Navigation mit Access Keys

Rien n’était vraiment prévu comme ça !

Menu principal

  

Les mesures visant à contenir la pandémie de Corona ont également un impact sur l’expédition MOSAiC. Elles rendent plus difficile la relève des participants lors des différentes étapes du voyage. Les forts mouvements de glace, qui maintiennent les chercheurs en alerte, constituent aussi un grand défi.

 

L’inattendu fait partie de toute expédition, et les chercheurs embarqués sur le « Polarstern » en Arctique en font aujourd'hui l’expérience. La relève des participants à la deuxième étape du voyage devait en réalité arriver à la mi-février. Mais l’épaisseur de la banquise a freiné l’avancée du brise-glace « Capitaine Dranitsyn » avec la nouvelle équipe, ce qui a retardé de plus de deux semaines le remplacement.

Sur le site, ce sont les mouvements de la glace qui constituent actuellement le défi le plus important pour les chercheurs. Les tempêtes successives ont créé sans arrêt de nouvelles crevasses dans la glace, et la grande banquise de presque un kilomètre carré s’est désormais brisée en plusieurs parties. Les chercheurs sont souvent occupés à sauver des équipements, à reconnecter des câbles d’alimentation et de données et à trouver d'autres endroits accessibles pour leurs mesures et leurs relevés d’échantillons. Mais ces conditions changeantes n’ont pas que des inconvénients : elles peuvent être mises à profit pour de nouvelles recherches passionnantes, notamment sur la formation de nouvelle glace dans les fissures et les canaux et sur l’accumulation de neige qui en résulte.

 
Photo 1 de 9
Dunes de neige : depuis la mi-janvier, des élévations et des sillons aussi caractéristiques se forment sans cesse dans la neige.
Photo 2 de 9
Des vents violents ont mis la glace en mouvement : Début mars, une fissure de 10 mètres de large s'est formée sous le "Polarstern" et a rendu inaccessibles certaines zones de la banquise. Avec l'aide d'un hélicoptère, d'importants instruments de mesure ont pu être récupérés de l'autre côté de la fissure.
Photo 3 de 9
Entre-temps, le brise-glace "Captain Dranitsyn" a ramené l'équipage précédent du "Polarstern" à Tromsø, toujours sous des températures glaciales. Au moins, les participants ont revu le soleil après des mois d'obscurité.
Photo 4 de 9
En route, le "Capitaine Dranitsyn" a dû être ravitaillé en carburant par un autre brise-glace, ce qui a pris plusieurs jours. Après trois semaines et demie de navigation, il s'est finalement amarré à nouveau à Tromsø le 1er avril.
Photo 5 de 9
Amy Macfarlane (en bas à l'avant) est une doctorante de la SLF et l'une des participantes de la troisième étape de MOSAiC, qui est sur "Polarstern" depuis début mars.
Photo 6 de 9
Amy prélève un échantillon de neige dans une fissure gelée. Comme certaines parties de la banquise se sont détachées et ont dérivé, il faut sans cesse trouver de nouveaux endroits pour les mesures.
Photo 7 de 9
La glace est en mouvement constant, un vaste système de canaux et de crevasses s'est formé.
Photo 8 de 9
Une expédition de mosaïque au sens propre du terme : la banquise se brise en morceaux de plus en plus petits. Cela occupe les chercheurs : À quoi ressemblera l'environnement le lendemain ? Quelles installations doivent être sécurisées ? Où pouvons-nous même travailler sur la glace ?
Photo 9 de 9
8100 œufs, 1360 kg de pommes de terre et 86 verres de Nutella ont été consommés par les membres de l'expédition lors de la deuxième étape du voyage en deux mois et demi. L'équipe de cuisine du "Polarstern" fournit trois repas par jour ainsi que du café et des gâteaux. Une bonne alimentation remonte le moral et est également nécessaire, car travailler dehors par temps froid et orageux brûle beaucoup de calories.
 

Entre-temps, les participants de l’étape 2 sont enfin de retour sur la terre ferme. Il leur a fallu trois semaines et demie pour revenir depuis la plaque de banquise MOSAiC. En chemin, leur navire a été ravitaillé par un autre brise-glace, pour pallier le manque de carburant. Le 1er avril, ils ont finalement accosté à Tromsø, en Norvège. De là, ils ont rejoint Brême par un vol charter et regagnent maintenant leur pays d’origine, en fonction de la réglementation des pays respectifs concernant le Corona. Les chercheurs du SLF Martin Schneebeli et Matthias Jaggi, qui étaient en Arctique depuis décembre dernier, sont arrivés sains et saufs chez eux en Suisse.

La pandémie de Corona avait déjà rendu nécessaires des changements dans le déroulement de l’expédition MOSAiC. Les premières campagnes de vols en mars pour prendre des mesures de l’atmosphère et de la glace de mer, qui devaient être effectuées depuis le Spitzberg norvégien, n’ont pas pu avoir lieu. De plus, la prochaine relève sera probablement retardée de quelques semaines. À l’origine, elle était prévue par avion depuis le Spitzberg. Cependant, en raison de la pandémie de Corona, la Norvège n’autorise plus les entrées dans le pays, c’est pourquoi il est également hors de question de quitter Tromsø par bateau. D’autres plans pour la relève sont en cours d’étude, mais avant de les mettre en œuvre, il faut appliquer les règlements de quarantaine et les nouveaux participants doivent être testés deux fois pour le Covid-19. À bord du « Polarstern », personne n’est actuellement infecté par le virus.

 

POUR EN SAVOIR PLUS