Navigation mit Access Keys

Wochenbericht 15. - 21. März 2019

Main menu

 

Après la tempête de neige et une importante activité avalancheuse, diminution progressive du danger d’avalanche

Avec des chutes de neige très intenses et un vent tempétueux, le danger d’avalanche était fort sur une grande partie du nord et de l’ouest au début de la semaine examinée par le rapport hebdomadaire. De nombreuses grandes avalanches et localement aussi de très grandes avalanches de neige sèche se sont déclenchées spontanément. Elles se décrochaient surtout dans la neige fraîche et la neige soufflée; les ruptures plus profondes dans le manteau neigeux étaient rares. Avec la pluie jusqu’aux alentours de 2000 m, l’activité d’avalanches de neige mouillée était en outre accrue à moyenne altitude. Ces couches de neige fraîche étaient très compactes et se stabilisaient rapidement. Sous l’effet du refroidissement du temps, il a encore neigé à mesure que la semaine avançait et le danger d’avalanche n’a continué de diminuer que lentement. A la fin de la semaine examinée, la situation avalancheuse était ensuite le plus souvent bonne avec une magnifique météo de montagne.

 
Image 1 of 17
Près de Vinadi (GR), à la frontière de la Basse-Engadine et du Tyrol, deux avalanches ont franchi la galerie de protection le vendredi soir 15 mars. Le cône le plus imposant a même poursuivi son parcours jusque dans l’Inn/En (photo: P. Caviezel, 16.03.2019).
Image 2 of 17
Avalanche de plaque de neige de grande superficie dans la vallée encaissée entre le Hirlihorn (2492 m) et le Stockhorn (2585 m) au-dessus de la vallée de Binn (VS), le samedi 16 mars. Elle s‘était déjà produite lorsque les premiers groupes de randonneurs à ski sont montés depuis le Schaplersee (photo: A.S. Fetzer).
Image 3 of 17
Une "plaque de neige d’un autre genre" dans le domaine skiable du Moléson (FR), le samedi 16 mars (photo: B. Grandjean).
Image 4 of 17
Vue depuis le Bel Oiseau (2643 m) sur la Pointe de la Fenive qui culmine à 2838 m et le Lac d'Emosson (VS) gelé. Le décor idyllique fortement enneigé est trompeur: En dessous de l’éperon rocheux dans la partie gauche de la photo, une avalanche de plaque de neige de plusieurs centaines de mètres de largeur s’est décrochée (J.-L. Lugon, 16.03.2019).
Image 5 of 17
Les voyageurs passant confortablement en train par le col de l’Oberalp (GR/UR) pouvaient observer plusieurs cônes d’avalanches sur le versant sud-est du Calmut (2311 m; photo: N. Levy, 16.03.2019).
Image 6 of 17
A basse et moyenne altitude, comme ici dans la région du Toggenburger Chäserrugg, les températures douces et la pluie ont donné lieu à une forte fonte de la neige, qui à son tour a sculpté des sillons d’écoulement dans la surface neigeuse. Ces sillons suivent toujours la ligne de pente créant de belles formes incurvées. Sur les plans horizontaux, où l’eau ne s’écoule pas, des cônes d’écoulement apparaissent alors dans le manteau neigeux (photo: P. Diener, 16.03.2019).
Image 7 of 17
Alors que dans la vallée, il règne une impression de printemps, les conditions de randonnées à ski sont souvent bonnes au-dessus de la limite de la forêt. Cette photo a été prise lors de la montée vers l’Alta Burasca (2633 m) dans le Misox (GR). À l’arrière-plan se trouvent le barrage d'Isola et le village de San Bernardino (photo: S. Bernhard, 16.03.2019).
Image 8 of 17
Le dimanche 17 mars, lors de la montée vers la Pointe Ronde qui culmine à 2655 m au-dessus de Trient (VS), des phénomènes d’érosion éolienne ont donné lieu à une surface neigeuse très irrégulière (photo: S. Lugon-Moulin).
Image 9 of 17
En Suisse orientale également, plusieurs grandes avalanches se sont déclenchées spontanément le 16 mars pendant ou peu après les fortes chutes de neige. Dans la haute vallée davosienne Rüedisch Tälli (GR), 4 cônes d’avalanches provenant des pentes du Witihüreli (2634 m) exposées à l’est ont atteint le fond de la vallée (photo: SLF/S. Margreth, 17.03.2019).
Image 10 of 17
Entre le vendredi 15 et le samedi 16 mars, cette très grande avalanche s’est déclenchée sur le flanc sud-est du Chüebodenhorn (3070 m) et elle est descendue le long du couloir Ri di All'Acqua jusque dans le val Bedretto (TI) (photo: C. Giudici, 18.03.2019).
Image 11 of 17
Ruptures lisses dans deux couches lors d’un "test de la colonne étendue ou test ECT" (test de stabilité du manteau neigeux). Ces tests peuvent aider à obtenir des informations sur les couches fragiles potentielles. Ce bel exemple de test a été effectué le lundi 18 mars à Laax (GR; photo: M. Chlebanova).
Image 12 of 17
Imposante hauteur de rupture vers le versant sud du Tubang (2826 m) dans le domaine skiable de Crans-Montana (VS). L’avalanche de plaque de neige a été déclenchée le lundi matin 18 mars lors d’une opération de minage en hélicoptère. Vers la mi-journée, la zone de rupture était déjà à nouveau comblée par de la neige soufflée et une corniche s’était formée à certains endroits le long de l’arête de rupture (photo: V. Bettler).
Image 13 of 17
Dans la nuit du lundi 18 au mardi 19 mars, un éboulement s’est produit sur le flanc nord-ouest du Flüela Wisshorn (3085 m). En plus du décrochement des masses rocheuses, il a également déclenché une avalanche de plaque de neige qui est descendue jusqu’à la route fermée menant au col de la Flüela. Bien que la trajectoire passe à certains endroits par un itinéraire souvent emprunté de randonnée à ski, aucune personne n’a été touchée... (photo: SLF/L. Eberhard, 19.03.2019)
Image 14 of 17
... cela est surtout dû au fait que l’éboulement s’est produit aux alentours de minuit, comme le montrent les données du Service sismologique. Ces données sont enregistrées en heure UTC (temps universel coordonné), c’est-à-dire une heure avant l’heure suisse (photo: Service sismologique suisse).
Image 15 of 17
La nouvelle semaine a commencé par des journées ensoleillées et des nuits froides, ce qui a fait battre plus fort le cœur de nombreux adeptes des sports d’hiver. La descente du Gältehore (BE/VS) qui culmine à 3062 m le mardi 19 mars justifiait pour chacun les efforts de la montée (photo: L. Hofer).
Image 16 of 17
Etant donné que pendant les dernières nuits, les températures étaient nettement inférieures à zéro degré, les grimpeurs acharnés pouvaient encore une fois « se geler » les doigts dans la glace du Sertig près de Davos (GR) avant la saison rocheuse. On peut déceler une petite avalanche de plaque de neige à droite du centre de l’image (photo: T. Wälti, 20.03.2019).
Image 17 of 17
Avalanches spontanées au sud-est du Witteberghore (Château-d'Oex, VD), qui se sont probablement déclenchées pendant les grosses chutes de neige (photo: U. Grundisch, 21.03.2019).
 

Météo

Du vendredi 15 au samedi 16 mars 2019: Dans l’ouest et le nord, chutes de neige intenses avec une montée de la limite des chutes de neige

Sous l’effet des courants forts de secteur nord-ouest, les précipitations, qui ont débuté le mardi soir 12 mars, ont persisté jusque dans la nuit de vendredi à samedi et elles étaient particulièrement intenses le vendredi 15 mars (cf. photo 1). Alors qu’au cours de la semaine précédente examinée par le rapport hebdomadaire il neigeait encore jusqu’à basse altitude, la limite des chutes de neige est montée jusqu’à environ 2000 m dans le courant de la journée de vendredi (cf. figure 2).

 

 

 

 

Globalement, il était tombé depuis le mardi soir 12 mars jusqu’au samedi matin 16 mars, au-dessus de 2000 m environ, de 50 à 80 cm de neige dans le nord et jusqu’à 110 cm dans certaines régions. Les quantités de neige fraîche diminuaient à mesure que l’on se dirigeait vers le sud. Etant donné que les chutes de neige étaient tombées sous forme d’averses et que le vent soufflait en tempête, les variations de hauteur de neige fraîche étaient particulièrement marquées selon les régions (cf. figure 3).

 

En raison du réchauffement du temps et du vent fort à tempétueux de secteur nord-ouest, la neige fraîche était très compacte. Les chutes de neige ont cessé le samedi et le ciel s’est dégagé à partir de l’ouest. La journée était généralement ensoleillée et douce.

 

Dimanche 17 et lundi 18 mars 2019: Refroidissement du temps et nouvelles chutes de neige

Le dimanche était d’abord ensoleillé avec un vent de secteur sud-ouest parfois fort dans le nord. Dans le sud et l’ouest, le ciel s’était couvert en cours de journée. Dans la nuit du dimanche au lundi, il avait neigé sur une grande partie du territoire. La limite des chutes de neige était descendue depuis 1200 m jusqu’à basse altitude (cf. figure 2). La journée du lundi était partiellement ensoleillée dans le sud et dans l’ouest, tandis que dans l’est le temps était variable avec de faibles chutes de neige, qui ont persisté jusque dans la nuit du lundi au mardi. Au-dessus de 1500 m environ, il était tombé de 15 à 30 cm de neige sur une grande partie du versant nord des Alpes, du nord du Valais, du nord du Tessin et des Grisons. Dans l’est des Alpes uranaises et dans les Alpes glaronnaises, on enregistrait jusqu’à 50 cm de neige fraîche et dans les autres régions, l’apport de neige était souvent de 5 à 15 cm (cf. figure 4). Le vent de secteur nord était généralement faible à modéré, mais aussi temporairement fort dans le sud.

 

Du mardi 19 au jeudi 21 mars 2019:

Dans le nord, le mardi était partiellement ensoleillé avec des nuages convectifs, et généralement ensoleillé dans les autres régions. Après des nuits claires, le mercredi et le jeudi étaient à chaque fois ensoleillés avec une lente hausse des températures depuis l’ouest. Le jeudi, l’isotherme zéro degré atteignait près de 3000 m. Le vent était généralement faible à modéré de secteur est. Une bise temporairement modérée à forte soufflait sur les hauteurs du Jura et dans les Préalpes.

 

Situation avalancheuse

NEIGE FRAÎCHE

Avec la neige fraîche et le vent tempétueux, le danger d’avalanche se situait au degré 4 ou fort le vendredi dans une grande partie de l’ouest et dans certaines régions du nord. De grandes avalanches et parfois aussi de très grandes avalanches se sont déclenchées spontanément sur une grande partie du territoire (cf. photos 5 et 6). Dans l’est, l’activité d’avalanches spontanées a commencé le vendredi en conséquence des intenses chutes de neige de la matinée et le degré de danger fort y a également été atteint. Dans la nuit du vendredi au samedi, quelques avalanches spontanées se sont encore produites surtout en Basse-Engadine (cf. galerie de photos). Le samedi, de grandes avalanches ont encore pu être déclenchées en de nombreux endroits lors d’opérations de minage de sécurité. L’activité d’avalanches spontanées s’est rapidement calmée, et sous l’effet du réchauffement diurne, des avalanches ne se sont déclenchées spontanément que localement dans les régions de l’est. A posteriori, le degré de danger 4 (fort) n’y était plus atteint le samedi.

 
 

NEIGE SOUFFLÉE

Le dimanche 17 mars, la neige encore meuble était transportée par le vent fort de secteur sud-ouest et le danger principal résidait surtout dans les nouvelles accumulations de neige soufflée. Le lundi 18 mars, la neige fraîche et le vent parfois fort de secteur nord ont ensuite donné lieu à la formation de nouvelles accumulations de neige soufflée. Le mardi 19 et le mercredi 20 mars, la bise parfois forte ainsi que, surtout en altitude, le vent de secteur nord modéré à fort ont transporté la neige localement encore meuble.
Les accumulations de neige soufflée relativement récentes étaient souvent bien liées à la surface neigeuse. Au-dessus de la limite de la forêt, plus particulièrement sur les pentes aux expositions ouest à est en passant par le nord, elles pouvaient encore se décrocher facilement à certains endroits.

NEIGE MOUILLÉE ET NEIGE GLISSANTE

Après qu’en raison de la pluie, beaucoup d’avalanches de neige mouillée ou humide s’étaient déjà déclenchées en dessous de 2000 m au début de cette période couverte par le rapport hebdomadaire (cf. photos 6 et 7) et que, plus tard dans la semaine, le temps était plutôt frais, les températures ayant un peu baissé à cause du vent, l’activité d’avalanches de neige mouillée et d’avalanches de glissement n’était plus que faible à partir du dimanche.

 

NEIGE ANCIENNE

Le manteau de neige ancienne était généralement bien consolidé. La neige ancienne avait parfois subi une métamorphose constructive à grains anguleux et était meuble, surtout sur les pentes raides exposées au nord et faiblement enneigées au-dessus de 2000 m environ. On n’a pas signalé d’avalanches spontanées qui se soient étendues sur une grande superficie jusque dans la neige ancienne pendant les fortes chutes de neige. Dans le nord de la Basse-Engadine, lors d’opérations de sécurisation le samedi 16 mars, des avalanches se décrochant dans la neige ancienne et atteignant une très grande ampleur ont été provoquées sur des pentes exposées au nord (cf. galerie de photos).

 

Situation neigeuse

Tout particulièrement dans les régions de l’est des Alpes suisses (cf. photo 8), les hauteurs de neige se situaient nettement au-dessus des valeurs moyennes. A la station de mesure de Davos, GR (5DF, 1560 m, début des mesures en 1945), on a enregistré le 16.03.2019 avec 152 cm un nouveau record de hauteur de neige pour un 16 mars. En Basse-Engadine, GR, également, la station de mesure de Samnaun (7SN, 1750, début des mesures en 1957) qui effectue des relevés depuis de nombreuses années, de nouveaux maxima de hauteur de neige pour la mi-mars ont été atteints: le 15.03.2019 avec 139 cm et le 16.03.2019 avec 151 cm. Sur le champ de mesure de haute altitude du Weissfluhjoch, GR (5WJ, 2536 m, début des mesures en 1933), une hauteur de neige de 307 cm a été enregistrée le 16.03.2019, c’est la deuxième valeur la plus élevée pour un 16 mars en 86 années.

 

Accidents d’avalanche

Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, il y a eu quatre accidents d’avalanche impliquant des personnes. Sept personnes ont été touchées par une avalanche. Deux personnes ont été blessées, une personne a perdu la vie le vendredi 15 mars dans la vallée de Tourtemagne, VS.

A minuit dans la nuit du lundi 18 au mardi 19.03.2019, un important éboulement rocheux s’est produit sur le flanc nord-ouest du Flüela Wisshorn (GR, 3085 m). Il a déclenché une très grande avalanche, qui est descendue jusqu’à environ 2200 m (cf. photo 9). L’éboulement a été enregistré par le Service sismologique suisse (cf. galerie de photos). Etant donné que d’autres éboulements sont possibles, il convient d’éviter cette zone.

To top