WSL Institut pour l'étude de la neige et des avalanches SLF Link zu SLF Hauptseite Link zu WSL Hauptseite
 

Sur la trace des avalanches de glace au Tibet avec l’aide du SLF

19.4.2017

Un chercheur chinois passe actuellement un mois au SLF. Son objectif : apprendre à mieux évaluer le risque d’avalanches de glace sur les hauts plateaux tibétains grâce à un logiciel de simulation développé par le SLF.

Anrisszone der Eislawine

Zone de départ de l’avalanche de glace dans les montagnes tibétaines. Photo : Wentao Hu

Eislawine beim Aro-See
Cette avalanche de glace sur les rives du lac d’Aro a enseveli neuf bergers et des centaines de bêtes. Photo : Wentao Hu
Wentao Hu mit seinen Chinesischen Forscherkollegen

Wentao Hu (au milieu) avec ses collègues chercheurs chinois près d’un bloc de glace qui s’est détaché du glacier. Photo : Wentao Hu

Wentao Hu rédige une thèse de doctorat sur les avalanches de glace à l’Institute of Tibetan Plateau Research. Pendant l’été 2016, sur le haut plateau tibétain, deux glaciers voisins se sont effondrés à deux mois d’intervalle à peine, et ont déclenché à chaque fois une gigantesque avalanche de glace, un phénomène qui n’avait été observé jusqu’ici avec cette ampleur que dans le Caucase russe. La première de ces avalanches a provoqué la mort de neuf bergers et de centaines de bêtes. Une équipe internationale de chercheurs, dont des collaborateurs du SLF ont alors commencé à étudier la cause de l’effondrement glaciaire, et à simuler a posteriori l’avalanche de glace avec le logiciel RAMMS (Rapid Mass Movement Simulation) développé au SLF.

Renforcer la collaboration entre le SLF et la Chine

RAMMS est donc la raison pour laquelle Wentao Hu passe maintenant un mois à l’Institut de recherches de Davos sur invitation du SLF. Sur place, au Tibet, il a déjà exploré la zone de départ, ainsi que le cône de dépôt de l’avalanche de glace. Les chercheurs du SLF lui enseignent maintenant à utiliser le logiciel et à évaluer le risque de nouvelles avalanches au Tibet. « J’aimerais découvrir pourquoi les deux glaciers se sont effondrés l’année dernière. Cela permettrait de nous aider à mieux prévoir de tels phénomènes à l’avenir. » De retour à Pékin, Wentao Hu prendra le rôle de formateur auprès de ses collègues pour leur apprendre à simuler les avalanches avec RAMMS, et ainsi continuer à renforcer la collaboration entre le SLF et l’institut de recherche chinois. D’ici là, il a encore trois semaines non seulement pour découvrir le logiciel, mais aussi pour s’accoutumer à l’art de vivre suisse.

RAMMS-Simulation
Les avalanches de glace au Tibet, à droite: photo-satellite (Sentinel-2 de l'ESA), à gauche: simulation avec RAMMS.

Contact