Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire du 17 au 23 avril 2020

Menu principal

 

Avalanches de neige mouillée sur les pentes exposées au nord jusqu’à haute altitude

Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, le danger prédominant résidait dans les avalanches de neige mouillée et les avalanches de glissement. L’activité avalancheuse était la plus importante pendant la phase centrale caractérisée par un mauvais rayonnement nocturne, un temps doux et de la pluie. De nombreuses avalanches se sont déclenchées jusqu’à haute altitude tout particulièrement sur les pentes exposées au nord. La fonte totale de la neige a progressé à un rythme soutenu.

 
Photo 1 de 11
Les avalanches de neige mouillée, comme ici sur la façade nord-est du Baslersch Chopf (Davos, GR) qui culmine à 2628 m, étaient typiques pour cette période couverte par le rapport hebdomadaire (photo: J. Rocco, 21.04.2020).
Photo 2 de 11
Avant les précipitations éparses du samedi 18 avril, il n’y avait encore que très peu d’avalanches sur les pentes d’altitude relativement élevée exposées au nord. Ceci est également confirmé par cette photo du versant nord du Piz Traunter Ovas (3151 m, Brever, GR) (photo: J. Lucas, 18.04.2020).
Photo 3 de 11
Le dimanche 19 avril, une avalanche de glissement s’est déclenchée au-dessus d’une piste de ski fermée dans le domaine skiable de Saas Fee (VS). La rupture se situait à 2260 m sur une pente exposée au nord. En haut à gauche sur la photo, on peut voir la station inférieure Schopfen et, à droite, l’extrémité orientale inférieure du glacier de Fee (photo: R. Sporrer).
Photo 4 de 11
Vue depuis l’Alp Rischuna (1989 m, Vals, GR) en direction du sud-ouest. Au centre, on peut voir le Fanellhorn (3124 m). Dans cette région, la limite de la neige sur les pentes exposées au nord se situe au-dessus de la limite de la forêt (à environ 1950 m). Sur la façade sud, la limite de la neige est plus élevée de plusieurs centaines de mètres (photo: U. Berni, 19.04.2020).
Photo 5 de 11
En de nombreux endroits, les travaux de déblaiement de la neige et les préparatifs pour l’ouverture des routes menant vers les cols et les accès importants dans les Alpes vont bon train, comme également la route de Finhaut au barrage d’Emosson à environ 1880 m d’altitude (Finhaut, VS) (photo: J.-L. Lugon, 21.04.2020).
Photo 6 de 11
Il faudra cependant encore un certain temps avant que toutes les routes des cols soient à nouveau ouvertes. Une des raisons en est souvent la persistance du danger d’avalanche ou les pentes raides encore chargées de neige. Cette photo montre une avalanche de neige mouillée sur la route encore fermée du col de la Flüela (Davos, GR) (photo: J. Rocco, 21.04.2020).
Photo 7 de 11
Dans la région de Gstaad (BE) également, plusieurs avalanches de glissement se sont décrochées sur les pentes exposées au nord au-dessus de 2000 m, comme le montre cette photo de la Staldeflüe (env. 2250 m, Saanen, BE) (photo: U. Grundisch, 21.04.2020).
Photo 8 de 11
Comparaison impressionnante „avant et après“ de la façade nord-est du Chlein Schwarzhorn (2967 m, Zernez, GR): La petite photo en haut à droite a été prise le vendredi 17 avril et montre la zone encadrée en jaune de la grande photo. La grande photo a été prise le 21 avril (photos: J. Rocco (grande photo), SLF/M. Marty (petite photo)).
Photo 9 de 11
Ces avalanches se sont déclenchées pendant ou après la pluie du samedi 18 avril dans la région de Litzig Ritz sur une pente exposée au nord à 2400 m. Elles ont été provoquées par deux avalanches de neige meuble mouillée, qui ont entraîné la neige jusqu’au sol. Plus bas, la surcharge des avalanches de neige meuble a donné lieu au décrochement d’une plaque de neige jusqu’au sol. La plus grande partie de l’avalanche s’est arrêtée au niveau de la rupture du terrain, où une autre plaque de neige s’est également décrochée jusqu’au sol (photo: SLF/ M. Marty, 22.04.2020).
Photo 10 de 11
Sur la façade nord du Breithorn (2598 m, Grengiols, VS) à une altitude de 2090 m, une avalanche de glissement s’est décrochée en fin de soirée du mardi 21 avril. La petite photo à gauche montre la zone de rupture, la grande photo montre les dépôts sur la route fermée. Pendant la journée, de nombreux randonneurs et vététistes avaient emprunté cette route. Il convient de rester prudent et de respecter les barrages placés sur les routes, car les avalanches peuvent descendre très bas, malgré des températures printanières et la présence de végétation (photos: R. Imsand (grande photo) & H. Gorsatt (petite photo), 22.04.2020).
Photo 11 de 11
Ces jolies fleurs de printemps, des primevères hérissées ou hirsutes (Primula hirsuta), poussent malgré la grande sécheresse sur l’Alp Rischuna (Vals, GR) à plus de 1900 m d’altitude (photo: U. Berni, 23.04.2020).
 

Météo, manteau neigeux et danger d’avalanche

Le temps était également doux pendant cette période couverte par le rapport hebdomadaire. Jusqu’au dimanche 19 avril, l’isotherme zéro degré était située entre 3000 et 3500 m avant de descendre un peu ensuite. Plus particulièrement les nuits du mardi au mercredi 22 avril et du mercredi au jeudi 23 avril étaient nettement plus froides (cf. figure 1).

 

Vendredi 17 et samedi 18 avril: Situation printanière avec une légère augmentation du danger d’avalanche en cours de journée

Cette période couverte par le rapport hebdomadaire a commencé comme la précédente s’est terminée: par des nuits généralement claires et des journées ensoleillées avec une isotherme zéro degré entre 3000 et 3500 m (cf. figure 1). Chaque jour, l’humidité de l’air et la nébulosité augmentaient toutefois légèrement. Par conséquent, la surface neigeuse refroidissait moins bien que les jours précédents. Avec l’augmentation du rayonnement diffus, les pentes exposées au nord bénéficiaient d’un peu plus de rayonnement en cours de journée. L’humidification des pentes exposées au nord a encore progressé et grimpé jusqu’à une altitude de 2300 à 2500 m. Elle atteignait donc une plage d’altitude plus particulièrement intéressante dans les régions intra-alpines des Valais et surtout des Grisons, car le manteau neigeux y renfermait en profondeur des couches fragiles. L’infiltration d’eau de fonte fragilise davantage encore et rapidement de telles couches.
Les pentes orientées à l’est et à l’ouest étaient déjà humidifiées depuis plus longtemps en dessous de 3000 m environ et les pentes exposées au sud en dessous de 3200 m environ, et la neige y avait entièrement disparu jusqu’à des altitudes de 2000 à 2400 m.

 

Le danger d’avalanche de neige sèche pouvait encore être évalué au degré 1 (faible), tandis que le danger d’avalanche de neige mouillée et d’avalanche de glissement était soumis à une légère augmentation en cours de journée et était évalué au degré 2 (limité) dans le bulletin d’avalanches. L’activité avalancheuse était faible. Seulement un petit nombre d’avalanches de neige mouillée et avalanches de glissement généralement petites ou moyennes ont été signalées, mais il y a eu localement aussi de grandes avalanches de glissement.

 

Du dimanche 19 avril au mardi 21 avril: Nombreuses avalanches de neige mouillée, surtout sur les pentes exposées au nord

Pendant la nuit du samedi au dimanche, la nébulosité était variable à forte et le rayonnement était par conséquent nettement réduit. De plus, il y a eu des averses orageuses au cours de l’après-midi et de la soirée du samedi, surtout sur le versant nord des Alpes et dans le nord des Grisons avec une limite des chutes de neige entre 2800 et 2300 m. La journée était généralement nuageuse dans l’ouest et le nord. Dans le sud-est, la matinée était assez ensoleillée, puis également de plus en plus nuageuse. Au cours de l’après-midi, il y a eu des averses à partir du sud-ouest. Cette période de précipitations a duré jusqu’au mardi après-midi et concernait surtout la crête principale des Alpes depuis la région du Mont Rose jusque dans le val Bregaglia ainsi que les régions situées plus au sud (cf. photo 3). Les précipitations étaient les plus abondantes dans le centre du Tessin et dans le Sottoceneri. La limite des chutes de neige était descendue depuis 2600 m jusqu’à 2000 m sur le versant sud des Alpes, et se situait entre 2800 m et 2300 m dans les régions du nord. En haute montagne, il est tombé de 5 à 15 cm de neige. Dans l’est, le ciel s’est dégagé mardi après-midi, soit beaucoup plus tard que prévu. La raison en était la poussière du Sahara à haute altitude, qui avait donné lieu à la formation de nuages et avait été sous-estimée dans les prévisions (source: MétéoSuisse).

 

Au cours de cette période, le vent était temporairement fort de secteur sud-est sur la crête nord des Alpes, et faible à modéré de secteur sud ailleurs. Le foehn soufflait dans les vallées supérieures du nord des Alpes.

La succession d’une journée de samedi douce, parfois nuageuse, et d’une nuit du samedi au dimanche avec un temps doux et humide sans rayonnement avec de la pluie dans certaines régions a accéléré l’intensification de l’humidification du manteau neigeux sur les pentes exposées au nord jusqu’à des altitudes d’environ 2800 m. À partir du dimanche après-midi, le lysimètre installé sur le champ d’expérimentation du SLF au Weissfluhjoch (2544 m, Davos, GR) a mesuré l’écoulement d’eau de fonte du manteau neigeux. Ce début d’écoulement va généralement de pair avec une activité accrue d’avalanches de neige mouillée.
Au cours de ces trois jours (à partir de la nuit du samedi au dimanche), il y a eu davantage d’avalanches de neige mouillée. Les avalanches signalées étaient les plus nombreuses dans les régions des Grisons avec de la neige ancienne, où souvent tout le manteau neigeux était emporté. La plupart des avalanches se sont décrochées sur les pentes exposées au nord entre 2000 et 3000 m (cf. figure 4). Elles ont été classées en fonction de leur taille: petite (taille 1), moyenne (taille 2) ou grande (taille 3).

 
 
 

Vidéo 6: Déclenchement d’une avalanche de neige mouillée au Sattelhorn (2979 m, Davos, GR), le dimanche 19 avril vers la mi-journée. Au départ, il s’agit d’une avalanche de neige meuble qui s’est décrochée sous les rochers, puis qui a déclenché dans sa trajectoire une avalanche de plaque emportant la neige jusqu’au sol (vidéo: SLF/ L. Eberhard).

 

Les avalanches de neige mouillée et avalanches de glissement sont-elles encore du degré de danger 2 (limité) ou déjà du degré 3 (marqué)? Cette question fait quotidiennement l’objet d’intenses discussions au sein de l’équipe de prévisionnistes – et c’était déjà le cas les jours précédents. Etant donné que le manteau neigeux peut réagir rapidement et de surcroît de manière très sensible à un premier début d’humidification, quelques heures de rayonnement nocturne en plus ou une couverture nuageuse en journée ou encore une petite pluie peuvent avoir un effet important sur le danger d’avalanche (cf. la section « Evolution du danger » ci-après). Sous l’angle de l’activité avalancheuse, cet exercice difficile était plutôt réussi jusqu’au samedi compris. Pour la nuit du samedi au dimanche, la nébulosité et la « douche chaude » avaient été sous-estimées. La rapide augmentation de l’activité avalancheuse en cours de journée avait cependant été prise en compte après seulement un bref rayonnement nocturne. Pour le lundi et le mardi, un danger accru d’avalanche de neige mouillée et d’avalanche de glissement prévalait pendant toute la journée, mais le degré de danger 3 (marqué) n’a sans doute pas été atteint dans toutes les régions, même s’il a au moins été atteint en Engadine. Le mardi, c’était plus particulièrement la nébulosité liée à la poussière du Sahara et persistant relativement longtemps qui a entraîné un ensoleillement plus faible que prévu et par conséquent moins d’activité avalancheuse sur une grande partie du territoire.

 

Mercredi 22 et jeudi 23 avril: Temps à nouveau généralement ensoleillé avec une augmentation du danger d’avalanche en cours de journée

Dans le courant de la journée de mercredi, le ciel s’est dégagé dans le sud, alors que dans le nord, la nuit du mardi au mercredi était déjà partiellement claire. Après une nuit claire, le jeudi était généralement ensoleillé avec formation de quelques nuages convectifs. Le mercredi, des avalanches ont surtout encore été signalées en Haute-Engadine, mais on ne savait pas avec certitude si ces avalanches s’étaient déjà produites le mardi 21 avril. Le libellé du message d’un observateur permet incontestablement de déduire une importante activité avalancheuse: « Heure du déclenchement difficile à estimer. Epais brouillard jusqu’au matin. Semble plutôt fraîche. Toute la Haute-Engadine concernée. Depuis Celerina en direction de Maloja, les pentes exposées au nord-ouest ont fait l’objet d’avalanches. Ruptures jusqu’à 3000 m. Parfois des flancs entiers de montagne. »

 

Situation neigeuse

La fonte de la neige progresse à un rythme soutenu (cf. photo 7). Aux stations de mesure, la hauteur de neige au-dessus de 2000 m a généralement diminué de 30 à 50 cm au cours des deux dernières semaines. A haute altitude, les hauteurs de neige sont en général inférieures aux moyennes de saison. A 2000 m, il y a encore les quantités de neige indiquées dans la figure 8.

 
Photo 1 de 2
Photo 7 - 1: Pendant cette période couverte par le rapport hebdomadaire, la fonte de la neige a progressé à un rythme soutenu. Dans la partie postérieure de la vallée de la Dischma (Davos, GR), le versant nord-est du Sattelhorn (2979 m), qui mène plus bas au Dürrboden (2004 m), est régulièrement photographié dans le cadre d’un projet de recherche portant sur la détection d’avalanches. Cette photo a été prise le vendredi 17 avril à 12h30…
Photo 2 de 2
Photo 7 - 2: … et celle-ci a été prise le jeudi 23 avril à 12h30. On peut voir, d’une part, l’extension des zones sans neige dans cette plage d’altitude et, d’autre part, les avalanches de neige mouillée, qui se sont essentiellement produites pendant la période allant du dimanche 19 avril au mardi 21 avril (photos: webcam du SLF).
 
 

Sur les pentes exposées au nord, la limite de la neige se situe entre 1400 et 1800 m. Sur les pentes raides exposées au sud, elle est plus élevée de 400 à 800 m (cf. photo 2).

 

  

Accidents d’avalanche

Au cours de la période examinée, il n’y a pas eu d’accident d’avalanche.

 

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire