Navigation mit Access Keys

Wochenbericht 10.-16. Februar 2017

Main menu

 

Période de foehn avec formation de neige soufflée; beaucoup de déclenchements d’avalanches dans les „régions avec de la neige ancienne“

Cette période examinée par le rapport hebdomadaire était marquée par une phase avec intensification constante du foehn de secteur sud et formation de neige soufflée ainsi que beaucoup de déclenchements d’avalanches par des personnes, surtout dans les régions avec "le problème lié à la neige ancienne“ du Valais et des Grisons (cf. photo 1).

 

 

 
Image 1 of 13
Photo 1: Déclenchement à distance le dimanche 12 février par un groupe de personnes dans la descente du Feil (Curvér Pintg da Taspegn, Albula, GR) dans une pente exposée au nord-est à environ 2600 m (photo: K. Suler).
Image 2 of 13
Der Lisengrat mit dem Säntis (2502 m) und dem Chalbersäntis (2378 m) vom Rotsteinpass aus gesehen (2119 m, Wildhaus-Alt St. Johann, SG; Foto: P. Diener, 11.02.2017).
Image 3 of 13
Des fissures typiques des accumulations en cours de formation par le vent du sud est (Randogne, VS; photo: V. Bettler, 10.02.2017).
Image 4 of 13
Schneebrettlawine in der Nordflanke der Tschingellochtighore (2735 m, Adelboden, BE). Die Lawine löste sich am Freitag, 10. Februar vermutlich spontan (Foto: F. Strauss, 11.02.2017).
Image 5 of 13
Dépot d'un avalanche de plaque en neige au col du Bel Oiseau (pente orienté WNW à 2560m, Salvan, VS), en arrière-plan de gauche à droite: Pointe de la Fenive (2838 m), Piz de Tenneverge (2951 m) et Mur des Rosses (2931 m; photo: J.-L. Lugon, 11.02.2017).
Image 6 of 13
Ablagerung von zwei Schneebrettlawinen im südlichen Teil des Camaner Grates, die linke wurde vom Hangfuss fernausgelöst (ca. 2500 m, Exposition Nord), zwei Personen wurden dabei teilverschüttet. Die rechte Lawine wurde ebenfalls fernausgelöst (ca. 2500 m, Exposition Ost). Im Hintergrund ist das Tällihorn sichtbar (2855 m, Safiental, GR). Abgeglitten ist der frische Triebschnee, der mit dem kräftigen Südwind entstanden war (Foto: N. Mocklaus, 11.02.2017).
Image 7 of 13
Diese Schneebrettlawine in der Nordwestflanke des Tällihorns (2683 m, Davos, GR) wurde am Sonntag, 12.02. von einer Tourengruppe im Aufstieg ausgelöst. Mit einer Anrissbreite von ca. 80 m und einer Länge von über 300 m handelt es sich um eine mittelgrosse Lawine. Es wurde niemand erfasst. Typisch für die Schneedeckensituation im Gebiet wurde die gesamte Schneedecke ausgeräumt (Foto: V. Meier).
Image 8 of 13
Blick von der Bergstation des Piz Nair (3022 m) auf ein Nebelmeer und dahinter den Piz Julier (3380 m, St. Moritz, GR; Foto: R. Meister, 13.02.2017).
Image 9 of 13
Diese Eiskruste entstand, als der Föhnsturm warmen Altschnee über den aperen Boden verfrachtete (ca. 2000 m, Hinter Tal, Haldensteiner Calanda, Untervaz, GR; Foto: SLF/K. Winkler, 13.02.2017).
Image 10 of 13
Mit den frühlingshaften Temperaturen zeigte sich auch die Familie der "Eisschnäbel", hier am Giferhüttli (1941 m, Saanen, BE; Foto: U. Grundisch, 15.02.1017).
Image 11 of 13
Im Jura fand man frühlingshafte Schneebedingungen vor, wie hier der Blick von La Barilette auf den La Dôle zeigt (1677 m, Chéserex, VD; Foto: SLF/ A. Bodisch, 14.02.2017)
Image 12 of 13
Blick vom Le Chasseron (1606 m, Bullet, VD) über das Mittelland zum Mont Blanc Massiv. Der Nebel löste sich am Dienstag, 14.02.auch über den meisten Tallagen auf. Es blieb lediglich dunstig (Foto: SLF/ E. Hafner).
Image 13 of 13
Der Blick vom Napf (1406 m, Trub, BE) auf das Berner Oberland. Am Horizont das Doldenhorn (3638 m, Bildmitte), rechts daneben das Balmhorn (3699 m) sowie links noch die Blümlisalp mit dem Blümlisalphorn (3661 m; Foto: SLF/ E.Hafner, 15.02.2017).
 

Evolution météorologique

Du vendredi 10 au mardi 14 février: Ciel très nuageux et un peu de neige fraîche dans le sud, temps généralement ensoleillé en montagne avec foehn de secteur sud dans le nord, formation de neige soufflée en altitude et dans les régions de foehn

Le jeudi 9 février de la période précédente examinée par le rapport hebdomadaire, le vent de secteur sud-ouest s’est intensifié. Pendant la nuit du jeudi au vendredi ainsi que le vendredi, il a atteint une première apogée. Jusqu’au mardi, il était modéré à fort dans certaines régions, parfois constamment, mais aussi diminuant parfois avant de s’intensifier à nouveau (cf. figures 2 et 3). Son action était la plus forte sur la crête nord des Alpes et dans les zones de haute altitude des régions touchées par le foehn. Mais à diverses reprises, il est aussi descendu jusque dans les vallées des régions de foehn, même s’il y est resté généralement faible à modéré.

 

Plus particulièrement dans les parties occidentales mais également centrales de la crête nord des Alpes, les dernières précipitations avaient apporté de 10 à 30 cm de neige fraîche meuble intensivement transportée par le vent.

Le vendredi était très nuageux, sauf dans les régions de l’est où, sous l’influence du foehn, le temps était partiellement ensoleillé. De samedi à mardi, le soleil dominait ensuite dans le nord au-dessus du brouillard élevé, tandis que dans le sud le ciel était resté couvert jusqu’au lundi avec temporairement de faibles chutes de neige. Celles-ci étaient les plus abondantes depuis la nuit du jeudi au vendredi jusqu’au samedi matin avec un apport de 20 à 30 cm de neige fraîche dans les vallées supérieures de la Maggia. Il était tombé de 10 à 20 cm de neige dans le sud de la région du Simplon, dans le Tessin, dans le Moesano, dans le sud de la Haute-Engadine et dans la vallée de Poschiavo. Dans les autres régions, les chutes de neige étaient plus faibles ou le temps était resté sec (cf. figure 4).

 

Sous l’influence croissante d’une zone de haute pression, le ciel s’est dégagé le mardi dans le sud. Dans le nord, le brouillard élevé perdait également du terrain cédant la place à deux magnifiques journées ensoleillées.

Mercredi 15 février et jeudi 16 février: Temps ensoleillé et doux

Les mercredi et jeudi étaient ensoleillés et doux avec +3 °C à 2000 m surtout le mercredi. Le vent était faible. Le jeudi après-midi, des nuages élevés sont apparus dans le ciel à partir de l’ouest.

 

Manteau neigeux et danger d’avalanche

Crête nord des Alpes et régions au nord de celle-ci: Problème lié à la neige soufflée et à la neige ancienne

Ces régions étaient marquées par un vent de secteur sud, surtout en altitude et dans les régions touchées par le foehn (cf. photo 5).

 

Les accumulations de neige soufflée étaient généralement plutôt petites à moyennes et se stabilisaient constamment tout au long de cette période de cinq jours, tandis que de nouvelles se formaient. La quantité de neige pouvant être transportée par le vent diminuait cependant et par conséquent aussi la formation de neige soufflée. Cela explique pourquoi le danger d’avalanche n’a pas augmenté pendant toute cette période venteuse, il a même plutôt diminué progressivement à partir de samedi. En raison des températures douces liées au foehn, les accumulations de neige soufflée étaient généralement dures.

Il fallait encore tenir compte du problème lié à la neige ancienne avec une importance variable, surtout dans les régions du nord du Valais, d’Urseren, du nord de Tavetsch, du nord de Surselva et du Prättigau. Cela concernait les zones de transition vers les régions avec un „problème important lié à la neige ancienne“ (voir plus bas). Des ruptures étaient encore possibles profondément dans le manteau neigeux sur les pentes exposées au nord, surtout dans le Prättigau, dans la vallée d’Urseren et dans le nord du Bas-Valais, où la situation était parfois encore délicate.

Sud du Valais (sans la vallée de la Saas et le sud de la région du Simplon) et régions intra-alpines des Grisons y compris l’Engadine et les vallées du sud des Grisons: Important problème lié à la neige ancienne et à la neige soufflée

Ici aussi, le vent de secteur sud parfois violent a exercé son influence, mais le problème principal dans ces régions était la constitution défavorable du manteau de neige ancienne métamorphosée: Sur les pentes raides exposées au nord au-dessus de 2000 m environ, les couches fragiles marquées à l’intérieur du manteau neigeux constituaient une menace importante. De plus, les propriétés de la plaque de neige étaient propices à la propagation de la rupture favorisée de surcroît par la formation de neige soufflée. Quotidiennement des avalanches ont été déclenchées par des personnes, généralement dans ces couches fragiles (cf. photo 6).

 

Des bruits sourds, perçus parfois comme des claquements puissants et des déclenchements à distance avec des avalanches secondaires étaient fréquents. Ces deux phénomènes étaient signalés quotidiennement du vendredi au mercredi. Des avalanches déclenchées à de longues distances – parfois à plusieurs centaines de mètres – ont été observées (cf. photo 7 et figure 8).

 

Dans ces régions, le danger d’avalanche n’avait guère changé au moins jusqu’au mardi – en tous cas pas aux endroits où de la neige soufflée s’était encore formée. On pouvait cependant parfois constater que la plaque de neige subissait progressivement une métamorphose constructive et qu’ainsi les conditions de propagation de rupture se dégradaient. Ce phénomène était particulièrement marqué dans les zones avec vraiment très peu de neige ainsi que dans les régions faiblement enneigées.

Vallée de la Saas, sud de la région du Simplon, Tessin, Moesano: Problème lié à la neige soufflée et neige fraîche se change en problème lié à la neige ancienne

Au début, le problème lié à la neige soufflée qui s’était déjà formée pendant la période précédente couverte par le rapport hebdomadaire jouait un rôle important: Le lundi 6 février, un violent foehn de secteur nord s’est mis à souffler sur le versant sud des Alpes, y transportant intensivement la neige meuble jusqu’à moyenne altitude. Le vendredi 10 février de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, de la neige fraîche s’est ensuite déposée sur cette neige soufflée encore susceptible de se décrocher (cf. figure 4) et, aux altitudes relativement élevées, la neige fraîche a été transportée par le vent de secteur sud. Sur la crête principale des Alpes des régions concernées, le danger d’avalanche était marqué (degré 3) jusqu’au dimanche, puis limité (degré 2) à partir du lundi dans toutes les régions et faible (degré 1) dans le Sottoceneri à partir de mercredi. A partir de mardi, seul le problème lié à la neige ancienne persistait, car la couche fragile se trouvait en dessous de la neige soufflée relativement ancienne (cf. figure 9).

 
Dans toutes les régions

A la fin de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, les pentes raides exposées au sud étaient gelées et portantes le matin en dessous de 2400 m environ, mais elles se ramollissaient en cours de journée. On pouvait alors observer une recrudescence de coulées de glissement et coulées de neige meuble en dessous de 2400 m environ.

 

Activité avalancheuse et accidents d’avalanche

Parmi les avalanches déclenchées par des personnes et signalées au Service des avalanches, 42 ont pu être analysées plus en profondeur, car on disposait de suffisamment de données. Une part importante d’entre elles, à savoir 43%, ont été déclenchées à distance (avalanches de taille 2 (petite) et 3 (moyenne)). Dans chaque cas, les avalanches secondaires ne sont pas comprises. La majorité des déclenchements se sont produits du vendredi 10 février au dimanche 12 février dans les régions intra-alpines du Valais et des Grisons. 12 avalanches ont touché 30 personnes, 4 d’entre elles étant entièrement ensevelies. Personne n’a été blessé. En comparaison avec les données pluriannuelles à la mi-février,

  • le nombre d’avalanches déclenchées par des personnes correspond à environ 80% de la moyenne pluriannuelle;
  • le nombre de personnes touchées correspond à la moyenne pluriannuelle;
  • le nombre de victimes d’avalanche correspond environ à la moitié de la moyenne pluriannuelle.

Cette période examinée par le rapport hebdomadaire présentait un risque potentiel de graves accidents d’avalanche. Heureusement, les craintes ne se sont pas confirmées.

Nous vous remercions pour les nombreuses informations fournies sur notre site Internet ou via l’appli WhiteRisk. Elles nous permettent d’avoir une meilleure vue d’ensemble de l’activité avalancheuse et contribuent à la vérification des prévisions du bulletin d’avalanches.

 

WhiteRisk

Veux-tu en savoir plus sur les avalanches et l’attitude à adopter en matière de risque d’avalanche? Avec WhiteRisk Explore & Learn, tu peux rafraîchir tes connaissances sur les avalanches, les approfondir et les tester. Le planificateur te permet de préparer tes randonnées en ligne. Avec l’appli White Risk, les informations les plus importantes sont également à ta disposition en mode mobile. Grâce à l’assistant interactif du domaine Pro, il est possible de créer des présentations individuelles avec les médias exclusifs WhiteRisk. En mode Online ou Offline! Jette un coup d’œil sur le site http://www.whiterisk.ch !

To top