Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 07-13 février 2020

Menu principal

 

De la neige soufflée sur une croûte de poussière du Sahara et problème lié à la neige ancienne dans les régions intra-alpines

Après la période de tempête de la semaine précédente, le danger d'avalanche a rapidement diminué grâce aux journées ensoleillées. Dans les régions intra-alpines et parfois aussi dans d'autres régions, davantage d'avalanches ont été déclenchées profondément dans la neige ancienne. Au début de la semaine, la dépression cyclonale «Sabine» a surtout apporté beaucoup de vent, mais par la suite également de la neige fraîche entraînant par conséquent une augmentation du danger d'avalanche.

 

 

 
Photo 1 de 12
Le grand glacier d'Aletsch (VS) en habit tigré: La croûte brunâtre due à la poussière du Sahara était très marquée. Ce n'est que dans les cuvettes, où il y avait de la neige fraîche, qu'elle était recouverte d'une couche blanche (photo: H. Lauber, 09.02.2020).
Photo 2 de 12
Une avalanche de plaque de neige fraîche s'est produite le samedi 8 février près de la Ducanfurgga (2664 m, Davos, GR) sur une pente exposée à l'est. On ne sait pas avec précision si elle a été déclenchée à distance par des personnes ou si elle s'est déclenchée spontanément (photo: SLF/S. Ziegler).
Photo 3 de 12
Cette avalanche près du Blauberg, à proximité du col de la Furka à environ 2700 m, s'est décrochée profondément dans la neige ancienne sans cohésion et à grains grossiers. Elle a été déclenchée à distance par des randonneurs (voir la photo 3 / 4 dans le rapport) sans le moindre bruit sourd comme avertissement (photo: mis à disposition, 09.02.2020).
Photo 4 de 12
Une très grande avalanche s'est produite au nord du Rätschahorn en dessous de la Plattenflue (2471 m, Luzein, GR). Elle a recouvert la descente connue sous le nom de «Chamerestäge». Les dépôts de l'avalanche dépassaient la taille d'une personne (photo: M. Guerrier, 08.02.2020).
Photo 5 de 12
Grâce au beau temps, les avalanches de ces derniers jours étaient visibles. Etant donné que cette avalanche de plaque de neige près de Cartans (2785 m, SE, Bergün Filisur, GR) n'a pas été recouverte de neige fraîche, elle s'est vraisemblablement produite après la fin de la période de précipitations allant du jeudi 6 février au samedi 8 février (photo: SLF/S. Mayer, 09.02.2020).
Photo 6 de 12
Le samedi 8 février, le bulletin d'avalanches annonçait un degré de danger 2 (limité) sur une grande partie du territoire. Ce snowboarder a néanmoins trouvé un endroit délicat au Culmet à 2700 m (Albula/Alvra, GR) et déclenché une avalanche dans la pente en contrebas. Il n'a heureusement pas été touché (photo: mis à disposition).
Photo 7 de 12
Panorama matinal au Sentisch Horn (Davos, GR): Malgré la hauteur de neige légèrement inférieure aux valeurs moyennes, le décor est vraiment hivernal. Le beau temps du week-end passé a souvent permis des randonnées à ski dans de bonnes conditions (photo: SLF/E. Hafner, 08.02.2020).
Photo 8 de 12
Comme par exemple ici, lors de la descente du Girenspitz (2367 m, Luzein, GR) (photo: P. Diener, 07.02.2020).
Photo 9 de 12
Des randonnées en terrain plus raide étaient également possibles, comme ici dans l'Oberland bernois la descente de la Bütlassa (3192 m, Reichenbach dans la vallée de la Kander, BE) (photo: M. Gilgien, 09.02.2020).
Photo 10 de 12
Les lundi 10 et mardi 11 février, la dépression cyclonale «Sabine» a balayé la Suisse. Ici, au nord de la Pointe de la Plaine Morte (2926 m, Lenk, VS), elle a transporté non seulement de la neige, mais aussi de petits cailloux (photo: V. Bettler, 12.02.2020).
Photo 11 de 12
Doubles fanions indicateurs de vent près de la station de la vallée du domaine skiable de Pischa. A l'arrière-plan, la neige est transportée par le vent au Chiselgrat (2545 m, Davos, GR) (photo: S. Mayer, 12.02.2020).
Photo 12 de 12
Gian, Giachen et leurs jeunes bouquetins admirent le paysage du Gmeinboden (2467m, Davos, GR) dans le domaine skiable de Parsenn, pour le plus grand plaisir des skieurs émerveillés (photo: SLF/M. Marty, 07.02.2020).
 

Neige, météo, avalanches

 

Du vendredi 7 au dimanche 9 février: Diminution du danger d'avalanche, mais davantage d'avalanches dans la neige ancienne fragile, surtout dans les régions intra-alpines

Du vendredi 7 au dimanche 9 février, le temps était généralement ensoleillé, abstraction faite de quelques champs nuageux élevés. Avec à 2000 m de 0 à +4 °C dans le nord et environ 0 °C dans le sud, il faisait assez doux. Le vent était le plus souvent faible à modéré.

Avec ce temps calme, le danger d'avalanche diminuait. La liaison de la neige soufflée à la croûte sous-jacente était bonne et la neige soufflée se tassait rapidement. On n'a pratiquement plus observé de déclenchements d'avalanches dans la neige soufflée. Selon une évaluation a posteriori, le danger d'avalanche aurait pu être considéré comme limité (degré 2) dès le vendredi.

Alors que le problème lié à la neige soufflée perdait de son acuité, à partir du vendredi il y avait à nouveau des signalements d'avalanches, parfois de grande ampleur, qui se décrochaient dans la neige ancienne. Comme typiquement pour les avalanches de neige ancienne, les endroits dangereux n'étaient guère reconnaissables, pas très nombreux, mais avec une étendue dangereuse. Une fois de plus, il apparaissait de manière impressionnante que les avalanches de neige ancienne peuvent être très dangereuses. Heureusement, personne n'a été grièvement blessé (cf. figure 2 et photo 3).

 
Photo 1 de 4
Photo 3 / 1: Cette avalanche sur la Lauchernalp (VS) a été déclenchée en terrain très fréquenté le vendredi 7 février. Personne n'a été touché (photo: mis à disposition, 07.02.2020).
Photo 2 de 4
Photo 3 / 2: Cette grande avalanche au Baslersch Chopf (GR) a été déclenchée par un skieur le vendredi 7 février. Il a été emporté par l'avalanche mais n'a été heureusement que légèrement blessé (photo: SLF/E. Hafner, 08.02.2020).
Photo 3 de 4
Photo 3 / 3: Avalanche déclenchée au Rinerhorn (GR) le samedi 8 février. L'avalanche s'est décrochée dans des couches plutôt proches de la surface, mais elle s'est ensuite étendue jusque dans des couches de neige ancienne proches du sol. Personne n'a été touché (photo: mis à disposition, 08.02.20).
Photo 4 de 4
Photo 3 / 4: Cette avalanche au Blauberg près du col de la Furka, UR, a été déclenchée à distance. Trois personnes ont été emportées sur une courte distance, mais elles s'en sont tirées indemnes (photo: mis à disposition, 09.02.2020).
 

La plupart de ces avalanches se sont décrochées dans les couches qui se sont formées à la surface pendant la longue période de temps sec de janvier. Cette couche fragile a entretemps été recouverte de diverses couches de neige soufflée et de la croûte marquée issue du temps pluvieux de la période traitée par le dernier rapport hebdomadaire (cf. photo 4 et figure 5). La situation était la plus délicate aux altitudes d'environ 2500 à 3000 m. En dessous de 2500 m environ, la croûte due à la pluie avait plusieurs centimètres d'épaisseur et était assez stable, de sorte qu'à cette altitude, on n'a pas signalé de ruptures dans la neige ancienne, même si, là aussi, il y avait des couches fragiles en dessous de la croûte.

 

 
 

Du lundi 10 au mercredi 12 février: La dépression cyclonale «Sabine» a apporté d'abord beaucoup de vent, puis plus tard également encore de la neige

Pendant la nuit du dimanche au lundi 10 février, la dépression cyclonale «Sabine» a atteint les Alpes. L'élément prédominant des lundi 10 et mardi 11 février était le vent qui soufflait souvent en tempête, surtout dans l'ouest et le nord, transportant à la fois la neige fraîche et la neige ancienne (cf. figure 6). Le Tessin était épargné par les vents les plus forts; le vent de secteur ouest y était temporairement modéré. Des informations complémentaires relatives à la dépression cyclonale «Sabine» peuvent être consultées dans un article de MétéoSuisse.

 
Photo 1 de 7
Photo 6 / 1: Indice de transport de neige aux stations IMIS, calculé à l'aide du logiciel SNOWPACK de modélisation du manteau neigeux depuis la journée indiquée à 17h00 jusqu'à la veille à 17h00 (valeurs couvrant 24 h). Dans cette présentation, l'indice de transport de neige a été normalisé pour chaque station à sa valeur maximale spécifique. Les points foncés signifient que l'indice de transport de la neige n'a (pratiquement) encore jamais atteint un niveau aussi élevé à cette station.
Photo 2 de 7
Photo 6 / 2: Indice de transport de neige aux stations IMIS, calculé à l'aide du logiciel SNOWPACK de modélisation du manteau neigeux depuis la journée indiquée à 17h00 jusqu'à la veille à 17h00 (valeurs couvrant 24 h). Dans cette présentation, l'indice de transport de neige a été normalisé pour chaque station à sa valeur maximale spécifique. Les points foncés signifient que l'indice de transport de la neige n'a (pratiquement) encore jamais atteint un niveau aussi élevé à cette station.
Photo 3 de 7
Photo 6 / 3: Indice de transport de neige aux stations IMIS, calculé à l'aide du logiciel SNOWPACK de modélisation du manteau neigeux depuis la journée indiquée à 17h00 jusqu'à la veille à 17h00 (valeurs couvrant 24 h). Dans cette présentation, l'indice de transport de neige a été normalisé pour chaque station à sa valeur maximale spécifique. Les points foncés signifient que l'indice de transport de la neige n'a (pratiquement) encore jamais atteint un niveau aussi élevé à cette station.
Photo 4 de 7
Photo 6 / 4: Indice de transport de neige aux stations IMIS, calculé à l'aide du logiciel SNOWPACK de modélisation du manteau neigeux depuis la journée indiquée à 17h00 jusqu'à la veille à 17h00 (valeurs couvrant 24 h). Dans cette présentation, l'indice de transport de neige a été normalisé pour chaque station à sa valeur maximale spécifique. Les points foncés signifient que l'indice de transport de la neige n'a (pratiquement) encore jamais atteint un niveau aussi élevé à cette station.
Photo 5 de 7
Photo 6 / 5: Indice de transport de neige aux stations IMIS, calculé à l'aide du logiciel SNOWPACK de modélisation du manteau neigeux depuis la journée indiquée à 17h00 jusqu'à la veille à 17h00 (valeurs couvrant 24 h). Dans cette présentation, l'indice de transport de neige a été normalisé pour chaque station à sa valeur maximale spécifique. Les points foncés signifient que l'indice de transport de la neige n'a (pratiquement) encore jamais atteint un niveau aussi élevé à cette station.
Photo 6 de 7
Photo 6 / 6: Indice de transport de neige aux stations IMIS, calculé à l'aide du logiciel SNOWPACK de modélisation du manteau neigeux depuis la journée indiquée à 17h00 jusqu'à la veille à 17h00 (valeurs couvrant 24 h). Dans cette présentation, l'indice de transport de neige a été normalisé pour chaque station à sa valeur maximale spécifique. Les points foncés signifient que l'indice de transport de la neige n'a (pratiquement) encore jamais atteint un niveau aussi élevé à cette station.
Photo 7 de 7
Photo 6 / 7: Indice de transport de neige aux stations IMIS, calculé à l'aide du logiciel SNOWPACK de modélisation du manteau neigeux depuis la journée indiquée à 17h00 jusqu'à la veille à 17h00 (valeurs couvrant 24 h). Dans cette présentation, l'indice de transport de neige a été normalisé pour chaque station à sa valeur maximale spécifique. Les points foncés signifient que l'indice de transport de la neige n'a (pratiquement) encore jamais atteint un niveau aussi élevé à cette station.
 

Le vent tempétueux a également donné lieu à des précipitations. Le lundi, les précipitations touchaient essentiellement l'ouest, la limite des chutes de neige descendant depuis environ 2500 m jusqu'aux alentours de 1800 m et se situait dès lors à un niveau nettement plus élevé que prévu. Ce n'est que le mardi que la limite des chutes de neige est descendue jusqu'à basse altitude. Au début, les quantités de neige tombées le lundi et le mardi étaient encore inférieures aux attentes, de sorte qu'il a fallu adapter quelque peu le bulletin d'avalanches de la matinée. C'est ainsi, par exemple, que le degré de danger 4 (fort) annoncé le soir du 10 février pour l'ouest du Bas-Valais a été corrigé au degré 3 (marqué) le matin du 11 février, parce que les quantités de neige fraîche, tant annoncées qu’effectivement tombées, étaient nettement inférieures à ce qui avait été supposé auparavant (cf. figure 7).

 

 

Le mercredi 12 février, le cœur des précipitations s'est déplacé vers l'est. Globalement, il était tombé du lundi au mercredi de 40 à 60 cm de neige dans certaines régions du Bas-Valais et sur l'est du versant nord des Alpes, au-dessus d'environ 2400 m dans l'ouest et d'environ 1800 m dans l'est. Dans de nombreuses régions, telles que l'ouest du versant nord des Alpes ou le sud des Grisons, il n'était tombé que très peu de neige voire même pas du tout de neige (cf. figure 8).

 

 

Jeudi 13 février: A nouveau du vent de secteur sud-ouest et du foehn dans le nord

Après que le vent a diminué un peu le mercredi, il s'est à nouveau intensifié le jeudi soufflant également du secteur sud-ouest. En altitude, il était fort, surtout dans l'extrême ouest, sur la crête nord des Alpes, mais également dans certaines régions de la crête principale des Alpes. Dans les vallées du nord des Alpes, un foehn fort a commencé à souffler. La neige généralement encore meuble tombée au début de la semaine était transportée par le vent, surtout dans le voisinage des crêtes et des cols (cf. photo 9).

 

Accidents d'avalanches

Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, il y a eu trois accidents d'avalanches ayant touché quatre personnes (voir la carte et le tableau des accidents d’avalanches actuels). Toutes les personnes s'en étaient tirées indemnes ou étaient légèrement blessées.

Le nombre de trois victimes d'avalanches enregistré jusqu'à présent est nettement inférieur à la moyenne des 20 dernières années (cf. figure 10). En revanche, le nombre de 78 personnes touchées par des avalanches n'est que légèrement inférieur à la moyenne (cf. figure 11). Cela signifie que de nombreuses avalanches n'ont pas eu de conséquences graves et que ces avalanches ont néanmoins été systématiquement signalées au Service des avalanches. Le SLF remercie les personnes concernées pour le feed-back.

Peu de temps avant la clôture de la rédaction, nous avons encore appris une triste nouvelle. Le jeudi 13 février, deux personnes ont perdu la vie dans un accident d'avalanche au Simplon (VS). Ces victimes n'avaient pas encore été prises en compte dans les statistiques mentionnées. Les informations précises sur cet accident n'étaient pas encore connues.

 

Vers le haut

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire