Navigation mit Access Keys

Wochenbericht 22.-28. Dezember 2017

Main menu

 

Douceur pour les jours de Noël et avalanches de glissement, puis nouvel arrivage de neige fraîche

Cette période examinée par le rapport hebdomadaire a commencé par des jours de Noël ensoleillés et doux. Dans les régions de l'ouest et du nord, les avalanches de glissement constituaient le type d'avalanche prédominant. Seules quelques avalanches de plaque de neige déclenchées par des personnes ont été signalées, trois d'entre elles ayant chacune coûté la vie à une victime d'avalanche. L'abondance de neige fraîche, surtout dans l'ouest et le sud, a ensuite entraîné une augmentation du danger d'avalanche sur une grande partie du territoire, cette augmentation étant importante dans certaines régions.

 
Image 1 of 23
De nombreuses avalanches de glissement se sont déclenchées sur les pentes exposées au sud en dessous de 2400 m environ et sur les pentes exposées au nord généralement en dessous de 2000 m environ, surtout pendant la première moitié de cette période couverte par le rapport hebdomadaire, comme sur cette photo près de Gietisflue (environ 1400 m, Isenthal, UR). D’impressionnants plissements ou chevauchements se formaient souvent dans la zone d’accumulation de la neige glissante. (Photo: E. Kempf, 23.12.20017)
Image 2 of 23
On voit ici de manière impressionnante comment la couverture neigeuse peut se déformer. Dans la zone d’accumulation de neige glissante, le manteau neigeux humide se plisse sous l’effet du mouvement de glissement. Etant donné que la neige glissante menaçait de se décrocher sous forme d’avalanche de glissement, la commission locale Avalanche a dû fermer pour raisons de sécurité la petite route secondaire à Alt St. Johann (SG) à environ 890 m d’altitude. (Photo: P. Diener, 23.12.2017)
Image 3 of 23
Avalanches de glissement dans la région d’Alt St. Johann (environ 890 m, SG). Le manteau neigeux glissait sur les pentes herbeuses lisses. La pluie du vendredi 22 décembre favorisait les départs d’avalanches de glissement. (Photo: P. Diener, 23.12.2017)
Image 4 of 23
Vue impressionnante sur les Churfirsten (SG). Alors qu’il y avait un peu de brouillard élevé dans la vallée, on bénéficiait d’une excellente visibilité en altitude. La surface neigeuse présente des sillons formés par la pluie près du Gamser au-dessus d’Alt St. Johann à 1200 m. (Photo: P. Diener, 23.12.2017)
Image 5 of 23
Surface neigeuse marquée par le vent de secteur nord, la pluie des jours précédents et les traces de skis au Chasseral (1600 m, BE). Sur cette photo, les dunes indiquent que le vent soufflait de la droite vers la gauche. Il a plu jusqu‘à 1600 m, c’est-à-dire jusqu’au sommet du Chasseral. (Photo: V. Berret, 23.12.2017)
Image 6 of 23
Ambiance magique pour les randonnées à ski au-dessus de la mer de brouillard au Chasseral (1600 m, BE). (Photo: V. Berret, 23.12.2017)
Image 7 of 23
Une gueule de poisson à côté d’une avalanche de glissement qui s’était déjà décrochée précédemment sur une pente exposée au sud de l’arête du Sunnehöreli au Gulderstock (2511m, Glaris Sud, GL). Les „gueules de poissons“ ou „gueules de baleines“ sont des fissures de traction dans le manteau neigeux qui apparaissent en raison du glissement de la neige en dessous de la gueule de baleine. Dans le cas présent, le manteau neigeux présente de légères bosses en dessous de la gueule de baleine. Les gueules de baleines peuvent donner lieu à des avalanches de glissement. (Photo: A. Schmidt, 24.12.2017)
Image 8 of 23
Petites fissures de glissement, nouvelles et déjà couvertes de neige fraîche, sur une pente exposée à l’ouest du Guldergrat (à environ 2300 m, Glaris Sud, GL). (Photo: A. Schmidt, 24.12.2017)
Image 9 of 23
Une „roue de neige“ qui s’est formée le samedi 23 décembre par le roulement de la neige humide. (Photo: P. Diener, 24.12.2017, Toggenburg)
Image 10 of 23
Sur les pentes très raides exposées au sud du Wildhuser Schafberg (2373 m, Alt St. Johann, SG), même des avalanches de glissement moyennes se sont déclenchées en dessous de 2000 m – mais il existe encore un potentiel d’avalanches relativement important. Espérons que la neige se décroche par petites quantités… (Photo: P. Diener, 24.12.2017)
Image 11 of 23
Ces fissures à la surface neigeuse se sont formées indépendamment de l’exposition et de la déclivité des pentes et se sont propagées assez loin dans une mince croûte après la pluie et le refroidissement du temps aux alentours de 1500 m d’altitude. (Photo: P. Diener, 24.12.2017, Toggenburg)
Image 12 of 23
Avalanche de plaque de neige déclenchée le dimanche 24 décembre par une personne en terrain de randonnées sur le versant nord-est très raide du Gitzihöreli (2465m, Klosters-Serneus, GR). L’avalanche s’est décrochée jusque dans la neige ancienne, tout au moins dans sa partie supérieure. A gauche sur la photo, on peut voir une fissure de glissement. L’altitude de près de 2400 m se situe dans la zone d’observation supérieure pour une pente exposée au nord. (Photo: J. Müller)
Image 13 of 23
Début de fissure de glissement sur la façade est du Schneitgrat (1920 m, Saanen, BE). Dans le cas présent, toute la corniche de l’arête glisse vers la vallée. On voit clairement la formation de plissements dans la partie inférieure de la neige en mouvement. Tout à fait à l’arrière-plan en direction de l’ouest, on peut voir la montée vers le Vanil Noir (2389, FR). (Photo: U. Grundisch, 24.12.2017)
Image 14 of 23
Grâce à l’avalanche de glissement, le repas de Noël est assuré pour les chamois. Le festin avait lieu en dessous de la Rota Wand près du Mattaförkle (Li). (Photo: Th. Wälti, 24.12.2017)
Image 15 of 23
Plusieurs avalanches de glissement petites à moyennes sur une pente très raide exposée au sud-est au col de l’Oberalp, à une altitude d’environ 2000 à 2200 m. Les avalanches ont franchi la galerie sans endommager la voie ferrée. (Photo: N. Levy, 25.12.2017)
Image 16 of 23
La région de Salanfe (VS) le 26 décembre. Dans l’ouest du Bas-Valais, la situation neigeuse est bonne. Sur cette photo, on peut voir les Dents du Midi (3257 m) et le lac de Salanfe (1909 m) à l’avant-plan. (Photo: J.-L. Lugon)
Image 17 of 23
Beau paysage hivernal dans le Vallon de Van (VS) bien enneigé le 26 décembre. Les séquelles de l’avalanche du 8 mars 2017 ne sont visibles que si l’on regarde attentivement (cf. rapport hebdomadaire du 3 au 9 mars 2017, photo 14). (Photo: J.-L. Lugon)
Image 18 of 23
Analyse du manteau neigeux dans l’Oberland saint-gallois. Sur cette photo, on détermine les limites des couches, les formes et les tailles des grains de neige, les degrés de dureté et les températures de la neige. Ces données donnent une idée de la qualité de la constitution du manteau neigeux. Combinées, par exemple, au test du bloc glissant, elles permettent d’évaluer la stabilité du manteau neigeux (cf. photo suivante). (Photo: T. Bereiter, 26.12.2017)
Image 19 of 23
Test du bloc glissant pour l’évaluation du risque de décrochement d’avalanches et la propagation des ruptures des éventuelles couches fragiles du manteau neigeux dans l’Oberland saint-gallois. Un saut sans skis sur le bloc dégagé constitue le dernier des six niveaux de charge. Le manteau neigeux semble stable à cet endroit, étant donné qu’il résiste à ce niveau de charge le plus élevé. (Photo: T. Bereiter, 26.12.2017)
Image 20 of 23
„Belle poudreuse “ à San Bernardino le mercredi 27 décembre. (Photo: G. Kappenberger, 27.12.2017)
Image 21 of 23
Une avalanche de glissement ainsi que plusieurs „gueules de baleines“ sur une pente exposée à l’est à Valzeina (Prättigau) à une altitude d’environ 1000 m. On peut voir à la surface de la neige les sillons formés par la pluie. Cette pluie a contribué à l’humidification du manteau neigeux et a favorisé le déclenchement de l’avalanche de glissement. (Photo: L. Dürr, 27.12.2017)
Image 22 of 23
Le mercredi 27 décembre, il a parfois neigé intensément sur le versant sud des Alpes. L’observateur à la station comparative San Bernardino du SLF à une altitude de 1640 m a mesuré, le jeudi matin 28 décembre, 32 cm de neige fraîche et une hauteur de 90 cm de neige. (Photo: M. Ennio, 27.12.2017)
Image 23 of 23
La neige soufflée fraîche formée le jeudi 28 décembre par le vent fort de secteur nord pouvait se décrocher très facilement, comme par exemple ici dans le Lugnez (GR). (Photo: N. Vanhaelen)
 

Evolution météorologique

Vendredi 22 décembre: Faibles précipitations dans le nord, parfois sous forme de pluie jusqu'à plus de 2000 m

Le vendredi, ce n'était que dans le sud que le ciel était nuageux avec des éclaircies. Il y a eu de faibles précipitations surtout sur le versant nord des Alpes et dans les Grisons. La limite des chutes de neige est montée temporairement à plus de 2000 m dans l'ouest, et à 1200 à 1600 m dans l'est (cf. photo 1). Sur le versant nord des Alpes et dans le Prättigau, on enregistrait au-dessus de 2500 m de 5 à 15 cm de neige fraîche, tandis que dans les autres régions, l'apport de neige était de quelques centimètres ou bien le temps était resté sec. En altitude, un vent modéré à fort de secteur nord soufflait pendant la nuit, mais il a diminué quelque peu en cours de journée. Le versant sud des Alpes était soumis à un foehn modéré.

 

Du samedi 23 décembre au lundi 25 décembre: En montagne, jours de Noël ensoleillés et doux

La météo de la période de Noël était déterminée par une zone de haute pression avec, en montagne, un temps ensoleillé et doux offrant une très bonne visibilité. Dans le nord, il y avait une couverture de brouillard élevé avec une limite supérieure aux alentours de 1000 à 1200 m (cf. photo 2).

 

Mardi 26 décembre et mercredi 27 décembre: Situation de barrage météorologique côté sud, foehn temporairement violent dans le nord

Le 26 décembre, une situation de foehn précédant un front froid s’est installée. Dans le sud et l’ouest, le ciel était couvert et il neigeait faiblement au-dessus de 1300 m environ. Dans le nord-est, le temps était assez ensoleillé jusqu’au cours de l’après-midi. Le mercredi, le ciel était couvert. Il a neigé d’abord dans l’ouest et sur le versant sud des Alpes, puis plus tard également dans le nord. En altitude, le vent était d’abord encore fort à tempétueux de secteur sud et un foehn fort soufflait temporairement dans les vallées alpines. Le vent a ensuite diminué quelque peu de manière passagère et il s’est orienté au secteur nord-ouest en passant par l’ouest.

 

Jeudi 28 décembre: Situation de barrage météorologique côté nord, foehn dans le sud

Dans la nuit du mercredi au jeudi, il a neigé surtout dans le nord, tandis que dans le sud les précipitations cessaient et les nuages se dissipaient sous l'effet du foehn de secteur nord. Depuis le début des précipitations le mardi jusqu'au jeudi matin, on enregistrait les quantités de neige fraîche indiquées dans la figure 3. Avec 40 à 60 cm, l'apport de neige était le plus important dans l'extrême ouest ainsi que sur le centre et l'est du versant sud des Alpes.

 

Pendant la journée, il est encore tombé de 20 à 30 cm de neige sur le centre et l’est du versant nord des Alpes; sur le reste du versant nord des Alpes et dans le nord des Grisons, l’apport de neige était de 5 à 10 cm. Le soleil brillait sur le versant sud des Alpes sous l’effet d’un foehn fort de secteur nord.

 

Manteau neigeux et danger d’avalanche

Constitution du manteau neigeux la plus favorable dans l’extrême ouest et dans le nord

La constitution du manteau neigeux était la plus favorable dans les régions de l’ouest et du nord où la neige était abondante, et notamment dans la partie la plus occidentale du Bas-Valais et sur le versant nord des Alpes. Là aussi, il y avait parfois des couches fragiles à la base du manteau neigeux, mais celles-ci étaient recouvertes sur une grande épaisseur (plus de 1 m) de couches bien consolidées. Un déclenchement dans ces couches profondes était peu probable. Les conditions pouvaient généralement y être considérées comme favorables pour ce qui concerne le danger d’avalanche – tout au moins jusqu’au mardi 26 décembre. Par la suite, le danger d’avalanche a augmenté à la fin de la période examinée par le rapport hebdomadaire en raison du vent et de la neige fraîche.

 

Avalanches de glissement surtout dans les régions du nord

Dans les régions de l’ouest et du nord où la neige était plus abondante, ce n’étaient pas les avalanches de plaque de neige déclenchées par des personnes mais au contraire les avalanches de glissement qui dominaient. Elles étaient nombreuses et généralement sous forme de glissements ou d’avalanches petites à moyennes. Les pentes herbeuses côté sud jusqu’aux alentours de 2400 m d’altitude étaient plus particulièrement recouvertes de nombreuses fissures de glissement et avalanches de glissement (cf. photo 4).

 

Elles étaient un peu moins fréquentes sur les pentes exposées au nord généralement jusqu’à environ 2200 m d’altitude. L’activité d’avalanches de glissement la plus importante a été enregistrée le vendredi 22 décembre; elle était intensifiée par la pluie jusqu’aux alentours ou parfois au-dessus de 2000 m. Certains tronçons routiers ont parfois dû être fermés (cf. photo 5) et des dégâts matériels ont également été provoqués par la pression de la neige (cf. photo 6).

 

Bien que le temps soit devenu encore plus doux, les glissements de neige et l’activité d’avalanches de glissement n’ont pas augmenté les jours suivants, ils ont même plutôt diminué lentement. Sur les pentes très raides exposées au sud, la croûte de regel se ramollissait à chaque fois pendant la journée jusqu’à environ 2200 m, faisant penser plutôt à des conditions printanières et non à des conditions de plein hiver.

La lente diminution de l’activité de neige glissante s’expliquait par le fait qu’il n’avait plus plu et qu’en raison des longues nuits avec un ciel dégagé (21 décembre: nuit la plus longue), la surface neigeuse refroidissait à chaque fois fortement, de sorte qu’il n’y avait pratiquement pas d’eau supplémentaire atteignant la base du manteau neigeux. En dépit du refroidissement superficiel du manteau neigeux, le sol demeurait néanmoins chaud en dessous des masses de neige.

Le danger d’avalanche de glissement était évalué au degré limité (degré 2), parce que la très grande majorité des avalanches signalées (90%) relevaient des catégories "coulée" et "petites avalanches".

Le dernier hiver avec une très forte activité de glissements de neige était l’hiver 2011/12.

 

Couches fragiles de neige ancienne surtout dans les régions intra-alpines et dans le sud

Plus particulièrement en Valais, dans le Tessin et dans les Grisons, les couches fragiles de neige ancienne situées au plus bas dans le manteau neigeux n’étaient souvent que faiblement recouvertes et un décrochement dans ces couches était possible (cf. figure 7). Ces conditions étaient considérées les plus critiques dans les régions intra-alpines du Valais et des Grisons, et un peu moins critiques plus au sud. Là-bas, la couche de neige ancienne était plus mince, moins cohérente en termes de superficie et les couches se trouvant au-dessus étaient fortement travaillées par le vent. Un décrochement à ce niveau était moins vraisemblable et la taille des avalanches était plutôt petite.

 

Dans le bulletin d’avalanches du jour de Noël, le danger d’avalanche a été évalué au degré limité (degré 2), y compris dans les régions intra-alpines du Valais et des Grisons. Tout au long de la période examinée par le rapport hebdomadaire, seules quelques avalanches déclenchées par des personnes ont été signalées. La plupart d’entre elles s’étaient toutefois décrochées dans la neige ancienne fragile.

Avec les chutes de neige à la fin de la période examinée par le rapport hebdomadaire, le danger d’avalanche a augmenté sur une grande partie du territoire, tout particulièrement sur le versant sud des Alpes et dans l’extrême ouest.

 

Neige soufflée

A certains endroits, le décrochement des couches de neige soufflée, fraîches et un peu plus anciennes, pouvait être provoqué par des personnes. Elles devaient être évaluées avec prudence, en raison du vent de secteur nord tout particulièrement au début de la période examinée par le rapport hebdomadaire et à cause du vent de secteur sud à la fin de cette période (cf. photo 8).

 

Accidents d’avalanche

Au cours de cette période couverte par le rapport hebdomadaire, on déplore trois accidents d’avalanche ayant chacun coûté la vie à une personne:

  • Samedi 23 décembre: Un randonneur à ski venant de France a déclenché une avalanche de plaque de neige lors de la descente du Glattwang (2376 m, Jenaz, GR) sur une pente très raide exposée au nord-ouest au niveau du sommet et il a été entraîné sur plus d’un kilomètre à travers un ravin et enseveli. Après le signalement de sa disparition et une opération de recherche, son corps a été retrouvé le dimanche. L’avalanche s’était décrochée dans une couche de neige ancienne proche du sol.
  • Samedi 23 décembre: Trois personnes ont été touchés et ensevelis par une avalanche en dessous des Aiguilles du Meiden (2935 m, Oberems, VS) à environ 2700 m d’altitude sur une pente très raide exposée au sud-ouest. Une personne est décédée le lendemain à l’hôpital. L’avalanche avait été déclenchée dans la neige ancienne fragile ou bien des couches qui se sont décrochées en surface se sont étendues jusque dans la neige ancienne.
  • Lundi 25 décembre: Au Hofathorn (2844 m, Naters, VS), la deuxième personne d’un groupe de cinq a déclenché une avalanche de plaque de neige lors de la montée dans la pente très raide orientée à l’est et menant au sommet, et elle a été emportée. Elle n’a pas survécu à sa chute sur une terrain extrêmement raide et percé de rochers. L’avalanche s’était décrochée dans la neige ancienne fragile.

Il faut en outre mentionner les deux avalanches suivantes avec ensevelissements partiels et sans blessures survenues le jeudi 28 décembre:

  • Au Grand-St-Bernard (VS) lors de la montée depuis L'Hospitalet en direction du col, trois randonneurs à ski ont été touchés par une très petite avalanche de plaque de neige sur une pente très raide exposée au sud à environ 2150 m qui avait été déclenchée au-dessus d’eux par un chamois. La neige fraîche et la neige soufflée s’étaient décrochées.
  • Dans la région du Gantrisch (BE), des randonneurs à ski ont déclenché une avalanche de plaque de neige sur une pente raide exposée au nord à environ 1900 m et ont été partiellement ensevelis. L’avalanche d’ampleur moyenne s’était décrochée dans la neige ancienne.

 

 

To top