Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 05 - 11 mars 2021

Menu principal

 

Le calme avant la tempête: Situation avalancheuse favorable à quelques exceptions près

Même s’il a neigé à diverses reprises, les quantités étaient si faibles que la situation avalancheuse favorable a persisté en de nombreux endroits. Ce n’était que dans le nord-est qu’il est tombé au début des quantités de neige un peu plus importantes. Le décrochement de minces accumulations de neige soufflée pouvait y être provoqué sur des superficies relativement grandes. Le mercredi, le vent modéré de secteur ouest a donné lieu, également aux autres endroits, à la formation de petites accumulations de neige soufflée susceptibles de se décrocher. Le jeudi, le vent d’ouest devenait tempétueux, transportait la neige ancienne meuble et mettait un terme à la situation avalancheuse favorable.

 

 
Photo 1 de 9
Le week-end de cette période couverte par le rapport hebdomadaire était marqué par le soleil et le vent. Sur cette photo prise au Twärchamm (Vilters-Wangs, SG), une petite avalanche s’est décrochée dans la neige soufflée. On peut reconnaître l’influence du vent dans les dunes de neige à l’arrière-plan (photo: T. Good, 06.03.2021).
Photo 2 de 9
La Rigi (1797 m, Arth SZ) également a profité le samedi 6 mars d’un peu de soleil au-dessus du brouillard. Cette barrière a revêtu un habit blanc épineux dû au givre (photo: P. Fähndrich, 06.03.2021).
Photo 3 de 9
Certaines des accumulations de neige soufflée qui s’étaient formées le vendredi 5 mars pouvaient se décrocher facilement les jours suivants, comme ici aux Churfirsten (Walenstadt, SG) à environ 1800 m (photo: P. Diener, 06.03.2021).
Photo 4 de 9
La zone d'arrachement d'une avalanche un peu plus grande a pu être observée sur le flanc ouest du Witihüreli (2634 m, Davos, GR). Les deux autres avalanches sont plus anciennes et ont déjà été enneigées (photo: SLF/D. Liechti, 06.03.2021).
Photo 5 de 9
Des avalanches de glissement témoignent de la période écoulée de temps doux. Le flanc sud du Branderspitzli (Vals, GR) qui culmine à 2734 m perd son habit hivernal et bronze au soleil (photo: U. Berni, 07.03.2021).
Photo 6 de 9
Dans la Tremola (Airolo, TI) au sud du col du Gothard, une puissante avalanche de glissement était descendue jusqu’à l’ancienne route du col (photo: A. Stella, 07.03.2021).
Photo 7 de 9
Les traces de poussière du Sahara étaient encore visibles. Au Surettahorn (Sufers, GR), la face intérieure de la corniche affiche des reflets brun-beige (photo: M. Casella, 08.03.2021).
Photo 8 de 9
A mesure que la semaine s’écoulait, nous avons constamment reçu des messages concernant des avalanches petites et moyenne se décrochant dans des accumulations de neige soufflée, comme ici dans le Valletta Schlattain au nord du Piz Nair (Celerina, GR) (photo: L. Luminati, 10.03.2021)…
Photo 9 de 9
… ou lors de la montée en direction du Piz Lai Blau à environ 2660 m avec vue sur les serpentins du col du Lukmanier (photo: P. Degonda, 10.03.2021). Elles avaient généralement une épaisseur de rupture de seulement quelques centimètres. Entre la neige soufflée et la surface croûtée de neige ancienne, il y avait manifestement une couche fragile marquée.
 

Météo

 

Vendredi 4 et samedi 5 mars: Neige fraîche d’abord dans le nord, puis dans le sud

Il y a eu des précipitations sur une grande partie du nord pendant la nuit, puis seulement encore dans le nord-est en journée. Avec une limite des chutes de neige descendant depuis 1600 m à 1000 m, il est tombé de 10 à 20 cm de neige sur le versant nord des Alpes depuis Meiringen jusqu’au Liechtenstein, et jusqu’à 30 cm dans les Alpes glaronnaises (cf. figure 1). Dans les autres régions, il n’y a eu que peu de neige fraîche, tandis que dans le sud, le temps était généralement ensoleillé et sec. Le samedi, l’équité était rétablie: du soleil dans le nord et quelques flocons de neige dans le sud.

 

Du dimanche 6 au mercredi 9 mars: A nouveau de la neige dans le nord-est, puis du soleil

Même scénario météorologique: Le temps était à nouveau couvert dans le nord et, pendant la nuit du dimanche au lundi, il est encore tombé de 10 à 20 cm de neige au-dessus d’environ 1200 m sur le versant nord des Alpes depuis la vallée de Schächen jusqu’au Pizol (cf. figure 2). Dans le courant de la journée du lundi, il y a eu des éclaircies. Dans le sud, le temps était assez ensoleillé.
Le mardi, la météo était variable avec des averses et localement quelques centimètres de neige fraîche. Le mercredi était généralement ensoleillé avec un vent de secteur ouest à nord-ouest augmentant progressivement.

 

Jeudi 10 mars: Arrivée d’une tempête avec des courants de secteur ouest

Une fois de plus, le temps était nuageux dans le nord avec des averses éparses, sous forme de neige au-dessus de 1400 à 1800 m. Un vent fort de secteur ouest soufflait en montagne et un foehn modéré dans les vallées du nord. Dans le sud, le temps était resté partiellement ensoleillé.

 

Manteau neigeux et danger d’avalanche

 

Neige soufflée

Pendant les chutes de neige dans le nord-est, des accumulations de neige soufflée se sont formées dès le vendredi 5 mars. La surface de neige ancienne de la période passée de beau temps s’est révélée défavorable comme substrat, tout particulièrement sur les pentes à l’ombre. Même si elles n’étaient que minces, les accumulations de neige soufflée pouvaient parfois se décrocher sur d’assez grandes superficies (cf. photo 4). Avec un risque élevé de déclenchement d‘avalanche, mais des endroits dangereux relativement peu nombreux et des avalanches généralement petites, le danger d’avalanche a été évalué au degré 2 (limité) à partir du vendredi dans les régions avec les précipitations les plus abondantes. Le danger résidait surtout dans les risques de chute. En raison des nouvelles chutes de neige, un danger marqué d’avalanche (degré 3) a même été annoncé pour la journée du lundi 8 mars dans une petite région située entre Reuss et Glaris.
Etant donné que les couches fragiles composées de grains anguleux peuvent persister relativement longtemps, le danger d’avalanche n’a diminué que lentement. Dans certaines parties du centre et de l’est du versant nord des Alpes, il n’a plus été inférieur au degré 2 (limité) jusqu’à la fin de la période couverte par le rapport hebdomadaire.

 

Avec localement jusqu’à 20 cm de neige fraîche et un vent parfois modéré, des accumulations de neige soufflée petites ou moyennes se sont formées le mercredi 10 mars dans diverses régions. Celles-ci aussi pouvaient à nouveau se décrocher très facilement. Considéré rétrospectivement, le degré de danger 2 (limité) aurait sans doute été justifié, du moins sur la crête nord des Alpes.
Le jeudi 11 mars, un vent fort de secteur ouest a marqué le début d’une phase de mauvais temps. Il a transporté la neige ancienne meuble. A cause des accumulations de neige soufflée, le danger d’avalanche a augmenté sur une grande partie du territoire, passant au degré 3 (marqué) sur la crête nord des Alpes.
Comme c’est typiquement le cas en présence d’un problème lié à la neige soufflée, les avalanches étaient généralement petites ou moyennes (tailles 1 et 2, photo 4 et figure 5) pendant cette période couverte par le rapport hebdomadaire.

 

Constitution du manteau neigeux

Avec les températures plutôt fraîches, si on les compare à celles des semaines précédentes, il n’y a pas eu d’humidification supplémentaire du manteau neigeux. En conséquence, des avalanches de glissement n’ont plus été signalées que très localement et aucune avalanche de plaque de neige mouillée n’a été constatée.
La neige ancienne proche du sol renferme encore des couches fragiles, surtout dans les Grisons et en Valais (cf. figure 6), mais on n’a plus signalé d’avalanches déclenchées dans ces couches fragiles proches du sol. Même si actuellement le fondement fragile du manteau neigeux ne constitue manifestement pas un problème majeur, il ne faut néanmoins pas perdre de vue ces couches: Elles seront à nouveau activées, peut-être déjà avec les fortes chutes de neige annoncées, mais au plus tard sous l’effet de l’humidification progressive du manteau neigeux.

 

Après la longue période de temps sec de la seconde moitié de février, la surface neigeuse avait subi, sur les pentes à l’ombre et abritées du vent, une métamorphose constructive à grains anguleux et était meuble. Par ailleurs, pendant cette période couverte par le rapport hebdomadaire, du givre de surface a été observé à diverses reprises (cf. figure 6 et photo 7), avant d’être déjà partiellement recouvert par la succession d’averses de neige. Jusqu’à présent, ces couches fragiles étaient proches de la surface et ne constituaient un problème que lorsqu’elles étaient recouvertes de neige soufflée. Avec les chutes de neige des prochains jours, le problème va s‘étendre, car une plaque de neige (« slab ») se forme en de nombreux endroits, et la taille des avalanches augmente également nettement en fonction de l’épaisseur de cette plaque.

 

Situation neigeuse

Le jeudi 11 mars, il y avait à 2000 m entre 1 et 2 m de neige, et même localement plus sur le centre et l’est du versant nord des Alpes, mais un peu moins dans le sud du Valais.
A moyenne altitude, les hauteurs de neige étaient inférieures aux moyennes de saison en Valais et supérieures à ces valeurs dans les Grisons. Dans les autres régions, les hauteurs de neige correspondaient plus ou moins aux moyennes pluriannuelles. A haute altitude, la répartition des hauteurs de neige était plus régulière, avec un léger déficit dans l’ouest et un léger boni dans l’est.

 

Accidents d’avalanche

Au cours de cette semaine, 17 avalanches déclenchées par des personnes ont été signalées (cf. figure 5). Heureusement, il n’y a pas eu d’accident mortel.

 

Vers le haut

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire