Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 01 - 15 décembre 2020

Menu principal

 

Beaucoup de neige fraîche et des couches fragiles marquées: dans certaines régions, un « fort danger d’avalanche » et des conditions délicates en dehors des pistes

Si le titre du rapport mensuel de novembre était encore « Dame Hiver est en vacances », on pourrait dire cette fois-ci « Dame Hiver est revenue en pleine forme de ses vacances ». Tout d’abord, elle a apporté beaucoup de neige dans le sud, avec parfois des records de neige fraîche en Haute-Engadine. Par la suite, il a également neigé dans le nord et l’ouest. Le froid était hivernal et il est tombé de la neige jusqu’à basse altitude. Sur les pentes à l’ombre au-dessus de la limite de la forêt, la neige fraîche s’est souvent déposée sur un manteau neigeux mince mais fragile de novembre. Avec comme conséquence de nombreuses avalanches, d’abord spontanées puis ensuite déclenchées par des personnes. Au cours des deux premières semaines de décembre, il y a eu 15 accidents d’avalanches entraînant tragiquement la mort de quatre personnes.

 

 
Photo 1 de 17
Grande avalanche de plaque de neige, déclenchée par des personnes à 3100 m sur le versant nord-est en dessous du Piz Murtèl (Samedan/GR). Personne n’a été touché par l’avalanche (photo: P. Erne, 10.12.2020).
Photo 2 de 17
Même si début décembre il y avait généralement encore peu de neige, en altitude, des personnes pouvaient provoquer le décrochement de petites accumulations de neige soufflée, comme ici dans le voisinage du Leckihorn (Realp/UR) (photo: R. Imsand, 03.12.2020).
Photo 3 de 17
A près de 2000 m, la couleur grise plutôt que blanche dominait encore début décembre en de nombreux endroits et l’on se demandait quand l’hiver allait commencer (domaine skiable du Flumserberg/SG; photo: R. Bärtsch, 04.12.2020).
Photo 4 de 17
A peine quelques jours plus tard, il y avait de la neige également à moyenne altitude, comme le montre cette vue du Röti (1395 m) dans le Jura (photo: D. Silbernagel, 08.12.2020).
Photo 5 de 17
120 cm de neige fraîche sur un sol chaud: trop c’est trop sur ce talus en bord de route – l’abondante neige s’est décrochée spontanément sous forme d’avalanche de glissement (val Blenio/TI; photo: F. Vanza, 08.12.2020).
Photo 6 de 17
Après la fin des chutes de neige, on pouvait observer des avalanches spontanées de plaque de neige se décrochant sur le mince manteau neigeux de novembre (versant nord du Hanengretji qui culmine à 2541 m (Davos/GR; photo: SLF/K. Winkler, 07.12.20).
Photo 7 de 17
Une vue similaire également sur le versant sud des Alpes. Bien que déjà fortement recouvertes de neige, les ruptures d’avalanches parfois grandes étaient dans certains cas encore visibles plusieurs jours plus tard (Piz de la Lumbreida, 2982 m; Messocco/GR; photo: G. Kappenberger, 12.12.2020).
Photo 8 de 17
Avalanche moyenne de plaque de neige dans le domaine skiable de Jakobshorn encore fermé (Davos/GR; photo: SLF/K. Winkler, 10.12.2020).
Photo 9 de 17
Le foehn a transporté la neige meuble sur la crête de l’Ofen (2873 m) et au Piz Grisch (2898 m, GR/GL; photo: A. Schmidt, 10.12.2020).
Photo 10 de 17
Dans le nord également, les traces laissées par le vent étaient visibles, mais cette fois le vent soufflait de l’ouest. La neige était balayée sur les crêtes, comme ici au Bürgle dans la région du Gantrisch/BE (photo: T. Widmer, 09.12.2020), …
Photo 11 de 17
…pour se déposer à l’abri du vent en formant des accumulations de neige soufflée sur un manteau fragile de neige ancienne qui pouvaient parfois se décrocher facilement, comme en témoigne ce début de rupture d’avalanche dans la descente côté nord du Bürgle (photo: M. Langenegger, 13.12.2020).
Photo 12 de 17
Avant même la neige fraîche du 13 décembre, les traces étaient profondes dans la région de Trient (VS) (photo: J-L. Lugon, 10.12.2020), …
Photo 13 de 17
Des bruits sourds étaient perceptibles et on pouvait observer la formation de fissures également dans le Bas-Valais, des indices évidents d’un manteau neigeux partiellement instable (photo: J.-L. Lugon, 10.12.2020).
Photo 14 de 17
Avalanche moyenne de plaque de neige, directement à la frontière française. Celle-ci aussi s’était décrochée dans la neige ancienne proche du sol (photo: J.-L. Lugon, 13.12.2020).
Photo 15 de 17
En de nombreux endroits, des coulées et avalanches de glissement se sont déclenchées sur des pentes herbeuses raides, comme à Davos/GR (photo: SLF/B. Kruyt, 10.12.2020).
Photo 16 de 17
Également sur les pentes orientées au sud du Schweifegrat dans la vallée de Binn/VS, de nombreuses avalanches de glissement généralement petites se sont déclenchées en dessous de 2200 m environ (photo: H. Gorsatt, 14.12.2020).
Photo 17 de 17
Avalanche poudreuse, vraisemblablement déclenchée par un bloc de glace au Scheidegg-Wetterhorn (Grindelwald/BE, photo: G. Schatt, 10.12.2020).
 

Météo, manteau neigeux et situation avalancheuse

Après le mois de novembre beau et doux, l’hiver s’est annoncé d’abord de manière hésitante: le 1er décembre, sur une grande partie du territoire, de faibles chutes de neige étaient accompagnées d’un vent parfois fort de secteur ouest à nord-ouest, l’apport de neige étant le plus abondant sur le versant nord des Alpes et dans les régions frontalières avec la France. Dans certaines régions, il y était tombé 20 cm de neige fraîche. La limite des chutes de neige se situait à basse altitude.

Du jeudi, 4 au lundi, 7 décembre: De fortes chutes de neige dans le sud donnent lieu à un « fort » danger d’avalanche

Après deux journées calmes sur le plan météorologique, une situation de barrage côté sud de plusieurs jours s’est installée dans le courant de la journée du 3 décembre. Celle-ci a donné lieu à d’intenses chutes de neige sur la crête principale des Alpes depuis le Simplon jusque dans la Bernina et au sud de ces régions ainsi qu’en Haute-Engadine. Sous l’effet des puissants courants de secteur sud en altitude, les précipitations se sont également étendues loin vers le nord y apportant aussi de grandes quantités de neige fraîche dans certaines régions (cf. photo 1). Globalement, en quatre jours, du 4 au 7 décembre, les quantités suivantes de neige sont tombées au-dessus de 1000 m (cf. figure 2):

  • Crête principale des Alpes depuis la région du Simplon jusque dans la région de la Bernina, versant sud des Alpes, parties méridionales du centre des Grisons: de 120 à 160 cm
  • Depuis l’est de l’Oberland bernois jusqu’en Basse-Engadine en passant par les Alpes de Suisse centrale et le centre des Grisons: de 80 à 120 cm
  • Vallée de la Saas, région d’Aletsch, Alpes glaronnaises, nord des Grisons: de 50 à 80 cm
  • Vallée de Zermatt, reste des Alpes bernoises, Alpstein, Jura: de 30 à 50 cm
  • Ailleurs: moins de neige fraîche
  •  
  

Danger d’avalanche et activité avalancheuse

Avec l’arrivée des précipitations intenses a commencé la diffusion quotidienne du bulletin d’avalanches le jeudi 3 décembre.  

Les prévisions pour le samedi 5 décembre annonçaient déjà un degré de danger 4 ou « fort » dans certaines régions du sud et de la Haute-Engadine en raison de chutes de neige intenses et continues. Au cours des deux journées suivantes, les régions avec degré 4 ont encore un peu été étendues. Même si pendant les intenses chutes de neige très peu d’avalanches ont été signalées, les observations ont confirmé a posteriori que de nombreuses avalanches de taille moyenne et grande et localement aussi de très grande ampleur (cf. photos 3 et 4) s’étaient déclenchées spontanément sur des pentes très raides exposées au nord au-dessus de 2400 m dans les régions avec des précipitations abondantes. Etant donné que ces avalanches ne descendaient guère jusque dans les vallées, on avait d’abord l’impression, pendant les chutes de neige, qu’il n’y avait pratiquement pas eu de départs spontanés d’avalanches, car les conditions de visibilité étaient limitées.  

 
 

Fortes chutes de neige – un phénomène qui se produit une fois par siècle en Haute-Engadine

Les fortes chutes de neige au cours de la période analysée constituent un bon exemple pour montrer que la probabilité d’occurrence de la même quantité de neige fraîche varie fortement d’une région à l’autre. Pour pouvoir établir des statistiques plus ou moins fondées sur ce que l’on appelle la récurrence d’un événement (c’est-à-dire sa fréquence statistique), nous ne prenons en compte ci-après que des stations avec au minimum 40 années successives de relevés. A cet égard, l’analyse des cumuls de neige fraîche tombée en 3 jours (HN3) depuis le samedi matin 5 décembre jusqu’au lundi matin 7 décembre est la donnée la plus intéressante, car pendant cette période, les précipitations étaient les plus intenses et également les plus étendues.  

Avec plus de 160 cm de neige fraîche, les plus grandes valeurs HN3 ont été relevées à Maloja (GR) et Robiei (TI) (cf. tableau 1). Les plus grandes périodes de récurrence d’environ 100 ans ont en revanche été calculées aux deux stations de Haute-Engadine, à savoir St-Moritz (GR) et Samedan (GR), ainsi qu’à Sta. Maria dans le val Müstair (GR). Pour ces trois stations, la somme de neige tombée en trois jours se situait ‘seulement’ entre 99 et 124 cm. Mais elle dépassait le double de la valeur enregistrée normalement pendant la période hivernale comme plus grand cumul de neige fraîche en trois jours (cf. la valeur HN3max_med dans le tableau 1). Ces trois stations sont des exemples typiques de sites intra-alpins avec des précipitations normalement assez faibles. Les deuxièmes périodes de récurrence les plus grandes (15-40 ans) ont été atteintes dans les stations avoisinantes côté sud (Maloja, Splügen, Disentis, toutes dans les GR) et aux stations situées dans des zones typiques de barrage météorologique du versant sud des Alpes (Airolo/TI, San Bernardino/GR). Les régions avoisinantes plus éloignées côté nord, tout comme le reste des Grisons, les Alpes uranaises ou la vallée de Conches ont également enregistré des valeurs HN3 de l’ordre de 100 cm. Pour ces régions avec des précipitations comparativement abondantes, cela correspond au maximum à une période de récurrence de 10 ans. 

En Haute-Engadine, l’épisode de précipitations a duré en tout sept jours, du 4 au 10 décembre. Pendant cette période, on a par exemple relevé des cumuls de neige fraîche de sept jours de 220 cm à Maloja et de 144 cm à St-Moritz (cf. figure 2), ce qui correspond à une période de récurrence d’environ 40 ans. 

Tableau 1: Sélection de stations de mesure avec une grande somme de neige fraîche en trois jours (HN3) pendant la période de précipitations du 5 au 7 décembre 2020. Les différentes colonnes indiquent en outre le rang et la période de récurrence du phénomène (T (années)). Les deux dernières colonnes affichent la valeur médiane de toutes les sommes maximales de neige fraîche en trois jours par année (HN3max_med) ainsi que le nombre d’années de mesure (n).

Station

Altitude

HN3

Rang

T (années)

HN3max_med

n (années)

Maloja, GR

1810 m

161 cm

3

30

86 cm

69

Robiei, TI

1890 m

160 cm

18

5

135 cm

51

San Bernardino, GR

1640 m

143 cm

5

15

89 cm

68

Splügen, GR

1457 m

135 cm

2

40

61 cm

71

Airolo, GR

1139 m

134 cm

2

15

73 cm

92

St. Moritz, GR

1850 m

124 cm

1

100

58 cm

67

Sils Maria, GR

1802 m

123 cm

5

30

63 cm

158

Oberwald, VS

1370 m

121 cm

15

4

97 cm

56

Disentis, GR

1190 m

113 cm

5

15

64 cm

70

Samedan, GR

1750 m

112 cm

1

100

47 cm

77

Sta. Maria, GR

1387 m

99 cm

2

100

42 cm

69

 

 

Du mardi, 8 au vendredi, 11 décembre: Entre les chutes de neige relativement importantes

Pendant qu’au nord de la crête principale des Alpes le temps était parfois ensoleillé parfois nuageux avec plus que de faibles chutes de neige, il a continué de neiger jusqu’au 10 décembre sur la façade sud des Alpes et en Engadine. Même si l’intensité des chutes de neige y était nettement plus faible que les jours précédents, l’apport supplémentaire de neige fraîche atteignait néanmoins parfois 40 cm dans certaines régions – telles que la Haute-Engadine ou le Tessin (cf. figures 2a et 2b).

En raison des fortes chutes de neige, la hauteur de neige dépassait souvent nettement les valeurs moyennes sur le centre et l’est du versant nord des Alpes, dans les Grisons ainsi que sur le versant sud des Alpes (cf. également la photo 5).

 

Avec la diminution des chutes de neige, le danger d’avalanche a lui aussi diminué, mais seulement lentement en de nombreux endroits. Des déclenchements d’avalanches par des personnes ont été signalés plus particulièrement sur les pentes très raides à l’ombre au-dessus de 2000 m. Ces avalanches se décrochaient souvent au niveau du passage de la neige de décembre vers la surface neigeuse de fin novembre (cf. également la section relative à la constitution du manteau neigeux ci-après). Par ailleurs, des avalanches de glissement de taille petite mais aussi parfois moyenne se sont décrochées en de nombreux endroits sur les pentes herbeuses (cf. photos 6 et 7).

 
 

Samedi, 12 et dimanche, 13 décembre: Chutes de neige dans l’ouest

Le vendredi 11 décembre, il y a eu des chutes de neige à partir de l’ouest. Jusqu’au dimanche 13 décembre, elles ont apporté de 30 à 50 cm de neige fraîche au-dessus de 1400 m dans le nord du Bas-Valais ainsi que dans les Alpes vaudoises et fribourgeoises, et 60 cm dans le Chablais et la région de Trient (cf. figure 8). Dans la partie la plus occidentale du Jura également, il est tombé quelque 30 cm de neige, les chutes de neige étant accompagnées d’un vent fort. Dans les Grisons et sur le versant sud des Alpes, il n’était tombé que quelques centimètres de neige fraîche. Plus particulièrement dans les régions avec beaucoup de neige fraîche, le vent modéré de secteur ouest avait donné lieu à la formation d’accumulations de neige soufflée pouvant se décrocher facilement. Des avalanches se sont localement déclenchées spontanément. 

 

Lundi, 14 et mardi, 15 décembre: Temps hivernal doux

Il faisait sensiblement plus doux. L’isotherme zéro degré était montée aux alentours de 3000 m. Le lundi 14 décembre était généralement ensoleillé, mais le mardi 15 décembre, il y a eu des précipitations dans l’ouest. Il a plu jusqu’à moyenne altitude, tout particulièrement dans le Jura et sur l’ouest du versant nord des Alpes.   

Dans l’ouest, la situation avalancheuse était marquée par la neige tombée les jours précédents, tandis que dans les autres régions, il fallait prendre en considération le problème lié à la neige ancienne sur les pentes à l’ombre au-dessus de la limite de la forêt. Le réchauffement du temps et la pluie ont donné lieu à d’autres avalanches de glissement à moyenne altitude. 

 

Mince manteau neigeux de novembre + neige fraîche = problème marqué lié à la neige ancienne!

La combinaison de chutes de neige en octobre, suivies d’une période de plusieurs semaines de beau temps au cours de laquelle le mince manteau neigeux subissait une métamorphose constructive sur les pentes à l’ombre, et de chutes de neige au cours de cette période couverte par le rapport hebdomadaire constituait la recette pour le premier problème marqué lié à la neige ancienne de cet hiver (cf. figure 9 et photo 10). De nombreux déclenchements d’avalanches – d’abord spontanés, puis plus tard par des personnes en témoignent (cf. vidéo 1, galerie de photos). Ces endroits dangereux étaient présents dans toutes les régions des Alpes suisses. Ils se situaient surtout sur la façade nord au-dessus d’environ 1800 à 2400 m.

 
 
 

Comment la constitution défavorable du manteau neigeux était-elle présentée dans le bulletin d’avalanches?

Tout d’abord, l’accent était principalement mis sur la neige fraîche, et la communication portait sur le problème lié aux avalanches. Des indications relatives au manteau neigeux défavorable étaient reprises dans la description du danger, comme par exemple dans les prévisions du 3 décembre: « …se déposent, sur les pentes à l’ombre de haute altitude, sur un manteau neigeux fragile. » Avec la stabilisation des couches de neige fraîche et de neige soufflée, une plus grande attention a été accordée au problème lié à la neige ancienne. A partir de ce moment, la communication portait ce problème lié à la neige ancienne.

 
 

Prévisions d’avalanches du SLF sur les médias sociaux

A partir de l’hiver 2020/21, le Service des avalanches du SLF poste de brèves informations et des photos d’illustration sur la situation avalancheuse actuelle sur Twitter, Facebook et Instagram.  

Vous nous trouverez sur Twitter, Instagram et Facebook avec la dénomination @whiteriskslf. Follow us! 

Ces canaux ne remplacent pas le bulletin d’avalanches! Pour obtenir toujours les prévisions les plus actuelles, il faut consulter le bulletin d’avalanches sur www.slf.ch ou l’appli WhiteRisk du SLF.

 

Le prochain rapport hebdomadaire paraîtra le jeudi 24 décembre à 17h00.

 

Vers le haut

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire