Navigation mit Access Keys

Rapport hebdomadaire 27 janvier-02 février 2017

Menu principal

 

Entre deux situations de foehn de secteur sud, beaucoup de neige fraîche avec une limite élevée de chutes de neige dans le nord; persistance du problème lié à la neige ancienne dans les régions intra-alpines

Cette période examinée par le rapport hebdomadaire a commencé avec un vent fort de secteur sud et des températures douces dans les vallées touchées par le foehn. Des accumulations de neige soufflée (cf. photo 4), minces mais pouvant brièvement se décrocher facilement se sont formées. Le lundi après-midi 30 janvier, des précipitations ont débuté dans l’ouest et le nord. Jusqu’au mercredi matin 1er février, de grandes quantités de neige (cf. figure 3) sont tombées au-dessus de 2200 m environ, tout particulièrement dans les régions de l’est. Après ces chutes de neige, plusieurs déclenchements d’avalanches dans les couches fragiles proches du sol ont été signalées dans les régions intra-alpines des Grisons (cf. photo 1). A la fin, la direction des courants sur les Alpes a à nouveau changé et, le jeudi 2 février, un vent fort de secteur sud-ouest transportait intensivement la neige fraîche en altitude.

 

 

 
Photo 1 de 11
Photo 1: Cette avalanche de plaque de neige de taille moyenne sur une pente exposée à l’ouest à 2480 m au nord de la Parsennfurgga (Davos, GR) s’est déclenchée spontanément le mercredi 1er février. Elle s’était décrochée dans la neige ancienne fragile (photo: SLF/E. Hafner).
Photo 2 de 11
Beaucoup de la pluie dans le Jura (VD; photo : J.-P. Wagnières, 01.02.2017).
Photo 3 de 11
Le foehn avait produit de la neige soufflée qui était au début facile de déclencher. Les fissures sur la photo étaient des signaux d'alarmes (Ried-Brig, VS; photo: S. Lugon-Moulin, 27.01.2017).
Photo 4 de 11
Besonders in nebelnahen Gebieten war letzte Woche häufig grosser Oberflächenreif anzutreffen (1150 m, Schwende, AI; Foto: G. Gschwend, 29.01.2017).
Photo 5 de 11
Abgeblasene Rücken waren Zeugen des Windeinflusses beim Blick auf Piz Blaisun (3200 m, Bildmitte), rechts im Bild die Nordostflanke des Piz Kesch (3417 m, Bergün/Bravuogn, GR; Foto: SLF/F. Techel, 29.01.2017).
Photo 6 de 11
Du grésil sur le carnet d'observation à 1720 m (Salvan, VS; photo: J.-L. Lugon, 31.01.2017).
Photo 7 de 11
Dieses Schneeprofil in der Nähe des Wannengrats (2516 m, Davos, GR) zeigte den Neuschnee auf einem schwachen Altschneefundament (Foto: SLF/S. Harvey, 31.01.2017).
Photo 8 de 11
In den bodennahen Schichten fand man in dieser Berichtswoche noch immer kantig aufgebaute Kristalle, wie hier in der Nähe des Hanengretjis (2527 m, Davos, GR; Foto: SLF/E. Hafner, 31.01.2017).
Photo 9 de 11
Regen und hohe Temperaturen führten vermehrt zu Nassschneelawinen, wie hier im Klöntal (Glarus, GL; Foto: S. Gygli, 01.02.2017).
Photo 10 de 11
Die gesamte Nordostflanke des Geissweidengrats (2532 m, Davos, GR) entlud sich während des Neuschneefalls spontan (Foto: SLF/B. Zweifel, 01.02.2017).
Photo 11 de 11
Nach dem Neuschneefall waren etliche Lockerschneelawinen aus steilem Felsgelände sichtbar. Hier ein Blick vom Skigebiet Parsenn auf den Saaser Calanda (2584 m, Klosters-Serneus, GR; Foto: SLF/E. Hafner, 01.02.2017).
 

Météo et situation avalancheuse

Du vendredi 27 au dimanche 29 janvier: D’abord, foehn de secteur sud, puis temps ensoleillé invitant aux sports d’hiver

Le vendredi et dans la nuit du vendredi au samedi, un vent de secteur sud parfois fort soufflait dans le nord (cf. photo 2). Sous l’influence du foehn, les températures sont montées à des valeurs douces de 8 à 13 degrés dans les vallées alpines (cf. blog de MétéoSuisse, 28.01.2017). Le vent a ensuite diminué. Le dimanche, le temps était ensoleillé avec un vent faible partout en montagne à part la présence de nuages d’altitude.

 
Du lundi 30 janvier au mercredi 1er février: Neige fraîche dans l’ouest et le nord avec temporairement une limite élevée des chutes de neige

Le lundi, en raison d’un front chaud actif, des nuages ont rapidement envahi le ciel à partir de l’ouest. Par la suite, il y a eu des précipitations sous forme d’averses qui ont persisté jusqu’au mercredi matin. La limite des chutes de neige était très variable. Dans de nombreuses régions, elle est montée – tout au moins temporairement – à environ 1800 m, et dans l’ouest à 2200 m. Entre ces deux altitudes, il a parfois aussi neigé jusqu’en dessous de 1000 m. Le vent était le plus souvent modéré de secteur ouest.
L’apport de neige était le plus abondant sur le centre du versant nord des Alpes sans Urseren, sur l’est du versant nord des Alpes, dans le nord des Grisons ainsi que dans le nord de la Basse-Engadine avec de 40 à 60 cm de neige (cf. figure 3).

 

Le mercredi, le temps était de plus en plus ensoleillé à partir de l’ouest.

Jeudi 2 février: Foehn de secteur sud

Dans la nuit du mercredi au jeudi, le vent s’est orienté au secteur sud et était de plus en plus fort. Après une nuit claire, le temps était partiellement ensoleillé avec du foehn dans le nord. En revanche, dans le sud, il y a eu de faibles chutes de neige l’après-midi au-dessus de 1300 m environ.

 

Situation avalancheuse

Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, toutes les conditions d’avalanche étaient présentes.

Neige soufflée

Sous l’influence du vent de secteur sud, des accumulations de neige soufflée généralement minces se sont formées le vendredi 27 janvier dans le nord. Elles reposaient parfois sur une surface neigeuse meuble ou sur du givre de surface et pouvaient donc se décrocher facilement (cf. photo 4). Etant donné que les hauteurs de neige étaient inférieures aux valeurs moyennes, les configurations du terrain et donc aussi les accumulations de neige soufflée étaient clairement reconnaissables. Par la suite, les accumulations de neige soufflée se sont rapidement stabilisées à la faveur des températures relativement douces.

 

Le jeudi 2 février, un vent fort de secteur sud-ouest a commencé à souffler. Il a déplacé la neige fraîche, surtout à haute altitude, donnant lieu à la formation de nouvelles accumulations de neige soufflée.

Neige fraîche

Du lundi après-midi 30 janvier au mercredi matin 1er février, il est tombé d’abondantes quantités de neige à haute altitude, tout particulièrement dans les régions de l’est (cf. figure 3). Même un seul adepte des sports d’hiver pouvait provoquer leur décrochement. Des départs spontanés d’avalanches et des déclenchements à distance ont également été signalés.

Neige ancienne

Le problème lié au manteau fragile de neige ancienne sur les pentes à l’ombre entre 2200 et 2800 m persistait également au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire. Cela concernait plus particulièrement les régions intra-alpines du Valais et des Grisons. En raison des températures froides des dernières semaines, les couches superficielles de neige avaient toutefois subi de plus en plus une métamorphose constructive. Celle-ci limitait la propagation de la rupture de la „plaque de neige“ aux couches fragiles. Toutes les avalanches signalées pendant la première moitié de la semaine examinée étaient dès lors plutôt minces, même si elles atteignaient, selon la configuration du terrain, une ampleur dangereuse pour les adeptes des sports de neige (cf. photo 5).

 

En raison de la surcharge de la neige fraîche souvent humide formant une bonne „plaque de neige“, plusieurs déclenchements d’avalanches dans des couches proches du sol ont été signalés, surtout le mercredi 1er février dans les régions intra-alpines des Grisons (cf. photo 1, photo 6, galerie de photos). Le mercredi matin, un degré de danger 4 (fort) était annoncé dans certaines parties du nord des Grisons ainsi qu’en Basse-Engadine au nord de l’Inn (cf. Évolution du danger). Le danger concernait les zones alpines des sports de neige.

 

Pour ce qui concerne le problème lié à la neige ancienne, la situation était plus favorable, d’une part, dans les Préalpes, où il n’y avait pratiquement pas de neige ancienne et, d’autre part, dans la vallée de la Saas et dans le sud de la région du Simplon, dans le centre du Tessin ainsi que dans les vallées du sud des Grisons, où il n’y avait que peu de neige sur le manteau fragile de neige ancienne.
Dans les régions au nord de l’axe Rhône-Rhin où la neige était plus abondante, les couches fragiles proches du sol étaient déjà bien recouvertes en raison des chutes de neige de début janvier et de la mi-janvier.

Neige mouillée

La limite des chutes de neige temporairement élevée le mardi 31 janvier et le mercredi 1er février a donné lieu à un début d’humidification superficielle et, dans les régions avec des précipitations abondantes, même à une humidification complète du manteau neigeux à basse et moyenne altitude. De nombreuses coulées de neige humide et petites avalanches de neige mouillée ont été signalées (cf. photo 7). Sur les pentes à l’ombre, elles entraînaient généralement tout le manteau neigeux.

 

Situation neigeuse exceptionnelle fin janvier

En janvier 2017, il n’y avait pas seulement la durée d’ensoleillement qui était caractérisée par de grandes différences entre la « situation d’en haut » et la « situation d’en bas » (cf. blog de MétéoSuisse Blog „Janvier glacial“, 30.01.2017). Il en était de même pour les hauteurs de neige moyennes de janvier. Grâce au brouillard et aux températures froides qui y étaient associées, la neige tombée début janvier était toujours présente à la fin du mois sur pratiquement tout le Plateau central. En comparaison avec les moyennes pluriannuelles, cela s’est traduit par des hauteurs de neige nettement supérieures aux valeurs moyennes dans les régions avec du brouillard, tandis qu’aux altitudes relativement élevées, les hauteurs de neige étaient nettement inférieures aux valeurs moyennes en raison des faibles chutes de neige depuis novembre ainsi qu’en janvier (cf. figure 8).

 

Le déficit de neige en janvier était le plus marqué sur la façade sud des Alpes, y compris en Engadine et dans Haut-Valais. Une telle opposition entre « le haut » et « le bas » n’a encore jamais eu lieu en Suisse depuis le début des mesures. La situation similaire la plus proche remonte à janvier 1995. A cette époque, les hauteurs de neige dans les Alpes n’étaient toutefois que légèrement inférieures aux données moyennes.

 

Accidents d’avalanche

Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire et jusqu’à la clôture de la rédaction, les avalanches suivantes touchant des personnes ou provoquant des dégâts matériels ont été signalées au Service des avalanches:

Samedi 28 janvier:

  • Deux personnes ont déclenché une avalanche de plaque de neige sur une pente exposée au nord en dessous du First (Flums, SG) à environ 1950 m et elles ont été emportées. Elles ont pu se dégager elles-mêmes et étaient indemnes.
  • Une coulée de neige mouillée sur une pente exposée au nord à environ 1000 m à l’est du Rambachtobel a enseveli la route de Wisswand (vallée de la Muota, SZ).
  • Au nord du Mattjischhorn (Fideris, GR) sur une pente exposée au nord à 2130 m, une personne a déclenché une avalanche de plaque de neige; elle a été emportée mais s’en est tirée indemne.

Dimanche 29 janvier:

  • Sur le „Safari-Rundtour“ entre le Parpaner Rothorn (2861 m, GR) et Arosa, une avalanche a été signalée. Comme on n’était pas certain que personne n’avait été enseveli, la REGA a mené une opération de recherche à titre de vérification. Un bref appel téléphonique à la REGA (1414) de la part des participants aurait pu épargner les frais inutiles engendrés.

Mercredi 1er février:

  • Sur une pente orientée à l’est à environ 2400 m au sud de l’Arosa Weisshorn (GR), une personne a déclenché une avalanche et a été partiellement ensevelie. Elle n’a pas été blessée (cf. photo 6).

Jeudi 2 février:

Un groupe de randonneurs à ski a déclenché une avalanche relativement grande sur une pente du Rossbodenstock (Andermatt, UR) exposée au nord. Une personne a été entièrement ensevelie, mais elle a heureusement pu être dégagée rapidement par ses compagnons.

 

 

Vers le haut

Evolution du danger

Bulletins d'avalanche de cette période.

 

ouvrir le prochain rapport hebdomadaire