Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 27 mars - 02 avril

Menu principal

 

Brève offensive de fin d’hiver avec de la neige fraîche jusqu’à basse altitude dans le nord, faible activité avalancheuse

La fin du mois de mars était relativement froide. Il a surtout neigé dans le sud et le danger d’avalanche a augmenté. Dans le nord, la limite des chutes de neige est descendue brièvement à basse altitude. Ensuite, le printemps s’est à nouveau progressivement manifesté et le danger d’avalanche de neige sèche a diminué. L’activité de randonnées ainsi que l’activité avalancheuse étaient faibles. Il n’y a pas eu d’accidents d‘avalanche.

 

 
Photo 1 de 11
Climat hivernal le mardi 31 mars en direction de Gurnigel près de la Wasserscheidi (1590 m, Rüschegg, BE) avec Birehubel et Ochse à l’arrière-plan (photo: M. Hänni).
Photo 2 de 11
Dans le sud, l’offensive hivernale était particulièrement perceptible, comme ici avec vue depuis la route du col de la Bernina en direction de la partie supérieure du val Poschiavo (GR). Dans le sud, la limite des chutes de neige était située à environ 1600 m (photo: J.-A. Bisaz, 29.03.2020).
Photo 3 de 11
Malgré les précipitations, l’activité avalancheuse était faible. Outre de petites avalanches superficielles, il y a eu localement aussi des avalanches de glissement. Cela concernait plus particulièrement les zones connues, comme ici au Grüenhorn, 2500 m (GR, Davos), où se superposaient des dépôts plus anciens et de nouveaux dépôts d’avalanches (photo: SLF/M. Marty, 31.03.2020).
Photo 4 de 11
Une image très répandue dans les Alpes: Blanc en haut et vert en bas. Sur le Säntis (AI), la hauteur de neige au 1er avril correspondait à la moyenne pluriannuelle de la station de mesure située à 2490 m avec 399 cm. Sur la Schwägalp (1350 m) avoisinante, avec une valeur de 40 cm, la hauteur de neige était en revanche nettement inférieure à la moyenne pluriannuelle (photo: P. Diener).
Photo 5 de 11
La décor était similaire dans l’ouest du Valais: Vue depuis le barrage du lac d’Emosson (1965 m) sur les prairies sans neige près de Finhaut à 1220 m (photo: J.-L. Lugon, 01.04.2020).
Photo 6 de 11
Plus haut, les couleurs étaient différentes: Vue depuis le Bel Oiseau (Finhaut, 2630 m, VS) sur le lac d’Emosson enneigé avec le Mont Blanc à l’arrière-plan. A droite sur la photo, on peut voir une avalanche de glissement survenue le 24 mars (photo: J.-L. Lugon, 01.04.2020).
Photo 7 de 11
Dans le Tessin, il y avait encore beaucoup de neige au-dessus de 2000 m. En dessous, il n’y a pratiquement plus de neige, comme le montre la vue depuis le Salmone, 1559 m (Maggia, TI) sur le Gridone (photo: D. Silbernagel, 28.03.2020).
Photo 8 de 11
Dans le Jura, l’hiver a également tiré sa révérence dans les zones les plus élevées. Sur la façade est de La Dôle (1677 m, Chéserex, VD), on peut voir des cônes d’avalanches plus anciens. Du point de vue de sa superficie, le manteau neigeux est encore largement continu, mais de plus en plus de zones sans neige apparaissent (photo: J.-P. Wagnière, 28.03.2020).
Photo 9 de 11
Cette vue de l’intérieur du manteau neigeux ne présage rien de bon: Dans la partie inférieure, la neige ancienne sans cohésion est reconnaissable à sa coloration plus foncée. Les minces croûtes (dues à la pluie) à différentes hauteurs présentent également une couleur foncée. Ce profil a été relevé sur une pente exposée au nord à 2360 m au-dessus de la cabane du Parsenn (Davos, GR) (photo: T. Stucki, 27.03.2020).
Photo 10 de 11
Pendant la nuit du lundi au mardi 31 mars, du givre de surface s’est formé en de nombreux endroits abrités du vent, comme ici au Dorfberg à 2300 m (Davos, GR) (photo: SLF/M. Marty).
Photo 11 de 11
Un lapin (de Pâques) était, semble-t-il, très affairé. Les 5 cm de neige fraîche autour des traces se sont rapidement tassés, ce qui a joliment mis en évidence les empreintes laissées près de Davos Dorf (GR) (photo: SLF/J. Trachsel, 01.04.2020).
 

Météo, neige et avalanches

Vendredi 27 et samedi 28 mars: Sous l’effet du vent de secteur est, formation de petites accumulations de neige soufflée

Après que la semaine précédente, il était déjà tombé un peu de neige jusqu’à basse altitude dans le sud, il y a eu vendredi soir de nouvelles faibles chutes de neige. Samedi matin, l’apport de neige au-dessus de 1600 m environ atteignait de 10 à 20 cm sur la crête principale des Alpes depuis la vallée de la Saas jusque dans la région du Simplon ainsi que sur le versant sud des Alpes et dans la région de la Bernina. Dans le nord, le vendredi était ensoleillé. Dans toutes les régions des Alpes suisses, le samedi était ensuite ensoleillé avec des nuages convectifs et de faibles averses en cours de journée. L’isotherme zéro degré était montée jusqu’à 2200 à 2600 m. Le vent était faible à modéré de secteur est. En altitude, la neige meuble était transportée par le vent donnant lieu à la formation d’accumulations de neige soufflée, tout particulièrement dans les régions touchées par des précipitations.

Du dimanche 29 au mardi 31 mars: Neige fraîche surtout dans le sud, augmentation du danger d’avalanche

Le dimanche était partiellement ensoleillé dans le nord. Le ciel était généralement nuageux dans l’ouest et dans les Grisons, et en cours de journée de plus en plus nuageux dans le sud. Le vent s’était orienté au nord et le temps s’était sensiblement rafraîchi dans le nord. Pendant la nuit de dimanche à lundi, il a neigé sur une grande partie du territoire, puis du lundi matin au mardi matin encore surtout dans le sud. Avec de 20 à 40 cm de neige fraîche, les chutes de neige étaient les plus abondantes sur le centre du versant sud des Alpes, dans la région du Rheinwald et dans le val Bregaglia (cf. figure 1). La limite des chutes de neige se situait à 1600 m dans le sud, tandis qu’elle était descendue jusqu’à basse altitude dans le nord (cf. photo 2).

 

En altitude, un vent modéré de secteur nord transportait la neige fraîche, surtout le mardi et plus particulièrement dans les régions du centre et de l’est de la crête principale des Alpes. De plus, sur les pentes à l’ombre au-dessus de 2200 m, la surface de neige ancienne avait subi une métamorphose constructive à grains anguleux et était meuble constituant par conséquent un substrat défavorable pour la neige fraîche et la neige soufflée (cf. photo 3). Jusqu’au lundi, le danger d’avalanche augmentait sur une grande partie du territoire et jusqu’au degré 3 (marqué) dans le sud. Étant donné que les prévisions de précipitations pour le lundi 30 mars étaient incertaines, un bulletin matinal a été diffusé le lundi à 08h00.

Le mardi, les températures à la mi-journée atteignaient leur niveau le plus bas de la période examinée avec -8 °C à 2000 m dans le sud et l’est. Dans l’ouest, il faisait toutefois déjà un peu plus doux avec -1 °C.

 

Mercredi 1er et jeudi 2 avril: Temps progressivement moins froid, diminution du danger d’avalanche

Le mercredi était ensoleillé dans le nord, et dans le sud, de plus en plus ensoleillé après une nuit couverte. Le jeudi était pratiquement sans nuages. Les températures augmentaient lentement et se situaient le jeudi midi à 2000 m à +1 °C dans l’ouest et -2 °C dans l’est.

Les couches de neige fraîche et de neige soufflée de cette semaine se stabilisaient de plus en plus. Le danger d’avalanche diminuait. Surtout dans les régions intra-alpines du Valais et des Grisons, il y avait par endroits des couches fragiles profondes dans le manteau neigeux, et particulièrement aux endroits protégés du vent et faiblement enneigés au-dessus d'environ 2600 m. Certains tests de stabilité donnaient encore lieu à des ruptures dans ces couches, mais depuis plus d’une semaine, on n’a plus signalé de déclenchements d’avalanches.
Sous l’effet de l’ensoleillement et du réchauffement diurne, il fallait s’attendre en cours de journée à des avalanches de neige meuble humide, surtout sur la crête principale des Alpes et au sud de celle-ci. Des avalanches de glissement n’ont été observées que très localement.

 

Situation neigeuse

Au cours de la dernière semaine de mars, il faisait relativement froid, et selon MétéoSuisse, la température à la mi-journée était effectivement passée davantage en dessous de la valeur norme qu’au cours de tout le reste du semestre hivernal de 2019/2020 (cf. bulletin climatologique de mars). Par conséquent, les conditions demeuraient hivernales en altitude au moment du passage de mars à avril (cf. photo 4).

 

Début avril, il y avait à 2000 m de 120 à 200 cm et localement davantage de neige dans le nord, dans la région du Gothard ainsi que dans le nord-ouest du Tessin. Dans l’ouest et le centre des Préalpes, dans les autres régions du Tessin ainsi que dans le centre des Grisons et dans les vallées du sud des Grisons, les hauteurs de neige se situaient généralement entre 80 et 120 cm; ailleurs, elles étaient plus faibles. L’interprétation des hauteurs relatives de neige en mars 2020 donne une «image colorée» reprise dans la figure 5.

 

 

Lorsqu’on y regarde de plus près, la figure 5 montre que les hauteurs de neige moyennes de mars 2020

  • étaient inférieures aux valeurs moyennes pluriannuelles sur le Plateau et dans le Jura,
  • correspondaient aux moyennes pluriannuelles à partir de 1500 m dans le nord et le centre des Grisons, à partir de 1700 m sur l’est du versant nord des Alpes, à partir de 2000 m sur le centre du versant nord des Alpes et en Engadine et à partir de 2200 m sur l’ouest du versant nord des Alpes,
  • étaient supérieures aux moyennes pluriannuelles au-dessus de 1800 m en Valais et dans le Tessin.
  

Accidents d’avalanche

Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, il n’y a pas eu d’accidents d’avalanche. Début avril, le nombre de victimes d’avalanches au cours de cet hiver (5 tués) était nettement inférieur à la moyenne des 20 dernières années (18 tués).

Des informations complémentaires dans le cadre de l’examen rétrospectif de cet hiver sont actuellement en cours d’élaboration dans notre Flash hiver. Celui-ci paraîtra le mardi 7 avril 2020 sur www.slf.ch.

 

 

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire