Navigation mit Access Keys

Rh 2-8 février

Menu principal

 

Belle poudreuse, localement danger lié aux accumulations de neige soufflée et avalanches de glissement

Avec des températures froides et peu de vent, la neige tombée au début de la période examinée est restée meuble. De bonnes conditions avalancheuses prévalaient le plus souvent. Des accumulations de neige soufflée se formaient localement et devaient être évaluées avec prudence. L'activité d'avalanches de glissement a progressivement diminué.

 
Photo 1 de 12
Belle poudreuse! En de nombreux endroits, la neige fraîche du début de la période examinée par le rapport hebdomadaire a offert aux adeptes des sports d’hiver de bonnes conditions de descente, comme ici au Pischahorn (2980 m, Kloster-Serneus, GR; photo: SLF/L. Dürr 04.02.2018).
Photo 2 de 12
Magnifique ambiance hivernale devant le col d'Emaney (2462 m, Evionnaz, VS) avec un très bon enneigement. A la station de mesure du SLF dans la région de L'Ecreuleuse à 2252 m, on a mesuré une hauteur de neige de 443 cm le vendredi 2 février (photo: J.-L. Lugon).
Photo 3 de 12
Sur les pentes du Glogghüs (2534 m, Hasliberg, BE) exposées au nord, les conditions étaient également optimales pour tracer de belles lignes dans la neige (photo: R. Schild 02.02.2018).
Photo 4 de 12
Dans le Tessin sur les pentes exposées au nord-est entre le Pizzo Varozzèira (2595 m, Leventina) et le Pizzo delle Löite (2418 m), les masses de neige aplanissent la topographie (photo: G. Valenti 02.02.2018).
Photo 5 de 12
… traçage difficile dans la même région (photo: G. Valenti 03.02.2018).
Photo 6 de 12
Une cabane de montagne enfouie sous la neige en dessous du Pizzo Massari (2757 m, Quinto, TI) témoigne de la grande hauteur de neige dans le Tessin (photo: L. Silvanti 03.02.2018).
Photo 7 de 12
Magnifique paysage enneigé au Walighürli (photo: L. Hofer 03.02.2018).
Photo 8 de 12
On peut imaginer le plaisir que procurent les virages dans la poudreuse sur les pentes de l’Ärnergale (2525 m) exposées au nord dans la vallée de Conches. A la station de mesure Mällige (2194 m, VS, vallée de Conches) du SLF, on a mesuré le dimanche 04.02.2018 une hauteur de neige de 296 cm (photo: R. Imsand).
Photo 9 de 12
Vue mystique sur les „Les Diablerets“ avec des nuages de foehn sur les sommets. La photo a été prise depuis le Seeberghore (2071 m, Gsteig, BE) (photo: Y. Décaillet 05.02.2018).
Photo 10 de 12
On peut voir ici de manière impressionnante comment la neige peut se façonner. La neige a glissé sur le toit d’une cabane dans la région du Chistihubel (2216 m, Reichenbach dans le Kandertal, BE) et s’est consolidée sous l’effet du gel de l’eau de fonte (photo: SLF/M. Schön 07.02.2018).
Photo 11 de 12
Reptation de la neige en Basse-Engadine. Ce phénomène est provoqué par le tassement de la neige sous son propre poids. Les couches supérieures de neige se déplacent davantage vers le bas que les couches inférieures (photo: P. Caviezel 08.02.2018).
Photo 12 de 12
Magnifique vue pour les skieurs à la station du sommet du Seetalhorn (2850 m, Grächen, VS). Une épaisse mer de brouillard élevé recouvre le Valais, mais au-dessus la visibilité est éclatante (photo: Webcam 08.02.2018).
 

Evolution météorologique

 

Du vendredi 2 au dimanche 4 février: Temps froid, temporairement ensoleillé

Dans la nuit du jeudi au vendredi, il est encore tombé un peu de neige dans l'est. Dans les autres régions, le temps était déjà sec. Depuis le mercredi soir 31 janvier, l'apport de neige était le plus important avec 40 cm dans le Chablais et dans le Trient (cf. figure 1).

 

Le vendredi, le temps est devenu de plus en plus ensoleillé. Le samedi, il était très nuageux dans le nord. Le dimanche, après un début ensoleillé, des nuages ont envahi le ciel à partir de l'ouest. Dans le sud, le week-end était ensoleillé.
Le vent de secteur nord était d'abord généralement modéré, mais sur la crête principale des Alpes depuis le col du Simplon jusqu'au col de la Bernina et au sud de ces régions, il était temporairement fort. Le dimanche, le vent s'est orienté au secteur ouest et a diminué. Avec -10 °C à la mi-journée à 2000 m, le temps est resté froid.

 

Du lundi 5 au jeudi 8 février: Un peu de neige fraîche dans le sud

Dans le sud, le temps était très nuageux le lundi et le mardi. Dans le sud de la région du Simplon ainsi que sur le centre du versant sud des Alpes, il est tombé quelque 15 cm de neige. Avec un temps variable au début de la semaine, la journée de mardi était assez ensoleillée dans le nord. Sous l'influence d'un vent modéré à fort de secteur sud, il faisait brièvement un peu plus doux.

Le mercredi et le jeudi, la nébulosité dans le nord était comparable à du brouillard élevé avec un vent de secteur est parfois fort. Dans les régions intra-alpines, dans le sud ainsi qu'en général en haute montagne, le temps était assez ensoleillé (cf. photo 2). 

 

Danger d’avalanche

En cette période examinée par le rapport hebdomadaire, la situation avalancheuse était le plus souvent bonne (voir Evolution du danger en fin de rapport). Avec des températures froides et peu de vent, la neige fraîche restait meuble. Les conditions de poudreuse étaient magnifiques (cf. photo 3).

 

En dessous des couches de neige fraîche et de neige soufflée proches de la surface, le manteau neigeux présentait généralement une bonne constitution. Dans le centre des Grisons, en Engadine et dans les vallées du sud des Grisons, où la base du manteau neigeux était un peu plus fragile, on n'a plus non plus signalé de déclenchements d'avalanches dans les couches proches du sol depuis plus de deux semaines.

Le danger principal était lié à la problématique de la neige soufflée et de la neige glissante:

 

Neige soufflée

Pendant toute la période examinée par le rapport hebdomadaire, le vent et la neige fraîche meuble ont donné lieu à la formation de minces accumulations de neige soufflée, tout particulièrement dans le voisinage des crêtes, dans les couloirs et dans les cuvettes. Ces accumulations de neige soufflée s'étaient en partie déposées sur une surface neigeuse meuble ou sur du givre de surface et étaient parfois susceptibles de se décrocher. Pour les personnes expérimentées, elles étaient généralement facilement reconnaissables à leur surface légèrement bombée (cf. photo 4).
Etant donné qu'en de nombreux endroits les quantités de neige étaient faibles, la mise en garde portait sur le risque d'ensevelissement mais également sur le risque de chute en terrain extrême. Seulement quelques décrochements d'accumulations de neige soufflée provoqués par des personnes ont été signalés, mais aucun adepte des sports de neige n'a été touché.

 

Neige glissante

En comparaison avec la dernière période examinée, l'activité d'avalanches de glissement a diminué au cours des 7 derniers jours. Jusqu'au mardi 6 février, quelques départs d'avalanches ont encore été signalés quotidiennement. Cela concernait les pentes aux expositions est, sud et ouest en dessous de 2400 m environ ainsi que les pentes exposées au nord en dessous de 2000 m environ. Les avalanches atteignaient une ampleur petite à moyenne (cf. la série de photos ci-après).
Sur les pentes ensoleillées en dessous de 1800 m environ, tout le manteau neigeux était déjà humidifié avant cette période examinée par le rapport hebdomadaire. Seules les couches superficielles regelaient sous l'effet des températures froides. Par conséquent, l'activité d'avalanches de glissement y était soumise à une augmentation en cours de journée. La situation était différente aux autres expositions et altitudes où tout le manteau neigeux était froid. Cela signifie que seule la couche inférieure au niveau du sol était humide, de sorte que des avalanches de glissement pouvaient se produire à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, indépendamment de la météo. Les avalanches de glissement posent de grands problèmes pour les services de sécurité, car on ne peut pas les prévoir, ce qui peut entraîner de longues périodes de fermeture. En revanche, pour les adeptes des sports de neige, la problématique de la neige glissante peut facilement être contournée en évitant dans toute la mesure du possible les zones en dessous des fissures de glissement.
En raison de la baisse continue de l'activité d'avalanches de glissement, il n'y a plus eu de mise en garde contre ce danger à partir du jeudi 8 février.

 
Photo 1 de 4
Avalanche de glissement sur les pentes très raides, percées de rochers et orientées au sud-ouest du Höhbalmen (Zermatt, VS). La zone de rupture se situait à environ 2480 m et les dépôts atteignaient les fonds des vallées à environ 1610 m (photo: B. Jelk 02.02.2018).
Photo 2 de 4
Rupture de glissement impressionnante dans la forêt sur une pente très raide exposée au nord-est au-dessus de Klosters (GR) à une altitude d’environ 1750 m (photo: SLF/J. Trachsel).
Photo 3 de 4
Plusieurs avalanches de glissement sur les pentes exposées au nord-ouest en dessous du sommet du Piz Cavradi (2614 m, Tujetsch, GR; P. Degonda 06.02.2018).
Photo 4 de 4
Lors de la descente du St. Antönier Joch (GR), on pouvait observer des avalanches de glissement fraîches ou plus anciennes (photo: SLF/B. Zweifel 06.02.2018).
 

Accidents d’avalanche

Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, deux déclenchements d'avalanches impliquant des personnes ont été signalés au service des avalanches:

  • Le samedi 3 février, une personne a été emportée et légèrement blessée vraisemblablement par un glissement de neige sur une pente du Bürgle (Rüschegg, BE) exposée au nord-est à environ 2000 m.
  • Egalement le samedi, une personne a été entraînée par une petite avalanche sur le versant nord-ouest de la Petite Dent de Morcles (Lavey-Morcles, VS) à environ 2700 m. Elle s'en est tirée indemne.
 

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire