WSL Institut pour l'étude de la neige et des avalanches SLF Link zu SLF Hauptseite Link zu WSL Hauptseite
 

Du 13 au 20 avril 2017: Beaucoup de neige fraîche dans le nord-est, beaucoup de soleil dans le sud

Après un début printanier, il a neigé intensément et avec un froid polaire jusqu’à basse altitude sur le centre et l’est du versant nord des Alpes au cours de cette période examinée par le rapport hebdomadaire (cf. photo 1). La neige fraîche et la neige soufflée ont marqué la situation avalancheuse. Il n’est tombé que peu ou pas de neige dans les régions méridionales qui ont bénéficié d’un soleil généreux avec des températures basses, mais pratiquement pas d’avalanches de neige mouillée.

20170419_NLevy_Titel_k

Photo 1: Dame Hiver fait son „nettoyage de printemps“. Dans le nord-est, il a neigé parfois intensément, par exemple le mercredi 19 avril à Sedrun (GR, 1400 m) (photo: N. Levy).


Evolution météorologique

Jeudi 13 avril et Vendredi saint 14 avril: Dans le nord-est, nuages; ailleurs, temps ensoleillé

Avec un soleil généreux, le jeudi et le Vendredi saint ont prolongé la période précédente couverte par le rapport hebdomadaire. Ce n’était que dans le nord-est que la nébulosité était variable pendant la nuit du mercredi au jeudi et la journée du jeudi et que le ciel était de plus en plus nuageux en dessous de 2500 m environ le Vendredi saint. La température à la mi-journée à 2000 m était de +3 °C dans le nord et il faisait doux avec +7 °C dans le sud. L’isotherme zéro degré persistait aux alentours de 2800 m (cf. figure 2).

Du Samedi saint 15 avril au mercredi 19 avril: Hiver dans le nord, printemps dans le sud et temps doux pour Pâques

Depuis le Samedi saint jusqu’à mercredi, le temps était caractérisé par une offensive marquée d’air froid. Jusqu’au lundi de Pâques, le vent en altitude était généralement modéré, mais parfois aussi fort de secteur nord-ouest, puis les mardi et mercredi fort à tempétueux de secteur nord. De l’air arctique arrivait ainsi chez nous et les températures baissaient à nouveau sensiblement. L’isotherme zéro degré était tombé nettement en dessous de 1000 m (cf. figure 2).

NGG_Wochenbericht_aktuell_frz_k.jpg

Figure 2: Pendant toute la période examinée par le rapport hebdomadaire, l’isotherme zéro degré est descendue depuis environ 2800 m jusqu’en dessous de 1000 m (cf. informations relatives au calcul de l’isotherme zéro degré).

Les nuages se sont accumulés sur le versant nord des Alpes et des quantités considérables de neige sont tombées tout particulièrement sur le centre et l’est du versant nord des Alpes (cf. figure 3). Dans les Alpes glaronnaises, l’apport de neige atteignait 150 à 200 cm; sur le reste du centre et de l’est du versant nord des Alpes, il était de 80 à 150 cm. A mesure que l’on se dirigeait vers l’ouest et le sud, les quantités de neige fraîche diminuaient nettement. Les mardi et mercredi, il y a même eu des averses de neige jusqu’à basse altitude.

hn24h_20170420_0800_k.jpg

Figure 3: Sommes de neige fraîche de 5 jours du Samedi saint au jeudi matin 20 avril à 08h00. La limite des chutes de neige se situait d’abord entre 1500 et 2000 m et elle est descendue jusqu’en dessous de 1000 m le mardi 18 avril. Les quantités de neige fraîche indiquées sont tombées au-dessus de 2000 m environ (source: observateurs du SLF et stations automatiques IMIS).

Dans les principales régions touchées par les précipitations dans le pays de Glaris, on a parfois enregistré des intensités assez élevées de chutes de neige, comme par exemple à la station IMIS Ortstock/Matt (1830 m) avec jusqu’à environ 30 cm de neige fraîche en 6 heures (cf. figure 4).

ort2_k.jpg

Figure 4: Intensités de chutes de neige (cm/6 heures – barres rouges) à la station IMIS Ortstock Matt (1830 m) dans le pays de Glaris et évolution de la hauteur de neige (courbe bleue). Pendant la nuit du dimanche de Pâques au lundi de Pâques, les intensités de chutes de neige ont atteint des valeurs de l’ordre de 30 cm/6 h (5 cm/h – les valeurs les plus élevées connues chez nous sont de 10 cm/h). On reconnaît également parfaitement trois épisodes de précipitations avec des pauses de plus faible intensité. La hauteur calculée de neige fraîche pendant toute la période de précipitations s’élevait pour cette station à la valeur considérable de 205 cm; la différence de hauteur de neige mesurée le jeudi 20 avril à 08h00 par à rapport à celle du dimanche 16 avril à 08h00 était de 112 cm. Au cours de ces 4 journées, la neige fraîche (et vraisemblablement aussi un peu le manteau de neige ancienne) s’est tassée d’environ 1 m.

Tout comme pour la répartition des précipitations, c’était également sur l’est du versant nord des Alpes que le temps était le plus maussade. Plus on se dirigeait vers l’ouest, plus il y avait de soleil (cf. figure 5). Sur le versant sud des Alpes, le temps était ensoleillé et, pendant les jours de Pâques, également doux, grâce au fort foehn de secteur nord soufflant les mardi et mercredi jusque dans les vallées.

Sonnenscheindauer_k2

Figure 5: Heures d’ensoleillement depuis le dimanche 16 avril jusqu’au mercredi 19 avril. Alors que sur le Säntis (2502 m) ou sur le col du Grimsel (2164 m), par exemple, on relevait zéro heure d’ensoleillement, le Monte Generoso (1600 m) dans le Tessin enregistrait 42.4 heures d’ensoleillement sur un maximum possible d’environ 50 heures (source: SwissMetNet MétéoSuisse).

Jeudi 20 avril: Ensoleillé, mais toujours froid

La nuit du mercredi au jeudi était claire dans l’ouest et le sud. Sur le versant nord des Alpes et dans le nord des Grisons, des averses avaient apporté de 5 à 15 cm de neige jusqu’à basse altitude, avant que le ciel ne s’y dégage également. Ainsi prenait fin la période de chutes de neige de cinq jours dans le nord et l’est (cf. figure 3). La journée était généralement ensoleillée, avec des champs nuageux bas dans le nord. La température à la mi-journée à 2000 m se situait entre -5 °C dans l’ouest, -9 °C dans l’est et -3 °C dans le sud. Le vent de secteur nord-est était faible à modéré, mais temporairement fort sur les crêtes alpines dans le sud.

Manteau neigeux et situation avalancheuse

Au début de la période examinée par le rapport hebdomadaire, la situation avalancheuse était typiquement printanière. Pendant la nuit, les couches superficielles de neige gelaient et, en cours de journée, la croûte se ramollissait à nouveau. L’augmentation du danger d’avalanche en cours de journée n’était que peu marquée, de sorte qu’on n’a pratiquement pas signalé d’avalanches de neige mouillée (cf. dernière période couverte par le rapport hebdomadaire). Sur les pentes exposées au nord en dessous de 2400 m environ et sur les pentes raides exposées au sud en dessous de 3000 m environ, le manteau neigeux était entièrement humidifié. Ce n’était plus qu’à certains endroits et généralement au-dessus de 2800 m environ sur les pentes extrêmes exposées au nord qu’il y avait encore des couches superficielles meubles de neige sèche. Sauf dans les Préalpes, le manteau neigeux renfermait en profondeur des couches ayant subi une métamorphose constructive à grains anguleux. Celles-ci étaient le plus susceptibles de se décrocher sur les pentes exposées au nord et rarement empruntées dans le sud du Valais et dans les Grisons entre 2400 m et 3000 m. Dans les autres régions, ces couches étaient suffisamment recouvertes et un déclenchement dans le fondement fragile du manteau neigeux était peu probable (cf. figure 6).

Schneedecke_k

Figure 6: Manteau neigeux calculé à l’aide du modèle de simulation Snowpack pour les stations IMIS du lac de Mutt (GL, 2474 m) et de Davos Bärentälli (GR, 2560 m) pour le mercredi 19 avril à 09h00 (plan horizontal).
- Axe vertical: hauteur de neige; axe horizontal: dureté et température (courbe rouge).
1: Le fondement du manteau neigeux composé de cristaux en gobelets (bleu foncé) et de grains anguleux (bleu clair) est présent sur les deux sites.
2: La hauteur de neige, c’est-à-dire le recouvrement de ce fondement est nettement plus épais au lac de Mutt que dans le Bärentälli. Dans le Bärentälli, il y a également des grains anguleux dans les couches recouvrant la couche inférieure.
3: La neige fraîche froide (vert) recouvre une croûte (rouge); en dessous, le manteau neigeux est encore sec, mais les températures de la neige sont proches de zéro degré.
4: Dans les régions où la neige fraîche est abondante, la dureté des couches de neige fraîche (vert) diminue du bas vers le haut, mais ici le manteau neigeux renferme une couche plus molle qui pourrait former une couche fragile.

- Vert: neige fraîche
- Bleu foncé: cristaux en gobelets
- Rose: neige à grains ronds ayant subi une métamorphose destructive
- Bleu clair: neige à grains anguleux ayant subi une métamorphose constructive
- Rouge: Grains de fonte, croûte

Problème lié à la neige ancienne:

Sur les pentes exposées au nord dans le sud du Valais et dans les Grisons, le problème lié à la neige ancienne restait latent et a encore été mentionné dans le bulletin d’avalanches. Aucun déclenchement dans la neige sèche n’a toutefois plus été signalé depuis début avril.

Avec la progression de l’humidification totale du manteau neigeux sur les pentes exposées au nord, qui se situait entre 2200 et 2500 m au début de cette période examinée par le rapport hebdomadaire, on pouvait s’attendre à ce que l’infiltration d’eau fragilise le fondement du manteau neigeux et que des avalanches se déclenchent spontanément dans la neige mouillée. C’est la raison pour laquelle il y avait également certaines mentions en ce sens, comme par exemple en ce qui concerne la photo 7.

SBL_Mei_Arosa_k

Photo 7: Ces deux avalanches de plaque de neige se sont déclenchées spontanément dans le fondement de neige ancienne fragile devenu humide sur une pente raide exposée au nord-ouest à 2350 m sur l’arête nord-est du Schaftällihorn (à l’avant-plan à droite sur la photo) (Arosa, GR) (photo: R. Meister, 13.04.2017).

Avec le refroidissement du temps et l’épuisement de l’eau pouvant s’infiltrer dans le manteau neigeux, cette déstabilisation n’a toutefois pas progressé. C’est au contraire une croûte qui s’est formée – progressivement aussi en dessous de la neige fraîche qui a un effet isolant.

Le risque de „réactivation“ du fondement fragile de neige ancienne en raison de la surcharge due aux quantités parfois importantes de neige fraîche a été considéré comme faible pour le versant nord des Alpes et un peu plus élevé pour les régions des Grisons (cf. photo 8).

20170420_VMeier_Ducan_edit_k.jpg

Photo 8: Sur cette pente exposée au nord au Hochducan (3062m, Davos, GR), une avalanche a été constatée le jeudi matin 20 avril. Elle s’était décrochée spontanément dans les couches profondes de neige ancienne (photo: V. Meier).

Avalanches de neige mouillée:

L’augmentation du danger d’avalanche de neige mouillée en cours de journée, qui était déjà peu marquée pendant la période précédente couverte par le rapport hebdomadaire, a encore diminué sous l’effet du refroidissement du temps (cf. plus haut) et n’était pratiquement plus d’actualité, en tout cas à partir du samedi 15 avril.

Ce n’est que le jeudi 20 avril qu’il fallait s’attendre à ce que, sous l’effet de l’ensoleillement, des coulées et des avalanches de neige humide se décrochent sur les pentes aux expositions est, sud et ouest à partir de zones rocheuses ou de zones très raides, surtout dans les régions avec beaucoup de neige fraîche.

Neige fraîche et neige soufflée:

Pendant cette période examinée par le rapport hebdomadaire, le problème lié à la neige fraîche et à la neige soufflée jouait un rôle dominant. Alors que dans les régions sans neige fraîche, la formation de neige soufflée était faible et se concentrait essentiellement sur la haute montagne, les chutes de neige dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 avril ont donné lieu, dans les régions avec de la neige fraîche, à une formation d’accumulations de neige soufflée qui s’est poursuivie jusqu’au jeudi (cf. photo 9).

20170420_webcamSaentis8h_k.jpg

Photo 9: Le Säntis (2502 m) enneigé comme en plein hiver sur cette photo prise au sommet par la webcam en direction de l’est. Le vent a fortement influencé la répartition de la neige (Schwende, AI; photo: webcam Altersäntis, 20.04.2017).

La liaison de la neige fraîche à la surface de neige ancienne a été jugée favorable sur une grande partie du territoire, parce que la neige fraîche se déposait généralement sur des couches rugueuses dures. Il n’y avait plus que peu de couches superficielles meubles (cf. plus haut).

Il fallait s’attendre à ce que les nouvelles accumulations de neige soufflée soient à chaque fois susceptibles de se décrocher et à ce que le manteau neigeux renferme, entre les couches de neige fraîche et de neige soufflée, des zones plus fragiles dans lesquelles des décrochements d’avalanches de plaque de neige étaient possibles. Un exemple à cet égard est la neige fraîche meuble qui est recouverte de neige soufflée liée et plus tard de neige fraîche supplémentaire (cf. photo 6).

En raison de la persistance d’une visibilité limitée, il y a eu peu d’observations jusqu’au moment de la clôture de la rédaction et seulement quelques avalanches ont été signalées (région du Trift, Titlis, Alpes glaronnaises).

Le danger d’avalanche a augmenté sensiblement dans les principales régions du centre et de l’est du versant nord des Alpes touchées par les précipitations et a atteint dans les prévisions du mercredi 19 avril le degré 4 (fort). A mesure que l’on se dirigeait vers l’ouest et le sud, le danger diminuait, suivant ainsi la répartition de la neige fraîche. Dans l’extrême sud et dans le nord-ouest, la situation avalancheuse restait favorable avec un degré de danger 1 (faible).

Situation neigeuse

Le Vendredi saint 14 avril et le Samedi saint 15 avril, la hauteur de neige au Weissfluhjoch (GR, 2540 m) a atteint, avec à chaque fois 1 cm de neige en moins, un nouveau minimum en 84 années de relevés. Pour ces deux journées, la hauteur de neige était respectivement de 139 cm et 138 cm.

À 2000 m, le jeudi 20 avril, dans les régions du centre et de l’est du versant nord des Alpes touchées par des précipitations abondantes, on mesurait de 120 à 200 cm de neige, et dans certaines régions jusqu’à 300 cm de neige. Les vallées méridionales de la Viège et la Haute-Engadine ainsi que le versant sud des Alpes n’étaient en grande partie pas influencés par les précipitations et la hauteur de neige à 2000 m est restée faible (cf. figure 10).

HS_2000_fr_k.jpg

Figure 10: Hauteurs de neige à 2000 m. Pour le calcul, les stations du SLF et de MétéoSuisse entre 1600 et 2300 m ont été prises en compte. Les données concernent les plans horizontaux. Agrandir le graphique (Source: observateurs du SLF, stations automatiques IMIS).

Accidents d’avalanche

  • Le dimanche 16 avril, deux personnes ont été touchées par une avalanche sur une pente exposée au nord-est dans la descente du Sustenhorn à une altitude d’environ 2200 m. L’une d’entre elles a été entièrement ensevelie. L’autre était partiellement ensevelie. Elles ont pu être localisées et dégagées par leurs compagnons. Toutes deux étaient indemnes, mais elles ont été prises en charge par le Secours alpin par voie terrestre en raison de l’heure tardive, de la tempête de neige et de la perte de matériel.
  • Le jeudi 20 avril, au Steilimigletscher (Innertkirchen, BE) à environ 2600 m, une personne a été entraînée et blessée par une avalanche.


TOP