Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 24 - 30 janvier 2020

Menu principal

 

Neige fraîche, vent tempétueux et dans certaines régions fort danger d'avalanche – Fin d'une assez bonne situation avalancheuse de plusieurs semaines

 
Photo 1 de 15
D'intenses chutes de neige et un vent fort ont entraîné une augmentation sensible du danger d'avalanche, y compris dans le voisinage de la forêt. Le décrochement de cette avalanche de plaque de neige se situe à 1635 m sur une pente exposée au nord-ouest dans la région de la Nöche Schwand, Boltigen (BE) (photo: A. Schuler, 23.01.2020).
Photo 2 de 15
Une situation avalancheuse favorable a prévalu assez longtemps en de nombreux endroits, des départs d'avalanches ne sont malgré tout jamais totalement exclus. Cette avalanche a été déclenchée par un randonneur à ski descendant en premier lieu une pente exposée au nord-ouest (Winterlücke, 2785 m, Davos, GR). De la neige soufflée relativement ancienne recouvrait une couche fragile (photo: SLF/ A. Herwijnen, 24.01.2020).
Photo 3 de 15
Une prise de vue typique des dernières chutes de neige: dos et crêtes sans neige, comme ici dans la région d'Adelboden (BE) (photo: D. Silbernagel, 25.01.2020).
Photo 4 de 15
Des descentes en hors-piste et des randonnées en terrain raide et parfois même extrême ont été entreprises en de nombreux endroits. Une descente sans poudreuse mais vertigineuse était possible dans le voisinage du Poncione di Manió, 2924 m, dans le val Bedretto (TI) (photo: M. Casella, 26.01.2020).
Photo 5 de 15
Les bancs de brouillard créaient une ambiance mystique pour une descente plutôt peu contrastée ☹. Vue depuis le Pischahorn, 2981 m, en direction du Mattjisch Tälli (Klosters-Serneus, GR) (photo: SLF/S. Ziegler, 26.01.2020).
Photo 6 de 15
Localement, on pouvait observer de nouvelles avalanches de glissement, comme ici dans le val Nalps (Tujetsch, GR) le 26 janvier (photo. R. Levy).
Photo 7 de 15
Le samedi 25 janvier, des courants de secteur sud-ouest acheminaient de la poussière du Sahara en direction des Alpes. Ce phénomène pouvait être observé en de nombreux endroits, comme le montre cette vue sur la vallée du Ducan (Davos, GR) (photo: SLF/ S. Ziegler, 25.01.2020).
Photo 8 de 15
Une forte humidité de l'air et des nuits froides étaient à l'origine d'un important givre de surface au Pizzo del Sole (2773 m; Quinto, TI) (photo: F. Vanza, 26.01.2020).
Photo 9 de 15
Des précipitations abondantes combinées au vent ont entraîné une situation avalancheuse plus tendue. La surcharge due à la présence d'un randonneur à ski a provoqué la formation d'une fissure et le glissement partiel de petites plaques de neige sur un talus raide dans le voisinage de la Vorderalp (Obersaxen Mundaun, GR) (photo: P. Bieberstein, 29.01.2020).
Photo 10 de 15
Des glissements de neige sur les talus pouvaient être observés en de nombreux endroits. Certains se produisaient spontanément, mais ils pouvaient parfois aussi être provoqués par des engins de déneigement ou d'entretien des pistes (photo: R. Levy, 29.01.2020).
Photo 11 de 15
Le calme après la tempête de neige? Ou plutôt le calme après les journées tumultueuses du Forum économique mondial de Davos? Tôt le matin en dessous du Grüenihorn (2373 m) avec vue sur Davos (GR). Après le marquage de traces, on pouvait pleinement jouir du plaisir de la neige fraîche (photo: SLF/ S. Ziegler, 30.01.2020).
Photo 12 de 15
Les responsables de la sécurité des routes et des pistes avaient de quoi faire après les chutes de neige: Opérations de minage réussies dans le domaine skiable de Pizol (Vilters-Wangs, SG) (photo: T. Good, 30.01.2020).
Photo 13 de 15
Avalanche spontanée de plaque de neige sur une pente exposée au nord-est à 2235 m au Laveygrat (Adelboden, BE). L'avalanche s'est déclenchée le 29 janvier pendant les chutes de neige. On peut également le voir aux dépôts de neige fraîche sur la surface de l'avalanche (photo: R. Rieder, 30.01.2020).
Photo 14 de 15
Cette avalanche de plaque de neige a été déclenchée par une personne sur une pente exposée au nord-ouest à proximité du Grand-St-Bernard. Les marques laissées par le vent sont clairement reconnaissables à la surface de la neige (VS) (photo: A.-M. Maillard, 30.01.2020).
Photo 15 de 15
Avec la prudence requise et une certaine retenue, on pouvait profiter du plaisir de la poudreuse (domaine skiable de Disentis-Sedrun, GR) (photo: P. Degonda, 30.01.2020).
 

Neige, météo, situation avalancheuse

 

Du vendredi 24 au lundi 27 janvier: Prédominance d'une situation avalancheuse favorable

La météo assez calme de ces quatre dernières semaines était toujours d'actualité. Avec un mélange de soleil et de nuages et un vent seulement temporairement modéré, la situation avalancheuse n'avait, elle non plus, pratiquement pas changé:

  • Localement, des personnes pouvaient déclencher des avalanches. Celles-ci étaient généralement petites (taille 1), mais parfois aussi moyennes (taille 2) (cf. figure 1). Ces endroits dangereux étaient rares et se situaient surtout là où des accumulations de neige soufflée de la semaine écoulée recouvraient une couche de neige ayant subi une forte métamorphose constructive. C'était surtout le cas sur les pentes à l'ombre, très raides et abritées du vent. En l'absence de cette combinaison de couches, le manteau neigeux était généralement stable.
  • Même s'il y avait de nombreuses fissures de glissement, il n'y a eu que très peu d'avalanches de glissement.
 

Les tests de stabilité du manteau neigeux donnaient également une image positive comparable: Même une surcharge importante ne permettait souvent pas de provoquer une rupture. Et lorsque des ruptures pouvaient être provoquées dans le manteau neigeux, cela concernait le plus souvent des couches proches de la surface avec des niveaux de charge moyens et une rupture partielle (cf. figure 2).

 

 

Avant les chutes de neige de la nuit du lundi au mardi, la surface neigeuse était variable:

  • Sur la façade sud, elle était en partie durcie et portante.
  • Aux autres expositions, elle était marquée par l'action du vent sur une grande partie du territoire, souvent dure ou très irrégulière sur de petits espaces.
  • Sur les pentes sans influence du vent du sud, la surface neigeuse avait par contre subi une forte métamorphose constructive et était meuble (cf. figure 3). Même si, après pratiquement quatre semaines sans précipitations significatives, on pouvait parfois encore laisser des traces fraîches dans la neige sur ces pentes (cf. photo 4), cette surface neigeuse constituait néanmoins un substrat très défavorable pour les chutes de neige à venir.
 
 

Du mardi 28 au jeudi 30 janvier: La neige fraîche et le vent tempétueux ont donné lieu à un fort danger d'avalanche dans certaines régions

Pendant la nuit du lundi au mardi, il y a eu des chutes de neige dans l'ouest. Ainsi prenait fin une période exceptionnellement longue – pour un mois de janvier – de près de quatre semaines avec peu de précipitations et une situation avalancheuse favorable (voir également à ce propos la section ci-après).

Le mardi et le mercredi, il y a eu en de nombreux endroits des chutes de neige jusqu'à basse altitude accompagnées d'un vent fort à tempétueux de secteur ouest. En l'espace de 48 heures, il est tombé au-dessus de 1400 m de 40 à 70 cm de neige sur une grande partie du territoire, et parfois jusqu'à 100 cm de neige dans le Bas-Valais, dans la région du Gothard ainsi que sur l'est du versant nord des Alpes (cf. figure 5).

 

Le vent fort à tempétueux de secteur ouest a donné lieu à la formation d'importantes couches de neige fraîche et de neige soufflée très instables. Jusqu'au mercredi, le danger d'avalanche a augmenté jusqu'au degré 4 (fort) dans certaines parties de l'ouest du versant nord des Alpes et en Valais. De nombreuses avalanches spontanées ont été signalées. Elles descendaient localement jusque dans les vallées (cf. photo 6). Même à moyenne altitude (entre 1000 et 2000 m), le manteau neigeux était très fragile: De longues fissures, des bruits sourds, des déclenchements à distance et des départs spontanés d'avalanches ont été signalés par des randonneurs, des observateurs du SLF et des responsables de la sécurité (cf. photos 7 à 10).

 
 
 
 
 

Un mois de janvier peu neigeux

Au cours des 30 jours entre le 29 décembre et le 27 janvier, il est tombé peu de neige et seulement dans certaines régions.

Une analyse des données de 130 stations de mesure du SLF et de MétéoSuisse avec de nombreuses années de relevés indique qu'en moyenne il n'est tombé que 8 cm de neige par station. On a donc affaire à une phase exceptionnellement longue avec peu de neige fraîche:

  • Il faut remonter à janvier 2002, lorsqu'entre le 1er et le 27 du mois, on enregistrait encore moins de neige (7 cm par station) que pendant la même période de cette année.
  • Seul le mois de janvier 1989 était encore moins neigeux. A cette époque, on n'avait relevé que tout juste 8 cm de neige fraîche par station pendant 52 jours, entre le 22 décembre et le 12 février.

La situation est encore plus exceptionnelle pour ce qui concerne la hauteur moyenne de neige à basse altitude (33 stations en dessous de 1000 m, depuis 1964): Le mois de janvier 2020 (jusqu'au 30 janvier) était jusqu'à présent le moins neigeux.

 

Accidents d'avalanche

Les 24 et 25 janvier, trois avalanches ayant chacune emporté une personne ont été signalées au Service des avalanches. Deux de ces avalanches se sont produites dans la région de Davos (GR), et une dans le Bas-Valais.

Le 29 janvier, une avalanche a donné lieu à une opération de recherche par sécurité dans la zone de hors-piste du domaine skiable d'Engelberg (OW). Personne n'avait cependant été touché par l'avalanche.

Le 30 janvier, de nombreuses avalanches ont été déclenchées par des personnes. Jusqu'au moment de la clôture de la rédaction, trois avalanches ayant chacune touché une personne ont été signalées (Verbier/VS, lac Noir/FR, Davos/GR). Pour ces trois avalanches, personne n'a été blessé.

 

Vers le haut

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire