Navigation mit Access Keys

Wochenbericht 26. April - 02. Mai 2019

Main menu

 

D’importantes chutes de neige dans le sud, puis des quantités considérables de neige également dans le nord. Conditions hivernales à haute altitude et en haute montagne.

Un nouvel épisode de fortes chutes de neige dans le sud et également des quantités considérables de neige dans le nord ont d’abord donné lieu à une situation avalancheuse critique. À haute altitude et en haute montagne, les conditions étaient hivernales. Le dimanche 28 avril, l’isotherme zéro degré se situait aux alentours de 1000 m (cf. figure 4). Le danger d’avalanche de neige mouillée était passé au second plan à la suite du net refroidissement du temps. A la fin de la période examinée, le danger d’avalanche diminuait. Le mercredi 1er mai était caractérisé par un soleil radieux et une situation avalancheuse généralement bonne.


 
Image 1 of 21
Même si la fonte totale de la neige a également progressé au cours de la semaine analysée, de grandes quantités de neige de cet hiver résistaient encore fermement, surtout en altitude. La petite route de Radons (Sursés, GR) en direction du Piz Alv pouvait encore être empruntée à l’aide de skis de randonnée le mercredi 1er mai (photo: R. Meister)
Image 2 of 21
Cette avalanche de neige mouillée s’est décrochée sur le flanc nord-est de la Pointe du Van (2277 m) en direction de Trient (VS) et est descendue jusque dans une zone sans neige (photo: J.-L. Lugon, 26.04.2019).
Image 3 of 21
La progression de la fonte de la neige à moyenne altitude n’a pas seulement fait apparaître des prairies fleuries du printemps: Dans le Tafernazug à Davos (GR), une très grande avalanche de plaque de neige avait provoqué des dégâts forestiers considérables à la mi-janvier, dont l’ampleur n’a pu être évaluée qu’après la fonte totale de la neige (photo: SLF/C. Pielmeier, 29.04.2019).
Image 4 of 21
Peu avant le week-end, le ciel s’est couvert. Le vendredi 26 avril, les randonnées à ski, comme ici lors de la montée du Meiental (Wassen, UR) en direction du Bächenstock (3010 m), nécessitaient non seulement de la persévérance, mais également un bon sens de l’orientation (photo: M. Gilgien).
Image 5 of 21
Avec la neige fraîche et le vent, la situation avalancheuse s’est également aggravée. Cette avalanche de plaque de neige dans le domaine skiable du Petit Cervin (Zermatt, VS) a été provoquée au moyen d’explosifs le vendredi 26 avril. A certains endroits, la fracture avait plus d’un mètre d’épaisseur (photo: N. Rubin).
Image 6 of 21
Dans la vallée d’Urseren à l’altitude de Zumdorf (Hospental, UR), où de grandes quantités de neige étaient tombées au début du mois, les opérations de minage ont rencontré encore plus de "succès". Le vendredi 26 avril, cette avalanche de neige mouillée a été déclenchée artificiellement sur les pentes du Breitrick (à l’avant-plan) exposées au nord et sur les talus (à l’arrière-plan) et elle a atteint le chemin de fer Cervin-Gothard, sans toutefois engendrer de dégâts majeurs… (photo: A. Müller)
Image 7 of 21
… Mais avec la neige mouillée comprimée comme du béton, les travaux de déblaiement se sont révélés laborieux (photo: A. Müller, 26.04.2019).
Image 8 of 21
Le vendredi 26 avril avant midi, une avalanche de plaque de neige mouillée s’est déclenchée à un peu plus de 2500 m d’altitude au Bockwang, sur le flanc nord-est du Lammenhorn (3190 m, Eisten, VS). Elle est descendue avec ces boules foncées jusqu’à la rive de la Viège de Saas (photo: U. Andenmatten).
Image 9 of 21
Une forêt clairsemée ne protège pas des avalanches! Au Höhuot en dessous du Stulsergrat (2679 m), une avalanche étendue de plaque de neige s’est décrochée spontanément à la fin des chutes de neige et est descendue en direction du Landwasser entre Davos Wiesen et Davos Monstein (GR), où les dépôts atteignaient plusieurs mètres d’épaisseur (photo: SLF/M. Phillips, 27.04.2019).
Image 10 of 21
Evacuation naturelle de la neige. Le samedi 27 mai, la surface de glissement, lisse et comprimée, de cette avalanche dans le domaine skiable de Corvatsch (St. Moritz, GR) ressemblait à une piste fraîchement préparée (photo: P. Erne).
Image 11 of 21
Les mêmes dépôts sous un autre angle: En suivant la ligne de pente, l’avalanche a tracé des virages jusqu’au bord de la piste, où le terrain était trop plat et où elle s’est arrêtée (photo: P. Erne, 27.05.2019).
Image 12 of 21
Dans le domaine skiable de Saas-Fee, les opérations de minage ont également enregistré de bons résultats le vendredi 26 avril. Au Hinter Allalin (3330 m) derrière la station de téléphérique de Felskinn, une avalanche de plaque de neige avec une rupture de plusieurs centaines de mètres de largeur a pu être déclenchée. A certains endroits, la neige a été emportée jusque sur la glace du glacier (photo: P. Schneiter, 27.04.2019).
Image 13 of 21
Travail de Sisyphe en hiver: Peu de temps après le déblaiement de la route entre Finhaut (VS) et le Lac d'Émosson (1920 m) le mardi 30 avril, elle a à nouveau été recouverte par une avalanche de neige mouillée qui s’était décrochée en dessous du sommet du Bel Oiseau (2630 m). Aucune personne n’a été touchée (photo: J.-L. Lugon).
Image 14 of 21
A certains endroits, la neige fraîche du début de la semaine se liait mal aux couches plus anciennes. Sur la façade sud-est du sommet inférieur de l’Älplistock (2818 m) dans la région du Grimsel (BE), des adeptes des sports d’hiver ont déclenché le mardi 30 avril cette avalanche de plaque de neige, de faible épaisseur mais de grande étendue, qui a partiellement enseveli six personnes. Heureusement, aucune n’a été blessée (photo: R. Schild).
Image 15 of 21
Le mercredi 1er mai, dans la région du San Bernardino (GR), sur les pentes exposées au nord, plusieurs avalanches spontanées de plaque de neige ont été observées simultanément. Elles s’étaient vraisemblablement décrochées le vendredi (elles sont recouvertes de neige et facilement reconnaissables). La photo montre le Piz d'Arbeola qui culmine à 2599 m et où une certaine quantité de neige soufflée s’était accumulée en dessous de la bande rocheuse (photo: L. Silvanti).
Image 16 of 21
La neige fraîche, le temps ensoleillé et une situation avalancheuse généralement bonne le jour de la fête du travail (1er mai) ont apporté beaucoup de plaisir aux adeptes des sports d’hiver. Dans le massif de la Bernina (GR), ici en dessous du Bellavistagrat à un peu plus de 3500 m, il y avait une neige poudreuse de rêve (photo: P. Degonda).
Image 17 of 21
En Suisse romande également, ici dans le massif du Mont Rose (VS), de nombreuses randonnées classiques en haute montagne ont été entreprises le 1er mai. La prudence était cependant de rigueur aux endroits où la neige tombée les jours précédents s’était déposée directement sur la glace vive. Cette avalanche de plaque de neige a été déclenchée par des skieurs au Pollux (4090 m) (photo: S. Lugon-Moulin).
Image 18 of 21
Belles marques dessinées par le vent sur le Piz Alv (2854 m ) (GR) entre Avers et Sursés: Le vent soufflait de la gauche vers la droite, comme le montrent, d’une part, les sastrugi, c’est-à-dire les petites traces d’érosion modelées par le vent sur les dos et, d’autre part, les corniches "roulées" vers la droite (photo: R. Meister).
Image 19 of 21
Les formations de glace sur l’arête du Piz Argent (3942 m) et les dunes façonnées par le vent combinées à la glace mise à nu au pied du Piz Zupo (3996 m) étaient également des traces évidentes de la force du vent qui avait soufflé dans le massif de la Bernina (GR) (photo: T. Good 01.05.2019).
Image 20 of 21
Dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 avril, le Service Sismologique Suisse (SED) a détecté un phénomène d’éboulement dans la région du Wildhorn (3248 m, Lauenen, BE). Il a été localisé le mercredi 1er mai au glacier de Tsanfleuron (Savièse, VS) (photo: M. Huss).
Image 21 of 21
Les quelque 50 000 m³ de rochers sont tombés dans la neige un peu en dessous de de la langue glacière et ont dévalé vers la vallée sur près de 2 km (photo: M. Huss 01.05.2019).
 

Météo, manteau neigeux et situation avalancheuse

Vendredi 26 avril: Avec à nouveau d’abondantes chutes de neige dans le sud, augmentation du danger d’avalanche

Météo:
La période de foehn intense et persistante depuis le lundi 22 avril s’est terminée dans la nuit du jeudi au vendredi, et le vent faiblissant nettement s’orientait au secteur ouest. L’épisode de précipitations, qui avait commencé dans la nuit du lundi au mardi 23 avril dans le sud, s’est poursuivi le vendredi avec un dernier assaut et des quantités importantes. Dans les régions touchées par les précipitations les plus abondantes, c’est-à-dire dans le val Bedretto et dans les vallées de la Maggia ainsi que dans la région de la Bernina, on enregistrait à nouveau jusqu’à près de 100 mm de pluie (cf. figure 1) ou, au-dessus de 2500 m environ, 1 mètre de neige fraîche en 24 heures. Sous l’effet du lent passage d’un front froid, les précipitations se sont également étendues loin vers le nord. Il était ainsi tombé de 30 à 60 mm de précipitations, surtout également sur le centre et l’est du versant nord des Alpes. Au début, la limite des chutes de neige se situait à environ 2300 m. Avec le passage du front froid, elle est descendue à environ 1200 m le matin dans le nord, puis l’après-midi également dans le sud.

 

Pendant toute la période de précipitations depuis la nuit du lundi au mardi 23 avril jusqu’au vendredi soir 26 avril, il était tombé les quantités suivantes de neige (cf. figure 2):

Dans le sud, depuis mardi au-dessus de 2500 m environ:

  • Crête principale des Alpes depuis la région du Simplon jusque dans la région du Gotthard, ouest du Tessin, val Calanca et val Bregaglia: de 100 à 200 cm
  • Autres régions de la crête principale des Alpes depuis Zermatt jusqu’au col de la Bernina et régions situées plus au sud: de 70 à 100 cm

Dans le nord, le vendredi au-dessus de 2000 m environ:

  • Est de l’Oberland bernois, centre et est du versant nord des Alpes, région d’Aletsch, nord de la vallée de Conches: de 40 à 60 cm; dans l’est des Alpes uranaises, parfois plus
  • Ailleurs: souvent de 20 à 40 cm; dans les Alpes vaudoises et en Basse-Engadine, moins de neige fraîche
 

Manteau neigeux et situation avalancheuse:
Avec à nouveau de fortes chutes de neige, on s’attendait une fois de plus à une importante période avalancheuse sur le versant sud des Alpes, tout particulièrement dans la nuit du jeudi au vendredi. Sur la façade nord de la crête principale des Alpes, le manteau neigeux, qui avait été mouillé les jours précédents jusqu’à environ 2300 m, a été recouvert d’une grande épaisseur de neige fraîche. En direction de l’est, il avait encore plu jusque dans l’après-midi. Une importante activité avalancheuse prévalait sur le versant sud des Alpes et était également très marquée le long de la façade nord de la crête principale des Alpes (cf. série de photos). En dessous de 2300 m environ, les avalanches étaient mouillées, mais au-dessus de cette altitude, elles étaient sèches (cf. photo 3). Les avalanches étaient souvent de grande taille et les avalanches de neige mouillée surtout sur les pentes exposées au nord atteignaient parfois une très grande ampleur.

 

Du samedi 27 au mardi 30 avril: Temps variable et frais avec d’importantes quantités de neige fraîche sur la crête nord des Alpes. Seulement lente diminution du danger d’avalanche

Météo:
Du samedi au mardi, la météo dans le nord était temporairement dominée par un vent fort et des nuages. Des quantités parfois importantes de neige étaient tombées sous forme d’averses. Il faisait frais (cf. figure 4). Dans le sud, le temps était généralement ensoleillé sous l’influence du foehn de secteur nord.

 

 

Pendant cette période, la limite des chutes de neige se situait temporairement en dessous de 1000 m. Les quantités suivantes de neige sont tombées à haute altitude (cf. figure 5): Dans le Bas-Valais, sur le versant nord des Alpes, dans la région du Gothard et dans les Grisons, souvent de 10 à 30 cm; depuis l’est de l’Oberland bernois jusque dans les Alpes uranaises, localement 50 cm ou plus. Comme les précipitations étaient tombées sous forme d’averses, les quantités de neige fraîche variaient fortement d’une région à l’autre.

 

 

 

Manteau neigeux et situation avalancheuse
Les chutes de neige qui se sont étendues vers le nord le vendredi ainsi que celles qui y ont succédé ont donné lieu jusqu’au mardi à des cumuls considérables de neige fraîche (cf. figures 2 et 5) et avec le vent temporairement fort de secteur nord à une situation avalancheuse délicate, tout particulièrement sur la crête nord des Alpes (cf. photo 6).

 

Par ces conditions hivernales, des avalanches pouvaient facilement être déclenchées ou se décrocher spontanément. Le nombre et l’étendue des endroits dangereux augmentaient avec l’altitude. Sur les pentes raides, abritées du vent et exposées au nord au-dessus de 2600 m environ, la neige fraîche et la neige soufflée recouvraient une surface de neige ancienne partiellement meuble. Ailleurs, elles s’étaient généralement déposées sur une surface dure ou irrégulière de neige ancienne. La liaison à la neige ancienne était dès lors assez bonne. Des ruptures étaient possibles surtout à l’intérieur des diverses couches de neige fraîche et de neige soufflée. Les grandes quantités de neige fraîche sur le versant sud des Alpes se stabilisaient rapidement, de sorte qu’ici aussi, des avalanches de neige sèche pouvaient être déclenchées surtout dans la neige soufflée proche de la surface. Grâce au net refroidissement du temps, le danger d’avalanche de neige mouillée et de glissement diminuait. Il fallait encore tenir compte de coulées et avalanches de neige humide à partir de la neige fraîche en cas d’ensoleillement ainsi que d’avalanches de glissement sporadiques.

 

Mercredi 1er mai: Temps ensoleillé et nettement plus doux. A nouveau davantage d’avalanches de neige mouillée en cours de journée

Le mercredi était une journée magnifique pour les activités de plein air avec un soleil généreux, un vent seulement faible et à nouveau des températures douces (cf. photo 7). A la mi-journée à 2000 m, elles se situaient entre +4 °C dans le nord et +6 °C dans le sud.

 

Le matin, la situation avalancheuse était le plus souvent bonne. Des déclenchements d’avalanches étaient encore possibles plutôt dans les couches superficielles de neige, et, en haute montagne, dans certaines régions dans les couches de neige soufflée relativement récentes. De plus, on ne pouvait pas exclure des avalanches sporadiques à partir de la neige ancienne sur les pentes exposées au nord entre 2200 et 2500 m, qui avaient connu un premier début d’humidification et avaient été sensiblement fragilisées la semaine précédente. C’était plus particulièrement le cas en Valais et dans les Grisons. Avec la hausse des températures et l’ensoleillement, il fallait à nouveau s’attendre plus particulièrement à une augmentation du danger d’avalanche de neige mouillée.

 

Jeudi 2 mai: Arrivée de nuages et peu de neige fraîche. Prédominance d’une bonne situation avalancheuse

La nuit était généralement claire et, au cours de la matinée, des nuages ont envahi le ciel à partir de l’ouest. Pendant la journée, il y a eu de faibles averses à partir de l’ouest. La limite des chutes de neige était descendue depuis 2000 m à environ 1700 m. Le vent de secteur sud-ouest était faible à modéré.

 

Situation neigeuse début mai

Au-dessus de 2000 m, il y avait dans toutes les régions encore plus de neige qu’habituellement en cette saison. Sur la crête principale des Alpes depuis le Haut-Valais jusqu’en Engadine, on mesurait de 1,5 à 3 fois la quantité habituelle de neige; ailleurs, le rapport était souvent de 1,4 à 1,7. Sur l’ouest du versant nord des Alpes, dans le Bas-Valais, sur l’est du versant nord des Alpes et dans le nord des Grisons, la différence était moins marquée avec un rapport de 1,1 à 1,4. Les hauteurs actuelles de neige à 2000 m sont indiquées dans la figure 8. Il faut noter à ce propos que ces valeurs se rapportent plutôt à des plans horizontaux abrités du vent.

 

Accidents d’avalanche

Le vendredi 26 avril avant midi, le plus grave accident d’avalanche de cet hiver s’est produit sur la façade ouest de la Grünhornlücke (3278 m, VS). Lors de sa descente depuis la Grünhornlücke, un groupe de quatre randonneurs à ski allemands a été enseveli par une avalanche vraisemblable-ment spontanée à environ 3100 m. En raison des mauvaises conditions météorologiques, les victimes déjà mortes n’ont pu être localisées à l’aide d’appareils de détection et dégagées que le samedi après-midi.

Le vendredi 26 avril également, un groupe de cinq randonneurs à ski a été surpris par une avalanche spontanée sur la façade ouest en dessous de la Lötschenlücke à environ 3050 m et une personne a été partiellement ensevelie. Elle s’en est heureusement tirée indemne et le groupe a pu poursuivre sa descente.

Le mardi 30 avril, un groupe de randonneurs à ski a déclenché une avalanche de plaque de neige, de faible épaisseur mais de grande étendue, à l’Alplistock (2894 m, Guttannen, BE) sur une pente raide exposée au sud-est (cf. photo 6). La montée était effectuée avec des distances de délestage. Six personnes ont été partiellement ensevelies. Personne n’a été blessé.

To top