Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 04 - 10 février 2022

Menu principal

 

Situation avalancheuse marquée «neige ancienne», grandes avalanches et accidents d’avalanche exceptionnellement nombreux

Dans certaines régions, des couches fragiles profondément enfouies dans le manteau neigeux déterminaient la situation avalancheuse critique pour la pratique des sports de neige en dehors des pistes sécurisées. En terrain non sécurisé, les adeptes des sports de neige ont déclenché de nombreuses avalanches, parfois aussi de grande ampleur. Trente-six de ces avalanches ont emporté des personnes. Six personnes ont perdu la vie dans des avalanches.

 
Photo 1 de 17
La plupart des avalanches au cours de la semaine examinée se sont décrochées profondément dans le manteau de neige ancienne. Par conséquent, la hauteur de rupture dépassait souvent un mètre, comme ici au Cuolm-Cavorgia (Tujetsch, GR) (photo: M. Kreiliger, 04.02.2022).
Photo 2 de 17
Avalanche dans le Hintergurschenälpetli (Andermatt, UR). Heureusement, les observateurs se trouvaient à une distance de sécurité suffisante (J. Allemann, 04.02.2022).
Photo 3 de 17
En dessous de la Zenjiflue (2685 m, Arosa, GR), un adepte des sports d’hiver a déclenché cette avalanche de plaque de neige de taille moyenne, mais il s’en est tiré indemne (photo: C. Hossli, 04.02.2022).
Photo 4 de 17
Ces deux grandes avalanches de plaque se sont vraisemblablement décrochées spontanément dans le Camaner Tälli (vallée de Safien, GR) dans la neige ancienne (P. Zinsli, 05.02.2022).
Photo 5 de 17
Les cristaux en gobelets, tels que ceux-ci au Amselboden (Davos, GR), sont actuellement très fréquents dans la neige ancienne. Le peu de points de contact de ces grands cristaux anguleux avec les cristaux voisins en fait une couche fragile parfaite (photo: SLF/T. Stucki, 05.02.2022).
Photo 6 de 17
Cette avalanche de plaque en dessous du Muntischè (2566 m, Zuoz, GR) avait une longueur de 500 m et une largeur de 200 m. Elle a été déclenchée à 2500 m d’altitude, s’est divisée dans la pente et s’est arrêtée au pied de la pente (photo: U. Stahel, 05.02.2022).
Photo 7 de 17
Ces fissures en forme d’avalanche sur la pente (Bärentälli, Davos, GR) indiquent qu’une rupture s’est effectivement produite dans la couche fragile, mais que la déclivité du terrain était insuffisante pour donner lieu au glissement de la plaque de neige (photo: M. Altenbach, 06.02.2022).
Photo 8 de 17
Le «spindrift» dû au front froid tempétueux du dimanche 6 février jusqu’au 7 février crée une ambiance mystique sur la paroi est du Schibenstoll (Gluristal, Wildhaus-Alt St. Johann, SG) (photo: P. Diener, 06.02.2022).
Photo 9 de 17
Au-dessus de l’Alp de Stabi (Mesocco, GR) également, plusieurs avalanches se sont décrochées dans la neige ancienne (photo: R. Heusi, 06.02.2022).
Photo 10 de 17
Cette avalanche de plaque s’est déclenchée sur le versant nord-est du Cúvers (2424 m, Lumnezia, GR) (photo: U. Riedi 06.02.2022).
Photo 11 de 17
La tempête hivernale des dimanche 6 et lundi 7 février s’est également fait remarquer sur les sommets dominant le val Cavagnolo (Bedretto, TI). Ces panaches de neige avaient l’air impressionnants même depuis la vallée (photo: C. Giudici, 07.02.2022).
Photo 12 de 17
Un certain nombre d’arbres n’ont pas non plus été épargnés par les vents soufflant temporairement en tempête pendant cette période couverte par le rapport hebdomadaire (1814 m, Chimmispitz, Pfäfers, SG; photo: T. Wälti).
Photo 13 de 17
Lorsque l’on isole un mince bloc de neige sur deux côtés pour que la lumière du soleil le rende translucide, on peut souvent reconnaître les différentes couches de neige. Dans le cas présent, on reconnaît de manière particulièrement claire le passage de la neige liée fraîche et soufflée vers le manteau scintillant de neige ancienne (Parwengebire, St. Stephan, BE; photo: L. Hofer, 08.02.2022).
Photo 14 de 17
Un groupe de randonneurs à ski a déclenché à partir d’une zone plate cette avalanche de plaque (Obersaxen Mundaun, GR; photo: T. Strüby, 08.02.2022).
Photo 15 de 17
«Trompeuse» tel est le qualificatif qui s’applique à la situation avalancheuse actuelle. Après les travaux de réparation qui nécessitaient le système Gasex de déclenchement préventif d’avalanches dans le domaine skiable de Belalp (Naters, VS), on a d’abord essayé de purger la pente au moyen d’une charge explosive lancée à partir de l’hélicoptère à quelque cinq mètres du tube: en vain. Peu de temps après, une avalanche a été déclenchée par le Gasex: La pente s’est entièrement purgée faisant apparaître une hauteur de rupture supérieure à la taille d’une personne (photo: P. Schwitter, 08.02.2022).
Photo 16 de 17
Après un soudain bruit sourd en terrain plat, une première avalanche s’est décrochée sur le versant opposé de la vallée à l’Älplihorn (Davos, GR) (à gauche en dessous du sommet) … (photo: T. Heldstab, 09.02.2022)
Photo 17 de 17
… et quelques secondes plus tard, tout le versant était parcouru par des avalanches (photo: T. Heldstab, 09.02.2022).
 

Du vendredi 4 au dimanche 6 février: Situation avalancheuse marquée «neige ancienne» – nombreux déclenchements à distance et grandes avalanches

Après la tempête, qui avait apporté dans certaines régions un mètre de neige fraîche (cf. le rapport de la semaine précédente), il y avait dans la plupart des régions une épaisse couche de neige fraîche et de neige soufflée recouvrant le manteau fragile de neige ancienne (cf. figure 1a). On avait donc affaire à la combinaison «parfaite» d’une couche fragile recouverte d’une «plaque de neige». La surcharge due au poids d’une personne suffisait pour provoquer une rupture dans la couche fragile. Etant donné que les caractéristiques liées à la combinaison couche fragile-plaque de neige étaient souvent présentes sur de grandes superficies, les ruptures dans le manteau neigeux pouvaient se propager sur de grandes distances. Les conséquences étaient, d’une part, des télédéclenchements à des distances de plusieurs centaines de mètres, mais d’autre part également des décrochements d’avalanches sur de grandes superficies (cf. photos 1b et 2). Localement, des avalanches se déclenchaient encore spontanément (cf. photo 3). En particulier dans les régions et aux endroits où cette couche de «plaque de neige» était moins épaisse, de grandes et localement même de très grandes avalanches ont été déclenchées par des personnes. La plupart des avalanches se décrochaient au niveau du passage entre la neige fraîche et la neige soufflée de la phase de tempête, vers le manteau fragile de neige ancienne. Les déclenchements d’avalanches étaient un peu plus rares dans le sud du Valais, et les avalanches y étaient un peu moins grandes (cf. photo 4).

 
Photo 1 de 3
Figure 1a: Profil de neige relevé le 6 février au niveau de la rupture d’une avalanche d’une largeur d’environ 500 m déclenchée par des personnes sur le versant E-SE du Rossboden (Davos/GR). Le profil montre (du haut vers le bas): un peu de neige fraîche meuble (en vert, couche supérieure) recouvrant une couche assez compacte de neige fraîche et de neige soufflée (en rose, entre env. 69 cm et 115 cm) qui forme la «plaque de neige». En dessous, le manteau neigeux se composait essentiellement de couches très molles et métamorphosées (en bleu clair et bleu foncé), de la «couche fragile» et de croûtes de regel (en rouge, hachuré). L’avalanche s’était décrochée dans la couche très molle, métamorphosée à grains anguleux en dessous de la mince croûte de regel à 68 cm. A certains endroits, tout le manteau neigeux jusqu’au sol a été entraîné.
Photo 2 de 3
Photo 1b: Photo du profil de neige relevé au niveau de la rupture de l’avalanche. La rupture avait une épaisseur de 30 à 120 cm. Le profil de neige a été relevé à un endroit plutôt peu enneigé. Dans la partie supérieure de la photo, on peut voir un autre fragment de la rupture de la même avalanche (photo: SLF/J. Trachsel, 06.02.2022).
Photo 3 de 3
Photo 1c: La même avalanche, photographiée depuis le sommet du Sentisch Horn (photo : T. Theile, 05.02.2022).
 
 
 
 

Du dimanche 6 au lundi 7 février: Un front froid tempétueux donne lieu à une augmentation du danger d’avalanches dans certaines régions

Entre dimanche midi et lundi soir, une météo tempétueuse dominait à nouveau apportant de la neige sur une grande partie du territoire et principalement sur le versant nord des Alpes et dans le nord des Grisons (cf. figure 5). Le vent fort soufflant en tempête dans le voisinage des cols et s’orientant du secteur sud-ouest au secteur nord a donné lieu à la formation d’importantes accumulations de neige soufflée. Par la suite, des avalanches se sont à nouveau déclenchées spontanément. Des décrochements d’avalanches dans la neige ancienne ont surtout été signalés dans les régions intra-alpines (cf. photo 6).

 
 

Du mardi 8 au jeudi 10 février: Persistance d’une situation avalancheuse marquée «neige ancienne» en particulier dans les régions intra-alpines

Les accumulations de neige soufflée parfois volumineuses formées sous l’influence du vent tempétueux se stabilisaient de plus en plus. La situation était dès lors toujours généralement dominée par la problématique marquée de la neige ancienne, en particulier dans le sud du Valais et dans les Grisons. Des déclenchements à distance par des personnes étaient toujours possibles (cf. photos 7 et 8).

En l’espace de deux jours, l‘isotherme zéro degré est montée de près de 3000 m, passant de 700 m le lundi à environ 3500 m le mercredi. Sous l’influence du réchauffement et de l’ensoleillement, des avalanches humides sporadiques se sont décrochées sur les pentes ensoleillées.

 
Photo 1 de 3
Photo 7a: Versant nord-ouest du Pazzolastock (2739 m, Andermatt, UR) avec près d’une dizaine de traces de descente, … (photo: J. Kölliker, 08.02.2022)
Photo 2 de 3
Photo 7b: … seulement un peu plus tard, trois avalanches se sont décrochées sur cette pente après un bruit sourd. L’endroit présumé du déclenchement était situé à environ 500 m de là (photo: J. Kölliker, 08.02.2022).
Photo 3 de 3
Photo 7c: Le lendemain, des guides de montagne avec leurs groupes ont gravi ces zones d‘avalanches et pris cette photo impressionnante des blocs de neige parfois imposants. L‘avalanche s’était décrochée dans la neige ancienne fragile ou sous la croûte due à la pluie de fin décembre. La rupture avait une épaisseur de 50 à 150 cm (photo: A. Huwiler, 09.02.2022).
 
 

Nombreux déclenchements d’avalanches par des personnes et accidents d’avalanche

Des avalanches sporadiques spontanées parfois de très grande ampleur ont été signalées en particulier pendant et immédiatement après la tempête le dimanche et le lundi. Dans la plupart des régions, les avalanches déclenchées par des personnes étaient cependant les plus nombreuses. En l’espace de huit jours, du jeudi 3 au jeudi 10 février (signalements jusqu’à la mi-journée), 138 avalanches déclenchées par des personnes ont été signalées, la plupart d’entre elles dans les Grisons (cf. figure 9). Du point de vue des déclenchements d’avalanches par des personnes, cette période était dès lors la plus avalancheuse de l’hiver (cf. figure 10).

On déplore de nombreux accidents d’avalanche:

  • 21 accidents se sont produits lors de la pratique de hors-piste, dont 6 dans des régions avec une prévision de danger d’avalanches de degré 4 (fort)
  • 14 accidents sont survenus lors de randonnées.
  • 1 avalanche a enseveli une piste de ski de fond et a touché des personnes.

Au total, 55 personnes ont été touchées par 36 avalanches, entraînant tragiquement la mort de 6 personnes.

 
 

Attention à la neige ancienne!

Comme l’a montré une étude publiée récemment (SLF News), le risque d’accident d’avalanche (lors de randonnées) augmente sensiblement avec le degré de danger (il est multiplié par 4 en passant d’un degré de danger au degré supérieur). La situation avalancheuse prédominante joue cependant, elle aussi, un rôle: Par degré de danger identique, le risque est d’environ 50% plus élevé en cas de prévision d’une situation avalancheuse «neige ancienne» que pour les journées avec une autre prévision de situation avalancheuse (par exemple «neige fraîche» ou «neige soufflée»). Les raisons résident, d’une part, dans le fait que les avalanches dans la neige ancienne ont tendance à être plus grandes et que, d’autre part, les endroits dangereux ne sont guère visibles sans une analyse du manteau neigeux. Dans ces situations, il est recommandé dans toute la mesure du possible d’adopter une attitude défensive.

 

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire