WSL-Institut für Schnee- und Lawinenforschung SLF Link zu SLF Hauptseite Link zu WSL Hauptseite
 

Éboulements en haute montagne

La déstabilisation des parois rocheuses ne survient pas du jour au lendemain. Elle est plutôt le résultat d’un long processus, pouvant durer pendant de nombreux millénaires. Selon la structure du rocher (fissures, stratification, solidité) et la topographie, les processus d’érosion agissent plus ou moins vite. En haute montagne, les glaciers et le pergélisol jouent en outre un rôle important. Différents facteurs peuvent contribuer à la formation et l’ouverture des fissures, et ainsi déstabiliser de plus en plus le rocher :

  • les variations de température de saison en saison
  • la pression de la glace dans les fissures du rocher (pression cryostatique)
  • l’érosion par les glaciers
  • les avancées et reculs des glaciers
  • les précipitations (intenses) (pression hydrostatique, apport de chaleur)

Ces facteurs agissent sur des durées tout à fait différentes. Les variations de température au cours des saisons peuvent attaquer le rocher pendant des millénaires. Les pluies intensives ne seront par contre prépondérantes que lorsque l’eau peut s’accumuler dans des fissures déjà ouvertes, et exercer ainsi une pression sur le rocher. La pression exercée par la glace dans les fissures est un facteur important en haute montagne. Cette pression se crée lorsque l’eau de pluie ou l’eau originaire des pores du rocher arrive dans les fissures et y gèle. La glace gonfle comme des coins dans les fissures et fait exploser la roche.

Pendant les périodes glaciaires, les glaciers sculptent des versants abrupts. Lorsque les glaciers reculent, ces versants sont dégagés et perdent le support important constitué par la glace.

Eboulements

Graphique : Périodes de temps pour la formation d’un éboulement, R. Kenner, SLF

Le rôle du pergélisol

Le pergélisol qualifie les sols ou roches dont la température reste négative pendant plusieurs années. On trouve du pergélisol dans les parois rocheuses dans les régions alpines au-dessus de 2500 m d’altitude. Sur les versants sud, à partir de 3000 m d’altitude. En relation avec les éboulements, le pergélisol joue deux rôles contradictoires :

  • Stabilisant : la glace agit un peu comme un ciment qui fixe les pierres détachées et maintient les roches fissurées.
  • Déstabilisant : le pergélisol accélère les processus qui conduisent à une pression de la glace dans les fissures. Il aspire l’eau des zones de rocher plus chaudes et favorise la croissance des coins de glace dans les fissures.

Le pergélisol peut donc accélérer la fissuration des parois rocheuses, tout en stabilisant les endroits fragiles.

Le rôle du réchauffement climatique

Le réchauffement climatique accélère certains processus :

  • En de nombreux endroits, la roche dans les zones de pergélisol se réchauffe, comme le montrent les mesures du SLF et du réseau PERMOS sur différents sites des Alpes suisses. Et ceci à peu près dans la même mesure que la température de l’air s’élève. Lorsque la glace se réchauffe, son action stabilisatrice dans les fissures diminue. Elle se diminue déjà pour des températures faiblement négatives. Les versants abrupts peuvent ainsi devenir instables et les éboulements augmenter dans les zones soumises au pergélisol.
  • Les glaciers peuvent soutenir mécaniquement les parois rocheuses. Ce support disparaît lorsque la glace fond en conséquence du réchauffement climatique. La roche déjà délitée peut s’écrouler.
  • Accroissement des fortes pluies en haute montagne Lorsque de grandes quantités d’eau pénètrent le rocher, elles exercent une pression hydrostatique importante, pouvant provoquer des ruptures. Par ailleurs, la pluie amène de la chaleur dans le rocher et accélère la fonte de la glace.

Contact

Marcia Phillips

Pour de plus amples informations

Rothorn

Éboulements Parpaner Weisshorn, 29. 11 2016 (Photo Tom Meissen)