Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 29 mars - 5 avril 2018

Menu principal

 

Conditions hivernales à Pâques avec dans certaines régions beaucoup de neige fraîche et fort danger d’avalanche, beaucoup d’accidents d’avalanche, puis de plus en plus d’avalanches de neige mouillée

Au cours du week-end de Pâques, il a neigé sur une grande partie du territoire, et de manière particulièrement intense dans la nuit du jeudi au Vendredi saint depuis le nord-ouest du Tessin jusque dans les régions centrales du versant nord des Alpes. En altitude, le vent souvent fort de secteur variable a transporté la neige ancienne meuble et la neige fraîche. Les conditions étaient hivernales en altitude avec une situation avalancheuse temporairement très critique. La pluie jusqu'à moyenne altitude ainsi que le réchauffement sensible ont donné lieu à de nombreuses avalanches de neige mouillée et, en dessous de 2400 m environ à toutes les expositions, à des avalanches de glissement. En raison des hauteurs de neige nettement supérieures aux valeurs moyennes, les avalanches ont parfois atteint une grande ampleur.

 
Photo 1 de 15
Atmosphère matinale magique dans le Val Mustair (GR). Mais les apparences sont trompeuses: Cette avalanche a été déclenchée sur le versant nord-est du Piz Dora le 01.04.2018 à environ 2600 m par un groupe de randonneurs. Heureusement, personne n’a été blessé (photo: W. Kiser 01.04.2018).
Photo 2 de 15
Une grande avalanche de neige mouillée dans le Mäslowina Graben dans la partie supérieure de la vallée de la Saas (Eisten, VS). L’avalanche s’est déclenchée spontanément sur la façade est le 29.03.2018 (photo: U. Andenmatten).
Photo 3 de 15
Une vue sur la station automatique de mesure L'Ecreuleuse (2252 m) montre clairement les grandes quantités de neige en Valais (la barre transversale se trouve à environ 6 m au-dessus du sol). Cette station IMIS a mesuré le 30.03.2018 une hauteur de neige de 460 cm (photo: J.-L. Lugon).
Photo 4 de 15
Rupture d’avalanche de grande envergure dans le Val Tscheps (GR) à une altitude d’environ 2450 m. La zone de rupture est située sur une pente très raide exposée au nord en dessous du Piz Mezzaun (2962 m; photo: A. Möckli, 31.03.2018).
Photo 5 de 15
Une avalanche de glissement sur une pente très raide exposée au nord-ouest de la Dent de Lys (2014 m, FR, Haut-Intyamon). L’arête est située à environ 1800 m d’altitude (photo: Y. Gramigna, 31.03.2018).
Photo 6 de 15
Traces impressionnantes laissées par le vent dans le voisinage du sommet principal de la Cima de la Bedoleta (2464 m, Mesocco, GR). On peut voir comment la neige a été érodée dans les zones exposées pour se déposer dans les cuvettes (photo G. Valenti 01.04.2018).
Photo 7 de 15
Avalanche spontanée de taille moyenne sur les pentes exposées au nord du Piz da las Coluonnas (2802 m, Surses, GR). L’avalanche s’est vraisemblablement déclenchée spontanément au cours de la journée du dimanche de Pâques 01.04.2018 (photo: SLF/R. Kenner).
Photo 8 de 15
Vue sur la vallée du Rhône (VS). Les zones de plus basse altitude sont sans neige, alors qu’en haute montagne il y a encore beaucoup de neige (photo: J.-L. Lugon 02.04.2018).
Photo 9 de 15
Belles conditions de poudreuse au-dessus de 2400 m dans la région de la Bernina le lundi de Pâques. Le groupe de randonneurs se trouve sur les pentes exposées au nord de la Fortezza (3371 m, Zernez, GR) (photo: M. Casella 02.04.2018).
Photo 10 de 15
Plusieurs départs spontanés d’avalanches dans le Val Sumvitg en dessous du Piz Muraun (2897 m, Medel, GR). Les ruptures se sont produites surtout sur les pentes exposées à l’ouest (photo: M. Gilgien 02.04.2018).
Photo 11 de 15
Cette avalanche a dévalé les pentes très raides exposées au nord dans la Val la Puoza (Tujetsch, GR) et est descendue jusque dans la vallée. Les dépôts semblent humides, mais la rupture pourrait aussi s’être produite dans la neige sèche (photo: N. Levy 02.04.2018).
Photo 12 de 15
Avalanche de glissement du 02.04.2018 dans la vallée de Lauterbrunnen près de Mürren, BE (photo: P. Bühler).
Photo 13 de 15
L’avalanche de l’avenir? Dépôts d’une avalanche de glissement à Fully (VS), qui, dans sa zone d’arrêt sans neige, a soulevé beaucoup de poussière (photo: G. Cheseaux 03.04.2018).
Photo 14 de 15
Avalanche déclenchée par des personnes sur la Stelli dans le Prättigau (Trimmis, GR). La rupture est située à environ 1900 m (photo: M. Scheel 03.04.2018).
Photo 15 de 15
Panache de neige impressionnant sur le Brudelhorn, vallée de Conches (2790 m, VS). Le vent tempétueux de secteur sud a déplacé la neige surtout vers les pentes exposées au nord (photo: R. Imsand 04.04.2018).
 

Météo

Globalement, le mois de mars était environ 1 degré plus froid que la moyenne de la période de 1981−2010. Dans le nord, il a neigé à diverses reprises jusqu'à basse altitude. Dans le sud, c'était un des mois de mars les plus froids de ces 30 dernières années (source: Bulletin climatologique de MétéoSuisse). Le week-end de Pâques qui tombait cette année fin mars/début avril a suivi parfaitement cette même tendance (cf. figure 1).

 

Jeudi saint 29 mars: Fin des chutes de neige dans le nord
Entre mercredi matin et jeudi matin, il est tombé au-dessus de 2000 m de 10 à 20 cm, et localement jusqu'à 30 cm de neige sur le versant nord des Alpes, dans le Bas-Valais, dans la région du Gothard et depuis le nord des Grisons en direction de Samnaun. La journée était nuageuse avec quelques averses. Ainsi prenait fin une période de chutes de neige de quatre jours qui avait commencé la semaine précédente le lundi 26 mars. Les sommes de neige fraîche atteignaient le Jeudi saint de 15 à 30 cm dans une grande partie de l'ouest et du nord, et jusqu'à 50 cm dans certaines régions du Bas-Valais, du versant nord des Alpes ainsi qu'à Samnaun.

Du Vendredi saint 30 mars au lundi de Pâques 1er avril: Abondantes chutes de neige avec une intensité élevée dans la nuit du vendredi au samedi, baisse de la limite des chutes de neige
Dans la nuit du jeudi au Vendredi saint, il y a eu des précipitations dans le sud, qui se sont intensifiées pendant la nuit du vendredi au samedi et se sont étendues au nord sous l'influence d'une situation caractérisée par des courants opposés. Pendant la phase la plus intense dans la nuit du vendredi au samedi, il est tombé dans les régions centrales du versant nord des Alpes depuis le lac de Brienz en direction de Muotathal, avec de 50 à 80 cm de neige fraîche en 12 heures, nettement plus que neige que prévu (cf. la section Manteau neigeux, danger d'avalanche et activité avalancheuse). Le vent de secteur sud était fort dans le sud et en altitude. Le dimanche de Pâques, il y a eu ensuite des précipitations accompagnées d'un vent modéré à fort de secteur nord-ouest sur une grande partie du nord et de l'ouest. Dans le sud, le soleil s'imposait de plus en plus. La figure 2 montre les sommes de neige tombée en 3 jours jusqu'au matin du dimanche de Pâques. Avec 1 m de neige fraîche, l'apport de neige était le plus abondant dans les régions centrales des Alpes suisses, les quantités de neige diminuant à mesure que l'on se dirigeait vers l'ouest et l'est. Au cours de ces journées, la limite des chutes de neige est descendue depuis 1800 m à environ 800 m.

 

Du lundi de Pâques 2 avril au mercredi 4 avril: Faibles chutes de neige dans le sud, vent fort de secteur sud, dans le nord temps très doux en raison du foehn
Sur une grande partie du territoire, le lundi de Pâques était ensoleillé. Le vent s'orientait à l'ouest et était modéré. Les températures augmentaient sensiblement à partir de l'ouest (cf. figure 1) et se situaient à la mi-journée à 2000 m entre +5 °C dans l'ouest et +2 °C dans l'est et le sud. Pendant la nuit du lundi au mardi, un vent fort de secteur sud soufflait en altitude jusqu'au mercredi après-midi. Dans les régions du nord touchées par le foehn, un foehn temporairement fort soufflait jusque dans les vallées. Pendant les nuits également, le ciel n'était que temporairement dégagé et il faisait doux. Sur la crête principale des Alpes depuis la région du Simplon jusque dans la région de la Bernina ainsi qu'au sud de ces régions, on enregistrait de 10 à 20 cm de neige fraîche, et dans l'extrême ouest de 5 à 10 cm. La limite des chutes de neige était située à 1500 m.

Jeudi 5 avril: Chutes de neige dans l'ouest et le sud
Le vent diminuait et était faible à modéré de secteur ouest. Dans la partie la plus occidentale du Bas-Valais, dans les Alpes vaudoises et fribourgeoises et sur le versant sud des Alpes, il était tombé, surtout dans la nuit du mercredi au jeudi, de 15 à 30 cm de neige, tandis qu'ailleurs l'apport de neige était de quelques centimètres. La journée était partiellement ensoleillée dans le sud et dans les Grisons; ailleurs, le ciel était généralement nuageux avec de faibles averses de neige au-dessus de 1500 m environ.

 

Manteau neigeux, danger d’avalanche et activité avalancheuse

Au cours de cette semaine examinée par le rapport hebdomadaire, les hauteurs de neige ont une fois de plus augmenté dans de nombreuses stations de haute altitude. Début avril, elles étaient à haute altitude souvent nettement supérieures aux valeurs moyennes. A moyenne altitude, en revanche, ce n'était qu'en Valais, en Suisse centrale et sur le versant sud des Alpes qu'elles étaient supérieures aux moyennes de saison. Le manteau neigeux était mouillé sur les pentes exposées au sud en dessous de 2300 m environ et sur les pentes exposées au nord en dessous de 1800 m environ. Dans le manteau de neige sèche, il y avait des couches fragiles dans la neige fraîche et la neige soufflée aux altitudes relativement élevées, surtout sur les pentes aux expositions ouest, nord et est. Comme c'était déjà le cas auparavant, la partie supérieure du manteau de neige ancienne renfermait encore des couches fragiles susceptibles de se décrocher, tout particulièrement en Valais et dans les Grisons.

La situation souvent très complexe du passage de l'hiver au printemps combinée avec beaucoup de vent et de fortes précipitations pendant les jours de Pâques a donné lieu à une importante activité d'avalanches de neige mouillée ou de neige sèche. Au cours de la nuit du vendredi au samedi 31 mars, le danger d'avalanche atteignait le degré 4 (fort). Etant donné que les précipitations s'étaient étendues plus loin que prévu aux régions du nord, la zone annoncée avec un degré de danger 4 (fort) a été étendue aux régions du nord le samedi matin dans le bulletin d'avalanches (cf. Évolution du danger ci-après). La neige fraîche et la neige soufflée étaient très fragiles et il y a eu de nombreuses avalanches spontanées d'ampleur moyenne et parfois de grande ampleur (cf. photo 3).

 

Les avalanches se sont souvent aussi étendues à des couches de neige plus profondes, et dans les régions moins enneigées parfois jusque dans les couches proches du sol (cf. galerie de photos). Surtout dans les régions touchées par les précipitations les plus abondantes, les avalanches ont entraîné dans leur trajectoire la neige mouillée descendant parfois jusque dans les vallées (cf. photo 4). En raison du réchauffement sensible et des nuits souvent couvertes, le danger d'avalanche de neige mouillée et d'avalanche de glissement est resté accru jusqu'à la fin de cette semaine examinée par le rapport hebdomadaire. Les avalanches atteignaient parfois une assez grande ampleur à cause des importantes hauteurs de neige (cf. galerie de photos).

 

L'apogée de l'activité avalancheuse a été atteint le Vendredi saint (cf. figure 5). En dehors des pistes ouvertes, la situation était toutefois souvent encore très critique pour les randonnées et la pratique du hors-piste également le dimanche de Pâques et en raison du vent fort de secteur sud et du net réchauffement, aussi les jours suivants avec un danger marqué (degré 3) persistant d'avalanche de neige sèche ou de neige mouillée.

 

Accidents d’avalanche

Pendant cette semaine examinée par le rapport hebdomadaire, 14 accidents d'avalanche touchant 20 personnes ont été signalés au SLF (cf. figure 6). Un grave accident d'avalanche est survenu le vendredi 31 mars dans la région de Fiescheralpe (VS), lorsqu'un groupe de cinq randonneurs a été touché et entièrement enseveli. Deux personnes ont subi des blessures légères, mais trois personnes ont perdu la vie dans l'avalanche. Huit avalanches ont provoqué des dégâts matériels à des voies de communication ou à la forêt ou ont donné lieu à des opérations de recherche à titre de contrôle.

 

Fin mars 2018, le nombre de personnes touchées par des avalanches était légèrement supérieur à la moyenne. Malheureusement, avec 23 tués, le nombre de victimes d'avalanches dépasse nettement la moyenne pluriannuelle (18 tués en moyenne à fin mars pour les 20 dernières années).

 

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire