Navigation mit Access Keys

Wochenbericht 29. März - 04. April 2019

Main menu

 

Conditions printanières parfaites, puis fortes chutes de neige et fort danger d’avalanche

Au cours des cinq premiers jours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, les conditions de randonnées étaient très bonnes, car la météo de montagne et la situation avalancheuse étaient largement stables. A la fin, de fortes chutes de neige en provenance du sud et un vent fort ont donné lieu à une augmentation sensible du danger d’avalanche et, dans certaines régions, à un fort danger d’avalanche et à une importante activité avalancheuse.

 
Image 1 of 22
A part quelques avalanches de neige mouillée et avalanches de glissement, les conditions de randonnées étaient généralement bonnes au cours de cette semaine examinée par le rapport hebdomadaire. Par exemple lors de la descente depuis la Schlossberglücke entre le Schlossberg (3133 m) et le Gross Spannort (3198 m) en direction de la vallée d’Erstfeld (UR) le vendredi 29 mars (photo: H.M. Henny).
Image 2 of 22
Des avalanches de glissement se produisent lorsque de l’eau au niveau de la couche limite entre le manteau neigeux et le sol entraîne une perte de friction provoquant le glissement des masses de neige. Cette eau est souvent prélevée du sol par capillarité. Dans le cas présent, aux Dents du Midi (3258 m, VS), l’eau doit avoir pénétré dans le manteau neigeux par le haut (photo: J.-P. Wagnières, 27.03.2019).
Image 3 of 22
Les températures de plus en plus printanières ont attiré les randonneurs toujours plus loin en haute montagne. Ce décor impressionnant de roches et de glace s’offrait à eux le vendredi 29 mars au passage sur le glacier inférieur de Grindelwald (BE) dans l’Oberland bernois (photo: L. Hofer).
Image 4 of 22
Aux expositions sud, le manteau neigeux était humidifié jusqu’à haute altitude dès le week-end, comme le montre cette avalanche de neige mouillée sur le versant sud-ouest du Chastelhorn qui culmine à 2973 m au-dessus de la vallée d’Urseren (UR). Elle a été photographiée le vendredi 29 mars, mais elle datait déjà de plusieurs jours (photo: R. Imsand).
Image 5 of 22
Dans l’est des Alpes suisses également, il y avait parfois encore de la neige poudreuse: dépôt de skis à l’extrémité supérieure du Chammgletscher dans la région de la Silvretta (GR) à un peu plus de 3000 m d’altitude (photo: T. Wälti, 29.03.2019).
Image 6 of 22
Glissement de talus inhabituel: Sur le Läriboden (1700 m) près de Braunwald (GL), ce glissement a été provoqué par un skieur le samedi 30 mars sur une pente exposée au sud. La croûte de regel s’était décrochée (photo: J. Apolloni).
Image 7 of 22
La neige tourbillonnant légèrement laisse supposer que, sur la façade nord-ouest du Taleggligrat (2505 m) au-dessus du Gadmertal (BE), il y avait encore de la neige meuble. Les petits panaches de neige à la crête sont un signe de la présence de petites accumulations de neige à certains endroits (photo: L. Hofer, 30.03.2019).
Image 8 of 22
Pause lunch exposée sur le Bortelhorn (3194 m) au-dessus du Gantertal (VS). A l’arrière-plan (à droite) le sommet rocheux du Wasenhorn (3245 m), le dos blanc (à gauche) du glacier de Chaltwasser en direction du Monte Leone (3553 m) et tout au fond la paroi nord-est du Fletschhorn qui culmine à 3927 m (photo: P. Schwitter, 30.03.2019).
Image 9 of 22
Avalanche de neige mouillée ayant provoqué des dégâts forestiers le samedi 30 mars au-dessus du village d’Alvaneu dans la vallée de l’Albula (GR). Les boules de neige typiques d’une avalanche de neige mouillée sont très denses et dotées d’une forte puissance lorsqu’elles dévalent une pente (photo: R. Meister, 30.03.2019).
Image 10 of 22
A l’ombre, la fraîcheur était agréable au début de la longue montée vers le Surettahorn (3027 m) au col du Splügen (GR; photo: S. Bernhard, 30.03.2019).
Image 11 of 22
Décor inhabituel lors de la descente côté est du Sentischhorn (2826 m) vers la vallée de la Flüela (GR): Sur le versant opposé, on reconnaît encore clairement les dépôts de l’éboulement rocheux du 18 mars et de l’avalanche qu’il avait déclenché au Flüela Wisshorn (3085 m) (photo: SLF/D. Liechti, 31.03.2019).
Image 12 of 22
Une magnifique météo hivernale, de très bonnes conditions avalancheuses et des traces de skis où l’on n’en voit pas chaque hiver. Vue sur le Schlappintal (GR) avec les Fergenhörner qui culminent à 2859 m (photo: F. Juen, 31.03.2019).
Image 13 of 22
Beaucoup de glace en haute montagne: De multiples sommets classiques des randonnées en montagne, sur la photo de droite à gauche, le Grünegghorn (3860 m), le petit (3913 m) et le grand (4044 m) Grünhorn, photographiés depuis la Konkordiaplatz, présentaient déjà de la glace vive après plusieurs semaines avec peu de précipitations. De faibles chutes de neige feraient la joie non seulement des randonneurs, mais aussi des glaciers (photo: R. Imsand, 31.03.2019).
Image 14 of 22
Un paysage de rêve comme récompense pour l’ascension de près de 1900 m depuis le Lai da Marmorera jusqu’au Piz Platta (3392 m) le dimanche 31 mars (photo: SLF/T. Stucki).
Image 15 of 22
Avec les températures douces, l’activité d’avalanches de neige mouillée et d’avalanches de glissement a également augmenté un peu au cours de la semaine analysée. Ce cône d’une avalanche de glissement a été observé le lundi 1er avril sur le versant sud-est du Fisetengrat (UR) à une altitude d’un peu plus de 2000 m (photo: A. Schmidt).
Image 16 of 22
Vue plongeante impressionnante depuis le Finsteraarhorn (4274 m )(BE/VS) sur le glacier du Finsteraar et le Scheuchzerhorn (3456 m) jusque dans le massif du Gothard (photo: R. Imsand, 01.04.2019).
Image 17 of 22
Vue depuis le Chüealphorn (3077 m ) (GR) sur le Piz Vadret (3229 m) qui peut être gravi depuis Engadin (photo: R. Meister, 01.04.2019).
Image 18 of 22
Au Balmhorn (3698 m) entre Lötschepass et Kandertal (BE), il y avait également des dos de glace vive balayés par le vent le lundi 1er avril, ce qui rendrait la montée plus difficile (photo: T. Good).
Image 19 of 22
Cette avalanche de glissement de taille moyenne a été photographiée le lundi 1er avril sur la façade nord-ouest du Daubenhorn (2941 m) au-dessus du col de la Gemmi (VS) (photo: T. Good).
Image 20 of 22
Montée raide vers l’arête du Piz Vial (3168 m, GR). Le flanc exposé au sud semble couvert d’une bonne neige pour la marche (photo: T. Wälti, 01.04.2019).
Image 21 of 22
Grâce au changement d’heure, le soleil se couche plus tard. Les personnes motivées peuvent en profiter pour entreprendre des randonnées tardives, comme ici au Pischagrat à Davos (GR) le mardi 2 avril, lorsque l’arrivée de nuages créait une atmosphère plus inquiétante (photo: SLF/V. Feicht).
Image 22 of 22
Retour de l’hiver à la fin de la période couverte par le rapport hebdomadaire: Sur le champ de mesure de Sedrun (1420 m, GR), quelque 60 cm de neige sont tombés le jeudi matin 4 avril (photo: N. Levy).
 

Situation météorologique et avalancheuse

 

Du vendredi 29 mars au mardi 2 avril: Beaucoup de soleil et situation avalancheuse favorable

Avec des températures en hausse après des nuits claires, le temps du vendredi au lundi était à chaque fois très ensoleillé en montagne et la douceur était printanière avec un vent faible à modéré de secteur sud (l’isotherme zéro degré se situait entre 2500 et 2800 m). Après une nuit claire, la journée du mardi était encore assez ensoleillée dans le Jura et dans les Préalpes, tandis que dans le reste des Alpes suisses, le ciel était temporairement couvert de nuages denses et le temps n’était plus que partiellement ensoleillé. Au cours de l’après-midi, il y a eu de faibles chutes de neige au-dessus de 1800 m environ dans le sud.

Sur les pentes raides abritées du vent, il y avait parfois encore de la neige poudreuse (cf. photo 1). Dans le voisinage des crêtes et en haute montagne, le vent de secteur sud donnait lieu localement à la formation de petites accumulations de neige soufflée. Ailleurs, le manteau neigeux était stable et de bonne constitution sur une grande partie du territoire. Le danger d’avalanche de neige sèche était faible partout (degré 1).

 

Le danger d’avalanche de neige mouillée et d’avalanche de glissement augmentait à chaque fois en cours de journée, souvent jusqu’au degré 2. Sur les pentes très raides, la surface neigeuse se ramollissait à chaque fois d’abord au cours de la matinée sur les pentes orientées à l’est à au sud, puis en cours de journée également sur les pentes exposées à l’ouest. Il y a eu quelques avalanches de neige mouillée et avalanches de glissement de taille généralement petite à moyenne. Très localement, on a observé de grandes avalanches de glissement (cf. photo 2).

 

Mercredi 3 et jeudi 4 avril: Nette augmentation du danger d’avalanche en raison des chutes de neige abondantes

Le mercredi était généralement nuageux dans le sud, dans le Jura, en Haut-Valais et en Engadine. Plus au nord, le temps était temporairement ensoleillé avec un foehn modéré de secteur sud. Il y a eu des précipitations surtout sur la crête principale des Alpes du Haut-Valais ainsi que dans le nord et le centre du Tessin. La limite des chutes de neige se situait d’abord entre 1600 et 2000 m. Le mercredi soir, les précipitations orographiques se sont intensifiées dans le sud et, dans la nuit du mercredi au jeudi, elles se sont également étendues aux régions septentrionales. La limite des chutes de neige est descendue jusqu’à basse altitude dans le nord et jusqu’à 1200 à 1500 m dans le sud et l’est. Globalement, il est tombé de 70 à 100 cm de neige et dans certaines régions jusqu’à 150 cm au-dessus de 2000 m environ entre mardi après-midi et jeudi après-midi dans le sud, dans la région du Gothard et en Suisse centrale (cf. figure 3).

 

Tout particulièrement dans la nuit du mercredi au jeudi, les chutes de neige étaient très intenses et abondantes. De nombreux records de neige fraîche en 24 heures n’ont toutefois pas été atteints. Sur le champ de mesure sur la Göscheneralp (UR, 1550 m), on enregistrait le jeudi matin 90 cm de neige fraîche. Il s’agissait pour cette station, depuis le début des mesures en 1988, de la quatrième quantité de neige tombée en 24 heures la plus élevée (la hauteur de neige fraîche en 24 h était de 110 cm le 01.04.1992 et le 16.04.1999 et de 100 cm le 30.10.2008).

Un vent fort à tempétueux de secteur sud transportait intensément la neige fraîche dans les régions touchées par les précipitations les plus abondantes. Sauf sur les pentes exposées au nord, la neige fraîche et la neige soufflée se déposaient sur un manteau de neige ancienne et une surface neigeuse généralement bonne. Sur les pentes exposées au nord, la surface neigeuse avait à certains endroits subi une métamorphose constructive à grains anguleux et était meuble. De plus, le manteau neigeux renfermait localement plus en profondeur des couches molles de neige métamorphosée à grains anguleux.

A partir du mercredi, le danger d’avalanche augmentait pour atteindre dans la nuit du mercredi au jeudi le degré 4 (fort) sur la crête principale des Alpes depuis le Haut-Valais jusque dans la région de la Bernina ainsi qu’au sud de ces régions et dans les régions avoisinantes au nord. Des avalanches spontanées qui s’étaient déjà décrochées dans la nuit du mercredi au jeudi ont été signalées dans les régions d’Aletsch et du Gothard. Le jeudi matin, d’autres avalanches, parfois de très grande ampleur, ont été signalées dans la vallée de la Reuss et dans l’est des Alpes bernoises. Les signalements d’avalanches étaient toutefois encore incomplets au moment de la clôture de la rédaction de ce rapport.

 

Situation neigeuse

 

Avant les précipitations du mercredi 3 et du jeudi 4 avril, les limites de la neige sur les pentes exposées au nord se situaient entre 1000 et 1400 m dans le nord des Alpes suisses ainsi que dans le Jura et entre 1600 et 1800 m dans le sud des Alpes suisses. Sur les pentes orientées au sud, les limites de la neige étaient situées environ 500 m plus haut (cf. figure 4). L’humidification du manteau de neige ancienne était avancée jusqu’à environ 3000 m sur les pentes raides exposées au sud et jusqu’aux alentours de 2300 m sur les pentes exposées à l’est et à l’ouest. Sur les pentes orientées au nord, le manteau de neige ancienne était généralement encore sec. La figure 5 reprend les hauteurs de neige à 2000 m le jeudi matin 4 avril. Elles étaient nettement supérieures aux données moyennes, tout particulièrement dans les régions centrales et orientales des Alpes suisses.

 

Accidents d’avalanches

Au cours de cette période couverte par le rapport hebdomadaire, un accident d’avalanche impliquant des personnes s’est produit dans la région du col de Surenen/Eggenmandli (Erstfeld, UR). Une personne a été légèrement blessée. Le SLF ignore l’endroit précis où l’avalanche s’est déclenchée.