est décrochée dans la neige ancienne. La date précise de l‘avalanche est inconnue. Elle se situe vraisemblablement entre le 12 et le 17.12.2021 (Chessi, 2500 m, Davos, GR) (photo: SLF/K. Winkler, 20.12.2021).
Photo 3 de 11
Rupture d’une avalanche de plaque de neige sur le flanc nord du Ful Berg (2320 m, Trimmis, GR). L’épaisseur de rupture atteignait jusqu’à 1,20 m (photo: A. Senn, 19.12.2021).
Photo 4 de 11
Avalanche déclenchée à distance sur le versant est du Wissgrätli (2720 m, Vals, GR). La rupture avait une largeur de 40 m et une épaisseur d’environ 30 cm. Cette avalanche s‘était également décrochée dans la neige ancienne (photo: R. Tschuor, 19.12.2021).
Photo 5 de 11
Un groupe de randonneurs à skis juste en dessous du sommet du Patraflon (1912 m, Val-de-Charmey, FR). On ne voit encore rien de l‘avalanche de glissement qui s’est décrochée le lendemain dans la zone marquée d’une ligne rouge (photo: F. Thalmann, 19.12.2021)…
Photo 6 de 11
… au même endroit, 30 heures plus tard. Là où la veille des randonneurs montaient encore la pente, une avalanche de glissement s’est décrochée. La photo a été prise quelques minutes après l’avalanche (photo: F. Thalmann, 20.12.2021).
Photo 7 de 11
Des fissures de glissement apparaissent principalement sur les pentes ensoleillées, comme ici en dessous de la Cape au Moine (1600 m, Haut-Intyamon, FR) (photo: J. Heintz, 20.12.2021).
Photo 8 de 11
Le manteau neigeux glisse lentement du toit… (1200 m, Grindelwald, BE) (photo: A. Balmer, 17.12.2021).
Photo 9 de 11
Pendant les nuits claires et froides, du givre de surface se formait en de nombreux endroits créant des formes aux multiples facettes. Cette photo a été prise dans le Haut-Valais… (Eischoll, VS) (photo: H. Amacker, 22.12.2021).
Photo 10 de 11
… et des cristaux de givre tout aussi grands ont été observés dans la région du Rheinwald (GR)… (photo: A. Stella, 18.12.2021).
Photo 11 de 11
… ou encore dans la vallée du Landwasser (Davos, GR). Ces cristaux atteignaient près de 5 cm (photo: SLF/D. Liechti, 22.12.2021).
 

Rétrospective météo

Déterminée par une zone de haute pression, la météo de cette semaine couverte par le rapport hebdomadaire est rapidement résumée: En montagne, après des nuits claires, les journées étaient toutes ensoleillées. Le vent était temporairement modéré à fort de différents secteurs et a donné lieu à la formation de petites accumulations de neige soufflée. L’élément marquant – et inhabituel en cette période de l’année – était que l’isotherme zéro degré se situait pendant plusieurs jours à 3000 m (cf. figure 1). Sur les pentes à l’ombre, les températures douces n’étaient cependant guère perceptibles. Même au cours de ces journées, on y a mesuré des températures de -10 °C ou encore plus basses à la surface neigeuse.

 

Evolution de la situation avalancheuse

La situation avalancheuse était marquée par une lente diminution du danger d’avalanches. Deux situations avalancheuses typiques caractérisaient les derniers huit jours:

  • les avalanches de glissement – surtout sur le versant nord des Alpes
  • la neige ancienne fragile – surtout dans le sud du Valais et dans les Grisons

Au début, les avalanches de glissement constituaient encore la principale situation avalancheuse typique sur le versant nord des Alpes. Pendant les journées ensoleillées et très douces (décrites dans le dernier rapport hebdomadaire), l’activité d’avalanches de glissement avait toutefois déjà dépassé son apogée lorsque, sur les pentes orientées au sud en dessous de 2400 m, de nombreuses avalanches de glissement de taille petite et moyenne et rarement aussi de grande ampleur s’étaient déclenchées. Le nombre d’avalanches de glissement signalées diminuait chaque jour un peu plus. D’une part, parce que de nombreuses pentes étaient déjà purgées – comme le montrent par exemple les images de la webcam sur l’Axalp ob Brienz (BE) (cf. photo 2), et d’autre part aussi, parce que les températures diminuaient à nouveau un peu. Finalement, des avalanches de glissement n’étaient plus signalées que très localement.

 

La neige ancienne fragile déterminait le danger d’avalanches dans le sud du Valais et dans de grandes parties des Grisons, où le danger d’avalanches était encore évalué au degré 3 (marqué) jusqu’au 18 décembre. Les signaux d’alarme – tels que des bruits sourds et la formation de fissures – devenaient toutefois de plus en plus rares dans ces régions également. De même, les tests de stabilité donnaient lieu à des ruptures avec des niveaux de charge croissants, mais ils indiquaient encore une très bonne propagation des ruptures dans la couche fragile profondément enfouie dans le manteau neigeux (cf. figure 3 et vidéo 4). Ces observations indiquaient que, même si le nombre d’endroits où le poids d’une personne pouvait provoquer une rupture dans la couche fragile diminuait, une rupture pouvait toujours se propager sur de grandes distances. Ces conditions donnaient lieu à des déclenchements d’avalanches moyennes et localement même grandes, sans que l’on ait observé au préalable de signaux de danger (cf. photo 5 et figure 6). Des déclenchements à distance ont également été signalés. Tous ces éléments caractérisent une situation avalancheuse typique marquée « neige ancienne ».

 
 

Vidéo 4: Profil de neige avec test du bloc glissant, relevé à côté d’une avalanche déclenchée la veille par une personne sur une pente exposée à l’ouest à 2800 m. Le bloc glissant – une mini-avalanche – a donné lieu à une rupture lors du premier saut, ce qui correspond à une charge déjà un peu plus importante, mais alors pour tout le bloc, et permet d’en déduire une bonne propagation de la rupture (Älplihorn, Davos; vidéo: SLF/L. Dürr, 20.12.2021).

 
 
 

Plus de dix jours sans précipitations, avec un rayonnement important dans les zones à l’ombre, ont laissé des traces: le manteau neigeux gelait entièrement, donnant lieu à la formation de grands cristaux anguleux. Par conséquent, l’on s’enfonçait parfois à nouveau profondément dans le manteau neigeux (cf. photo 7). Dans le Tessin, où il avait neigé pour la dernière fois le 9 décembre, la hauteur de neige était inférieure aux valeurs moyennes. En de nombreux endroits sur les pentes orientées au sud, la neige avait à nouveau disparu (cf. photo 8).

 
 

Accidents d’avalanche et opérations de recherche

Au cours de la semaine du 16 au 23 décembre, 7 avalanches ont été signalées avec 8 personnes emportées. Au-dessus de Zermatt, un skieur en hors-piste a perdu la vie à la suite d’une avalanche (le 17 décembre). Selon les informations disponibles, il s’agissait exclusivement d’avalanches qui s’étaient décrochées dans la neige ancienne fragile.

Le 21 décembre, une très grande avalanche a eu lieu au Galtiberg (en dehors du domaine skiable du Titlis, OW) à 2700 m. Elle a vraisemblablement été provoquée par un mouvement du glacier (cf. photo 9). L’avalanche avait une largeur de plusieurs centaines de mètres et près de 3 km de longueur. Tout le manteau neigeux s’était décroché. Etant donné que l’avalanche s’était produite dans une zone de hors-piste très fréquentée après des chutes de neige, une opération de recherche a immédiatement été entreprise à titre de contrôle et la police s’est assurée qu’il n’y avait pas de personne portée disparue. Heureusement, personne ne se trouvait dans la zone couverte par cette avalanche.

 

Avalanche observée ou déclenchée? Perception de bruits sourds? Ou situation avalancheuse évaluée autrement que dans nos prévisions?

Les retours d’informations concernant la situation avalancheuse sont toujours les bienvenus. La solution la plus simple est via l’appli White Risk ou le site web (cf. figure 11) du SLF. Si possible avec une photo pour que nous puissions nous faire une meilleure idée de la situation sur le terrain. Ces informations s’ajoutent à l’examen quotidien de nos prévisions. Lorsque l’information nous parvient avant 17h00, elle peut encore être intégrée dans le bulletin d’avalanches du jour. Mais même plus tard, les informations sont encore très importantes. Lorsqu’elles ne sont pas confidentielles, nous utilisons volontiers les photos pour illustrer le rapport hebdomadaire.

Vers le haut

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain AvaBlog