Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 30 décembre 2016-05 janvier 2017

Menu principal

 

Après beaucoup de soleil, retour de l’hiver

Après beaucoup de soleil et des températures douces en montagne au moment du passage à l’an neuf, l’hiver s’est manifesté avec du vent soufflant en tempête, des températures froides et de la neige fraîche, surtout dans le nord. Le danger d’avalanche a augmenté nettement dans les régions touchées par les précipitations.

 

 

 
Photo 1 de 13
Photo 1: Soleil et neige fraîche ont marqué cette période examinée par le rapport hebdomadaire. Au moment de la dissipation des nuages, la webcam sur l’Alp Stätz (Churwalden, GR) a immortalisé ce halo le mardi 3 janvier (photo: webcam de l’Alp Stätz).
Photo 2 de 13
Statt Pulverschnee luden zu Neujahr bizarre, kunstvolle Gebilde wie in Eis eingeschlossene Luftblasen und ... (Foto: M. Leibundgut, 01.01.2017)
Photo 3 de 13
... regelmässige Eiskristalle zu Begeisterungsrufen ein, wie hier am Öschinensee (Kandersteg, BE; Foto: M. Leibundgut, 01.01.2017).
Photo 4 de 13
Blick vom Brämabüel (2491 m, Davos, GR) zum Davosersee. Vor dem Jahreswechsel lag auch hier nur wenig Schnee. Nordseitig lag wohl etwas Schnee bis zur Waldgrenze, südseitig war es aber bis in Lagen um 2500 m aper (Foto: SLF/ A. Bodisch, 30.12.2016).
Photo 5 de 13
Dieses Mal reichte der Bodensee bis nach Sargans. Die klassischen Skitouren im Rheintal mussten auch in der vergangenen Woche noch mit Grasskis begangen werden. Mildes Wetter und gute Fernsicht entschädigten das Manko. Ganz im Hintergrund sind Piz Bernina (4047 m) und Piz Roseg (3937 m) zu erkennen (Mutschen, Sennwald, SG; Foto: P. Diener, 30.12.2016).
Photo 6 de 13
Auch das Messfeld 1GF (1950 m, Grindel, Grindelwald, BE) hatte eine, für die Jahreszeit stark unterdurchschnittliche Schneehöhe (Foto: D. Balmer, 31.12.2016).
Photo 7 de 13
Blick ins Val Camadra (Blenio, TI) mit einer alten Lawinenablagerung rechts im Bild (Foto: T. Schneidt, 31.12.16).
Photo 8 de 13
Die letzten Strahlen der untergehenden Sonne brachten die glasierte Schneeoberfläche am Hüreli (2444 m, Davos, GR) zum Glänzen (Foto: SLF/E. Hafner, 31.12.2016).
Photo 9 de 13
Blick von Burst (1200 m, Alt St. Johann, SG) auf die schneebedeckte Churfirstenkette (ca. 2200 m), die über dem grünen Tal thront (Foto: P. Diener, 01.01.2017).
Photo 10 de 13
Die zur Zeit typische Lawinengrösse: Ein Schneerutsch in der Nähe des Strelasees (2404 m, Davos, GR). Spontan abgegangen ist der Neuschnee vom 03.01.2017 (Foto: SLF/K. Nebel, 03.01.2017).
Photo 11 de 13
Die Südhänge waren aper, die Nordflanken weiss- ein leider schon gewohnter Anblick, wie hier mit Blick vom Pass Giümela (2118 m) nach Westen ins Val Pontirone (Biasca, TI; Foto: L. Silvanti, 03.01.2017).
Photo 12 de 13
Der lange erwartete Neuschnee fiel unter stürmischen Bedingungen. Die Sichtverhältnisse waren wie hier im Skigebiet Parsenn (Davos, GR) stark eingeschränkt (Foto: SLF/L. Dürr, 05.01.2017).
Photo 13 de 13
Der windverfrachtete Neuschnee war besonders störanfällig und bildete Risse, die häufig zusammen mit Wumm-Geräuschen auftraten (Luzein, GR; Foto: U. Tischhauser, 05.01.2017).
 

Evolution météorologique

Du vendredi 30 décembre au 2 janvier: Soleil, soleil, soleil et en montagne temps doux

Pendant la période du changement d’année, un soleil généreux prévalait en montagne et il faisait toujours doux avec une isotherme zéro degré aux alentours de 2000 m et un vent généralement faible. Ce temps agréable a été mis à profit des manières les plus diverses pour des randonnées (cf. photos 2 à 5). Ce n’était qu’au cours de la journée du 2 janvier que les nuages d’un front froid ont envahi le ciel, poussés par un vent de plus en plus fort, d’abord de secteur ouest puis de secteur nord. L’après-midi, il y a eu de faibles chutes de neige dans le nord.

 
Mardi 3 janvier: Un soupçon de neige dans le nord, puis à nouveau un temps ensoleillé

Le mardi, une fois de plus, la magie de la neige n’était déjà plus d’actualité. Comme le montre la figure 6, le mardi matin, l’apport de neige atteignait de 5 à 10 cm sur le versant nord des Alpes depuis l’Oberland bernois en direction du Liechtenstein et dans le nord des Grisons, tandis qu’ailleurs le temps était resté sec. La température avait baissé de 5 à 10 degrés et se situait à la mi-journée à 2000 m entre -5 °C dans l’ouest et le sud et -9 °C dans l’est.

 
Mercredi 4 et jeudi 5 janvier: Importantes quantités de neige fraîche dans le nord

Dans la nuit du mardi au mercredi, il a neigé faiblement, plus particulièrement dans le nord-est. Au cours de la matinée, il y avait de brèves éclaircies dans le nord précédant de nouvelles chutes de neige l’après-midi. Dans les régions de l’est, ces chutes de neige ont persisté jusqu’au jeudi après-midi. Le vent de secteur nord s’est intensifié dans la nuit du mardi au mercredi et, le mercredi et le jeudi, il était fort à tempétueux. Dans l’extrême sud, le soleil prédominait surtout le mercredi avec un foehn de secteur nord. La température avait à nouveau baissé et atteignait -12 °C le jeudi à la mi-journée à 2000 m.

Au moment de la clôture de la rédaction, le jeudi après-midi, les apports de neige atteignaient les valeurs reprises dans la figure 7.

 

Manteau neigeux et danger d’avalanche

Jusqu’au mardi 3 janvier, le danger d’avalanche était faible (degré 1). La constitution du manteau de neige ancienne souvent mince était très variable sur de petits espaces et fréquemment fortement marquée par l’action du vent (cf. photo 8): Il renfermait souvent plusieurs croûtes. Parfois tout le manteau neigeux avait subi une métamorphose constructive et était meuble, et parfois il y avait d’anciennes couches dures de neige soufflée recouvrant des couches molles. Sur les pentes à l’ombre et abritées du vent, les couches superficielles de neige avaient généralement subi une métamorphose constructive et étaient meubles, tandis que sur les pentes très raides ensoleillées, ces couches étaient souvent croûtées jusqu’à haute altitude, comme c’est le cas au printemps (cf. photo 4). Mais ici aussi, le manteau neigeux renfermait parfois des couches intermédiaires meubles.

 

Des bruits sourds étaient constamment perceptibles et des fissures pouvaient sans cesse être observées, mais celles-ci ne concernaient que des couches minces et ne se propageaient pas sur des distances relativement longues. Seules de petites quantités de neige se décrochaient éventuellement. Le plus grand danger était d’être emporté par une coulée en terrain raide extrême et d’être entraîné dans une chute.

A 2500 m, il y avait sur terrain plat généralement de 20 à 50 cm de neige, et jusqu’à 50 à 80 cm ou un peu plus dans le nord du Valais ainsi que sur la partie de la crête principale des Alpes située dans le Haut-Valais, dans le nord du Tessin ainsi que dans le val Calanca et dans le Misox. Sur les pentes à l’ombre, la limite de la neige se situait souvent dans le voisinage ou en dessus de la limite de la forêt. Selon leur exposition et leur déclivité, les pentes ensoleillées étaient généralement ou totalement sans neige jusqu’à haute altitude (de 2200 à 2800 m) (cf. photos 2, 3, 5).

Aux endroits où la neige était présente sur des surfaces continues relativement grandes et surtout sur les pentes exposées au nord et plutôt abritées du vent, le manteau neigeux existant constituait souvent une base défavorable pour de la neige fraîche. Le danger d’avalanche augmentait dès lors nettement avec la neige fraîche et le vent fort le jeudi 5 janvier, surtout à haute altitude. Dans la plupart des régions, il était évalué au degré marqué (degré 3).

Dans la perspective d’une succession de chutes de neige et d’une augmentation de la dynamique de la situation avalancheuse, le Service des avalanches a commencé le mercredi 4 janvier la diffusion des bulletins d’avalanches matinaux. Deux évaluations par jour sont ainsi disponibles. Pour le début de l’hiver 2015/16 également peu enneigé, la diffusion des bulletins matinaux n’avait commencé qu’un jour plus tôt. Normalement, elle débute aux alentours de la mi-décembre.

 

Hauteurs de neige

En dépit des chutes de neige longtemps attendues, les hauteurs de neige sont toujours nettement inférieures aux valeurs moyennes, sauf aux stations situées en dessous de 1000 m. Cela signifie que le manteau neigeux est le plus souvent jusqu’à deux fois moins épais que la normale en cette saison. Le mercredi 4 janvier, 25 des 72 stations effectuant des relevés depuis de nombreuses années, soit 35% d’entre elles, affichaient toujours un minimum record de hauteur de neige. Parmi ces stations, il y a également la station du Weissfluhjoch (GR, 2540 m), qui compte plus de 80 années de relevés et qui au cours des dernières semaines a approché de très près à diverses reprises les minima antérieurs de 1952/53 et 1948/49 (cf. figure 9). Le jeudi 5 janvier, les quatre stations suivantes, qui disposent de relevés depuis de nombreuses années, enregistraient encore des minima record de hauteur de neige: Zermatt VS 1600m (1 cm), Sass Fee VS 1790 m (0 cm), St-Moritz GR 1850 m (6 cm) et Lauchernalp VS, 1975 m (25 cm).

 

Accidents d’avalanche

Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, aucun accident d’avalanche n’a été signalé au Service des avalanches.

 

Communique-nous ce que tu as observé !

As-tu perçu des signaux d’alarme tels que des bruits sourds ou as-tu vu des avalanches? Le vent a-t-il transporté beaucoup de neige? Ou n’as-tu rien observé qui puisse indiquer un danger accru? Ton impression correspond-elle à la description reprise dans le bulletin d’avalanches? Ou est-elle différente? Fais-nous part de tes observations. Utilise à cet effet notre site Internet ou l’appli WhiteRisk. Merci d’avance!

Vers le haut

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire