Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 09-15 mars 2018

Menu principal

 

Une semaine avec toute la gamme des problèmes avalancheux

De la neige fraîche, surtout à l'ouest et au sud, un vent fort à tempétueux d'ouest à sud, un radoucissement, et en plus des couches fragiles en partie supérieure du manteau neigeux : l'ensemble des problèmes avalancheux typiques a joué un rôle cette semaine. Le danger d'avalanches a souvent été marqué. C'est surtout au sud et à l'ouest que des grosses avalanches spontanées de neige sèche ont été observées. Sur le versant nord des Alpes, dans le Valais et dans le nord des Grisons, de plus en plus d'avalanches de glissement se sont déclenchées, parfois de grande taille.

 
Photo 1 de 15
Heureusement, ce départ d’avalanche sur le très raide versant sud-est du Chli Furkahorn (2750 m, Realp, UR) n’a pas fait de victimes. Un randonneur a déclenché l’avalanche à la descente, a été emporté, mais n’a pas été enseveli (photo : W. Kiser, 14/03/2018).
Photo 2 de 15
Le vent de sud fort à tempétueux a sculpté ce qu’on appelle des sastrugis à proximité du col du Gd St-Bernard (env. 2200 m, Bourg-Saint-Pierre, VS). Il s’agit de formes d’érosion créées par le vent en provenance du côté gauche de l’image (photo : V. Berret, 08/03/2018).
Photo 3 de 15
Le vent a laissé des traces marquées également sous le col de Ginal (2909 m, Embd, VS). Au lieu de formes d’érosion (sastrugis), il s’est formé ici des formes de dépôt que l’on appelle des dunes. Ici, le vent soufflait depuis le côté droit de l’image (photo : D. Wicki, 14/03/2018).
Photo 4 de 15
Déclenchement à distance depuis la crête : cette avalanche de plaque sur le versant nord-est très raide à l’est du Chistenstein (ca. 2320, Conters, GR) a été déclenchée avant même le début de la descente (photo : SLF/B. Zweifel, 09/03/2018).
Photo 5 de 15
Même toute petite, c’est quand même une avalanche ! Une minuscule plaque à vent dans une accumulation de neige soufflée en descendant du Gemsstock (2962 m, Andermatt, UR ; Photo : R. Imsand, 09/03/2018).
Photo 6 de 15
Du côté italien du Col du Gd St Bernard (env. 2416 m, Bourg-Saint-Pierre, VS), une avalanche de neige poudreuse a complètement bouché l’entrée de la galerie, déjà fortement enneigée. Pour pouvoir prendre le chemin du retour peu après le départ de l’avalanche, les randonneurs ont dû utiliser leurs pelles (photo : V. Berret, 09/03/2018).
Photo 7 de 15
« Fischmaul » (gueule de poisson) ou gueule de baleine ? Vu la taille de cette fissure de glissement sur le versant est au-dessus d’Alterhaupt (env. 2160 m, Zermatt, VS), la dénomination française est plus adaptée que l’allemande (photo : B.Jelk, 09/03/2018).
Photo 8 de 15
La même fissure de plus près : pour mieux suivre le mouvement de glissement, les responsables de la sécurité de Zermatt ont décidé de marquer sa position actuelle avec des perches (photo : B. Jelk, 09/03/2018).
Photo 9 de 15
Dans la région du Säntis également, on observe encore beaucoup de neige. Ce chalet d’alpage dans la zone d’Alp Flis (1730 m, Wildhaus-Alt St. Johann, SG) est parfaitement dissimulé, alors que d’autres chalets à proximité ne se distinguent même pas des amas de neige (photo : P. Diener, 10/03/2018).
Photo 10 de 15
Avalanche de glissement humide sur le versant sud-est raide près de Conchette (1910 m, Val-d’Illiez, VS) dans le domaine skiable des Crosets (photo : S. Poelzl, 10/03/2018).
Photo 11 de 15
Un bon moyen d’agrandir facilement sa grange ! Une avalanche élastique en toiture en Basse-Engadine (GR ; photo : P. Caviezel, 11/03/2018).
Photo 12 de 15
Dimanche, dans la descente du Gemsstock (2962 m, Andermatt, UR), les rochers offrent un contraste bienvenu dans des conditions de visibilité relativement diffuses (photo : R. Imsand, 11/03/2018).
Photo 13 de 15
Sur le sommet du Piz Arpiglia (2764 m, Zuoz/ S-chanf, GR), il était possible d’admirer lundi de nombreuses avalanches spontanées de plaque sur le versant sud (photo : S. Fröhlich, 12/03/2018).
Photo 14 de 15
Formation de fissure impressionnante, accompagnée d’un bruit sourd en arrivant dans le petit versant nord très raide, à l’est du Schaplersee (2185 m, Binn, VS ; photo H. Gorsatt, 13/03/2018).
Photo 15 de 15
Dans le versant nord-ouest extrêmement raide du Piz Polaschin (2800 m, Silvaplana, GR), une avalanche de plaque impressionnante est partie vraisemblablement lundi (photo : J. Helfrich, 14/03/2018).
 

Météorologie

Vendredi 09.03 à dimanche 11.03 : de la neige fraîche au sud, du foehn au nord

Vendredi, des éclaircies importantes se sont développées au sud et en Engadine. Ailleurs, le temps était nuageux. Un fort vent d'ouest atteignant même parfois le niveau tempétueux a soufflé au nord. Samedi le vent a tourné au sud, et a soufflé modérément à fortement suivant les régions. Il a neigé un peu en toutes régions, au nord au-dessus d'environ 2000 m, au sud au-dessus d'environ 1500 m. Dimanche, de courtes éclaircies se sont développées uniquement dans les régions concernées par le foehn. Sinon, il a neigé, surtout sur le centre du versant sud des Alpes. Avant la soirée, il était tombé jusqu'à 30 à 50 cm. Sur le reste de la crête principale des Alpes, du Cervin jusqu'à la Haute Engadine, on a encore observé de 15 à 30 cm (voir figure 1). La limite pluie-neige est restée constante dans un premier temps.

Lundi 12.03 à mercredi 14.03 : de la neige fraîche à l'ouest et au nord

Lundi, le temps a été fortement nuageux, à l'exception de courtes éclaircies locales. À l'ouest il est tombé jusqu'à 15 cm de neige, sinon moins, ou temps sec. La limite pluie-neige était située vers 1500 m. Le vent a tourné à l'ouest, et il a soufflé modérément à fortement au nord, sinon il était généralement faible. Avec des vents restant à peu près constants, il est tombé mardi à l'ouest encore 20 à 30 cm de neige. Seules les régions du sud sont restées assez ensoleillées. Dans la nuit de mardi à mercredi, il est tombé ensuite au nord et à l'est 10 à 20 cm, localement 30 cm de neige (voir figure 1). La limite pluie-neige est descendue de manière continue et était située dans la nuit de mardi à mercredi vers 1000 m. Mercredi a été ensoleillé, et assez doux avec 0 °C à 2000 m. Le vent a faibli avec la fin des précipitations, et a été généralement faible en journée.

 

Jeudi 15.03 : une nouvelle situation de sud

Dans la nuit de mercredi à jeudi, un vent fort à tempétueux a commencé à souffler en altitude, ainsi qu'un foehn fort dans les vallées alpines. En matinée, il a commencé à neiger à l'ouest et au sud au-dessus d'environ 1000 m. Jusqu'à jeudi après-midi, il est tombé sur le versant sud des Alpes et tout à l'ouest de 5 à 15 cm de neige.

 

Manteau neigeux et danger d’avalanches

Pendant la période couverte par ce rapport, tous les problèmes typiques d'avalanche ont joué leur partition. À cette occasion, les problèmes de neige fraîche, de neige soufflée et de neige ancienne se sont superposés en de nombreuses régions, et ont contribué tous ensemble au danger. La participation de chaque problème avalancheux typique au danger total différait suivant la région et le moment, et elle est illustrée ci-après par quelques exemples

Problème de neige fraîche

C'est surtout dans les régions concernées par les précipitations principales du sud et de l'ouest, ou le cumul a pu atteindre 60 cm (voir figure 1) que la neige fraîche aurait seule justifié un danger d'avalanches marqué, alors que c'était à peine le cas dans les autres régions. La présence d'un vent souvent fort pendant les chutes de neige a contribué à aggraver la situation. À l'ouest et au sud, de grosses avalanches de neige sèche isolées ont été observées (voir figure 2)

 

Problème de neige soufflée

Dans les régions avec moins de neige fraîche (voir figure 1), les vents forts à tempétueux d'ouest à sud, et les couches fragiles parfois encore déclenchables dans la partie supérieure du manteau neigeux ont contribué de manière déterminante au danger. Au début et à la fin de la période de ce rapport, on a donc prévu également pour ces régions un danger marqué d'avalanches. Quelques avalanches ont également été déclenchées par des personnes dans la neige fraîche. Elles sont restées plutôt petites (voir figure 3)

 

Problème de neige ancienne

Pendant la période de ce rapport, des avalanches plus nombreuses ont à nouveau été déclenchées dans des couches mal consolidées ayant subi une métamorphose constructive à grain anguleux, ou bien sur du givre de surface enfoui dans la partie supérieure du manteau. On peut essayer d'expliquer les raisons de cette recrudescence. Ces couches fragiles proviennent des périodes froides courtes, mais marquées de février. Les couches fragiles de la dernière période froide de fin février (voir dernier rapport hebdomadaire) ont été recouvertes par les chutes de neige de cette semaine de telle sorte que dans de nombreuses régions, on observe une combinaison idéale de couche fragile et de plaque de neige. Les cumuls de neige fraîche mesurés depuis cette période froide atteignent dans de nombreuses régions 30 à 80 cm (voir figure 4). Les couches fragiles se trouvent ainsi à une profondeur " idéale ", de telle sorte que le poids de personnes peut initier des ruptures dans celles-ci. Le réchauffement des couches proches de la surface a par ailleurs favorisé la tendance à la propagation des ruptures. Avec ce réchauffement, des avalanches sèches spontanées se sont déclenchées de manière isolée également dans les versants nord.

 

Le manteau neigeux ancien présentait la structure la plus défavorable du centre du Tessin jusqu'à la Haute Engadine en passant par le Moesano. Des couches épaisses du manteau neigeux ancien, parfois même l'ensemble de ce manteau y avait subi une métamorphose constructive à grains anguleux les rendant meubles. En conséquence, la chute de neige de fin de semaine a provoqué des avalanches, parfois grosses, qui ont entraîné aussi les couches profondes du manteau neigeux (voir figure 5).

 

Neige mouillée et glissante

Avec des températures douces, du foehn et un rayonnement diffus, le manteau neigeux a été fortement réchauffé. Des avalanches de neige mouillée ont été observées surtout à basse altitude et sur les versants sud à moyenne altitude. Des avalanches de glissement se sont également de plus en plus déclenchées sur les versants sud jusqu’à environ 2500 m. À ces altitudes, il y avait encore beaucoup de neige, et ces avalanches de glissement ont atteint parfois des dimensions importantes (voir figure 6).

 

Les avalanches de glissement ne provoquent que très rarement des accidents en dehors des pistes, car elles ne peuvent pas être déclenchées par des personnes. La rencontre entre une avalanche de glissement et des personnes est donc aléatoire. Si l’on ne stationne pas plus longtemps que nécessaire à proximité de fissures de glissement, il est possible de réduire encore le risque, sans toutefois l’exclure totalement (voir figure 7).

 

Accidents d’avalanche

Les accidents d'avalanches suivants ont été signalés au service de prévision d'avalanches du SLF pendant la période de ce rapport hebdomadaire.

Vendredi 09.03 :

  • Sur le Fülhorn (Termen, VS), une personne a été totalement ensevelie par une petite avalanche sur un versant sud-est à 2500 m. Elle n'a pas été blessée.
  • Sur le Gemsstock (Andermatt, UR) une personne a été entraînée sur un versant est à 2800 m. Les détails ne sont pas connus.

Dimanche 11.03 :

  • Cinq personnes ont été entraînées sur le glacier de Tungel (Lauenen, BE) sur un versant nord à 2900 m. À cette occasion, 2 personnes ont été totalement ensevelies, et une personne partiellement.

Lundi 12.03 :

  • Une personne a été entraînée par une petite avalanche sur le Roccabella (Bivio, GR) sur un versant nord-ouest à 2600 m. Elle n'a pas été ensevelie ni blessée.

Mercredi 14.03 :

  • Une personne a été entraînée par une avalanche sous la Cabane des Vignettes (Arolla, VS) sur un versant nord-est à 2700 m. Elle n'a été ni ensevelie ni blessée.
  • Une personne a été entraînée par une avalanche sur le Galtiberg (Engelberg, OW). Les détails ne sont pas connus.
  • Une personne a été partiellement ensevelie sur le Piz Vadret (Samedan, GR) sur un versant ouest à 2860 m. Elle n'a pas été blessée.
  •  Sur le flanc nord du Giglistock (Innertkirchen, BE), une personne a été entraînée par une avalanche. Elle a été totalement ensevelie et gravement blessée.
  • Sur le Klein Furkahorn, une personne a été entraînée par une avalanche sur un versant sud-est à environ 2700 m. Elle n'a été ni ensevelie ni blessée (voir diaporama, photo 1).

Par ailleurs, des avalanches humides ont recouvert une voie de communication dans la commune de Valsot et dans celle de Bergün. Aucun dommage aux personnes n'a été enregistré.

Vous avez déclenché une avalanche ? Vous n'êtes pas d'accord avec le bulletin d'avalanches ? Vous avez fait une observation intéressante ? Le Service de prévision d'avalanches est très intéressé par vos informations en provenance du terrain. Pour ceci, vous trouverez un formulaire sur www.slf.ch ou bien sur l'appli Whiterisk.

 

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire