WSL Institut pour l'étude de la neige et des avalanches SLF Link zu SLF Hauptseite Link zu WSL Hauptseite
 

Les réseaux d'observateurs du SLF

Même à l’ère des ordinateurs, téléphones portables et technologies sophistiquées, les mesures manuelles, les observations et les évaluations des dangers d’avalanches par un personnel qualifié sont des données fondamentales pour établir les bulletins d’avalanches. De ce fait, le SLF dispose d’un vaste réseau d’observateurs. Au total, environ 210 personnes réparties sur l’ensemble des Alpes suisses (environ 25 000 km2) travaillent temporairement en tant qu’observateur pour le SLF (figure 1). La plupart d’entre eux transmettent leurs observations au quotidien par Internet entre 6h30 et 8h00 de novembre à avril. Ils mesurent des paramètres standards tels que neige fraîche et hauteur totale de neige. De plus, ils observent également le temps, les avalanches et la formation de neige soufflée. La quintessence de toutes ces observations et mesures consiste à évaluer le danger d’avalanches. Toutes les deux semaines, les observateurs effectuent également des profils nivologiques sur de nombreux sites. Pour cela ils creusent le manteau neigeux jusqu’au sol avant de l’étudier. Ils déterminent, couche par couche, la forme et la taille des grains, la température de la neige, la dureté, la teneur en eau et la densité. Si le profil est relevé sur une pente, un test de stabilité est également établi. Celui-ci permet de tirer des conclusions sur la stabilité du manteau neigeux sur le site de référence. Les données ainsi obtenues couvrent à la fois les besoins en termes de prévention des avalanches, mais aussi au niveau de la climatologie de la neige. Il est donc important que les stations d’observation soient bien réparties sur le territoire et aux différentes altitudes. Ils doivent également couvrir de manière aussi complète que possible les différentes régions climatologiques.

beob_messnetz_k.jpg

Fig. 1 : Répartition des stations d’observation sur l’ensemble des Alpes suisses. Les couleurs correspondent aux différents types d’observateurs. Ceux-ci ont des missions diverses. Tandis que les observateurs des stations d’observation comparatives (VG) et des stations de mesure (MS) effectuent principalement des mesures, les observateurs régionaux (RB) font surtout de l’observation et des évaluations personnelles.

Le réseau d’observation mobile mAvalanche complète les réseaux d’observation fixes. Ainsi, environ 30 guides de montagne transmettent au SLF en temps réel via leur iPhone leurs observations et estimations liées à la randonnée effectuée. Grâce au GPS, des données essentielles comme le lieu et l’altitude sont directement enregistrées et ne doivent pas être saisies. Le réseau mobile d’observation mAvalanche livre entre outre des informations sur des zones de randonnées rarement parcourues, aux altitudes plus élevées voire en haute montagne. Il fournit principalement des données concernant les niveaux de risque allant de faible à marqué sur des zones de randonnées les plus fréquentées. Il est assez difficile d’organiser ce réseau régulièrement dans le temps et l’espace, c’est pourquoi les informations sont réparties de manière assez aléatoire.
Les conditions pour exercer l’activité d’observateur pour le SLF sont, outre une grande fiabilité et régularité, une expérience professionnelle ou au moins une certaine affinité avec la neige. Le SLF embauche des professionnels de la sécurité des domaines skiables, des voies de communication et communes, des guides de montagne ou des paysans situés dans des vallées isolées. En complément de leur compétence professionnelle, les observateurs SLF suivent à intervalles réguliers des cours de formation et de perfectionnement pour leur activité.

IMG_9830_k.jpg

Fig. 2 : Les observateurs SLF reçoivent une formation de base et de perfectionnement sous forme de cours internes, qui se composent d’une partie pratique et d’une partie théorique.

Contact