Navigation mit Access Keys

Rapport de l'hiver 2019/20

Menu principal

 

Flash hiver (Date de référence 31 mars 2020)

Résumé

L’entrée en matière prometteuse de l’hiver en novembre, avec des chutes de neige record dans le sud, a été suivie de mois très doux : de novembre à mars, MétéoSuisse a enregistré la deuxième période la plus chaude depuis le début des mesures en 1864. Des chutes de pluie fréquentes jusqu’à plus de 2000 m et des tempêtes hivernales actives ont provoqué des variations importantes des caractéristiques des couches à petite échelle et ont fortement limité l’augmentation des épaisseurs de neige. Dans les régions intra-alpines, des couches fragiles ont subsisté dans la neige ancienne, et entraîné, dans certains cas, des conditions défavorables pour les amateurs de sports d’hiver.

Les fortes chutes de neige d’avant Noël, accompagnées d’une situation avalancheuse critique, ont été suivies de plusieurs semaines de conditions avalancheuses favorables au cours d’un mois de janvier ensoleillé sans précipitations marquées. Cette situation a cessé fin janvier avec des pluies intenses et une tempête de neige, accompagnées d’une forte activité d’avalanches mouillées et sèches. Par contre, sur le versant sud des Alpes et en Engadine, le temps est resté généralement sec jusqu’à fin février. Début mars, l’hiver a effectué son grand retour : le troisième épisode avalancheux de l’hiver a été provoqué par la neige fraîche, une tempête et également des pluies intenses. Le reste du mois de mars a été à nouveau ensoleillé et doux. La pandémie de Corona a mis subitement fin à la saison de ski le vendredi 13 mars.

Fin mars, 112 avalanches avec dommages corporels et matériels avaient été signalées, ce qui est nettement moins que d’habitude à cette époque de l’année. Au total, 5 personnes sont mortes dans une avalanche. Ce chiffre est très inférieur à la normale de 18 victimes jusqu’au 31 mars.

 
Photo 1 de 12
Figure 1: La pluie de la veille de Noël à plus de 2000 m a raviné la surface de neige à La Léchère (1442 m, Finhaut, VS) (photo: J.-L. Lugon, 25.12.2019).
Photo 2 de 12
Figure 2: De fortes situations de barrage au sud ont entraîné plusieurs fois des chutes de neige abondantes et de nouveaux records d’enneigement. Epaisseur de neige impressionnante sur l’Alpe di Valleggia dans le Val Bedretto, Tessin (photo: T. Schneidt 17/11/2019).
Photo 3 de 12
Figure 3: Cette grande avalanche de poudreuse a été déclenchée par un minage au-dessus de Zermatt (VS) à environ 3100 m et a atteint une longueur de 1,7 km (photo: B. Jelk, 25/12/2019).
Photo 4 de 12
Figure 4: Glace libre sur le Lej da Champfer à Silvaplana (GR), en arrière-plan, ski nocturne sur le Piz Corvatsch (GR) (photo: B. Zweifel, 10/01/2020).
Photo 5 de 12
Figure 5: Surface de neige fortement travaillée par le vent sur l’itinéraire menant au Sentisch Horn à 2330 m (Davos, GR) (photo: J. Trachsel, 22/01/2020).
Photo 6 de 12
Figure 6: Le vendredi 31/01/2020, des avalanches de neige mouillée et de glissement sont parties en de nombreux endroits. La photo a été prise sur le versant nord du Moléson (1600 m, Gruyères) (photo: B. Grandjean, 31/01/2020).
Photo 7 de 12
Figure 7: La pluie a laissé des traces bien visibles sur la surface de la neige à St. Antönien (GR). L’avalanche au second plan (versant nord à environ 2200 m) s’est déclenchée sous l’influence de la chaleur et de la pluie (photo: S. Harvey, 01/02/2020).
Photo 8 de 12
Figure 8: Grand glacier d’Aletsch (VS) tigré: une croûte colorée de brun par le sable du Sahara est bien visible. Seuls les creux remplis de neige fraîche sont d’un blanc éclatant (photo: H. Lauber, 09/02/2020).
Photo 9 de 12
Figure 9: Vue du Schwarzsee (1045 m, Plaffeien, FR) au-delà de la Rigisalp jusqu’au Kaiseregg (2185 m, Jaun). Le Kaiseregg est fraîchement enneigé, tandis que plus bas, au village, seules les pistes préparées rappellent l’hiver (source: Roundshot, 18/02/2020).
Photo 10 de 12
Figure 10: Dans la nuit du lundi 2 au mardi 3 mars 2020, de grandes quantités de neige sont tombées sur le versant sud des Alpes. Elles ont été fortement transportées par le vent. La photo montre les volutes de neige sur les crêtes à Gazzirola 2115 m près de Lugano (TI) (photo: L. Silvanti, 03/03/2020).
Photo 11 de 12
Figure 11: Vue du parcours d’avalanche passant par-dessus le toit de la galerie en direction de la vallée du Rhône à Fully (VS). L’avalanche spontanée est partie vers midi, a franchi une galerie près de Buitonnaz et est descendue jusqu’à une altitude d’environ 800 m. Cela montre comme une avalanche peut progresser loin, même lorsque les volumes ne sont pas extrêmement importants (photo: G. Cheseaux, 11/03/2020).
Photo 12 de 12
Figure 12: Déclenchement d’une avalanche dans la neige ancienne sur le versant est du Chrachenhorn à 2891 m (Davos, GR) (photo: J. Schwarz, 18/03/2020).
 

Aspects typiques de l’hiver 2019/20

Un début d’hiver très prometteur

Octobre a été humide et doux, avec des chutes de neige importantes en haute montagne. A la fin du mois, on y trouvait déjà beaucoup de neige, alors qu’en dessous de 2500 m, le sol était découvert pratiquement partout. Au mois de novembre, il a neigé abondamment au sud, et des cumuls records de neige fraîche ont été mesurés. De très grandes avalanches se sont alors déjà déclenchées à la suite de la répétition de fortes chutes de neige. À la fin de novembre, les hauteurs de neige à l’ouest ainsi que sur la crête principale des Alpes et au sud de celle-ci étaient largement supérieures à la moyenne.

Deux grosses chutes de neige avant Noël

Pendant les journées précédant Noël, il a neigé abondamment d’abord au sud, puis à l’ouest et sur l’ensemble du versant nord des Alpes. Avec ces grandes quantités de neige fraîche et un vent fort, le danger d’avalanches a atteint brièvement le degré 4 (fort) dans certaines régions. De nombreuses grandes et parfois très grandes avalanches ont été observées.

Un mois de janvier ensoleillé avec une sécheresse record

Le mois de janvier a été caractérisé par un grand ensoleillement et des températures douces. En moyenne, moins de 10 cm de neige fraîche ont été enregistrés aux stations de mesure (évaluation de 130 stations par le SLF et MétéoSuisse, du 29 décembre 2019 au 27 janvier 2020). Le danger d’avalanches a rapidement diminué jusqu’au degré 1 (faible), situation avalancheuse rarement rencontrée au cœur de l’hiver. Comme l’enneigement était suffisant, surtout en haute altitude, les conditions se sont révélées optimales pour les randonnées à ski. À moyenne et basse altitude, l’enneigement est resté très déficitaire, mais les lacs des vallées alpines ont gelé, quoiqu’assez tard, pour offrir aux patineurs une magnifique surface de glace libre.

Tempête et pluie jusqu’à haute altitude en février

Début février, des pluies jusqu’à 2400 m ont déclenché de nombreuses avalanches de neige mouillée et de glissement. Une tempête a ensuite suivi presque sans intermède, avec de la neige jusqu’à basse altitude. Ces deux événements ont entraîné un fort danger d’avalanche (degré 4) dans certaines régions à l’ouest et au nord. De nombreuses avalanches moyennes et grandes se sont déclenchées, et dans certains cas de très grandes avalanches mouillées, mais aussi sèches. En raison des fortes pluies, les hauteurs de neige ont diminué à basse et moyenne altitude. Le reste du mois de février a été caractérisé par un temps changeant avec des chutes de neige répétées. La situation avalancheuse s’est apaisée progressivement jusqu’à la fin du mois.

Un retour de l’hiver au début du mois de mars

Au début du mois de mars, il a neigé à plusieurs reprises et parfois de façon abondante. Ces chutes de neige ont été accompagnées de vents tempétueux. Mais à la fin de la période de précipitations, la pluie est remontée jusqu’à environ 2400 m. Il en a résulté plusieurs épisodes avalancheux, avec des avalanches généralement sèches, puis de nombreuses avalanches mouillées en fin de période. Le 11 mars a enregistré la plus forte activité avalancheuse de l’hiver avec une forte proportion d’avalanches de neige mouillée. Après cela, le mois de mars a été très ensoleillé et doux.

Déclenchements d’avalanches dans la neige ancienne

Pendant les longues périodes de beau temps, les couches de neige proches de la surface peuvent se transformer en une couche fragile. Si cette surface est à nouveau recouverte de neige fraîche, elle peut favoriser le déclenchement d’avalanches pendant des semaines. Ces couches fragiles enfouies caractérisent une « situation de neige ancienne ». Les avalanches qui se déclenchent dans cette neige ancienne fragile atteignent souvent une taille particulièrement grande.

Une situation de neige ancienne s’est produite pour la première fois pendant cet hiver au mois de décembre dans les régions intra-alpines du Valais et des Grisons. Avec la surcharge de neige fraîche de Noël, de nombreuses avalanches se sont déclenchées à proximité du sol dans la neige ancienne, et ont entraîné l’ensemble du manteau neigeux. Pendant la période de beau temps de janvier, le manteau neigeux s’est stabilisé de plus en plus, tandis que la neige de surface a subi à nouveau une métamorphose : sous la neige fraîche de début février, elle est donc devenue à son tour une couche fragile dans laquelle des avalanches se sont déclenchées en de nombreuses régions. C’est surtout à l’est de la Suisse que cette situation de neige ancienne a persisté pendant plusieurs semaines. Ainsi, au milieu du mois de mars, on a encore observé des déclenchements d’avalanches dans cette neige ancienne fragile.

Avalanches de neige mouillée et de glissement

Au début de janvier le danger d’avalanches sèches était faible, et le danger principal provenait des avalanches de glissement. Leur activité a été cependant, comme ce fut le cas pour l’ensemble de l’hiver, moins importante que lors des deux hivers précédents. Ceci découle surtout d’un manteau neigeux moins épais. L’activité des avalanches mouillées a également été plutôt faible jusqu’à la fin mars. Mis à part les épisodes avalancheux liés aux précipitations, décrits précédemment, il n’y a pas eu de périodes prolongées d’avalanches mouillées.

 

Classement climatologique

Les mois d’hiver de novembre à mars ont été caractérisés par des températures élevées parfois records, et généralement par des quantités de précipitations supérieures à la moyenne. Cette configuration a conduit généralement à de la pluie en dessous de 1000 m, et les quelques centimètres de neige éventuels n’y ont subsisté que quelques heures ou quelques jours. A ces altitudes, sur la base des hauteurs de neige moyennes, il s’agit de l’hiver le moins enneigé depuis le début des mesures, juste avant l’hiver 1989/90, mais clairement avant l’hiver 2006/07. On n’avait jamais observé aussi peu de jours de neige (jours avec au minimum 1 cm de neige) que pendant cet hiver en plusieurs stations comme Marsens, FR (718 m), Einsiedeln, SZ (910 m) ou Elm, GL (965 m).

Entre 1000 m et 1700 m, les hauteurs de neige sont restées la plupart du temps sous la moyenne pratiquement partout (10 % à 90 %). Sur l’ouest et le centre du versant nord des Alpes, les hauteurs de neige moyennes ont été également inférieures à la normale au-dessus de 1700 m, et sensiblement équivalentes à la normale sur l’est du versant nord des Alpes ; elles ont par contre été supérieures à la moyenne en Engadine, dans le Tessin et dans le Valais, surtout en raison des grosses chutes de neige du début de l’hiver dans ces régions.

D’une part, cet hiver s’est distingué par les pluies fréquentes jusqu’au-dessus de la limite de la forêt, qui ont limité une forte augmentation du manteau neigeux en dessous de 2000 m ; d’autre part les chutes de neige ont été très faibles en janvier et février sur le versant sud des Alpes et en Engadine, le mois de janvier très ensoleillé et pratiquement sans précipitations ayant concerné toute la Suisse.

 

Danger d’avalanches

La fréquence des cinq degrés de danger pendant l’hiver 2019/20 correspond à peu près à la moyenne à long terme, seul le degré de danger 1 (faible) a été prévu 7 % plus souvent. Ceci indique une situation avalancheuse plus favorable que la moyenne et doit avoir contribué au faible nombre de victimes d’avalanches.

 

 

Accidents d’avalanche et avalanches ayant provoqué des dommages

Exceptionnellement peu de victimes d’avalanches

Au total, 112 avalanches ayant provoqué des dommages ont été signalées au SLF jusqu’à fin mars. Parmi celles-ci, 89 avalanches ont été déclenchées par des personnes, avec au total 128 personnes touchées. C’est environ un tiers de moins que la moyenne des 20 dernières années, avec 158 avalanches ayant provoqué des dommages et 175 personnes touchées au cours de la même période.

Jusqu’à la fin du mois de mars, 5 personnes sont mortes dans une avalanche. C’est la valeur la plus basse depuis l’hiver 1959/60 et elle est bien inférieure à la moyenne à long terme d’environ 18 victimes à la fin du mois de mars. Il s’agissait uniquement d’amateurs de sports d’hiver qui se trouvaient en terrain non sécurisé : trois personnes effectuaient une randonnée, et deux du ski hors-piste.

Les raisons du faible nombre de décès peuvent être les suivantes:

  • En janvier, les conditions étaient largement favorables avec une bonne structure du manteau neigeux.
  • Des températures douces et des pluies répétées jusqu’en haute altitude ont permis une stabilisation de la couverture neigeuse à moyen terme. 
  • Dans les phases les plus dangereuses de l’hiver, les conditions météorologiques et nivologiques tempétueuses et pluvieuses jusqu’en haute altitude étaient peu attrayantes pour la randonnée, de sorte qu’il y a eu probablement moins de randonneurs et de skieurs hors piste. 
  • Il n’y a eu qu’un seul accident dans lequel plusieurs personnes sont mortes dans la même avalanche. 
  • Certaines personnes ont peut-être aussi eu de la chance, puisque 128 personnes ont été touchées par des avalanches, même si cela représente environ un tiers de moins que la moyenne à long terme. En outre, le pourcentage d’accidents mortels, avec une diminution de 72 %, est encore plus nettement inférieur à la moyenne à long terme.
 

Un bilan final ne sera établi qu’à la fin de l’année hydrologique (30 septembre 2020).

 

Bulletins d’avalanches

Le bulletin d’avalanches comprend une prévision du danger d’avalanches et des informations générales sur la situation nivologique. Il s’applique aux Alpes suisses, au Jura suisse et au Liechtenstein. En hiver, il est diffusé tous les jours à 17 heures, et au cœur de l’hiver également à 8 heures. Il est publié sur www.slf.ch et sur l’appli White Risk.

Cet hiver, le bulletin a été publié comme suit:

  • Bulletin d’avalanches quotidien à 17h: à partir du 12 novembre 2019 et jusqu’à nouvel ordre
  • Bulletin d’avalanches quotidien à 8 heures: du 13 décembre 2019 au 17 mars 2020

En cas de fortes chutes de neige, des bulletins d’avalanches spécifiques à la situation sont publiés en été et en automne. Ils peuvent être obtenus de la manière suivante:

  • Activation du message Push sur White Risk
  • Abonnement aux SMS: «START SLF SOMMER» au 9234, 0,20 CHF/SMS

Arrêt du service: SMS avec le contenu «STOP SLF SOMMER» au numéro 9234
Le bulletin d’avalanches est publié jusqu’à nouvel ordre à 17 heures et sert principalement à assister les services de sécurité. Informations météorologiques appli MétéoSuisse et www.meteosuisse.ch