Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 24 - 31 décembre 2020

Menu principal

 

Temps froid, neige fraîche et foehn soufflant en tempête donnant souvent lieu à la formation de neige soufflée, problème lié à la neige ancienne avec un risque élevé de décrochement surtout en Valais

Après un refroidissement sensible pendant la période de Noël, Dame Hiver est de retour. Tout d’abord, il est tombé jusqu’à 70 cm de neige meuble dans le nord. Ensuite, il a neigé dans l’ouest et le sud avec jusqu’à 60 cm de neige fraîche. Simultanément, un foehn soufflant en tempête transportait intensément la neige encore meuble dans le nord. De nombreuses avalanches ont été déclenchées par des adeptes des sports d‘hiver, en Valais surtout dans la neige ancienne fragile, et dans les autres régions également dans la neige soufflée fraîche.

 
Photo 1 de 13
Cette avalanche a été déclenchée à distance lors de la descente depuis le Sidelhorn dans la vallée de Conches, VS. La neige soufflée pouvait manifestement se décrocher très facilement. L’avalanche s’est étendue sur une croupe, ce qui indique la présence d‘une vaste couche fragile sous la neige soufflée. Pente exposée au sud-est à 2300 m (photo: B. Birrer, 26.12.2020).
Photo 2 de 13
Le problème lié à la neige ancienne présent la semaine dernière a persisté cette semaine encore sur une grande partie du territoire, comme le montre ce déclenchement réussi au moyen d’explosifs au Mont Bonvin (pente à l’avant-plan, exposition sud-ouest, 2800 m) et au Tubang (pente vue de face, exposition est, 2700 m) Crans-Montana, VS (photo: V. Bettler, 26.12.2020).
Photo 3 de 13
Cette avalanche de plaque de neige dans la montée vers le Passo del San Bernardino en direction du Piz Moesola (Marscholhorn), GR, témoigne que la neige soufflée était compacte et que l’avalanche s’est déposée sous forme de grands blocs (photo: M. Keller, 26.12.2020).
Photo 4 de 13
Ici au Flüela Schwarzhorn, GR, à environ 2600 m, la neige soufflée était plus molle et les dépôts de l’avalanche de plaque étaient meubles (photo: SLF/S. Margreth, 26.12.2020).
Photo 5 de 13
Les surfaces neigeuses lisses peuvent être trompeuses, comme le montre cette photo prise depuis le Schilthorn dans la région du Simplon, VS: La neige a été transportée par le vent depuis les croupes et les crêtes vers les cuvettes où de la neige soufflée s’est accumulée et où des avalanches de plaque de neige pouvaient être déclenchées (photo: F. Pfammatter, 26.12.2020).
Photo 6 de 13
Egalement dans le val Bedretto, TI, le vent a laissé des traces à la surface neigeuse, comme ici au Passo San Giacomo à près de 2500 m (photo: T. Schneidt, 26.12.2020).
Photo 7 de 13
Au cours du week-end, la tempête de foehn annoncée a pénétré les Alpes. Les premiers signes annonciateurs étaient déjà visibles la veille de Noël sur les sommets du Val Roseg près de Pontresina, GR (photo: M. Casella, 24.12.2020).
Photo 8 de 13
Au cours du week-end, la tempête de foehn annoncée a pénétré les Alpes. Les premiers signes annonciateurs étaient déjà visibles la veille de Noël sur les sommets du Val Roseg près de Pontresina, GR (photo: M. Casella, 24.12.2020).
Photo 9 de 13
Là où la neige soufflée s’est accumulée derrière les crêtes, des avalanches de plaque de neige pouvaient se décrocher avec une grande hauteur de rupture, comme ici entre le Gatschieferspitz (2674 m) et le Pischahorn (2980 m, Klosters-Serneus, GR). L’avalanche a été déclenchée dans la neige ancienne fragile (photo: randonneur à ski, 27.12.2020).
Photo 10 de 13
Sur les pentes travaillées par le vent, comme par exemple au Grüenihorn (2373 m) près de Davos, GR, les accumulations de neige soufflée pouvaient se décrocher facilement, y compris dans les cuvettes (photo: A. Raez, 27.12.2020).
Photo 11 de 13
Comme le montre la photo de cette avalanche de plaque de neige, sous l’influence du vent, le manteau neigeux était assez croûté et cassant à environ 2300 m. Cette plaque de neige s’est également décrochée dans le voisinage de la crête en dessous d’une croupe sur l’Inneralp (Obersaxen Mundaun, GR) (photo: P. Degonda, 28.12.2020).
Photo 12 de 13
Lors de la montée vers la Furcletta près du Piz Toissa (2655 m) (Surses, GR), différentes quantités de neige étaient très proches les unes des autres: le vent fort de ces derniers jours avait balayé la neige vers les cuvettes (photo: G. Voide, 29.12.2020).
Photo 13 de 13
Le vent prouve une fois de plus sa créativité en réalisant des formes originales comme ici dans le val Cassinello (2400 m, Bedretto, TI). Le givre de surface a recouvert l’œuvre d’art d’un vernis scintillant (photo: T. Schneidt, 30.12.2020).
 

Météo

 

Veille et jour de Noël: Refroidissement du temps

L’isotherme zéro degré est descendue depuis près de 3000 m jusqu’à basse altitude. A 2000 m, les températures ont chuté depuis +6 °C le 23 décembre à -9 °C le 26 décembre. Le redoux de Noël était ainsi définitivement terminé. Et pourtant, en dépit de cette fin d’année froide, 2020 entrera dans les annales comme étant l’année la plus chaude depuis le début des mesures (source: MétéoSuisse). Pendant la nuit de Noël, il y a eu des chutes de neige à partir de l’ouest. La limite des chutes de neige est descendue rapidement depuis 2000 m jusqu’à basse altitude. Le matin du 26 décembre, l’apport de neige atteignait jusqu’à 70 cm sur le versant nord des Alpes (cf. figure 2).

 

Sur le versant nord des Alpes, les chutes de neige étaient généralement accompagnées d’un vent relativement faible, de sorte que la neige fraîche était très meuble. Mais en altitude et sur le centre de la crête principale des Alpes, le vent du nord était plus fort.

 

Samedi 26 décembre: Soleil généreux

A part la présence d’une nébulosité résiduelle en dessous de 2000 m environ dans les régions du nord, le temps était assez ensoleillé. 

 

Du dimanche 27 au mardi 29 décembre: Tempête de foehn, neige fraîche dans l’ouest et le sud

La tempête Hermine a ensuite pris le relais. Le dimanche, un vent fort à tempétueux de secteur sud-ouest a commencé à souffler en altitude et un foehn fort a balayé les vallées du nord des Alpes (cf. figure 3). La neige fraîche meuble de la période de Noël était alors intensément transportée (cf. figure 4). 

 

Le dimanche soir, il y a eu des chutes neige dans l’ouest qui ont persisté jusqu’au mardi soir. Dans l’ouest, il était tombé de 20 à 60 cm de neige, et à la frontière avec la France jusqu’à 70 cm. Dans le sud, l’apport de neige était souvent de 20 à 40 cm (cf. figure 5).

 
 

Mercredi 30 et jeudi 31 décembre: Dans l’ouest, un peu de neige fraîche; dans l’est, temps partiellement ensoleillé

Dans l’ouest, le temps était généralement gris, et dans le Jura ainsi que depuis le Chablais jusque dans les Alpes fribourgeoises en passant par les Alpes vaudoises, il est tombé quelque 10 à 20 cm de neige. Dans l’est, le temps est resté sec et était souvent ensoleillé. 

 

Manteau neigeux et situation avalancheuse

A moyenne altitude, où le manteau neigeux avait fait l’objet d’un début d‘humidification jusqu’à Noël, il s’est consolidé sous l’influence du refroidissement. A certains endroits, une croûte s’est formée et a ensuite souvent été enneigée.
Le problème lié à la neige ancienne persistait. Surtout en Valais, mais également dans les Grisons et sur le versant nord des Alpes, des avalanches se sont décrochées dans le fondement fragile du manteau neigeux. Cela concernait principalement les régions qui, en décembre, n’enregistraient pas les cumuls les plus importants de neige fraîche et présentaient par conséquent une couverture critique du fondement fragile de neige ancienne (cf. figure 6 et photos 7).
 

 

 
Photo 1 de 3
Photos 7: Avalanche déclenchée au moyen d’explosifs, à Crans Montana, VS, sur une pente orientée au sud-ouest à 2700 m. L’avalanche s’est décrochée dans la neige ancienne et avait une hauteur de rupture allant jusqu’à un mètre. C’est un exemple impressionnant de la taille dangereuse des avalanches de neige ancienne (photos: V. Bettler, 26.12.2020).
Photo 2 de 3
Photos 7: Avalanche déclenchée au moyen d’explosifs, à Crans Montana, VS, sur une pente orientée au sud-ouest à 2700 m. L’avalanche s’est décrochée dans la neige ancienne et avait une hauteur de rupture allant jusqu’à un mètre. C’est un exemple impressionnant de la taille dangereuse des avalanches de neige ancienne (photos: V. Bettler, 26.12.2020).
Photo 3 de 3
Photos 7: Avalanche déclenchée au moyen d’explosifs, à Crans Montana, VS, sur une pente orientée au sud-ouest à 2700 m. L’avalanche s’est décrochée dans la neige ancienne et avait une hauteur de rupture allant jusqu’à un mètre. C’est un exemple impressionnant de la taille dangereuse des avalanches de neige ancienne (photos: V. Bettler, 26.12.2020).
 

Recherche de traces de neige ancienne: Où y avait-il de la neige fin novembre 2020?

Quiconque planifie une randonnée et ne se rend pas précisément dans le Tessin, où la neige ancienne fragile est recouverte d’une bonne épaisseur de neige et est stable, se demandera sans doute où, avant la neige tombée en décembre, il y avait de la neige ancienne pouvant potentiellement constituer une couche fragile. L’image à haute résolution de fin novembre fournie par un satellite Sentinel pourrait aider à répondre à cette question (cf. photo 8). Qui sait, peut-être qu’un jour ce genre d’information à haute résolution fera-t-il directement partie du bulletin d’avalanches!

 

Au cours de cette période couverte par le rapport hebdomadaire, on a toutefois également eu affaire à un problème lié à la neige soufflée. Le vent est le fabricant d’avalanches. Dès le vendredi 25 et le samedi 26 décembre, le vent fort de secteur nord a donné lieu à la formation de neige soufflée, surtout sur le centre de la crête principale des Alpes ainsi qu’ailleurs en altitude. La tempête de foehn a cependant transporté encore plus de neige. Le vent combiné au réchauffement est à l’origine de la formation d’une «plaque» compacte pouvant parfois se décrocher très facilement. Habituellement, la neige soufflée peut se former très rapidement, en l’espace de quelques heures, et entraîner une augmentation sensible du danger d’avalanche. Mais le risque de déclenchement peut aussi diminuer à nouveau rapidement.

 

Le problème lié à la neige soufflée dans les prévisions d’avalanches

Prévoir avec précision cette augmentation du danger constitue un grand défi en matière de prévisions. Cela s’est vérifié également cette fois-ci: Le danger d’avalanche a été évalué au degré fort (degré 4,  dans les zones alpines de sports de neige) pour le dimanche 27 décembre dans les régions considérées comme critiques en ce qui concerne la neige soufflée (cf. les prévisions pour le dimanche 27 décembre). Cette évaluation ne se fondait pas uniquement sur le vent, mais également sur les températures nettement plus douces pendant la tempête de foehn. Le vent n’était cependant pas tout à fait conforme aux prévisions. Il a effectivement soufflé, mais nettement plus tard que prévu. Il n’a commencé à souffler que dans le courant de l’après-midi du dimanche, de sorte que le degré de danger 4 était surévalué pour le dimanche après-midi. 


Etant donné que le vent a commencé à souffler plus tard et n’a atteint son maximum que pendant la nuit, le degré de danger 4 a été maintenu pour la nuit du dimanche au lundi 28 décembre. Les retours d’information provenant des régions de foehn concernées du versant nord des Alpes n’ont cependant pas confirmé le risque très élevé de décrochement de la neige soufflée (on n’a entre autres guère observé d’avalanches spontanées). 

 

Le problème lié à la neige soufflée pour les adeptes des sports d’hiver

L’adepte chevronné des sports d’hiver peut souvent reconnaître facilement les accumulations de neige soufflée et dès lors éviter les endroits dangereux. Le danger lié à la neige soufflée est aussi souvent parfaitement perceptible, car il y a des signaux de danger tels que la formation de fissures ou des bruits sourds ou encore la possibilité sur les petites pentes de provoquer des départs d’avalanches (cf. photo 9). Le contournement des endroits dangereux n’est cependant pas toujours facile, car, plus particulièrement après des tempêtes, comme c’était le cas pendant cette période couverte par le rapport hebdomadaire, il n’y a plus du tout de neige à côté des accumulations de neige soufflée. Il arrive parfois qu’un itinéraire sûr ne peut être emprunté qu’à pied.


A cela s’ajoute que les accumulations de neige soufflée ne sont pas toujours très reconnaissables. A partir de la surface neigeuse, il n’est souvent pas possible de faire des distinctions au niveau de la nature de la neige et seule la configuration du terrain permet de deviner les zones où il pourrait y avoir de la neige soufflée (cf. photo 10). Il arrive aussi que la neige soufflée soit recouverte de neige fraîche et ne soit dès lors plus reconnaissable.

 
 

Accidents d'avalanche

Depuis le 24 jusqu‘31 décembre, 14 accidents d‘avalanche ont été signalés. Au total, 20 personnes ont été touchées. 
Jusqu’à présent, un total de 35 accidents d’avalanche ont été signalés cet hiver. Six personnes y ont perdu la vie et une personne a été portée disparue. Globalement, 46 personnes ont été touchées par des avalanches, ce nombre étant supérieur à la moyenne des 10 dernières années qui est de 29 personnes touchées à fin décembre.

Le prochain rapport hebdomadaire paraîtra le vendredi 8 janvier 2021.
 

Vers le haut

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire