Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 19.-25. janvier 2018

Menu principal

 

Dans beaucoup de régions de montagne, situation avalancheuse exceptionnelle avec un très fort danger d’avalanche, mais moins de dégâts qu’en 1999

 

Des quantités extrêmes de neige fraîche, à haute altitude parfois des records de hauteur de neige, un vent tempétueux et de la pluie jusqu'aux alentours de 2000 m ont donné lieu à une situation avalancheuse exceptionnelle avec un très fort danger d'avalanche. Il y a eu beaucoup d'avalanches spontanées de grande ampleur et dans certaines régions également de très grande ampleur. En de nombreux endroits, elles ont provoqué des dégâts matériels. Selon les informations disponibles, les habitants des vallées alpines et les touristes ont toutefois été épargnés. La protection contre les avalanches a fait ses preuves.

 
Photo 1 de 14
Grande avalanche ayant terminé sa course près d’Oberried (565 m, BE) dans le lac de Brienz. En raison des précipitations intenses et du réchauffement du temps, des avalanches moyennes à grandes se sont déclenchées spontanément le lundi 22 janvier en de nombreux endroits entre 2000 et 2200 m (photo: S. Aus der Au, 22.01.2018).
Photo 2 de 14
Forte affluence pour le cours de candidats guides de montagne dans la „Vielle Gemmi“ (VS). Le 20.01.2018, le vent a atteint la vitesse moyenne de 40 km/h et des pointes en rafales de plus de 90 km/h à la station de mesure du col de la Gemmi (2347 m) (photo: SLF/L. Dürr).
Photo 3 de 14
Avalanche énorme de plaque de neige, déclenchée par un freerider dans la région de Thyon (Vex, VS) le 20.01.2018. Heureusement, personne n’a été touché (photo: H. Mensching, 20.01.2018).
Photo 4 de 14
Laret près de Davos (1527 m, GR), un village de montagne englouti sous la neige. Le dimanche matin 21.01.2018, la hauteur de neige tombée en 24 heures atteignait ici 73 cm (photo: SLF/B. Zweifel, 21.01.2018).
Photo 5 de 14
L’avalanche Wilerlauwi (Gurtnellen/UR) qui s’est produite le lundi matin 22.01.2018 a atteint une grande ampleur. Ici aussi, le passage de précipitations sous forme de neige à des précipitations de pluie a donné lieu à des départs spontanés d’avalanches (photo: T. Niffeler, 22.01.2018).
Photo 6 de 14
Grande avalanche déclenchée spontanément sur les pentes raides du Davoser Büelenhorn (2513 m, GR) exposées au sud-ouest, le lundi soir 22.01.2018 … (photo: SLF/T. Faul, 23.01.2018).
Photo 7 de 14
… et la route fermée de la Dischma. La plaque de neige avec zone de rupture à environ 2500 m a atteint le fond de la vallée de la Dischma (1600 m, GR). La route a été ensevelie sous une épaisseur de neige atteignant parfois 6 mètres. Elle a été déblayée par la commune de Davos le 24.01.2018 (photo: SLF/L. Stoffel, 24.01.2018).
Photo 8 de 14
Plusieurs avalanches sur les pentes très raides exposées au sud-ouest entre le Glogghüs (2534 m, Hasliberg, BE) et le Rothorn (2526 m). Elles se sont déclenchées spontanément ou ont été provoquées lors d’opérations de minage de sécurité par le service des pistes (photo: P. Michel, 23.01.2018).
Photo 9 de 14
Rupture d’avalanche impressionnante après une opération de minage dans le domaine skiable de Samnaun (GR, photo: SLF/G. Darms, 23.01.2018).
Photo 10 de 14
Après les chutes de neige intenses du 21 au 23.01.2018, le paysage de l’Engadine (GR) était également enfoui sous la neige (photo: SLF/G. Darms, 23.01.2018).
Photo 11 de 14
Dans le sud du Haut-Valais, il y a eu plusieurs avalanches d’ampleur grande à très grande. Sur cette photo, une avalanche sur une pente exposée à l’ouest dans la vallée de Zermatt. Elle est descendue jusque dans le fond de la vallée (1285 m) en passant par le Rosszügji (Saint-Nicolas, VS) (photo: B. Jelk, 23.01.2018).
Photo 12 de 14
Une grande plaque de neige sur les pentes raides du Piz Griatschouls (2971 m, S-chanf/GR) exposées au sud en Haute-Engadine dans le Val Gianduns. La rupture de l’avalanche avait une largeur de plus de 600 m (photo: A. Möckli, 23.01.2018).
Photo 13 de 14
Les bâtons de ski comme référence pour illustrer l’épaisseur de la plaque de neige sur les pentes du Mont Bonvin (2965 m, Crans-Montana/VS) exposées au sud après une opération de minage à partir de l’hélicoptère. La hauteur de rupture atteint jusqu’à 4 m (photo: V. Bettler, 24.01.2018).
Photo 14 de 14
Plusieurs avalanches de glissement se sont déclenchées après la hausse de la température sur les pentes du Tubang (2826 m, Crans-Montana/VS) exposées au sud. Les fissures de glissement dans la neige (en bas à droite sur la photo), appelées „gueules de baleines“ ou „gueules de poisson“ montrent qu’il y a encore un risque potentiel de beaucoup d’autres avalanches de glissement (photo: V. Bettler, 24.01.2018).
 

Météo, neige et situation avalancheuse

Vendredi 19 janvier et samedi 20 janvier: Dans certaines régions de l'ouest et de l'est, fort danger d'avalanche, puis brève pause dans les précipitations

Le vendredi était nuageux et les précipitations, qui persistaient depuis le lundi soir 15 janvier, ont un peu diminué. Le samedi matin, elles ont cessé en Valais et dans le nord et le soleil a brillé pendant une courte durée, avant que le ciel se couvre à nouveau de nuages de neige depuis l'ouest au cours de l'après-midi. Dans le sud, le temps était généralement ensoleillé, et le samedi de plus en plus nuageux. Dans l'ouest et le nord, le vent était souvent fort à tempétueux de secteur ouest à nord-ouest. La limite des chutes de neige oscillait entre 1000 et 1500 m (cf. figure 1). Dans le sud, elle se situait à 600 m.

 

Entre le lundi soir et le samedi matin, les quantités suivantes de neige sont tombées au-dessus de 1600 m:

  • Nord du Valais, est du versant nord des Alpes: de 100 à 130, dans le nord du Bas-Valais, jusqu'à 160 cm
  • Reste du versant nord des Alpes sans les Préalpes; par ailleurs sud du Valais, nord-ouest du Tessin, nord des Grisons, nord de la Basse-Engadine: de 60 à 100 cm
  • Préalpes, reste du nord du Tessin, centre des Grisons, reste de la Basse-Engadine, Jura: de 30 à 60 cm
  • Autres régions: moins de 30 cm


Etant donné que les précipitations étaient tombées temporairement sous forme d'averses, les quantités de neige fraîche variaient parfois très fort d'un endroit à un autre. Sur les pentes abritées du vent dans le voisinage de la limite de la forêt, la neige fraîche et la neige soufflée recouvraient parfois une surface de neige ancienne ayant subi une métamorphose constructive et étaient alors susceptibles de se décrocher facilement. Des avalanches moyennes mais parfois aussi de grandes avalanches ont été déclenchées ou se sont décrochées spontanément, surtout dans le Bas-Valais.

Du dimanche 21 au mardi 23 janvier: A nouveau de fortes chutes de neige, sur une grande partie du territoire fort à très fort danger d'avalanche, beaucoup de grandes avalanches et localement de très grandes avalanches

Dans la nuit du samedi au dimanche, il y a eu de nouvelles précipitations intenses. Dans certaines régions du Valais et du nord, il est tombé près d'un mètre de neige en 24 heures. Le lundi, la limite des chutes de neige a enregistré une forte montée allant jusqu'aux alentours de 2000 m dans l'ouest et le nord (cf. figure 1). Dans la nuit du lundi au mardi, les précipitations ont cessé et la journée était assez ensoleillée au-dessus du brouillard élevé (avec une limite supérieure à 2000 m). Pendant cette phase, le vent était temporairement fort à tempétueux de secteur ouest à nord. Dans le sud, un vent de secteur nord soufflait jusque dans les vallées pendant la nuit du lundi au mardi.
A la fin de cette période de précipitations d'une semaine, on enregistrait au-dessus de 2000 m environ un cumul de neige de 2 à 3 m en Valais, sur la crête nord des Alpes et dans certaines régions des Grisons, et parfois encore davantage dans le nord du Bas-Valais et dans les Alpes glaronnaises. Ailleurs, l'apport de neige était souvent de 1 à 2 m de neige. Vers le sud, les quantités de neige fraîche étaient plus faibles (cf. figure 2). Dans le Jura, le demi-mètre de neige tombée le samedi avait déjà largement fondu en raison de la pluie.

 

Avec le vent tempétueux soufflant constamment de la même direction, les dépôts de neige soufflée déjà très épais ont encore grossi sur les pentes abritées du vent. Par la suite, beaucoup d'avalanches de neige sèche de grande ampleur et localement aussi de très grande ampleur se sont déclenchées spontanément. Dans le sud du Valais et en Basse-Engadine, parfois tout le manteau de neige ancienne était entraîné. Avec le réchauffement du temps et la pluie, le lundi, de plus en plus d'avalanches de neige mouillée se sont décrochées en dessous de 2200 m environ, celles-ci atteignant parfois aussi une grande ampleur et, dans les couloirs d'avalanches connus, descendant jusque dans les vallées (cf. figure 3, le clip vidéo et la série de photos au début du rapport).

 

Mercredi 24 et jeudi 25 janvier: Temps ensoleillé et doux, diminution du danger d'avalanche, danger d'avalanches de glissement et nouvelles accumulations de neige soufflée en altitude

Le mercredi était généralement ensoleillé et le jeudi partiellement ensoleillé. Sous l'influence d'un vent de secteur sud, il faisait très doux, surtout dans le nord, avec une isotherme zéro degré entre 2500 à 3000 m. Dans le sud, elle se situait entre 2000 à 2400 m. Le vent s'était orienté au sud-ouest et était faible à modéré, mais modéré à fort le jeudi sur les crêtes alpines. Le manteau neigeux se stabilisait rapidement, et on n'a pratiquement plus signalé d'avalanches entraînant toutes les couches de neige fraîche et de neige soufflée de cette semaine. Le danger d'avalanche diminuait rapidement. Surtout en haute montagne, le vent de secteur sud donnait lieu localement à la formation d'accumulations de neige soufflée plutôt petites. Le danger d'avalanche de glissement persistait (cf. photo 4 et la série de photos au début du rapport) et des avalanches de glissement de taille moyenne se sont produites.

 

À moyenne altitude, la neige fondait sur les arbres humidifiant le manteau neigeux dans la forêt. Une balade en forêt à moyenne altitude était une sortie très humide le 24 janvier (cf. vidéo de la photo 5).

 

Nouveaux records de hauteur de neige pour un 23 janvier

Près d'un tiers de toutes les stations d'observation en dessous de 2000 m effectuant des relevés depuis de nombreuses années n'avaient encore jamais mesuré autant de neige que cette année un 23 janvier. Mais jusqu'à présent (situation au 25 janvier), les records de hauteur de neige pour toute la période hivernale n'ont été dépassés à aucune de ces stations. Seules les deux stations d'observation valaisannes de haute altitude, à savoir Kühboden (2210 m) et Les Ruinettes (2200 m) atteignaient avec respectivement 274 cm et 312 cm tout juste de nouvelles valeurs record pour environ trente années de mesure de la hauteur de neige. A la station d'observation de Davos (1540 m), il y avait avec 175 cm plus de neige que jamais pour un 23 janvier, soit juste un peu plus qu'au cours de l'hiver de 1951. Fin février 1999, il y avait toutefois à Davos avec 215 cm, 40 cm de neige en plus que le 23.01.2018.

Parmi les stations automatiques de haute altitude avec au moins 20 années de mesures, seulement une station a enregistré des records absolus de hauteur de neige: Il s'agit de la station Oberer Stelligletscher (STN2, 2914 m) avec 350 cm dans le sud du Haut-Valais. Les grandes hauteurs de neige mettent en péril les animaux sauvages. Leurs abris doivent donc absolument être respectés par les adeptes des sports de neige. Des informations complémentaires et des cartes avec les zones de tranquillité pour les animaux sauvages peuvent être consultées sous https://www.respecter-cest-proteger.ch/index.php?id=821&L=1.

 

Accidents d’avalanche

La personne ensevelie par une avalanche le jeudi 18 janvier dans la zone de hors-piste près d'Ovronnaz (VS) est décédée à l'hôpital. Le vendredi soir 19 janvier, il y a eu un accident mortel d'avalanche dans le voisinage du col de Rüwlis (St. Stephan, BE). Deux personnes ne sont pas rentrées de leur randonnée à ski en soirée. Elles ont été localisées le dimanche 21 janvier, mais étaient mortes lorsqu'elles ont été dégagées. De plus, dans la zone de hors-piste, plusieurs avalanches ont été déclenchées par des personnes, mais elles n'ont pas eu de conséquences graves:
- Vendredi 19 janvier: Valais et Grisons, 4 personnes touchées, 1 personne blessée
- Samedi 20 janvier: région de Saanenloch (BE), 1 personne entièrement ensevelie, indemne
- Mardi 23 janvier: région du Titlis (NW, BE, OW), plusieurs personnes touchées, qui se sont dégagées elles-mêmes

 

Comparaison de janvier 2018 avec février 1999

Le degré de danger 5 (très fort) ne prévaut que très rarement. Lorsqu’il concernait une grande superficie, il a été utilisé la dernière fois en février 1999. Ces deux événements sont comparés ci-après.

Neige fraîche
Les sommes de neige fraîche de 7 jours (cumul de neige fraîche mesuré quotidiennement) du 17 jusqu’au 23.01.2018 sont exceptionnelles. Dans les régions où la neige est abondante, elles atteignaient deux à trois mètres (cf. figure 2). Certaines stations du Valais et des Grisons n’enregistrent ces quantités qu’une fois tous les 15 à 30 ans. Les sommes de neige fraîche de 25 jours du 30.12.2017 jusqu’au 23.01.2018 ne sont même atteintes que tous les 75 ans à certaines stations; elles s’élevaient à 2,5 à 5 m.
Au cours de l’hiver 1999, la dernière des trois périodes de précipitations était la plus intense. A l’époque, la somme de neige fraîche de 9 jours était de 2,5 à 3,5 m dans les régions du versant nord des Alpes où les précipitations étaient les plus abondantes. Ces valeurs correspondent dans ces régions à des événements survenant tous les 75 à 100 ans. Les sommes de neige fraîche maximales de la dernière période de précipitations de février 1999 étaient dès lors clairement plus importantes que celles enregistrées le 23.01.2018 au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire. Les sommes de neige fraîche de 30 jours englobant les trois périodes de précipitations de l’hiver 1999 s’élevaient à 5,5 à 7,5 m dans les régions touchées par les précipitations les plus abondantes, y compris celles du versant nord des Alpes. Cela correspond à une période de récurrence de 60 à 100 ans. Dans l’hypothèse qu’il n’y ait pas de nouvel apport de neige d’un à deux mètres jusqu’au dimanche 28 janvier, la situation de 1999 correspondrait également au phénomène avec la plus grande quantité de neige fraîche.

Manteau neigeux et hauteur de neige
En comparaison avec l’hiver de 1999, les pauses entre les périodes de fortes chutes de neige étaient plus longues au cours de l’hiver actuel de 2018, de sorte que le manteau neigeux pouvait bien se stabiliser entre les précipitations. Aux altitudes relativement basses, c’est-à-dire en dessous de 1300 m environ, il y avait par ailleurs en 2018 beaucoup moins de neige qu’en 1999. A haute altitude, à quelques exceptions près, les maxima de hauteur de neige de février 1999 n’ont pas été atteints. Ce n’est que dans le sud du Valais qu’il y avait le 23 janvier quasiment autant de neige qu’en février 1999. En montagne, les températures de janvier 2018 correspondaient aux valeurs moyennes (source: MeteoSuisse, en allemand). A basse altitude, ce mois de janvier sera l’un des plus doux depuis le début des mesures en 1864. A Sion (VS), on enregistrera vraisemblablement un nouveau record de douceur pour le mois de janvier. En comparaison, le mois de février 1999 était beaucoup plus froid et les températures étaient clairement inférieures aux valeurs moyennes.

Danger d’avalanche
En février 1999, le degré de danger 5 (très fort) a été utilisé pendant une période plus longue, à savoir 5 jours, du 21 au 25 février 1999. Cette année, en revanche, ce n’était que 1,5 jour (du dimanche soir 21 janvier au mardi matin 23.01.2018).

Avalanches ayant provoqué des dégâts
On ne connaît pas encore de manière définitive l’ampleur des dégâts provoqués par des avalanches au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire. Il semble cependant que, pendant la phase la plus intense de l’activité d’avalanches spontanées du 20 au 23 janvier, aucune personne n’ait été touchée (situation au 25 janvier). Mais en de nombreux endroits, il y a eu des dégâts matériels. Au moment de la clôture de la rédaction (25 janvier), on enregistrait 23 avalanches ayant provoqué des dégâts matériels. Ces dégâts concernent surtout la forêt et le sol, les voies de communication et les remontées mécaniques, les bâtiments (chalets, cabanes de montagne et étables) ainsi que des poteaux et pylônes électriques. Par ailleurs, 6 avalanches ont donné lieu à des opérations de recherche, car on ne savait pas avec certitude qu’aucune personne n’avait été ensevelie. Ces opérations ont toutes été négatives, c’est-à-dire que personne n’avait été touché par une avalanche. Les dommages économiques étaient surtout liés à la fermeture de nombreux axes de circulation pendant plusieurs jours.
Une évaluation de toutes les avalanches ayant provoqué des dégâts ne sera possible qu’au cours de l’été 2018, car les dégâts à la forêt, au sol ou aux bâtiments de haute altitude ne pourront être constatés qu’après la fonte totale de la neige.
Fin février 1999, la situation avalancheuse était nettement plus délicate qu’en janvier 2018. A l’époque, le manteau neigeux était encore plus instable et il y avait beaucoup de neige même à basse altitude. En 1999, il y a eu parfois des avalanches extrêmement grandes descendant jusque dans les vallées et franchissant des parcours exceptionnellement longs. Par ailleurs, on déplorait en Suisse 17 tués dans des bâtiments ou sur des routes. Les trois avalanches les plus dévastatrices de l‘époque avait coûté la vie à 12 personnes en France (Chamonix), 12 personnes en Suisse (Evolène) et 31 personnes en Autriche (Galtür). En Suisse, on enregistrait quelque 1200 avalanches ayant provoqué des dégâts et les dommages matériels directs et collatéraux se chiffraient à plus de 600 millions de francs (source:
Eidg. Institut für Schnee- und Lawinenforschung [Hrsg.] 2000: Der Lawinenwinter 1999. Ereignisanalyse. Davos. ISBN 3-905620-80-4).

 

Protection contre les avalanches

Un bilan provisoire de la période avalancheuse actuelle montre qu’en dépit des quantités très importantes de neige fraîche et des nombreuses avalanches, on dénombre cette année comparativement moins d’avalanches ayant provoqué des dégâts. Les constructions paravalanches ont également contribué à ce résultat. Dans certains couloirs d’avalanches, les infrastructures de retenue ont efficacement empêché le départ d’avalanches ou réduit leur ampleur. Un grand nombre d’entre elles sont actuellement remplies aux deux tiers de neige et à certains endroits les ouvrages sont enneigés, tout particulièrement sur les pentes à l’abri du vent. Pour la suite de cet hiver, il faudra plus particulièrement garder un œil sur les hauteurs de neige dans les ouvrages paravalanches en cas de nouvelles précipitations intenses. De nombreuses galeries d’avalanches qui protègent des voies de communication ont été franchies par des avalanches. Des digues de retenue ont également été touchées localement.

 
Photo 1 de 8
Pour protéger un paravalanche dans le Lötschental (VS), une grande digue de déviation a été mise en place après l’hiver avalancheux de 1999 sur le replat situé au-dessus. En février 1999, le paravalanche avait été partiellement détruit par une avalanche. Au cours de la présente période avalancheuse, les masses de neige ont été déviées par l’ouvrage. Sans la digue de déviation, il aurait sans doute à nouveau été endommagé (photo: SLF/S. Margreth, 24.01.2018).
Photo 2 de 8
Une avalanche de neige mouillée a évité de justesse une étable dans le Lötschental (VS). La forte pluie avait donné lieu à la formation de sillons d’écoulement (photo: SLF/S. Margreth, 24.01.2018).
Photo 3 de 8
Une galerie paravalanche entre Täsch et Zermatt (VS) a été touchée par plusieurs avalanches (photo: SLF/S. Margreth, 24.01.2018).
Photo 4 de 8
Plusieurs avalanches de grande superficie se sont produites dans la vallée de Conches (VS). En comparaison avec l’hiver avalancheux de 1999, les épaisseurs de fracture sont plus petites et les distances parcourues sont plus courtes. Après le décrochement des avalanches de plaque de neige, de nombreuses avalanches de glissement se sont également déclenchées (photo: SLF/S. Margreth, 24.01.2018).
Photo 5 de 8
Même si ces râteliers à neige du paravalanche du Geissberg (UR) n’ont pas pu empêcher le décrochement d’une épaisse avalanche de plaque de neige, une grande partie des masses de neige a été freinée et stoppée. Cela a réduit l’intensité de l’avalanche (photo: SLF/S. Margreth, 24.01.2018).
Photo 6 de 8
L’entrée de Zermatt (VS) est protégée par l’ouvrage de retenue de Schweifinen. Des avalanches relativement petites se sont décrochées au nord du paravalanche. En février 1999, il y avait nettement plus de neige dans cet ouvrage (photo: SLF/S. Margreth, 24.01.2018).
Photo 7 de 8
Vue depuis la gare de Goppenstein (VS) en direction du sud. Les avalanches ont franchi les galeries paravalanches du Meiggbach, de la Rotlaui et de Stock. La hauteur de dépôt de l’avalanche Rotlaui dépasse les 10 m (photo: SLF/S. Margreth, 24.01.2018).
Photo 8 de 8
Un pilier de la remontée mécanique de Bettenalp dans le domaine skiable de Melchsee-Frutt (OW) a été partiellement enseveli sous plusieurs mètres de neige. Ce pilier avait fait l’objet d’une construction renforcée (photo: SLF/S. Margreth, 24.01.2018).
 

Surcharges dues à la neige à fin janvier

A l’heure actuelle, les bâtiments dans les Alpes sont soumis à des charges de neige relativement importantes (cf. série de photos). En plus des grandes quantités de neige fraîche, il a plu jusqu’à des altitudes élevées. A Davos, la densité de la neige varie entre 250 et 320 kg/m3. Le calcul de la charge de neige pour mesurer la résistance de la toiture d’un bâtiment est régi par le norme SIA261 de la Société suisse des ingénieurs et des architectes. A Davos, la charge actuelle de la neige s’élève à environ 70% de la charge de neige admissible. Il faudra voir si au cours de l’évolution future de l’hiver 2017/18, la charge maximale admissible de la norme SIA261 est atteinte et qu’il convient donc de prendre des mesures d’urgence telles que le dégagement de la neige par du personnel qualifié.

 

Hiver avalancheux de 1968

Les 26/27 janvier prochain marqueront le 50e anniversaire de la catastrophe de 1968 qui avait coûté la vie à 13 personnes à Davos. Nous reviendrons sur cet événement dans notre prochain rapport hebdomadaire du 1er février.

 

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire