Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 1 juillet - 31 juillet 2018

Menu principal

 

Sécheresse et chaleur – l’hiver neigeux appartient au passé

Le mois de juillet, tout comme déjà les trois mois précédents, était chaud et à nouveau trop sec. L’isotherme zéro degré est descendue rarement en dessous de 3500 m (cf. figure 2). Il a neigé uniquement sur les sommets les plus hauts. Par conséquent, la fonte totale de la neige a également progressé en haute montagne (cf. photo 1). Aucune avalanche n’a été signalée.

 
Photo 1 de 7
Vue depuis le refuge Gleckstein (2316 m, Grindelwald/BE) vers la région du Schreckhorn (photo: L. Eberhard/SLF, 11.07.2018).
Photo 2 de 7
Il y a encore de tout derniers dépôts d’avalanches en dessous du versant nord-ouest de la chaîne de montagnes Gipshorn (2813 m) - Büelenhorn (2806 m, en dehors de l’image) (photo: SLF/M. Phillips).
Photo 3 de 7
Le soleil et l’air sec ont formé cette surface neigeuse comparable à des pénitents de neige que l’on rencontre plutôt d’habitude dans les régions de haute montagne de la cordillère des Andes (région de Lischana, Scuol/GR, photo: A. Schmidt, 12.07.2018).
Photo 4 de 7
Neige rouge au col de la Flüela (GR). Cette coloration marquée est due à des algues de neige présentes en été dans les champs de neige en cas de dégel lent (photo: SLF/M.Philipps, 13.07.2018).
Photo 5 de 7
Fin juillet, ce n’était plus qu’aux altitudes les plus élevées de la façade nord des Alpes qu’il y avait encore un manteau neigeux continu, comme ici sur le flanc nord englacé du Dom (4545 m, Randa/VS; photo: U. Laber, 23.07.2018).
Photo 6 de 7
Ambiance matinale dans le voisinage du Windjoch (3847 m, Randa/VS) avec le Ulrichshorn (3924 m, photo: U. Laber, 23.07.2018).
Photo 7 de 7
Dans les gorges du Tersolbach (Pfäfers, SG) au nord de Vättis, il y a encore entre 1700 et 1800 m d’altitude quelques mètres cubes de neige déposés par des avalanches – mais cette neige survivra-t-elle à l’été? (photo: SLF/T. Stucki, 28.07.2018).
 

Météo et neige

Avec un soleil généreux, le mois de juillet était très chaud et sec à basse altitude. Les météorologistes ont même parlé d’un mois de juillet le plus sec, et de la quatrième phase de quatre mois d’avril à juillet avec le moins de précipitations et la plus chaude depuis le début des mesures en 1864.

Mais dans les Alpes également, on a ressenti la chaleur. C’est ainsi que l’isotherme zéro degré est restée pendant tout le mois au-dessus de 3000 m, et elle a même grimpé temporairement à environ 5000 m (par exemple début juillet, cf. figure 2). Ce sont surtout des orages qui ont apporté des précipitations dans certaines régions. Il a alors neigé uniquement sur les sommets les plus hauts. Les épisodes de précipitations significatifs dans l’espace alpin étaient les suivants:

  • Du 4 au 6 juillet: Il est tombé de 15 à 30 mm de précipitations dans l’est des Grisons. La limite des chutes de neige était descendue temporairement à environ 2900 m.
  • 15 juillet: L’Oberland bernois a bénéficié de 20 à 40 mm de précipitations, parfois sous forme de neige au-dessus de 3200 m.
  • 20 juillet: De 20 à 40 mm de précipitations sont tombés dans le centre et le sud des Grisons. La limite des chutes de neige se situait brièvement aux alentours de 3000 m.
 
 

La chaleur et la sécheresse ont favorisé la poursuite de la fonte rapide de la neige et sa disparition totale à haute altitude (cf. figure 3) et en haute montagne (cf. photos 4 et 5). Les images satellite permettent particulièrement bien de reconnaître les zones sans neige (cf. photo 6). On ne voyait pratiquement plus rien de l’hiver neigeux de 2017/18, à part des traces d’avalanches parfois de grande ampleur. En divers endroits, des mesures ont même été prises en vue de ralentir la fonte trop rapide du manteau neigeux (cf. photo 7).

 
 
 
 
Photo 1 de 2
Photo 6a: Vue sur les montagnes au nord de la vallée principale du Valais entre le Lötschental (à gauche) et la Massaschlucht (à droite, avec le petit barrage). En haute montagne, il y a encore des zones relativement grandes couvertes de neige. Dans les vallées, comme les vallées de Gredetsch et de Baltschieder (légèrement à droite du centre de la photo ainsi qu’au centre de la photo), on peut voir d’imposants dépôts d’avalanches (photo: Copernicus Sentinel Data 2018, 1 juillet).
Photo 2 de 2
Photo 6b: Un peu plus de deux semaines plus tard, le 18 juillet, les dépôts d’avalanches dans la vallée n’étaient plus que partiellement visibles à certains endroits. En haute montagne également, les superficies couvertes de neige étaient nettement plus petites (photo: Copernicus Sentinel Data 2018).
 
 

A certains endroits, on retrouvait toutefois encore des traces de l’importante activité avalancheuse de janvier 2018 – sous la forme d’épais dépôts d’avalanches (cf. photo 8) ou de dégâts visibles provoqués par des avalanches à la forêt et au sol (cf. photo 9).

 
Photo 1 de 2
Photo 8a: A la mi-juillet, il y avait à certains endroits parfois encore d’imposants dépôts de neige, comme ici à environ 1500 m dans la vallée de Baltschieder (VS, photo. L. Eberhard/SLF, 16.07.2018). Voir à cet égard également les images satellite (cf. photo 6).
Photo 2 de 2
Photo 8a: A la mi-juillet, il y avait à certains endroits parfois encore d’imposants dépôts de neige, comme ici à environ 1500 m dans la vallée de Baltschieder (VS, photo. L. Eberhard/SLF, 16.07.2018). Voir à cet égard également les images satellite (cf. photo 6).
 
 

Accidents d’avalanche

Aucune avalanche n’a été signalée au SLF.

 
 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire