Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 04-10 janvier 2019

Menu principal

 

Beaucoup de neige fraîche dans le nord et dans l’est, temporairement fort danger d’avalanche

Avec des températures basses, il a neigé fréquemment jusqu’à basse altitude, d’abord dans l’est, puis plus tard également dans le nord. Sur le centre et l’est du versant nord des Alpes ainsi que dans le nord des Grisons, on a enregistré des sommes de neige fraîche de 100 à 150 cm de samedi à jeudi. L’abondante neige fraîche et les vents forts à tempétueux de secteur nord ont entraîné une situation avalancheuse critique. En plus des différents déclenchements d’avalanches par des personnes, on a également signalé quelques grandes avalanches. Dans l’ouest et le sud, la situation avalancheuse était moins tendue. Dans l’ouest, le danger n’a augmenté qu’à la fin de la période examinée par le rapport hebdomadaire.

 

 
Photo 1 de 12
Avalanche de plaque impressionnante en Suisse centrale: Le dimanche 6 janvier, sur le faîte du Sisiger Spitz (vallée de la Muota, SZ) qui culmine à 1914 m, cette grande avalanche de plaque s’est déclenchée spontanément à environ 1800 m. La couche fragile était formée par une couche de neige métamorphosée à grains anguleux au-dessus de la croûte due à la pluie de la période de Noël. Lorsque la surcharge de la neige fraîche était suffisante, cette couche s’est décrochée sur la pente exposée au nord et d’une déclivité de 35° sur une longueur de quelque 200 m entraînant avec elle l’avalanche (photo: T. Strüby).
Photo 2 de 12
La semaine dernière, une situation avalancheuse délicate prévalait déjà sur une grande partie du territoire. Cette avalanche de plaque de neige d’une étendue impressionnante a été déclenchée à distance par des randonneurs à ski le jeudi 3 janvier sur la façade sud du Erezberg (2614 m) au-dessus de Davos Monstein. Lorsque le groupe se trouvait à environ 2510 m d’altitude, la plaque de neige s’est décrochée un peu plus de 50 m plus haut sur une pente raide chargée de neige soufflée. L’avalanche n’a pas eu de conséquences graves, entre autres grâce aux grandes distances séparant les randonneurs (photo: anonyme).
Photo 3 de 12
Autre décor dans le Tessin… Lors de la montée vers la Cima della Trosa qui culmine à 1869 m, le foehn de secteur nord du vendredi 4 janvier libérait la vue jusqu’aux sommets de plus de 4000 m du Valais. La même situation météorologique, qui avait recouvert de neige le nord et l’est, était également responsable du manque de neige sur la façade sud des Alpes (photo: M. Steiger).
Photo 4 de 12
Le paysage était tout à fait différent dans le nord-est de la Suisse: La neige poudreuse apportée par la situation de barrage météorologique côté nord-ouest ravivait les adeptes des sports d’hiver qui avaient opté pour la prudence dans le choix de leurs randonnées, comme ici à l’Alp Plisa sur les pentes exposées à l’est du Chäserugg qui culmine à 2260 m dans le Toggenburg (photo: P. Diener, 04.01.2019).
Photo 5 de 12
Pendant la nuit du vendredi au samedi 5 janvier, l’air froid et humide a dessiné ces magnifiques fleurs de givre sur la fenêtre d’une étable sans animaux à Vals (photo: U. Berni).
Photo 6 de 12
Jusqu’au dimanche 6 janvier, le sud de la Haute-Engadine n’a pas pu profiter des fortes chutes de neige. La vue depuis Sils en l’Engadine/Segl sur la façade sud-est du Piz Mez qui culmine à 2972 m révélait une situation neigeuse plutôt maigre. Les cascades de glace sur la barre rocheuse en bas à droite témoignent du temps froid qui prévalait (photo: J.A. Bisaz).
Photo 7 de 12
Phénomène spécial dans l’Oberland bernois: Bien qu’il n’ait pas plu ces derniers jours, on pouvait observer le dimanche 6 janvier, depuis 1800 jusqu’à plus 2600 m d’altitude, cette croûte de glace semblable à une croûte de regel qui gênait fortement les randonnées à ski. Elle était vraisemblablement imputable à des dépôts de gouttelettes d’eau en surfusion provenant de l’épais brouillard. Des observations comparables ont également été signalées en Suisse centrale dans la région du Titlis (photo: R. Fischer).
Photo 8 de 12
A Zuoz en Haute-Engadine, une avalanche de glissement s’est déclenchée, malgré les basses températures, le lundi 7 janvier, à plus de 2500 m sur le versant sud-est du Botta Cuolm (2858 m). La neige précoce de la fin de l’automne a recouvert un sol relativement chaud formant ainsi une bonne isolation, de sorte que ce sol pouvait manifestement encore réchauffer les couches inférieures de neige (photo: A. Möckli).
Photo 9 de 12
Dans la région du Gothard – ici au Passo della Manio (2712 m, Bedretto, TI), entre l’Obergoms et le val Bedretto – ces formes bizarres de la glace s’expliquent par la météo. De l’air froid et humide était acheminé de la droite vers la gauche par le vent du nord en déposant sur les surfaces encore plus froides de beaux cristaux de givre (photo: A. Stella, 07.01.2019).
Photo 10 de 12
Le même phénomène de givre était responsable de la formation de ces arbres de Noël au Chimmispitz (1813 m) au-dessus de Landquart. Il est frappant de constater qu’aux altitudes plus basses et moins proches des crêtes, il y avait nettement moins de sapins givrés (photo: T. Wälti, 07.01.2019).
Photo 11 de 12
On y trouve, en revanche, une véritable œuvre d’art ! Une opération de minage à partir de l’hélicoptère avait été menée le lundi après-midi 7 janvier, au-dessus de la ligne de l’Albula, sur les pentes ouest du Piz Muot à environ 2100 m d’altitude. Une charge explosive a déclenché une grande avalanche de neige meuble en terrain très raide. Elle a dévalé sur près d’un kilomètre la vallée de l’Albula/Alvra. Contrairement aux avalanches de plaque, les avalanches de neige meuble se décrochent ponctuellement (photo: U. Fliri).
Photo 12 de 12
Bien plus qu’un simple beau panorama ! Cette vue prise par une webcam sur le Säntis (2502 m) montre, lorsque l’on y regarde de plus près, une énorme rupture d’une avalanche de plaque de neige qui s’était décrochée au cours de la même matinée ou la veille sous un ciel couvert en direction d’Ober Alpli (Wildhaus - Alt St. Johann). Sur le bord droit de la photo, on peut facilement suivre la rupture sur plusieurs éperons rocheux (photo: Säntis Schwebebahn AG, 07.01.2019).
 

Météo, manteau neigeux, avalanches

Du vendredi 4 au dimanche 6 janvier: Fortes chutes de neige dans l’est

Le vendredi était temporairement sec. Dans l’est, le ciel était partiellement nuageux, tandis que dans l’ouest et dans le sud, le temps était généralement ensoleillé. Les températures à la mi-journée à 2000 m étaient basses et se situaient à -10 °C dans l’est et à -5 °C dans les autres régions. Le vent de secteur nord temporairement tempétueux pouvait encore transporter de la neige, surtout dans les régions du centre et de l’est du versant nord des Alpes ainsi que du nord des Grisons où la neige fraîche était abondante (cf. photo 1).

 

Des accumulations de neige soufflée de taille petite à moyenne se sont ainsi formées. Mais tout comme auparavant, les diverses couches de neige fraîche et de neige soufflée des jours précédents, qui étaient les plus épaisses dans les mêmes régions, étaient également susceptibles de se décrocher (cf. photo 2).

 

Dans les autres régions, les accumulations de neige soufflée relativement récentes étaient plus minces et moins étendues, mais à certains endroits elles n’étaient pas moins fragiles (cf. photo 3).

 

Dans l’extrême sud, la situation était nettement différente. A la Cima della Trosa (1861 m, Mergoscia, TI), il n’y avait pratiquement plus de neige. Par conséquent, il n’y avait guère de danger d’avalanche (cf. photo 4).

 

Du samedi matin jusqu’au dimanche après-midi, des quantités considérables de neige étaient à nouveau tombées jusqu’à basse altitude (cf. figure 5). Sur la crête nord des Alpes, sur la crête principale des Alpes et en général dans les Grisons, le vent du nord soufflait encore temporairement en tempête. Dans les régions touchées par les précipitations les plus abondantes, le danger d’avalanche était souvent évalué comme ‚fort‘ (degré 4) (voir également l’évolution du danger tout en bas).

 

Après ces chutes de neige, plusieurs avalanches ont également été observées en dessous de la limite de la forêt dans les principales régions touchées par les précipitations (cf. photo 6). Le décrochement de ces avalanches était vraisemblablement imputable à du givre de surface qui avait persisté dans les zones boisées abritées du vent et avait été enneigé. La présence de givre de surface pouvait également être retrouvée dans des profils de neige relevés dans la région de Davos (cf. figure 7).

 
 

Lundi 7 janvier: Temps assez ensoleillé

Le temps était généralement ensoleillé en Valais et sur le versant sud des Alpes et assez ensoleillé dans l’ouest. Dans l’est, le ciel s’est dégagé en montagne en cours de journée. Le vent a diminué temporairement et était encore faible à modéré de secteur nord. Les températures à la mi-journée à 2000 m étaient proches du point de congélation dans l’ouest et le sud, et de -6 °C dans l’est. Le beau temps a incité de nombreuses personnes à fouler la poudreuse. Quelques avalanches ont dès lors été déclenchées (voir la section Accidents d’avalanche ci-dessous). On a toutefois aussi pu observer des avalanches qui s‘étaient produites ces derniers jours (voir la série de photos, photo 1).

 

Du mardi 8 au jeudi 10 janvier: Situation de barrage météorologique côté nord avec beaucoup de neige fraîche sur le versant nord des Alpes

Dans la nuit du lundi au mardi, il y a eu de nouvelles chutes de neige à partir du nord et qui ont persisté jusqu’au jeudi dans le nord-est. La limite des chutes de neige se situait temporairement à 1000 m. Le mercredi et le jeudi, il a de nouveau neigé jusque dans les bas-fonds, les chutes de neige n’étant plus que faibles en montagne pendant la journée de jeudi. Les sommes de neige tombée du mardi au jeudi atteignaient à nouveau des valeurs considérables (cf. figure 8). En altitude, le vent fort et temporairement tempétueux de secteur nord-ouest a intensément transporté la neige fraîche.

 

 

A la suite de ces chutes de neige, le danger d’avalanche a été évalué comme ‚fort‘ (degré 4) dans une grande partie du nord et de l’est pour la seconde fois au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire (voir l’évolution du danger tout en bas). Le mercredi et le jeudi, plusieurs avalanches, probablement de très grande taille, qui charriaient parfois aussi des branches, ont été signalées à Engelberg et dans le canton de Glaris. Au moment de la clôture de la rédaction, nous ne disposions malheureusement pas encore de photos de ces avalanches.

 

Situation neigeuse

A la fin de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, il y avait souvent au-dessus de 2000 m environ de 120 à 200 cm de neige dans les Alpes bernoises orientales, sur le centre et l’est du versant nord des Alpes ainsi que dans le nord des Grisons et dans certaines parties de la région du Gothard, et parfois plus de 200 cm dans certaines régions de Suisse centrale. En direction de l’ouest et du sud, il y avait nettement moins de neige (voir également les hauteurs de neige à 2000 m).

Si l‘on compare les hauteurs de neige actuelles aux moyennes pluriannuelles, on constate qu’en dessous de 2000 m, il y a pour le moment moins de neige que la moyenne, surtout en Valais, dans le Tessin et dans le sud des Grisons. En revanche, dans le nord-est, après les chutes de neige de cette semaine, les hauteurs de neige sont nettement supérieures aux données moyennes (cf. figure 9/1). Au-dessus de 2000 m, la situation est quelque peu différente. Les hauteurs de neige correspondent souvent aux moyennes, mais dans les régions du nord et de l’est où la neige fraîche est abondante, elles sont également nettement supérieures à ces valeurs à ces altitudes. De même, dans la région du Simplon, elles sont également supérieures aux moyennes, mais ici c’est dû aux précipitations d’octobre et de novembre (cf. figure 9/2).

 
Photo 1 de 2
Figure 9/1: Hauteurs de neige comparées aux moyennes pluriannuelles, exprimées en pourcentage. La carte reprend toutes les stations entre 1000 et 2000 m d’altitude. Cela concerne le plus souvent des champs de mesure manuelle avec des relevés depuis de nombreuses années. A ces altitudes, les hauteurs de neige étaient encore inférieures aux valeurs moyennes, surtout dans le sud du Valais, dans le Tessin et dans le sud des Grisons.
Photo 2 de 2
Figure 9/2: Hauteurs de neige comparées aux moyennes pluriannuelles, exprimées en pourcentage. La carte reprend toutes les stations au-dessus de 2000 m d’altitude. Cela concerne le plus souvent des stations de mesure automatiques. Les hauteurs de neige correspondaient souvent aux valeurs moyennes et étaient même nettement supérieures à ces valeurs dans le nord-est et dans la région du Simplon. Les données des stations automatiques n’ont pas été contrôlées ni corrigées. Il faut en outre tenir compte du fait que la plupart des stations automatiques existent depuis moins de 20 ans .
 

Accidents d’avalanche et avalanches provoquant des dommages

Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, six avalanches impliquant des personnes ont été signalées au service des avalanches. Sept personnes ont ainsi été emportées par une avalanche. Heureusement, aucune n’a été entièrement ensevelie ou blessée.

Le jeudi soir, une avalanche de poudreuse d’une ampleur exceptionnelle s’est déclenchée au Säntis (2502 m, Hundwil, AR) et est descendue jusqu’à la Schwägalp touchant l’hôtel, un autre bâtiment et la station de la vallée de la Säntisbahn. La largeur de rupture était d’environ 1,5 km, la largeur de dépôt de près de 300 m. Trois personnes ont été blessées. Au SLF, la base de données des avalanches ayant provoqué des dommages comprend 3 autres avalanches d’une ampleur similaire: les 27.01.1942, 29.04.1965 et 28.12.1986.

 

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire