Navigation mit Access Keys

Wochenbericht 02. März-08. März 2018

Main menu

 

Neige soufflée sur substrat défavorable, nombreux déclenchements d’avalanches

 

Pendant cette période examinée par le rapport hebdomadaire, la neige fraîche et le vent ont constamment donné lieu à la formation d'accumulations de neige soufflée qui, en raison du substrat défavorable, pouvaient se décrocher très facilement. Le week-end des 3 et 4 mars, il y a eu divers déclenchements d'avalanches par des personnes et dans toute la periode examinée malheureusement deux tués.

 
Image 1 of 16
Image typique pour cette période examinée par le rapport hebdomadaire. Une petite avalanche de neige soufflée déclenchée par des personnes à environ 1600 m sur une pente exposée au nord du Schnüerstock (Riemenstalden, SZ) derrière une arête du terrain (photo: M. Scherrer 04.03.2018).
Image 2 of 16
Rupture de plaque de neige dans la région de la Capanna del Forno (2574 m, Valle Bregaglia, GR). Les rochers montrent que de la neige soufflée s’était déposée dans cette zone de la pente derrière l’arête du terrain (photo: F. Feuerstein 02.03.2018).
Image 3 of 16
Au Gfroren Horn (2746 m, Davos, GR), on peut voir clairement l’érosion de la neige dans le voisinage de la crête et le dépôt de neige soufflée dans la cuvette derrière les randonneurs (photo: M. Gilgien 03.03.2018).
Image 4 of 16
Glissement de neige soufflée sur une pente exposée à l’est au Stafflerberg (Davos, GR) à environ 2150 m. L’avalanche a été déclenchée lors de la descente (photo: SLF/F. Techel 03.03.2018)
Image 5 of 16
Egalement lors de sa descente, un randonneur à skis a déclenché cette avalanche de plaque de neige à environ 2500 m au Stelli (Arosa, GR). Elle a atteint une longueur de 400 m. A l’avant-plan, on peut voir que le transport de neige par le vent était toujours en cours (photo: SLF/B. Gerling 03.03.2018).
Image 6 of 16
La neige était transportée par le foehn et déposée comme neige soufflée entre autres derrière les fractures du terrain. Des personnes pouvaient facilement provoquer le décrochement de cette neige, comme ici à environ 2100 m sur une pente exposée au nord au Albristhore (St. Stephan, BE) ( photo: J. Folly 04.03.2018).
Image 7 of 16
Cette avalanche a été déclenchée à distance au moment de franchir cette arête du terrain sur une pente exposée à l’est à environ 1850 m au Chäserrugg (Alt. St. Johann, SG) (photo: P. Diener 04.03.2018).
Image 8 of 16
Un fjord en Norvège? Non, c’est la vue depuis le Brienzergrat sur le lac de Brienz (BE). Dans le voisinage des crêtes, on peut voir les dépôts de neige soufflée (photo: SLF/F. Techel 04.03.2018).
Image 9 of 16
Avalanche spontanée de plaque de neige sur une pente exposée à l’ouest au Furggabüel (Domat/Ems, GR) à environ 2100 m (photo: M. Graf 04.03.2018).
Image 10 of 16
Le foehn se présente sous la forme d’un nuage lenticulaire au-dessus du Hausstock (3158 m, Ilanz/Glion, GR) (photo: A. Schmidt 04.03.2018).
Image 11 of 16
Un autre déclenchement d’avalanche dans la neige soufflée sur une pente très raide exposée au nord-est au Pizol (2844 m, Mels, SG). Sur l’arête sommitale, on peut voir clairement les tourbillons de neige (photo: T. Good 04.03.2018).
Image 12 of 16
Poudreuse parfaite en Valais au col d’Emaney (2462 m, Evionnaz) après les chutes de neige (photo: J.-L. Lugon 04.03.2018).
Image 13 of 16
Visibilité impressionnante sur le Vallon d'Emaney (Evionnaz, VS), avec la Dent d'Emaney (2567 m) au centre de la photo (photo: J.-L. Lugon 04.03.2018).
Image 14 of 16
Petite avalanche de neige soufflée déclenchée à distance sur une pente très raide exposée au sud-est au Piz Tarantschun (2768 m, Casti-Wergenstein, GR). Près des traces de montée, on peut voir les marques laissées par le vent (photo: J. Bernhard 04.03.2018).
Image 15 of 16
Avalanche déclenchée par des personnes dans la neige soufflée plus ancienne sur une pente très raide exposée au nord-ouest au Piz Salteras (3110 m, Surses, GR). Heureusement, personne n’a été blessé (photo: T. Good 05.03.2018).
Image 16 of 16
Avalanches de plaque de neige de petite ampleur dans le "Steinbock-Run" au sommet du Weissfluh, Parsenn Davos, GR (pente exposée à l’est, 2700 m, rupture estimée à 20 cm). L’avalanche plus grande à droite a été provoquée au moyen d’explosifs, la plus petite a été déclenchée plus tard par des skieurs (photo: SLF/B. Zweifel 08.03.2018).
 

Météo

Du vendredi 2 au lundi 5 mars: Constamment un peu de neige fraîche, puis foehn fort de secteur sud
A part encore quelques éclaircies dans l'est, cette période examinée par le rapport hebdomadaire a commencé par un vendredi nuageux. En cours de journée, il est tombé un peu de neige à partir du sud-ouest. Le samedi était d'abord assez ensoleillé dans l'est, avant que des nuages n'envahissent à nouveau le ciel à partir de l'ouest apportant quelques centimètres de neige. Après une nuit assez claire, le soleil dominait le dimanche. Le lundi était partiellement ensoleillé dans le nord, mais nuageux ailleurs.
Globalement, du mercredi matin au dimanche matin, il a neigé par intermittence surtout dans l'ouest, l'apport de neige étant le plus important dans l'ouest du Bas-Valais, dans le Chablais, à Ovronnaz et à Montana avec une hauteur de neige fraîche de 30 à 50 cm (cf. figure 1).

 

Le vent était d'abord généralement modéré de secteur sud à ouest. Le dimanche et le lundi, il était temporairement fort de secteur sud, tandis qu'un fort foehn de secteur sud soufflait dans les vallées du nord des Alpes (cf. photo 2).
Les températures augmentaient encore pour atteindre, sous l'influence du foehn de secteur sud, le dimanche et le lundi à la mi-journée à 2000 m +2 °C. Dans le sud, il faisait plus froid de quelque 4 °C.

 

Du mardi 6 au jeudi 8 mars: Prédominance d'un temps nuageux, neige fraîche dans le nord et l'ouest

Le mardi et le mercredi étaient très nuageux. Le mercredi, il a neigé sur une grande partie du territoire. Les précipitations ont cessé dans la nuit du mercredi au jeudi. L'apport de neige était le plus important dans l'extrême ouest ainsi que sur une grande partie de l'ouest du versant nord des Alpes (cf. figure 3). Au cours de la journée du jeudi, le temps est devenu assez ensoleillé.
Le vent était généralement faible de secteur ouest le mardi, puis modéré à fort le mercredi et le jeudi.

 

Manteau neigeux et danger d’avalanche

Avant cette période examinée par le rapport hebdomadaire, la surface neigeuse était souvent meuble et couverte de neige ayant subi une métamorphose constructive à grains anguleux ou de givre de surface, tout particulièrement sur les pentes abritées du vent (voir le dernier rapport hebdomadaire). Sous l'influence du vent et de la neige fraîche, de nouvelles accumulations de neige soufflée se sont formées quotidiennement du vendredi 2 mars au dimanche 4 mars. Plus particulièrement sur les pentes aux expositions ouest, nord et est, elles se trouvaient sur une surface défavorable mentionnée précédemment et pouvaient se décrocher très facilement. Des signaux de danger tels que des fissures ou des bruits sourds et des déclenchements à distance étaient souvent signalés, autant d'indications évidentes d'un risque élevé de déclenchement d'avalanches (cf. photo 4). Simultanément, des accumulations de neige soufflée déjà un peu plus anciennes étaient constamment couvertes de neige et dès lors difficiles à reconnaître. Elles demeuraient toutefois fragiles.

 

Le dimanche 4 mars, le temps ensoleillé et doux a incité beaucoup de monde à sortir en montagne. En raison du risque élevé de décrochement, de nombreux déclenchements d'avalanches ont par conséquent été signalés (voir la section Accidents d'avalanche). Le danger d'avalanche a été évalué au degré 2 (limité) sur une grande partie du territoire, car le risque de décrochement n'est pas le seul critère régissant le degré de danger (davantage d'explications à ce sujet dans la section "Limité ou marqué?" ci-après).
Le lundi 5 mars, il n'y a pratiquement pas eu de formation de nouvelles accumulations de neige soufflée, car la disponibilité de neige transportable par le vent était faible.
La neige fraîche et le vent ont donné lieu, à partir du mardi 6 mars, d'abord dans l'ouest, puis à partir du mercredi 7 mars également dans les autres régions, à la formation de nouvelles accumulations de neige soufflée. Les accumulations de neige soufflée déjà plus anciennes ont ainsi été recouvertes de neige à diverses reprises. Elles restaient toutefois fragiles, de sorte que la situation avalancheuse était difficile à évaluer dans de nombreuses régions.

 

Limité ou marqué?

Pour la description du danger d'avalanche, nous utilisons l'échelle européenne de danger d'avalanche à cinq degrés. La détermination du degré de danger dépend à cet égard des trois critères suivants:

  • la probabilité de décrochement
  • l'étendue des endroits dangereux
  • le nombre et la taille des avalanches

Avec la matrice ci-après élaborée par les services européens de prévision d'avalanches (EAWS), on s'est efforcé d'attribuer les cinq degrés de danger en fonction des différents niveaux d'importance de ces trois critères (cf. figure 5). Cette matrice a pour but d'uniformiser davantage l'utilisation des degrés de danger par les divers services de prévision d'avalanche.

Le week-end dernier,

  • des déclenchements d'avalanches étaient possibles même en présence d'une petite surcharge (A),
  • les endroits dangereux se situaient sur certaines pentes raides (B), notamment là où de la neige soufflée s'était déposée et
  • pour ce qui concerne la taille des avalanches, il fallait s'attendre dans l'ouest, où la neige fraîche était plus abondante, à des avalanches de taille moyenne, et dans les autres régions à de petites avalanches (C).

On obtient ainsi les degrés de danger entourés en bleu. A posteriori, on aurait pu utiliser également le critère (A) avec la formulation "Probable par petite surcharge ".

 

Sur la base de cette matrice, la situation avalancheuse prévalant le week-end dernier a été évaluée au degré de danger 2 (limité) dans de grandes parties du versant nord des Alpes, du sud du Bas-Valais et du Haut-Valais ainsi que dans le nord du Tessin et dans les Grisons (voir Évolution du danger en fin de rapport).
Cet exemple montre que les degrés de danger peuvent être assortis de caractéristiques très différentes. C’est la raison pour laquelle, en tant qu’adepte des sports de neige, on devrait connaître lorsque l’on se trouve en dehors des pistes sécurisées, non seulement le degré de danger, mais également la description du danger. La description du danger donne des informations plus précises sur l’importance des trois critères cités précédemment.
La caractéristique
„petites accumulations de neige soufflée pouvant se décrocher facilement“ est par ailleurs décrite plus en détail dans l’aide à l’interprétation du bulletin d’avalanches.

 

Accidents d’avalanche

Au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, un total de 20 avalanches touchant des personnes avait été signalé au SLF au moment de la clôture de la rédaction (cf. figure 6). Malheureusement, deux personnes sont décédées dans deux accidents d’avalanche. Le nombre de tués dans des avalanches depuis le début de l’hiver 2017/18 est actuellement de 17, ce qui correspond plus ou moins à la moyenne pluriannuelle. La majorité des victimes, à savoir 14 tués, était des randonneurs à ski.