WSL Institut pour l'étude de la neige et des avalanches SLF Link zu SLF Hauptseite Link zu WSL Hauptseite
 

Centre de diffusion, fréquence de diffusion et validité

Centre de diffusion

La rédaction du bulletin d’avalanches suisse s’effectue au WSL Institut pour l’étude de la neige et des avalanches SLF à Davos. Le service de prévision d’avalanches en est responsable.

Fréquence de diffusion et validité

Le service de prévision d’avalanches suit la situation météorologique, nivologique et avalancheuse tout au long de l’année. La fréquence de diffusion et les contenus du bulletin d’avalanches dépendent des données saisonnières.

Hiver

En hiver, le bulletin d’avalanches est constitué de deux parties:

1. Carte des dangers avec description des dangers:
Cette partie du bulletin d’avalanches est diffusée deux fois par jour en quatre langues (allemand, français, italien, anglais). Le bulletin de 17h00 prévoit le danger d’avalanches pour les 24 heures suivantes, soit jusqu’au lendemain à 17h00. Le matin, à 08h00, une nouvelle évaluation est diffusée, également en quatre langues (allemand, français, italien, anglais), valable jusqu’au soir à 17h00. En principe, il est possible de diffuser une évaluation du danger d’avalanches à d’autres moments de la journée. Mais cette éventualité reste rare.

2. Informations concernant le manteau neigeux et les conditions météorologiques: Cette partie du bulletin d’avalanches n’est rédigée que le soir. Elle est diffusée à 17h00 en allemand, et à 18h00 en français, italien et anglais, et elle est valide jusqu’au lendemain à 17h00, resp. 18h00.

Mois de début et de fin de saison

En général, le bulletin d’avalanches avec carte des dangers est diffusé aussi longtemps que les données de base sont suffisantes pour une évaluation détaillée du danger, y compris indication du degré de danger. Dans les périodes de transition entre l’automne et l’hiver (en général fin octobre à début décembre) et du printemps à l’été (en général fin avril à début juin), le bulletin d’avalanches n’est diffusé que le soir. Le format et le contenu sont les mêmes qu’en hiver. Le bulletin d’avalanches peut être valable pour plusieurs jours, et jusqu’à 17h00 le dernier jour de validité.
La diffusion des bulletins avec une carte des dangers et la fréquence de diffusion dépendent avant tout:

  • de la densité des informations disponibles: les observateurs du SLF sont actifs quotidiennement du 1er novembre au 30 avril. Pendant les mois restants, les observations sur le terrain sont plus rares, également en raison de la moindre fréquentation par des adeptes des sports de neige. Les informations sont demandées en général par téléphone, selon les besoins et les possibilités. Parfois, des observateurs ne peuvent intervenir qu’après le 1er novembre avec la mise en service des remontées mécaniques, ou bien doivent arrêter avant le 30 avril avec la fin de la saison hivernale. Par contre, il est possible d’accéder aux réseaux des stations automatiques également en été.
  • des besoins: un bon enneigement dans de nombreuses régions des Alpes suisses, ou bien l’ouverture de la saison des remontées mécaniques accentue le besoin en bulletins d’avalanches quotidiens.

Été et automne

Entre le début de l’été et la fin de l’automne, des bulletins d’avalanches adaptés à la situation ne paraissent qu’en cas de fortes chutes de neige, sous forme textuelle et généralement sans utilisation de degrés de danger. À la fin de l’automne, les bulletins paraissent suivant l’enneigement et les informations disponibles. Les bulletins d’avalanches sont diffusés à chaque fois le soir à 17h00 pour l’allemand, et 18h00 pour le français, l’italien et l’anglais, et sont valables pour un ou plusieurs jours, et jusqu’à 17h00 le dernier jour.
Les critères régissant la diffusion d’un bulletin d’avalanches sont satisfaits lorsque la quantité de neige fraîche prévue par épisode de précipitations (normalement de 1 à 3 jours) dépasse une des valeurs suivantes:

  • 20 cm à 2000 m ou
  • 40 cm à 2500 m ou
  • 60 cm à 3000 m ou
  • 80 cm à 3500 m

Ces données sont des valeurs indicatives. Elles peuvent varier en fonction du vent, de la température ainsi que de l’étendue et des propriétés du manteau neigeux existant. L’épisode de chutes de neige doit concerner au moins tout un massif montagneux. Les chutes de neige locales, par exemple en raison de cellules orageuses isolées, ne sont pas prises en considération.

Le cas spécifique du Jura (et du Sotto Ceneri)

La situation dans le Jura, ou un danger accentué d’avalanches ne s’observe que pendant quelques journées en seulement quelques endroits, est différente de celle des Alpes. Mais ce danger ne doit pas être sous-estimé. C’est pourquoi le degré de danger n’est publié pour le Jura dans le bulletin d’avalanches quotidien que lorsqu’il devient marqué (degré 3) ou plus. Cela survient environ cinq jours par hiver.
Dans le Sotto Ceneri on utilise les cinq degrés de danger. Mais quand il n’y a pas ou plus de neige, le degré de danger n’est plus indiqué.