Navigation mit Access Keys

Blog d'été 2022

Menu principal

 

En dehors de la saison neigeuse, le Service des avalanches décrit les événements avalancheux dans ce blog. En cas de chutes de neige relativement importantes répondant aux critères régissant la publication d’un bulletin d’avalanches, ce blog est actualisé. Dans l'appli WhisteRisk, vous pouvez demander à être informé via notification Push de nouvelles publications du blog.

 
Photo 1 de 14
Jeudi, le Niesen s’est également réveillé dans un habit blanc. Il y avait déjà suffisamment de neige pour recourir à la déneigeuse pour déblayer la terrasse (photo: webcam du Niesen, 29.09.2022).
Photo 2 de 14
Le col du Susten avait aussi une allure très hivernale – tout comme plusieurs autres cols alpins qui ont dû être fermés temporairement cette semaine. Le col a été rouvert le vendredi midi 30 septembre (photo: webcam du col du Susten, 29.09.2022)
Photo 3 de 14
A Gravella (Bivio, 1796 m), il a neigé jusque dans le village pendant la nuit de jeudi à vendredi (photo: G. Vellacher, 30.09.2022).
Photo 4 de 14
Envie d’un petit déjeuner saupoudré de neige? Les vaches ne semblent pas très enthousiastes. Hauderalp (2000 m) et Geissweidengrat (2515 m), Davos Monstein, GR (photo: SLF/C. Pielmeier, 18.09.2022).
Photo 5 de 14
Sous l’influence du soleil, les quelques centimètres de neige avaient cependant à nouveau rapidement disparu à ces altitudes. L’après-midi du 18 septembre, la limite de la neige se situait aux alentours de 2300 m. Stafelalp à 1900 m, Davos Frauenkirch, GR (photo: SLF/Th. Stucki, 18.09.2022).
Photo 6 de 14
Le matin du 18 septembre, ce tournesol admire plus que les vaches la vue sur le Toggenburg, SG (photo: P. Diener, 18.09.2022).
Photo 7 de 14
En Valais, l’arrivée de la neige se limitait à la haute montagne. Dès le samedi 17 septembre, le soleil était à nouveau présent. La limite des chutes de neige sur le flanc sud du Bietschhorn se situait à 3400 m. Vue depuis la Moosalp, VS (photo: P. Schneiter, 17.09.2022).
Photo 8 de 14
Glacier „Gross Schnee“? Vue depuis le Säntis sur les maigres restes du Gross Schnee et de l’Altmann, AI. On ne peut aujourd’hui guère imaginer qu’il y a 40 ans le jeune Marc Giradelli et l’Ostschweizer Skiverband OSSV venaient ici passer tout l’été pour s’entraîner avec un téléski pour enfants en vue des compétitions de ski (photo: P. Diener, 13.09.2022).
Photo 9 de 14
Vue du Wisse Schijen (Randa/VS) sur le Dom-Täschhorn à la mi-juillet. Il n'y avait plus de neige que sur les glaciers de haute altitude. (Photo : SLF/M.Philips, 12.07.2022)
Photo 10 de 14
Vue sur le côté nord-est du Piz Julier (3380 m). Dès la mi-juillet, il n'y avait (presque) plus de neige. Comparé à l'année précédente. (Webcam Piz Nair, 19.07.2022)
Photo 11 de 14
...alors qu'à cette époque, il y avait encore des restes de neige sur le glacier et dans les cuvettes. (Webcam Piz Nair, 20.07.2021)
Photo 12 de 14
Dépôt d'une avalanche de glissement. Le plus gros morceau mesurait environ 10 m de haut (photo : P. Diener, 12.06.2022 ; région du Säntis)
Photo 13 de 14
La fonte totale de la neige progresse rapidement. Il y a actuellement en de nombreux endroits des lacs de fonte sur le manteau neigeux, comme ici dans la région de la Flüela (Davos, GR) (photo: A. Schmid, 14.05.2022)
Photo 14 de 14
Un des derniers « observateurs du SLF » est encore fidèle au poste dans la réserve du Freiberg Kärpf (Glaris Sud, GL) (photo: A. Schmidt, 13.05.2022)
 

Du mardi 27 septembre au vendredi 30 septembre

Après plusieurs journées ensoleillées, la neige était de retour en altitude: Depuis le mardi 27 jusqu’au vendredi 30 septembre, il y a eu dans la partie la plus occidentale du Bas-Valais et sur le versant nord des Alpes des précipitations persistantes et parfois abondantes. La limite des chutes de neige se situait alors entre 1600 et 2400 m (figure 3.1).

 

 

Les quantités de neige fraîche étaient les plus importantes dans la partie la plus occidentale du Bas-Valais à la frontière française ainsi que sur la crête nord des Alpes depuis Les Diablerets jusque dans les Alpes bernoises (figure 3.2). Au-dessus de 2600 m environ, les hauteurs de neige fraîche étaient de 50 à 80 cm. Sur le reste de la crête nord des Alpes, elles oscillaient entre 20 et 50 cm. Dans les autres régions, elles étaient plus faibles. Jusqu’à haute altitude, la neige fraîche se déposait souvent sur un sol nu. En haute montagne, il y avait déjà avant les chutes de neige un mince manteau neigeux, qui était continu surtout sur les glaciers. Le vent de secteur ouest modéré à fort, et mercredi aussi temporairement tempétueux, transportait beaucoup de neige, en particulier en haute montagne.

 

 
Photo 1 de 4
Figure 3.2: Quantités de neige tombée en 24 h le mardi matin 27 septembre calculées à partir des données des radars et des stations à l’aide du modèle INCA (source: INCA, MétéoSuisse).
Photo 2 de 4
Figure 3.2: Quantités de neige tombée en 24 h le mercredi matin 28 septembre calculées à partir des données des radars et des stations à l’aide du modèle INCA (source: INCA, MétéoSuisse).
Photo 3 de 4
Figure 3.2: Quantités de neige tombée en 24 h le jeudi matin 29 septembre calculées à partir des données des radars et des stations à l’aide du modèle INCA (source: INCA, MétéoSuisse).
Photo 4 de 4
Figure 3.2: Quantités de neige tombée en 24 h le vendredi matin 30 septembre calculées à partir des données des radars et des stations à l’aide du modèle INCA (source: INCA, MétéoSuisse).
 

Les critères justifiant la publication d’un bulletin d’été étaient remplis dès le début de la semaine. C’est la raison pour laquelle un bulletin a été publié le lundi 26 septembre pour les quatre jours suivants. Pour les régions du Bas-Valais et de la crête nord des Alpes, un danger marqué d’avalanches de plaques de neige sèche était en outre annoncé au-dessus de 2500 m. Dans les autres régions (à l’exception du versant sud des Alpes), le danger résidait en altitude dans les avalanches de plaques de neige sèche. Les endroits dangereux se situaient surtout dans les zones avec de la neige soufflée. Des avalanches de glissement et de neige mouillée étaient possibles sur les plaques rocheuses et les zones herbeuses lisses.

Evolution
Au cours du week-end, il neigera encore, surtout depuis l’Oberland bernois jusque dans les Alpes glaronnaises. La limite des chutes de neige montera à environ 2800 m. Des avalanches de glissement et de neige mouillée seront encore possibles. Lors des randonnées, de la pratique du VTT ou d’activités de chasse, la prudence sera requise en particulier en terrain exposé en raison principalement du danger de chute.

La prudence dans l‘évaluation du danger d’avalanches reste de mise en haute montagne. Le danger d’avalanches de plaques de neige sèche demeure accru et pourrait même augmenter localement à cause de la neige fraîche et du vent. Les endroits dangereux se situent plus particulièrement sur les pentes raides avec de la neige soufflée. Dimanche, sous l’effet de la pluie ou du premier ensoleillement, il faut en outre s’attendre à des avalanches et des glissements de neige meuble en dessous de zones percées de rochers.

La neige comme protection contre les inondations
Malgré les précipitations abondantes de cette semaine, aucune rivière du Plateau n’a débordé (voir le blog de MétéoSuisse). Le fait qu’une partie des précipitations soit tombée sous forme de neige et a dès lors été „stockée“ sans s’écouler directement a sans doute contribué à éviter le risque de crue. Une grande partie de cette neige fondra au cours de la semaine prochaine, car l’isotherme zéro degré montera à plus de 3500 m. L’eau s’écoulera en conséquence, mais sur une période plus longue.

 

Du vendredi 16 au lundi 19 septembre

Un été sec avec à nouveau des records de chaleur a donné lieu, jusque loin en haute montagne, à la fonte totale de la neige couvrant les glaciers. La neige et les avalanches n’étaient pas au rendez-vous.

Depuis la mi-août, il y a eu régulièrement des précipitations avec de la neige fraîche lors des épisodes suivants:

  • Du 15 au 19 août: Précipitations abondantes sur le centre et l’est du versant nord des Alpes avec une limite des chutes de neige de 3000 à 3500 m. La neige n’était tombée que sur les plus hauts sommets.
  • Du 26 au 28 août: A nouveau d’abondantes précipitations avec parfois des orages intenses et une limite élevée des chutes de neige aux alentours de 3500 m. Les quantités de neige fraîche étaient évaluées aux valeurs suivantes: Mont Rose jusqu’à 80 cm, Jungfrau de 30 à 40 cm, Bernina de 20 à 30 cm
  • Les 30 et 31 août: Limite des chutes de neige à 3000 m dans le nord avec de 10 à 40 cm de neige fraîche sur les hautes montagnes du versant nord des Alpes
  • Début septembre: A diverses reprises quelques centimètres de neige fraîche en haute montagne

Les chutes de neige ne répondaient pas aux critères justifiant la publication d’un bulletin d’avalanches en été de sorte que l’été météorologique (de juillet à septembre) s’est pour une fois soldé sans bulletin d’avalanches.

Cette situation a changé avec les chutes de neige du 16 au 18 septembre. Pour la première fois; la limite des chutes de neige est descendue en dessous de 2000 m avec de la neige fraîche jusqu’à moyenne altitude (figure 2.1). Etant donné que cette neige se déposait souvent sur un sol nu, l’augmentation du danger d‘avalanches était plutôt faible. Le bulletin d’avalanches mentionnait, d’une part, le danger d’avalanches de glissement et de coulées de neige mouillée sur les plaques rocheuses ou les pentes herbeuses raides et, d’autre part, le danger d’avalanches de neige sèche en haute montagne. Alors que le danger d’avalanches de neige mouillée et de glissement devrait diminuer rapidement dans les prochains jours, une évaluation prudente du danger d’avalanches est dans l’immédiat encore indiquée surtout en haute montagne. En été, les accidents d’avalanche ont souvent lieu seulement quelques jours après un épisode de chutes de neige, lorsque les conditions de randonnées deviennent à nouveau plus favorables. En cette période de l’année, la consolidation du manteau neigeux nécessite déjà pas mal de temps, surtout sur les pentes de haute montagne exposées au nord. La prudence est dès lors de mise en tenant compte surtout du danger d’être emporté et entraîné dans une chute.

 

lundi 16 mai

Comme décrit dans le dernier rapport hebdomadaire, le week-end du 13 au 15 mai était également très doux et l’isotherme zéro degré est montée à plus de 4000 m. Sous l’effet des températures douces, l’humidification du manteau neigeux a progressé et des avalanches de neige mouillée se sont déclenchées sur les pentes de haute altitude exposées au nord ainsi qu’en général en haute montagne. Dans les régions intra-alpines, elles se sont parfois décrochées jusqu’au sol. La fonte totale de la neige avance rapidement. C’est surtout en haute montagne qu’il y a encore suffisamment de neige pour des randonnées à ski. Le rapport hebdomadaire du jeudi 12 mai était le dernier de l’hiver 2021/2022. Dorénavant, nous publierons à chaque fois des informations complémentaires dans ce blog en cas de chutes de neige relativement importantes.

Le jeudi 12 mai, nous avons également publié le dernier bulletin d’avalanches annoncé de cette saison hivernale. Dès à présent, des bulletins d’avalanches ne seront publiés qu’en cas de fortes chutes de neige. Même si le SLF ne publie pas de bulletin d’avalanches, il y a lieu de tenir compte localement de la situation avalancheuse. Sur les pentes très raides exposées au nord ainsi qu’en général en haute montagne, des avalanches de neige mouillée sont également encore possibles au printemps. C’est en particulier le cas après des nuits avec ciel couvert ou après des chutes de pluie. Les randonnées et les montées exposées vers les cabanes doivent être terminées à temps. Également lors de balades en montagne, il ne faut pas oublier que même une petite coulée de neige peut entraîner une chute.

Vous pouvez, via alerte « Push » dans l’appli White Risk ou via flux RSS, être informé de la publication d’un bulletin d’avalanches.

 

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire